Home Suisse Home

Grand Format Série d'été

Deborah Sohlbank - RTS

Introduction

Le coronavirus incite des milliers de Suisses et Suissesses à (re)découvrir notre pays. Comment ces vacanciers voyagent-ils "chez eux"? Quels sont leurs "ailleurs"? S’échappent-ils sans oublier les mesures sanitaires? Et comment les acteurs du tourisme s’adaptent-ils? Pendant quatre semaines, les journalistes de RTS Info ont sillonné le pays à pied, à vélo, en train ou en camping-car. Leur objectif: raconter ces vacances extraordinaires. 100% à la maison.

La carte

Chapitre 01

Deborah Sohlbank - RTS

Cette carte présente les différentes étapes de la série Home Suisse Home. Cliquez sur les flèches ou faites glisser votre doigt sur l'écran pour passer d'un épisode à l'autre.

Semaine 1: La Suisse centrale à pied

Chapitre 02

Deborah Sohlbank - RTS

C’est au centre géographique de la Suisse que débute le parcours des journalistes radio de RTS Info. Il se situe à Älggialp dans le canton d’Obwald à plus de 1600 mètres d’altitude. Une dizaine d’alpages, des vaches, une cascade et une petite chapelle : voilà le décor de ce centre si méconnu.

En 1988, à l’occasion des 150 ans de l’Office fédéral de la topographie, ce point a été marqué d’une pierre et d’une pointe métallique par le club local "Steinmanndli". Bien loin de l’agitation, l’Älggialp est l’endroit idéal pour retrouver le calme, se ressourcer, et peut-être même pour se recentrer après ce printemps si particulier. C’est ce que viennent rechercher certains des touristes suisses rencontrés (Lien vers l'épisode de l'Älggialp)

Entre traditions et tourisme, un subtil équilibre

À quelques kilomètres au sud, toujours dans le canton d’Obwald, les nuits sont parfois plus agitées. À Melchsee-Frutt (OW), les troupeaux de vaches rejoignent l’alpage après le crépuscule, pour éviter la chaleur de l’été et pour ne pas déranger le trafic.

Cette petite station familiale où les vaches se baladent librement a vu son développement s’accroître ces dernières années. Le milliardaire chinois Yunfeng Gao a décidé d’y investir son argent. Deux hôtels bâtis pour près de 100 millions de francs en 2011. Entre traditions et développement touristique, le décalage visuel ne passe pas inaperçu. (Lien vers l'épisode de Melchsee-Frutt)

>> Voir quelques images de cette première semaine:

Ce mélange entre tourisme et traditions, Adrien Krause et Deborah Sohlbank l’ont retrouvé à Engelberg. Ici, toujours dans le canton d’Obwald, un bâtiment se détache du luxe et des touristes étrangers: l’abbaye bénédictine.

Cette abbaye fêtera ses 900 ans cette année. Le bâtiment accueille une vingtaine de moines aujourd’hui. Ils étaient encore 130 dans les années 50. La version actuelle de l’imposant édifice a été érigée entre 1735 et 1740, après avoir été ravagée trois fois par les flammes. L’abbaye peut accueillir les touristes désirant se ressourcer. Une sorte de reconfinement après le déconfinement. (Lien vers l'épisode d'Engelberg)

L'importance du tourisme asiatique en Suisse centrale

Les moines d’Engelberg furent probablement les premiers à gravir le Titlis, un sommet culminant à 3238 mètres d’altitude. À la frontière entre les cantons d’Obwald et de Berne. Cette montagne est une destination phare des touristes indiens depuis que Bollywood en a fait son lieu de tournage alpin préféré. Faute de touristes étrangers -coronavirus oblige- les Suisses ont pu redécouvrir le calme de ce sommet. Un calme synonyme de pertes économiques pour les commerçants du Titlis. (Lien vers l'épisode du Titlis)

La Suisse centrale incarne également un tourisme plus romantique et nostalgique.

