Modifié

La suppression de l'AG pour étudiants fait grincer des dents sous la Coupole

L'AG Junior pour étudiants sera supprimé. [Gaetan Bally - Keystone]
La suppression de l'AG pour étudiants fait grincer des dents sous la Coupole / La Matinale / 1 min. / le 29 juin 2020
La suppression de l'abonnement général pour étudiantes et étudiants interpelle le monde politique. Des parlementaires, de gauche comme de droite, s'alarment de cette décision.

L'Alliance Swisspass a annoncé et justifié cette mesure la semaine passée avec un argument: cet abonnement représente une inégalité de traitement au sein d'une catégorie d'âge, puisqu'il s'adresse uniquement aux 25-30 ans qui sont à l'université ou dans une haute école.

>> Lire: Nouvelles offres pour ramener la clientèle dans les transports publics

Cet argumentaire peine à convaincre de nombreux parlementaires: "C'est contradictoire de supprimer l'AG étudiant et d'annoncer en même temps qu'il n'y aura pas de hausse des prix!", relève le conseiller national socialiste Mathias Reynard. Le Valaisan déposera une intervention pour lutter contre cette mesure lors de la prochaine session de septembre.

Le sujet pourrait même être abordé avant pour les parlementaires qui siègent à la commission des transports. Pour le conseiller aux Etats PLR Olivier Français, qui en fait partie, il s'agit d'une mesure antisociale, mais aussi d'une erreur stratégique, à l'heure du coronavirus, où l'on essaie de faire remonter les gens dans les trains.

>> L'interview d'Olivier Français dans La Matinale:

Olivier Français: "il y a notamment des possibilités dans le sous-sol pour construire une nouvelle voie" [RTS]RTS
AG supprimé pour les étudiants: réaction d'Olivier Français / La Matinale / 1 min. / le 29 juin 2020

Pour la conseillère nationale Verte genevoise Isabelle Pasquier-Eichenberger, cette décision manque sa cible puisque ce sont justement les jeunes qu'il faut encourager à voyager en transport en commun.

Plus de 22'000 étudiantes et étudiants sont concernés par cette mesure, qui ne va donc pas rester sans réponse sous la Coupole fédérale.

Camille Degott/lan

Publié Modifié