Banner 10 juin [Keystone]
Publié Modifié

Santésuisse refuse que les caisses maladie paient pour les tests et les déficits des hôpitaux

- Santésuisse refuse que les caisses maladie prennent en charge les pertes de revenus des hôpitaux pendant la crise du Covid-19, ainsi que le coût des tests de dépistage. La faîtière des assureurs maladie estime que c'est aux cantons de payer la facture, eux qui profitent des bénéfices des hôpitaux en temps normal.

- Lausanne et Fribourg ont annoncé mercredi la création de bandes cyclables provisoires pour favoriser l'utilisation du vélo et éviter un engorgement des voies de circulation. La fréquentation des transports publics n'ayant pas retrouvé son niveau habituel, les autorités craignent un report sur la voiture. La même mesure a créé la polémique en mai dernier à Genève.

- Alors que le Conseil fédéral a confirmé en début de semaine qu'il n'entendait pas accorder d'aides d'urgence aux établissements publics, crèches en particulier, la grogne s'intensifie chez les parlementaires romands, qui comptent revenir à la charge.

- La Suisse a enregistré mercredi 23 cas supplémentaires de Covid-19 lors des dernières 24 heures contre 16 mardi, a annoncé l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans son bilan quotidien. Avec 31'011 cas, la barre des 31'000 cas a été franchie.

- Ne restent désormais interdites que les compétitions sportives avec un étroit contact physique, les groupes de plus de 30 personnes dans l'espace public et les manifestations de plus de 300 personnes. L'OFSP recommande toujours de garder ses distances, de porter un masque dans le cas où une distance suffisante ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo

21h00

Santésuisse refuse de prendre en charge les pertes des hôpitaux

Santésuisse refuse que les assureurs maladie prennent en charge les pertes de revenus rencontrées par les hôpitaux pendant la crise due au coronavirus. Dans une lettre ouverte adressée mercredi à la Conférence des directeurs cantonaux de la santé, elle juge les demandes de ces derniers inappropriées.

"Lorsque les hôpitaux ont réalisé des bénéfices ces dernières années, ceux-ci n'ont jamais profité aux payeurs de primes, mais à leurs propriétaires, dont les cantons font partie", souligne santésuisse dans un communiqué joint à la lettre ouverte.

Santésuisse rejette également la demande de financer les coûts engendrés par les tests. Selon la loi sur les épidémies, les cantons doivent supporter les coûts des enquêtes épidémiologiques, ajoute la faîtière.

>> Ecouter l'interview de Chrisophe Kaempf, porte-parole de santésuisse, dans Forum:

Les assurances maladies ne veulent pas payer les coûts de l’épidémie du Covid-19: interview de Christophe Kaempf [RTS]
Les assurances maladies ne veulent pas payer l'entièreté des coûts de l’épidémie du Covid-19: interview de Christophe Kaempf / Forum (vidéo) / 8 min. / le 10 juin 2020

20h30

Manifestation anti-raciste à Genève, quid du coronavirus ?

Mardi soir, l’affluence aura été spectaculaire à Genève pour la marche contre le racisme. Défiant les attentes, plus de 10'000 personnes se sont en effet rassemblées.

Mais même si les deux problématiques semblent séparées, la question sanitaire se pose et agite le débat politique. Pour rappel, les rassemblements de plus de 300 personnes sont toujours formellement interdits afin d’éviter de nouvelles flambées de contaminations au coronavirus.

>> Revoir l'interview du conseiller d'Etat Mauro Poggia (MCG) dans Forum:

Manifestation de 10'000 personnes dans la rue à Genève contre le racisme: interview de Mauro Poggia [RTS]
Manifestation de 10'000 personnes dans la rue à Genève contre le racisme: interview de Mauro Poggia / Forum (vidéo) / 7 min. / le 10 juin 2020

>> Revoir le reportage du 19h30:

Après les manifestations contre le racisme en Suisse romande, la question sanitaire agite le débat [RTS]
Après les manifestations contre le racisme en Suisse romande, la question sanitaire agite le débat / 19h30 / 2 min. / le 10 juin 2020

20h00

Peu après la réouverture, le public répond présent au zoo de Zurich

Le zoo de Zurich a inauguré un ambitieux complexe qui abrite quinze espèces de la savane kenyane : rhinocéros blancs, girafes ou encore rats-taupes nus.