À Engstenalp, dans les bas-fonds du canton de Berne, un hôtel construit en 1892 rappelle cette époque où la Suisse attirait alors des aristocrates à la recherche d’émotions esthétiques. D’ailleurs, Einstein a séjourné dans cet hôtel qui aujourd’hui a une clientèle plus suisse, surtout en cette période. (Lien vers l'épisode de l'Engstenalp)

Enfin, une rencontre répétée a marqué cette première semaine de voyage à pied : la chemise à carreaux. Pourquoi cet amour des randonneurs pour ce motif ? Le carreau a-t-il une origine particulière ? Vous le découvrirez en retrouvant le reportage consacré au look des randonneurs ici.

>> Ecouter le reportage sur les chemises à carreaux:

Des touristes indiens au Titlis. [Urs Flueeler - Keystone]Urs Flueeler - Keystone
Le 12h30 - Publié le 10 juillet 2020

Semaine 2: sur les routes en camping-car

Chapitre 03

Nicole della Pietra et Alain Arnaud - RTS

Après le centre géographique de la Suisse, c'est du centre historique du pays que l'aventure des journalistes de RTSinfo continue. La nouvelle équipe composée de Nicole della Pietra et Alain Arnaud commence en effet son périple au Grütli, lieu mythique s'il en est, au bord du lac des Quatre-Cantons.

C'est sur cette petite prairie qu'aurait eu lieu la réunion des premiers Confédérés lors de leur conjuration contre les baillis autrichiens pour y prêter le Serment du Grütli. Un mythe fondateur qui visiblement séduit les Romands: "Quand je parle de la Suisse centrale avec des Suisses romands, ils mentionnent toujours le Grütli", raconte le pédagogue schwytzois mais néanmoins très francophile Sandro Forni, qui s’amuse de la différence de prononciation, Rütli en allemand, Grütli en français.

Sur le vapeur Unterwalden, entre le Grütli et Brunnen, 4 ados vaudois en chemise edelweiss s’émerveillent des beautés du pays, tandis qu’une hôtesse d’accueil sur les quais de Brunnen explique combien son installation dans la Suisse primitive a été difficile, jadis, dans les années 70, pour elle qui venait de Berne. (Lien vers l'épisode du Grütli)

Grands axes et petites vallées

Direction plein sud ensuite, le camping-car emprunte le col du Gothard, fameux passage à travers les Alpes. Et n'ayant peur de rien, les deux journalistes choisissent de redescendre par la Tremola, une route recouverte de pavés, aux innombrables lacets, dont le monde entier a déjà vu les images.

>> Voir une vidéo de la descente de la Tremola:

La descente de la Tremola en camping-car [RTS]
L'actu en vidéo - Publié le 20 juillet 2020

Sur place, ils rencontrent de nombreux Suisses romands en vacances. "Cette année, on n'a pratiquement que des touristes suisses", confirme d'ailleurs ce restaurateur du Gothard, qui admet apprécier les touristes, surtout lorsqu’ils sont suisses, âgés, ont une bonne rente et le temps de rester déguster un bon plat. Ou de trinquer avec un bon Merlot du Tessin, comme l’ont fait nos deux journalistes. Mais seulement après avoir garé leur camping-car pour la nuit! (Lien vers l'épisode de la Tremola)

Loin des grands axes routiers, le Tessin attire aussi un autre type de tourisme. A Cimalmotto, tout au bout du Val Maggia, on rencontre des vacanciers d’un autre genre, ceux qui donnent leur temps libre à des paysans de montagne. Ou comment passer ses vacances en travaillant.

Un domaine agricole hors du temps, alternatif, bio, créé il y a 35 ans par un couple de Zurichois et leurs 4 enfants, des soixante-huitards qui fuyaient la société de consommation. Et qui continuent au fin fond du Tessin de pratiquer le Züritütsch à longueur de journée. (Lien vers l'épisode de Cimalmotto)

Le boom du camping-car

Les deux journalistes de RTSinfo ne sont pas les seuls à arpenter le Tessin en camping-car. Il faut dire que ce type de vacances connaît un boom sans précédent cette année. Le géant Europcar parle d'une hausse de 10% alors que Camping Car Romandie, petite agence spécialisée dans le canton de Fribourg, parle d'une véritable explosion avec une progression de plus de 70%.

