Modifié

La rente-pont pour les chômeurs de plus de 60 ans, un projet qui divise

La rente-pont pour les chômeurs âgés, un projet qui divise [RTS]
La rente-pont pour les chômeurs âgés, un projet qui divise / L'actu en vidéo / 4 min. / le 31 mai 2020
Le Parlement débat ce mardi de la rente-pont destinée aux chômeurs seniors ayant épuisé leurs indemnités. La RTS a rencontré Jean-Christian Broch et Michèle*, tous deux en fin de droit et approchant la soixantaine. Alors que l'un soutient le projet, l'autre craint qu'il n'encourage au licenciement.

La rente-pont est destinée aux chômeurs en fin de droit de plus de 60 ans, dont la fortune est inférieure à 50'000 francs - 100'000 francs pour les couples - et dont les cotisations AVS ont été payées pendant au moins 20 ans.

En fin de droit depuis 2017, Jean-Christian Broch, 58 ans, estime que des prestations transitoires seraient bénéfiques: "Il y a des moments où on déprime, car on ne sait plus à qui demander de l'aide (...) Cette rente-pont apporterait un soutien financier."

L'ingénieur en informatique vit actuellement sur ses économies et grâce à quelques contrats à durée déterminée. Les recherches d'emplois restent laborieuses: "Depuis deux ans et demi, j'ai fait 250 postulations et je n'ai obtenu que deux entretiens", regrette-t-il.

"J'ai peur que ça encourage au licenciement"

De son côté, Michèle, en fin de droit depuis neuf mois, dit avoir envoyé plus de 400 offres d'emploi qui ont débouché sur seulement trois entretiens. Cette comptable RH de 57 ans a fini par trouver un poste à 50%, mais sa situation reste précaire, car elle ne bénéficie que d'un contrat à durée déterminée, renouvelable de trois mois en trois mois.

Elle se dit moins enthousiaste que Jean-Christian Broch concernant la rente-pont. Elle craint en effet que cette prestation donne un blanc-seing aux patrons pour licencier leurs employés plus âgés: "Ce qui me fait peur, c'est que ça les déculpabilise et qu'ils décident de congédier leurs collaborateurs en se disant qu'avec cette aide, ils auront de quoi vivre."

Ce n'est pas l'avis de Jean-Christian Broch: "Je ne la vois pas comme ça. Mais il est clair qu'à partir du moment où on offre la possibilité d'avoir un soutien financier, il faut l'encadrer avec une loi."

Débats au Parlement

La rente-pont s'inscrit dans un train de mesures élaboré par le Conseil fédéral avec les partenaires sociaux pour favoriser la main d'oeuvre indigène et faire obstacle à l'initiative de l'UDC contre la libre-circulation soumise au vote le 27 septembre prochain. Elle devrait obtenir l'aval du Parlement, puisqu'elle a le soutien de tous les partis sauf l'UDC.

Pour rappel, le Parlement était sur le point de valider le projet en mars dernier, avant l'interruption des débats à cause du coronavirus. Les Chambres fédérales divergent encore sur les plafonds de ces rentes pour les personnes seules. Les montants prévus varient entre 3200 et 3600 francs par mois. Moins généreux que le projet initial du Conseil fédéral.

Le projet coûterait 150 millions de francs à la Confédération et toucherait 3400 personnes en 2028, selon les calculs de l'administration fédérale. Quant au projet initial du Conseil fédéral, il visait 4600 bénéficiaires pour un coût de 230 millions de francs.

*prénom d'emprunt

Mathieu Henderson

>> Le sujet de Marie Giovanola:

La rente-pont pour les chômeurs âgés, un projet qui divise [RTS]RTS
La rente-pont pour les chômeurs de plus de 60 ans, un projet qui divise / La Matinale / 1 min. / le 2 juin 2020
Publié Modifié