Cet énorme chantier a duré plus de deux ans et coûté 56 millions de francs, entièrement financé par des dons privés et des fondations.

Avec la réouverture du zoo, mesures sanitaires obligent, le nombre de visiteurs est limité à 5800 par jour. L’établissement compte cependant bien renflouer ses caisses après avoir perdu plus de 5 millions et demi de francs, après trois mois de fermeture forcée.

Pour l’instant, le public semble en tous les cas au rendez-vous.

>> Revoir le reportage du 19h30:

Un bout de savane africaine aménagé dans le zoo de Zurich pour 56 millions de francs [RTS]
Un bout de savane africaine aménagé dans le zoo de Zurich pour 56 millions de francs / 19h30 / 2 min. / le 10 juin 2020

17h40

Les riverains de l'aéroport de Genève exposent leurs revendications

Pour la Coordination pour un aéroport respectueux de la population et de l'environnement (CARPE), la reprise des vols lundi à Genève Aéroport doit se faire dans le respect de l'environnement et des riverains. Elle demande de mieux cibler les vols et de réduire leur nombre.

Pour relever le défi climatique et répondre à l'intérêt public en matière de santé, l'aéroport doit s'orienter sur ce qui sert directement la région genevoise: les vols stratégiques pour l'économie et la Genève internationale, a indiqué mercredi la CARPE. Celle-ci est à l'origine de l'initiative adoptée en novembre pour un pilotage démocratique de l'aéroport et une limitation des nuisances.

La coordination va s'engager auprès des autorités pour que les nouveaux articles constitutionnels soient mis en oeuvre dans le cadre du déconfinement. Cette étape constitue "une occasion unique de réfléchir à l’avenir d’un aéroport qui serait bien intégré dans son territoire", écrit-elle. Avec l'arrêt des vols pendant la pandémie de Covid-19, la qualité de vie des riverains s'est nettement améliorée.

16h20

Les Verts zurichois excluent un député "corona-sceptique" du parti

Les Verts zurichois ont exclu de leurs rangs un député au Grand Conseil qui avait qualifié le coronavirus de "grippe tenace montée en épingle par les médias". Agriculteur âgé de 68 ans, le principal intéressé avait déjà été condamné en justice pour avoir refusé de vacciner ses bovins et ne pas avoir fait venir le vétérinaire pour soigner l'un d'eux.

Le comité directeur des Verts du canton de Zurich a décidé d'exclure Urs Hans du parti, indique mercredi à Keystone-ATS la conseillère nationale Marionna Schlatter, présidente de la section cantonale. Elle confirme une information révélée par le site en ligne de la NZZ.

Le groupe des Verts au Parlement zurichois et la direction du parti avaient déjà pris leurs distances avec les propos du principal intéressé. Ils dénonçaient "ses thèses aventureuses sur la pandémie et sur le traitement du Covid-19 (à renfort de vitamine C), dénuées de toute base scientifique".

15h20

Fribourg dote le boulevard de Pérolles d'une piste cyclable

La ville de Fribourg développe son offre de pistes cyclables, dans le contexte de la crise du Covid-19 propice à la mobilité douce. Un tracé provisoire est offert aux cyclistes sur le boulevard de Pérolles, entre la gare et de giratoire des Charmettes.

Les autorités communales fribourgeoises avancent mercredi deux faits pour motiver leur décision. D'abord, les transports publics enregistrent une baisse de leur fréquentation dans le contexte de crise sanitaire. Ensuite, le défi des villes consiste à favoriser de plus en plus un report vers la mobilité douce.

La Ville de Fribourg veut ainsi agir pour améliorer les conditions de circulation et de sécurité offertes aux cyclistes, précise le communiqué. La piste sur le boulevard de Pérolles profitera d'une phase de test de deux mois. Au-delà, le chef-lieu cantonal veut continuer à améliorer et à compléter son réseau cyclable.

13h15

Unia réclame une revalorisation des métiers précaires mis en lumière par la crise

Le syndicat Unia a lancé mercredi à Genève une campagne pour revaloriser les salaires des métiers qui se sont retrouvés au front lors de la crise sanitaire. La pandémie de Covid-19 a mis en lumière les conditions hautement précaires de ces branches, estime-t-il.