>> Voir quelques images de cette deuxième semaine:

Pas étonnant donc qu'en arrivant à l'étape suivante, à Tenero, le plus grand camping de Suisse, Campofelice, soit lui aussi pris d'assaut. Petite frayeur dans le dédale des allées : Nicole s’égare, Alain s’inquiète, ils se retrouvent près des sanitaires. Avec 3000 personnes qui vivent côte à côte sur le même périmètre, la question des mesures sanitaires devait forcément être abordée. Parce qu’on a beau être en vacances, la menace continue de planer.

Le camping propose donc les mesures habituelles de la nouvelle normalité: désinfectant un peu partout, gestes barrière, autocollants au sol, et un gros effort pour les équipes de nettoyage, très présentes dans les installations sanitaires communes. Et toujours en essayant de maintenir une atmosphère de vacances. Certaines familles décident de n’utiliser que les douches ou toilettes de leurs caravanes ou camping car, d’autres font confiance à l’hygiène de ce camping 5 étoiles. (Lien vers l'épisode de Campofelice)

>> Revoir l'émission spéciale de Forum en direct de Campofelice:

Forum spécial "Home Suisse Home" (vidéo) [RTS]
Forum (vidéo) - Publié le 15 juillet 2020

Nicole della Pietra et Alain Arnaud, accompagnés de leur nain de jardin mascotte, terminent leur semaine dans les Grisons, à Bergün, pour évoquer une institution suisse: les fameux villages de vacances Reka.

Parce que oui, c’est possible de passer des vacances abordables en Suisse. Les villages Reka proposent des appartements de vacances à des prix raisonnables, dans des lieux privilégiés. C’est vraiment le cas ici à Bergün, dans un cadre magnifique avec une foison d’activités comprises dans le forfait: sport, culture, gastronomie, excursions, jeux... Sans parler des pinots noirs grisons, que la clientèle romande de Bergün découvre avec délectation. Avec au passage une petite pique aux vignerons vaudois. (Lien vers l'épisode de Bergün)

Semaine 3: la traversée de la Suisse en train

Chapitre 04

RTS

Le camping-car rangé au garage sans dégât, c'est désormais en transports publics - et masqué! - que le nouveau duo de journalistes de RTSinfo sillonne le pays. Virginie Gerhard et Julie Rausis partent des Grisons, du "fin fond de la Suisse", puisque le village de Scuol est l'un des plus éloignés de la Suisse romande.

Ce haut lieu du thermalisme en Suisse sort doucement la tête... de l’eau, cet été, après la fermeture forcée du printemps. Il voit désormais défiler beaucoup plus de Romands qu’auparavant. (Lien vers l'épisode de Scuol)

Des Romands qui doivent se mettre au romanche, une langue vécue et cultivée dans le village. Tous les interlocuteurs ont accueilli les reporters avec des Allegra ou Bon di! Le nom des rues, les enseignes des magasins ou des hôtels sont aussi en romanche. Des hôtels qui affichent "complet", d'ailleurs, puisque les vastes étendues du Parc national tout proche attirent les touristes en quête de grands espaces (et de respect des mesures de distanciation physique!). Mais malgré tout, le village est très calme, loin du tourisme de masse.

Les Suisses au chevet d'Heidi, délaissée des Japonais

Le tourisme de masse, l'étape suivante le connaît habituellement. Maienfeld, petit village grison où Johanna Spiry a puisé l'inspiration pour créer le personnage d'Heidi, est d'habitude pris d'assaut par des hordes de Japonais depuis les années 1970, où l'histoire de la petite fille a été adaptée en dessin animé avec un succès fulgurant.

