Publié

Le confinement a permis aux femmes d'église de s'émanciper

L'absence de messe durant le confinement a permis à certaines femmes d'église de s'émanciper (image d'illustration). [Philipp von Ditfurth - Keystone/DPA]
L'absence de messes durant le confinement a permis aux femmes d'église de s'émanciper / La Matinale / 1 min. / le 5 juin 2020
Cesser toutes les activités religieuses pendant plus de deux mois: du jamais vu pour les églises du pays. Même si offices et cérémonies ont repris la semaine dernière, certaines choses vont changer. Le confinement a permis à des sœurs de s'émanciper du prêtre, de l'homme.

Dans la chapelle de la Communauté catholique de la Pelouse, au-dessus de Bex, une trentaine de sœurs célèbrent la liturgie de la Parole. Pendant cet office, l'une d'entre elles vient prêcher devant l'assemblée.

Cette fois, c'est Sœur Adrienne qui se tient devant le micro. Une femme qui partage la parole de Dieu lors d'une cérémonie, c'est extrêmement rare dans l'Eglise catholique: "C'est nouveau pour nous, parce que nous avons mis en œuvre ce que nous avons appelé une 'liturgie de la Parole' depuis que nous sommes privées de la célébration eucharistique".

Prendre la parole et La Parole

Car sans prêtre, et avec les risques de contagion, l'eucharistie est impossible; c'est ce manque qui a permis d'innover. Sœur Isabelle n'en revient toujours pas: "Actuellement, l'Eglise est portée par les femmes. On le sait bien au niveau pratique: dans la cathéchèse, même comme assistante pastorale. Mais notre Eglise catholique laisse peu de place aux femmes au niveau du gouvernement et dans ce lieu de parole. Et ça, c'est quand même impressionnant qu'il faille attendre 2020, cette crise du coronavirus, pour que nous soyons convoquées à cette place!"

Les sœurs seraient-elles devenues plus féministes qu'avant? "Oui, je pense que ce temps de confinement m'a rendue... oui... plus consciente de ma part machiste, cléricale", dit Sœur Isabelle, réflexive et rieuse. "Et moi, je me suis sentie quelque peu féministe".

Désormais, les sœurs de Saint-Maurice ont décidé de ne plus faire l'eucharistie tous les jours. Et quand le prêtre sera absent, ce sont elles qui prendront la parole.

>> Le reportage de Coraline Pauchard à écouter en entier dans l'émission Quinze Minutes:

Une fidèle portant un masque comme mesure préventive contre le coronavirus, prie dans une église. [TED ALJIBE - AFP]TED ALJIBE - AFP
Quinze minutes - La foi à l'épreuve du virus / Le 12h30 / 14 min. / le 6 juin 2020

Sujet radio Coraline Pauchard

Adaptation web: Stéphanie Jaquet

Publié