Pendant la période de semi-confinement, la population a pu s'apercevoir que le personnel soignant n'a pas été le seul à montrer son dévouement et à prendre des risques pour sa santé. Vendeuses et nettoyeurs ont aussi participé au maintien de services essentiels pour tous, indique Unia.

Ces métiers de l'ombre, occupés en grande majorité par des femmes issues de l'immigration, ont toutefois la particularité d'être très peu rémunérés. "Le grand public s'est rendu compte que ces personnes, si indispensables à la vie en société, gagnent des salaires qui permettent à peine de vivre à Genève", note le syndicat. Il rappelle que 10% des travailleurs genevois ont aujourd'hui un salaire inférieur à 23 francs de l'heure et réclame, avec d'autres syndicats, l'ouverture de négociations salariales dans le commerce de détail, les EMS et le nettoyage.

13h05

Pas de course d'école hors de Suisse pour les Vaudois l'année prochaine

Les écoliers et gymnasiens vaudois voyageront uniquement en Suisse durant la prochaine année scolaire. Le canton a pris cette mesure pour pouvoir organiser plus sereinement les prochains voyages d'études, mais aussi pour diminuer leur impact sur le climat et pour soutenir l'économie suisse en cette période post-Covid.

Décider de voyager en Suisse permet de contribuer à relancer le tourisme, a indiqué mercredi le Département vaudois de la formation. Le potentiel de retombées est estimé à plus de 7 millions de francs, rien que pour les établissements de formation vaudois. Cela engendre en outre un impact climatique "plus modéré".

La conseillère d'Etat Cesla Amarelle (PS) invite les autres cantons à faire un geste dans cette direction. Elle a écrit à la Conférence suisse des directeurs de l'instruction publique (CDIP) pour demander à ses collègues de faire de même.

12h50

L'Euroairport de Bâle prêt à redécoller

Après avoir vu son activité quasiment s'arrêter ces derniers mois en raison de la pandémie de Covid-19, l'Euroairport de Bâle-Mulhouse s'apprête à redémarrer avec la réouverture progressive des frontières européennes le 15 juin. L'activité devrait repartir dès la mi-juin et la quasi-totalité des destinations européennes devraient à nouveau être desservies d'ici la fin de l'année.

Sur les mois d'avril et de mai, l'aéroport a vu son trafic passagers s'effondrer de 99,8% sur un an, alors que l'activité de fret est restée quasiment stable au premier trimestre, a indiqué la société mercredi dans un communiqué. Pour l'ensemble de l'année, la structure binationale table sur une chute qui pourrait aller jusqu'à 80% du nombre de passagers, soit 1,8 million, contre 9,1 millions en 2019. Un retour à la performance d'avant la crise sanitaire n'est pas anticipé avant 2023.

Afin de garantir sa santé financière, l'Euroairport, qui n'a pas fait appel à des aides publiques, a pris plusieurs mesures pour s'assurer d'avoir suffisamment de liquidités. Pour l'heure, la société a indiqué disposer "de moyens financiers suffisants". Les investissements ont été ramenés à un cinquième du budget initial prévu en 2020, l'entreprise a introduit le chômage partiel et gelé les embauches.

12h30

Avec 23 nouveaux cas, la barre des 31'000 contaminations est franchie en Suisse

La Suisse compte désormais 31'011 cas de contamination au SRAS-CoV-2, a annoncé mercredi l'Office fédéral de la santé publique dans son bilan quotidien. 23 nouveaux cas ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures.

Toujours selon les données de l'OFSP, 3987 personnes ont été admises à l'hôpital depuis le début de la pandémie, et une seule depuis le début du mois de juin.

Deux décès en juin

1675 décès sont en outre à déplorer, soit douze de plus que le bilan annoncé la veille. A l'exception d'un cas qui remonte au 8 juin, il s'agit du rattrapage de l'enregistrement de décès plus anciens, survenus en avril (9) et en mai (2). En tout et pour tout, deux décès sont à déplorer depuis le début du mois de juin, à Schaffhouse et au Tessin.

Entre le 1er et le 10 juin, Zurich (23), Vaud (17), le Valais (16), Fribourg (13) et Genève (11) sont les seuls cantons qui ont signalé plus de 10 nouvelles contaminations.

11h20

15% de surface de bureaux en moins dans dix ans?