Même si l'absence de touristes étrangers représente environ 40% de visiteurs en moins par rapport à 2019, les responsables pensent finir l'année à l’équilibre grâce à la présence des Suisses. Et Heinz Dürler, maire de Maienfeld, de constater un changement d’ambiance dans les rues du centre cet été: "C'est plus calme!" (Lien vers l'épisode de Maienfeld)

>> Voir quelques images de cette troisième semaine:

Les transports publics emmènent ensuite les deux journalistes dans le Toggenburg, un lieu peu connu des Romands, aux vertus très relaxantes... ce qui n'est pas un luxe après après avoir pris deux trains et fait 45 minutes de car postal pour rejoindre Wildhaus.

Ici, en été, l’argument pour séduire les touristes c’est: les sons. C’est plutôt original et pourtant c’est un héritage sur lequel les acteurs touristiques de la région misent beaucoup, que ce soit par des rencontres avec des musiciens ou des chanteurs ou par des massages sonores. Mais l’attraction numéro un c’est le chemin des sons. (Lien vers l'épisode du Toggenburg)

Un conflit de générations

Changement drastique de décor pour l'étape suivante. Après les calmes préalpes appenzelloises, le duo se rend dans la dynamique Bâle. Premier arrêt en ville d'ailleurs depuis le début de l'opération Home Suisse Home. Objectif: rencontrer les jeunes, qui ont eux aussi pour certains décidé de rester en Suisse, malgré l'absence de grands festivals et de multiples animations qui passent à la trappe.

Jo Verjeat, écologiste de 26 ans et plus jeune élue du Parlement bâlois, confirme que Bâle "est une ville pour les jeunes, notamment avec le Rhin qui sert de piscine naturelle au centre de la ville, et avec les bars et les clubs qui ont récemment obtenu l'autorisation d'ouvrir une heure supplémentaire. Mais cette présence nocturne des jeunes engendre aussi des conflits."

Ce conflit de génération touche également la Suisse romande, avec notamment des rassemblements de jeunes qui ont débordé à Neuchâtel ou dans le canton de Vaud. C’est aussi le cas à Bâle qui a mis en place une Task Force pour aller à la rencontre des jeunes. De jour comme de nuit, ils s'assurent que les mesures sanitaires sont respectées. (Lien vers l'épisode de Bâle)

Le respect des mesures sanitaires est aussi au centre des préoccupations dans le dernier lieu visité cette semaine: le camping de La Chaux-de-Fonds. Un choix de destination qui peu paraître surprenant, puisque la cité horlogère n’est pas une destination touristique évidente à première vue. Mais elle a plein d’atouts: ses musées, sa célèbre architecture bien sûr mais aussi sa nature. (Lien vers l'épisode de La Chaux-de-Fonds)

Le masque dans les transports, pas si décourageant

Au terme de 15h20 passés en une semaine dans les transports, avec 12 changements de trains, de bus, de trams et de car postal, les deux journalistes ont pu constater que les usagers respectaient le port du masque. Les CFF estiment d'ailleurs que cette mesure, loin de décourager ses clients, les rassure plutôt.

Toutefois, même si pas mal de monde voyageait avec des valises, aucun train n'a jamais été bondé, même sur les lignes touristiques comme les chemins de fer rhétiques. La compagnie grisonne constate d’ailleurs une baisse de 40 à 45% de trafic au mois de juillet par rapport à l’an passé.

>> Ecouter dans le 12h30 le sujet sur les transports publics:

Le port du masque est obligatoire dans les transports publics en Suisse. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Le 12h30 - Publié le 24 juillet 2020

Semaine 4: la Suisse romande à vélo

Chapitre 05

Joëlle Cachin - RTS

C'est à la force des mollets (et avec une petite aide électrique) que le dernier duo de Home Suisse Home, composé de Joëlle Cachin et Guillaume Rey, pédale à travers la Suisse romande. De Noiraigue jusqu'à Zermatt, l'occasion est belle pour les deux journalistes de découvrir comment le tourisme romand s'adapte à la crise.

Force est de constater qu'ils ne sont pas les seuls cyclistes à emprunter les routes du pays. Les ventes de vélos ont en effet triplé au mois de mai et juin 2020 selon Vélosuisse, la faîtière de la branche. Rent a Bike, spécialiste de la location de vélos, annonce pour sa part que les locations de vélos électrique ont doublé depuis 2015. "Effectivement, cette année il y a beaucoup de locations individuelles", confirme Matthias von Wyss, directeur de Goût & Région, qui a loué les vélos aux deux journalistes de la RTS dans le Val-de-Travers.

