Modifié le 23 mai 2020 à 12:56

Le nombre de tests de dépistage du Covid-19 effectués stagne depuis un mois

Au-delà des chiffres - Le dépistage stagne
Au-delà des chiffres - Le dépistage stagne Forum / 3 min. / le 22 mai 2020
Le 22 avril dernier, la Confédération annonçait vouloir élargir le dépistage au Covid-19 au sein de la population suisse. Objectif: faire plus de tests pour mieux contrôler l’évolution du virus et le contenir. Mais qu'en est-il un mois plus tard?

Depuis le début de la crise sanitaire, plus de 360'000 tests ont été effectués. Au cours des cinq dernières semaines, la Suisse a pratiqué environ 5000 examens par jour en moyenne. Ce chiffre est stable, alors que l’élargissement des critères de l’OFSP visait à accroître le nombre de personnes examinées au moindre symptôme, même léger.

Une augmentation possible

A contrario, le nombre de nouvelles infections est en baisse. A ce jour, 10% de la population suisse est considérée comme positive au coronavirus. Une proportion encourageante qui signifie aussi que les 90% restants font office de terrain fertile où le virus pourrait se propager. C’est là qu’une augmentation du dépistage joue tout son rôle en attendant un éventuel vaccin.

Concrètement, augmenter le nombre de tests est parfaitement réalisable. Par exemple, aux Hôpitaux universitaires de Genève, 1500 dépistages sont possibles quotidiennement, selon Didier Pittet, chef du service de prévention et du contrôle de l’infection. Mais à l’heure actuelle, les HUG ne testent que 150 personnes par jour, et l’inventeur du gel hydroalcoolique d’ajouter avec certitude que des cas vont passer sous le radar sans effectuer plus d’examens.

Plusieurs freins

La crainte des experts est aussi que certaines personnes renoncent à se faire tester pour plusieurs raisons. A commencer par la méthode de dépistage qui consistait initialement à faire un frottis nasal relativement désagréable. La technique a évolué et les dépistages sont désormais réalisés dans la gorge, plus anodin et moins douloureux. Selon Didier Pittet, un nouveau procédé est en préparation et consiste en une douche nasale. Une technique encore plus simple et qui pourrait même être réalisée chez soi, puis envoyée par coursier.

Autre problème dissuasif, d’autant plus en cas de symptômes légers: le coût du test, évalué à près de 120 francs. Pour les cas bénins, le Conseil fédéral a prévu que les cantons prennent en charge cette dépense. Pour les personnes "à risques", nécessitant un suivi médical, c’est l’assurance maladie qui paie et donc le patient aussi en fonction de sa franchise et de sa quote-part. Le risque est que les patients minimisent leurs symptômes pour ne pas avoir à payer ces frais. Un biais créant des inégalités, estiment les cantons qui ont alerté la Confédération à ce propos.

Alexandra Richard/jfe

Publié le 23 mai 2020 à 07:13 - Modifié le 23 mai 2020 à 12:56

Critères de tests élargis depuis le 22 avril

L'OFSP a élargi le 22 avril les critères de dépistage à toutes les personnes présentant des symptômes d’affection aiguë des voies respiratoires avec ou sans fièvre, douleurs musculaires et/ou perte de l'odorat ou du goût.

Les médecins cantonaux peuvent en outre ordonner de tester les personnes asymptomatiques dans les hôpitaux et les établissements médico-sociaux, lorsque cela s'avère justifié pour éviter et contrôler la propagation du virus (foyers) au sein de l'établissement, écrit mercredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) sur son site Internet.

Auparavant, les tests n'étaient recommandés qu'aux personnes qui en plus des symptômes typiques étaient déjà hospitalisées, faisaient partie d'un groupe particulièrement vulnérable (comme les personnes de plus de 65 ans ou les diabétiques). Les tests étaient aussi prévus pour le personnel de santé ayant été en contact durant 2 à 15 minutes avec des patients.

Dix-huit nouveaux cas décelés en Suisse

La Suisse a enregistré 18 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures, a annoncé samedi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Au total, le pays compte désormais 30'725 cas confirmés en laboratoire.

A l'heure actuelle, 1641 personnes sont décédées en lien avec un Covid-19 confirmé, soit trois de plus que la veille.

Plus de 367'037 tests ont été effectués pour le SARS-CoV-2, virus du Covid-19, dont 10% étaient positifs. Plusieurs tests positifs ou négatifs sont possibles chez la même personne, rappelle l'OFSP.

A ce jour, 3923 hospitalisations en lien avec un Covid-19 confirmé en laboratoire ont été déclarées.