Les faillites et l'augmentation du chômage pèseront, à l'avenir, sur la demande en immeubles commerciaux. De plus, le marché des bureaux sera aussi affecté négativement par le télétravail. C'est ce qu'affirment les économistes de Credit Suisse dans leur moniteur de l'immobilier suisse du deuxième trimestre, publié mardi.

Les économies potentielles risquent en effet de s'avérer sont trop tentantes pour de nombreuses entreprises. Ainsi, les frais liés aux locaux représentent un facteur de coûts majeur, souvent situé autour de 5% des revenus. Les entreprises interrogées par Credit Suisse estiment pouvoir à l'avenir économiser 7% de leur surface de bureaux. À un horizon de dix ans, elles tablent même sur des économies de surfaces de 15%. Rien que cette année, 770'000 m2 d'espaces de bureaux en moins pourraient être nécessaires.

"On ne sait pas encore à quelle échelle les gens vont faire du télétravail. Il est difficile de savoir si ce sera 7 ou 14%. Je penche plutôt pour la fourchette basse. Et dans tous les cas, on va remplacer les bureaux classiques par d'autres formes de travail. Ce n'est donc pas une surface qui va disparaître, mais qui sera simplement utilisée de manière différente", a estimé le spécialiste de l'immobilier au sein de l'entreprise de consulting Wuest&Partner Hervé Froidevaux mercredi dans La Matinale de la RTS.

>> Ecouter La Matinale revenir sur l'impact du Covid-19 sur les locaux commerciaux:

Les bureaux vacants sont nombreux à Genève, contrairement aux logements. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Des surfaces de bureaux vidées par les faillites, le chômage et le télétravail / La Matinale / 1 min. / le 10 juin 2020

11h10

Fribourg renforce son aide pour les loyers commerciaux

Le Conseil d’Etat fribourgeois a décidé mercredi de relever les plafonds de sa mesure sur les baux et fermages commerciaux. Annoncée le 22 avril, elle prévoit la prise en charge de loyers et d’intérêts hypothécaires.

Avec effet rétroactif, les plafonds couverts par l’Etat passent de 2500 à 5000 francs pour les entités économiques "standards" et de 3500 à 7000 francs pour les établissements publics. La mesure est déjà dotée d’une enveloppe de 20 millions de francs. Les demandes peuvent être déposées jusqu’à fin juillet.

Cette adaptation vise à réduire encore plus efficacement les charges fixes des entreprises touchées de plein fouet par la crise du Covid-19.

10h50

Qui sont les personnes qui attrapent encore le Covid-19 en Suisse?

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 ne cesse de baisser en Suisse. Depuis quelques semaines, ils sont même très rares, avec une moyenne de 15 nouvelles contaminations par jour, contre plus de 1000 fin mars. Ces personnes qui attrapent encore le SRAS-CoV-2 sont essentiellement des actifs âgés de 20 à 60 ans, selon les données de l'Office fédéral de la santé publique. Ils ont contracté le plus souvent le virus dans le cadre familial, ensuite au travail, et quelquefois dans leur cercle d'amis.

Ces cas sont parfois anciens: dans le canton de Vaud, sur la vingtaine de cas signalés depuis début juin, neuf n'étaient pas récents. Les personnes en question n'avaient plus de symptômes et ont été testées par hasard, souvent une opération ou avant le début d'obligations militaires.

Tests positifs plusieurs semaines après

"Les tests de dépistage peuvent rester positifs plusieurs semaines, voire des mois après avoir contracté la maladie. Ca ne veut pas nécessairement dire qu'il s'agit de virus encore vivants", a expliqué au micro de La Matinale Estelle Moulin, cheffe de clinique pour les maladies transmissibles à l'Office du médecin cantonal vaudois.

Au niveau suisse, toutefois, la majorité des nouvelles contaminations sont récentes et il y a encore des personnes susceptibles de transmettre l'infection, a mis en garde la cheffe du contrôle de l'infection à l'OFSP Virginie Masserey, qui cite l'exemple du foyer apparu cette semaine à l’Hôpital de Martigny.