Qui dit Val-de-Travers dit aussi absinthe. Après avoir longé l'Areuse et passé devant les anciennes mines d'asphalte, ils s'arrêtent à Môtiers pour découvrir le musée consacré à la Fée verte. "Après une absinthe à 77%, vous pédalerez plus facilement", plaisante Clara, responsable de la dégustation ce jour-là à la Maison de l'Absinthe, qui constate elle aussi une hausse de la fréquentation cycliste cet été. (Lien vers l'épisode du Val-de-Travers)

Le boom des logements insolites

Malgré les dégustations d'absinthe, le duo arrive sans encombre à son étape suivante, Cully, pour s'intéresser aux Bed & Breakfast (B&B), un type de logement touristique qui ne représente que 2% à peine des nuitées en Suisse. Celui de Yolande Pedrizat-Duboux, situé au coeur des vignes, a été aménagé dans une maison vigneronne.

Et l'hôte est particulièrement heureuse de retrouver des clients, après plusieurs semaines d'inactivité due au coronavirus. "Ils sont braves nos Suisses allemands", sourit-elle. "Il y a beaucoup de jeunes, qui ne seraient pas forcément venus dans un B&B normalement, ça crée de belles complicités. Il faut espérer que ça dure au moins jusqu'en septembre..." (Lien vers l'épisode de Cully)

Les B&B ne sont pas les seuls logements peu habituels à bénéficier de cet été particulier. Et si les deux journalistes n'ont pas pu passer la nuit suivante dans les arbres comme prévu avec Arbocamp sur les hauts de Martigny - la faute à une météo capricieuse - l'organisateur a quand même le sourire. "On a beaucoup de Suisses qui sont restés par ici et qui ont cherché des choses à faire, donc le calendrier s'est très vite rempli", explique Yann Vuilleumier d'Arbocamp. Un constat partagé par la plateforme Cadeaux 24: en Suisse romande, pour le mois de juin, la vente de bons pour séjour insolite a augmenté de 110% par rapport à l'année dernière.

>> Ecouter le sujet du 12h30 consacré aux logements insolites:

Arbocamp propose des nuits dans les arbres. [Arbocamp]Arbocamp
Le 12h30 - Publié le 28 juillet 2020

Troisième étape, le Valais et ses attractions familiales que sont le Swiss Vapeur Parc au Bouveret et le Labyrinthe Aventure d'Evionnaz. Et là aussi, les Suisses allemands sont au rendez-vous. "On est restés là à cause du corona. On profite de la Suisse, qu'on connaît en fait moins bien que l'étranger", admet un touriste bernois. L'augmentation de la fréquentation des Suisses permet d'ailleurs de pallier l'absence des touristes étrangers. Si bien que le Swiss Vapeur Parc affiche des chiffres similaires à l'été dernier, tandis que Labyrinthe Aventure s'en sort pour l'instant même mieux. (Lien vers l'épisode du Valais)

>> Voir quelques images de cette quatrième semaine:

De Martigny, les deux cyclistes ont ensuite longé le Rhône pour rejoindre Sierre, où ils ont également testé un mode d'hébergement un peu particulier, spécialement prévu pour les gens qui circulent sur deux roues, avec une sonnette... C'est une alternative gratuite à l'hôtel ou au camping, et qui s'appelle: le réseau warmshowers.

En résumé, Warmshowers est un site web qui met en lien les cyclo-voyageurs du monde entier pour s'accueillir mutuellement et trouver un lit pour la nuit, ainsi que, surtout une bonne douche chaude. Il y a plus de 100'000 membres à travers le monde, dont quelques-uns dans la région sierroise. (Lien vers l'épisode de Sierre)

Le tourisme du luxe souffre aussi

Pour la dernière étape de ce périple à travers la Suisse, les deux cyclistes ont appris une bonne leçon: la gestion de la batterie. Après un dernier trajet plutôt long dans la vallée du Rhône, l'assistance électrique leur a fait faux bond dans la montée vers Zermatt. C'est donc en train depuis Randa - "l'avant-dernière halte avant la station, donc ça va..." - qu'ils ont rejoint les boutiques et chalets de luxe du village valaisan.

Et si certains hôtels de montagne arrivent malgré tout à tirer leur épingle du jeu, comme le Zermatthof qui a baissé le prix des chambres pour attirer davantage de clients suisses, le secteur du luxe est lui aussi touché par la crise. "Même si on a des clients suisses, il nous manque les touristes internationaux, donc on remarque une différence", constate ainsi Nicolai Blasic, directeur de Rolex et Bucherer à Zermatt. Cette absence de touristes étrangers se remarque jusqu'au parking: "Les cars de touristes asiatiques ont été remplacés par voitures individuelles. Le parking de Taesch, là où il faut s'arrêter pour prendre le train, est d'ailleurs régulièrement complet", remarque Daniel Luggen, le directeur de Zermatt Tourisme. (Lien vers l'épisode de Zermatt)

>> Ecouter le bilan de la série dans La Matinale:

Home, Suisse Home: bilan de l'afflux de touristes en Suisse (vidéo) [RTS]
La Matinale - Publié le 31 juillet 2020

L'heure du bilan depuis Zermatt

Chapitre 06

Joëlle Cachin/Guillaume Rey - RTS

Le coronavirus n'a pas eu la peau du tourisme suisse. Le bilan de l'opération Home, Suisse Home après avoir sillonné le pays à pied, en transports publics, en camping car ou à vélo.

Home, Suisse Home: bilan du secteur touristique en Suisse [RTS]
Forum (vidéo) - Publié le 31 juillet 2020

Ecouter l'interview de Romy Biner-Hauser, présidente de la commune de Zermatt.

Le tourisme se porte bien à Zermatt à mi-saison: interview de Romy Biner-Hauser [RTS]
Forum (vidéo) - Publié le 31 juillet 2020

Ecouter l'interview de Pierre Mathey, secrétaire général de l'Association suisse des guides de montagne.

Equilibre compliqué entre tourisme et protection des espaces naturels en montagne: interview de Pierre Mathey [RTS]
Forum (vidéo) - Publié le 31 juillet 2020

Le nouveau business du vélo électrique avec les mêmes destinations que la Haute route, à savoir Chamonix et Zermatt. L'interview de Maxence Carron, guide de vélo de montagne.

Le nouveau business de la Haute Route en e-bike: interview de Maxence Carron [RTS]
Forum (vidéo) - Publié le 31 juillet 2020

Cette année 2020 sera-t-elle celle de la revanche des résidences secondaires, ces mal-aimés des montagnes ?

Interviews de Nicolas Leuba, président de la Fédération valaisanne des résidences secondaires, Claude Buchs, hôtelier à Saint-Luc et membre du comité de l'Association hôtelière du Valais, Christophe Darbellay, conseiller d'Etat PDC valaisan, et Vera Weber, présidente de la Fondation Franz Weber.

La revanche des résidences secondaires: interviews de Nicolas Leuba et Claude Buchs [RTS]
Forum (vidéo) - Publié le 31 juillet 2020

L'été d'habitude, c'est la mer, et l'hiver c'est le ski pour la plupart des Suisses. Cette année, de nombreux Helvètes redécouvrent leur pays sous le soleil un peu caniculaire de cette fin de juillet. Assiste-t-on à la revanche du tourisme d'été sur l'hiver? Et est-ce que c'est plus durable?

Interviews de Claude Buchs, hôtelier à Saint-Luc et membre du comité de l'Association hôtelière du Valais, Pierre Mathey, secrétaire général de l'Association suisse des guides de montagne, Christophe Darbellay, conseiller d'Etat PDC valaisan, et Vera Weber, présidente de la Fondation Franz Weber.

La revanche du tourisme d’été: interviews de Claude Buchs et Pierre Mathey [RTS]
Forum (vidéo) - Publié le 31 juillet 2020