>> Ecouter la Matinale dresser le profil de ces nouveaux malades:

Un membre du personnel soignant des soins intensifs de l'hôpital de Sion. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Qui sont les personnes qui contractent le coronavirus aujourd’hui en Suisse? / La Matinale / 1 min. / le 10 juin 2020

10h05

Lausanne adopte un plan provisoire pour favoriser la mobilité douce

Après Genève, Lausanne adapte à son tour son offre au centre-ville pour soutenir l'économie et la mobilité, a appris la RTS. La volonté est de favoriser la mobilité douce et la convivialité en ralentissant les déplacements en véhicules à moteur. La Municipalité prévoit ainsi plus d'espace sécurisé pour les vélos, avec sept kilomètres de nouvelles bandes cyclables, et 18 nouvelles zones à trafic modéré.

>> Plus de détails dans notre article: Lausanne ralentit son centre-ville pour favoriser mobilité douce et convivialité

"Nous devons saisir ce moment charnière. Aujourd'hui, beaucoup de gens craignent de prendre les transports publics et nous voulons offrir la possibilité aux personnes de se déplacer par exemple en vélo. On sait que près de la moitié de la population en a un à la cave et souhaiterait se déplacer, mais n'ose pas pour des questions de sécurité. Là, on peut intervenir en tant qu'entité publique", a expliqué la municipale lausannoise Florence Germond (PS) dans La Matinale de la RTS mercredi.

>> Ecouter l'interview de Florence Germond:

Florence Germond, directrice des Finances à la ville de Lausanne. [Marcel Bieri - Keystone]Marcel Bieri - Keystone
Florence Germond s'exprime sur le plan d’aménagements provisoires de la municipalité de Lausanne / La Matinale / 7 min. / le 10 juin 2020

>> Regarder aussi le reportage du 12h45 mercredi:

Lausanne ralentit son centre-ville pour favoriser mobilité douce et convivialité [RTS]
Lausanne ralentit son centre-ville pour favoriser mobilité douce et convivialité / 12h45 / 1 min. / le 10 juin 2020

09h20

Seuls un Genevois et un Vaudois sur dix ayant attrapé le coronavirus ont été testés

10% des Genevois et 7% des Vaudois possèdent des anticorps contre le SRAS-CoV-2, ont montré deux études des HUG et du CHUV dévoilées récemment. Rapporté à la population de ces cantons, cela signifie qu'environ 50'000 habitants du canton de Genève et 56'000 du canton de Vaud ont été contaminés par le virus responsable de la pandémie de Covid-19.

Or, du début de la crise jusqu'à aujourd'hui, 5165 Genevois et 5460 Vaudois ont été testés positifs après un test en laboratoire. Autrement dit, il y a vraisemblablement eu dix fois plus de personnes infectées par le coronavirus que les cas officiellement diagnostiqués.

Deux raisons peuvent expliquer cette lacune: d'une part, les personnes contaminées mais sans symptômes n'ont probablement pas été dépistées. D'autre part, celles qui sont tombées malades mais ne faisaient pas partie d'un groupe à risque (personnes de plus de 65 ans, malades chroniques ou personnel de santé) n'étaient pas invitées à se faire tester au plus fort de la crise, et n'ont donc pas pu être comptabilisées.

>> Ecouter aussi l'analyse de Lucia Sillig dans La Matinale de la RTS mercredi:

Les tests sérologiques sont essentiels pour savoir quelle partie de la population a été infectée par le covid-19. [DENIS BALIBOUSE  - KEYSTONE / POOL REUTERS]DENIS BALIBOUSE - KEYSTONE / POOL REUTERS
Probablement 10 fois plus de cas de Covid-19 que recensés dans le canton de Vaud ou à Genève / La Matinale / 1 min. / le 10 juin 2020

08h25

Le Conseil fédéral persiste à exclure les crèches publiques des aides financières

Face au Conseil national, le gouvernement a répété en début de semaine qu'il ne veut pas soutenir financièrement les crèches publiques touchées par la crise du Covid-19. A ses yeux, les aides d'urgence ne sont pas destinées aux institutions gérées par les pouvoirs publics. Nettement majoritaires en Suisse alémanique, les crèches privées, elles, peuvent bénéficier de 65 millions de francs débloqués par le Parlement.

Chez les parlementaires romands, la fronde gronde toujours plus. Ils dénoncent une inégalité entre structures d'accueil et veulent tout faire pour éviter des faillites. "La volonté du législateur n'a pas du tout été entendue par le Conseil fédéral. On ne va pas laisser les choses dans cet état (...). On va de nouveau intervenir en commission et essayer de déposer une motion", a annoncé la conseillère nationale Valérie Piller-Carrard (PS/FR) dans La Matinale de la RTS mercredi.

>> Ecouter son interview dans La Matinale:

Une pétition fribourgeoise demande aux autorités d'abandonner l'obligation de porter le masque pour le personnel des crèches (image d'illustration). [Estela Silva - Keystone/EPA]Estela Silva - Keystone/EPA
Les crèches publiques ne recevront pas de subventions de la Confédération / La Matinale / 1 min. / le 10 juin 2020

07h35

Pas de vague de faillites dans les entreprises suisses

Il n'y a pour l'instant pas de disparition massive de PME en Suisse. La stratégie du Conseil fédéral visant à prévenir une vague de faillites suite au coronavirus semble porter ses fruits.

C'est ce que montre une analyse des inscriptions au registre du commerce de 2020 et de la même période l'an passé, rapporte mercredi la NZZ. Les données sont fournies quotidiennement par la plateforme de données économiques Moneyhouse, précise le journal.

Le nombre de faillites et de liquidations quotidiennes au début de 2020 était déjà bien supérieur au niveau de 2019. La situation initiale de janvier à mi-février, c'est-à-dire dans la période précédant la crise du coronavirus, était déjà pire qu'en 2019.

Pour soulager les entreprises suite au confinement, le Conseil fédéral avait suspendu les poursuites jusqu'au 19 avril. Après cette échéance, le nombre de faillites et de liquidations a à nouveau augmenté. Début mai, il y avait déjà un retour à la normale. A partir de la seconde semaine de mai, le volume était à peu près au même niveau que l'an passé, précise le journal. 

Bien que le nombre de faillites et de liquidations ait à nouveau augmenté à environ 90 par jour, on ne peut pas parler d'une vague de faillite, selon la NZZ. Seuls les prochaines mois montreront si les pires scénarios ont été évités ou si les mesures du Conseil fédéral n'ont fait que reporter les faillites, conclut le journal.

07h15

La crise a fait retrouver de multiples fonctions aux familles

La crise sanitaire liée au coronavirus a-t-elle changé le visage de nos familles? Des familles qui ont vécu deux mois de semi-confinement, avec des enfants à la maison jusqu'à lundi, jour de retour des élèves de secondaire 2 à l'école.

Eric Widmer, professeur de sociologie à l'Université de Genève et spécialiste de la famille, souligne que la crise sanitaire a provoqué, pour un temps, un vrai saut en arrière. "En fait, ce qu'on a vécu c'est le modèle familial qui a prévalu jusqu'au 19e siècle", explique-t-il dans Forum, faisant retrouver aux familles les multiples fonctions prises en charge par la famille traditionnelle: unité de production économique, de résidence, de sociabilité et de contrôle social renforcé.

>> Ecouter son interview:

Une famille pique-nique dans les Alpes. [Gian Ehrenzeller - Keystone]Gian Ehrenzeller - Keystone
La famille traditionnelle a fait son retour avec le Covid-19: interview d'Eric Widmer / Forum / 4 min. / le 9 juin 2020

06h45

La précarité touche aussi la Suisse alémanique

Samedi après samedi, les images du défilé poignant de tous ceux que la crise sanitaire a précipité dans la précarité ont ému le pays.

Une réalité que la Suisse alémanique découvre à son tour. Ce week-end, ils étaient plus de 1000 à faire la queue pour un sac de nourriture à Zurich.

>> Les explications dans le 19h30:

A Zürich aussi, ils sont des centaines chaque samedi à venir chercher un sac de denrées alimentaires. [RTS]
A Zürich aussi, ils sont des centaines chaque samedi à venir chercher un sac de denrées alimentaires. / 19h30 / 2 min. / le 9 juin 2020

06h30

Retour sur la journée de mardi

Les signaux économiques ne sont pas encore bons au sortir du pic de la crise de coronavirus. Le chômage a encore augmenté en mai, alors qu'Economiesuisse ne prévoit un véritable retour à la normale qu'en 2022. L'immobilier commercial tire aussi la langue.

La Suisse a enregistré mardi 16 cas supplémentaires de Covid-19 en un jour contre sept lundi, a annoncé l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans son bilan quotidien. Deux décès supplémentaires ont également été enregistrés.

>> Lire aussi: Chômage, PIB, immobilier, la morosité économique reste de mise

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus