Modifié

Les pertes pour les hôpitaux suisses pourraient approcher les trois milliards

Avec la crise du coronavirus le manque à gagner pour les cliniques et hôpitaux pourrait atteindre les 3 milliards de francs. [RTS]
Avec la crise du coronavirus le manque à gagner pour les cliniques et hôpitaux pourrait atteindre les 3 milliards de francs. / 19h30 / 2 min. / le 22 mai 2020
Les hôpitaux et cliniques suisses chiffrent pour la première fois leurs pertes liées à la pandémie. Elles sont estimées entre 1,7 et 2,9 milliards de francs, selon une évaluation commandée par la faîtière H+ et révélée vendredi par la RTS.

Plusieurs cantons avaient déjà fait part de leurs inquiétudes, mais il s'agit là d'une première vision d'ensemble au niveau national.

Deux raisons principales expliquent ces pertes: les hôpitaux ont d'abord dû engager du personnel supplémentaire et acheter du matériel médical pour faire face à la crise.

Ils ont aussi dû suspendre durant sept semaines un certain nombre de traitements non-urgents. Un manque à gagner qui représente 80% des pertes, selon H+.

Le conseiller fédéral fribourgeois Alain Berset rappelait la semaine dernière que ces opérations n'avaient toutefois pas été annulées, mais repoussées. De quoi sous-entendre qu'il ne faudrait pas trop compter sur la Confédération pour éponger ces pertes.

Soutien fédéral attendu

Fin avril, H+ prévoyait des pertes d'au moins 1,5 milliard de francs, auxquels s'ajouterait un milliard d'ici la fin de l'année.

Plusieurs cantons s'attendent à devoir mettre la main au porte-monnaie, mais ils espèrent un soutien fédéral, puisque c'est Berne qui a décidé de suspendre certains traitements. Le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia souhaite aussi une contribution des caisses-maladie.

Hôpitaux et cantons demandent la mise en place urgente d'une table ronde nationale pour décider d'une répartition des coûts. Elle pourrait avoir lieu après l'été.

"Agir rapidement"

"Le préjudice est très grand, cela prête à réfléchir, mais surtout à agir rapidement", indique Anne-Geneviève Bütikofer, directrice de H+, dans La Matinale. Selon elle, il est nécessaire que les différents acteurs concernés "se rencontrent, discutent et identifient ensemble des solutions".

Alors que les opérations non urgentes vont reprendre progressivement, un rattrapage est-il possible? "Il est très difficile d'imaginer que ce rattrapage va pouvoir être effectué dans les prochaines semaines ou mois, alors que les infrastructures n'ont pas encore repris leur activité à plein. Bien au contraire. Les hôpitaux ne fonctionnent pas à plein, les patients sont encore réticents à s'y rendre, les mesures d'hygiène continuent de devoir être respectées, on ne peut pas pratiquer comme on le faisait avant la pandémie. L'objectif est que d'ici la fin de l'année l'activité reprenne", explique Anne-Geneviève Bütikofer.

>> L'interview d'Anne-Geneviève Bütikofer dans La Matinale:

Anne-Geneviève Bütikofer, directrice de l’organisation nationale des hôpitaux H+ (vidéo) [RTS]
Anne-Geneviève Bütikofer, directrice de l’organisation nationale des hôpitaux H+ (vidéo) / L'invité-e de La Matinale (en vidéo) / 9 min. / le 22 mai 2020

Julien Bangerter/jfe

Publié Modifié

Aucun décès et 3919 personnes hospitalisées

La Suisse n'a plus enregistré de nouveau décès lié au coronavirus depuis jeudi matin, a annoncé vendredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Dans le même temps, elle a comptabilisé treize nouveaux cas d'infection. A ce jour, 3919 personnes sont encore hospitalisées.

Au total, le pays compte 30'707 cas confirmés et 1638 décès. Les chiffres du jour se basent sur les déclarations que l'OFSP a reçues jusqu'à vendredi matin. Depuis le 3 mai, le nombre de cas positifs recensés au quotidien par l'OFSP est inférieur à 100.

Jeudi, le nombre de nouvelles annonces était de 36, contre 40 mercredi et 21 mardi. L'OFSP rappelle que le nombre de cas est soumis à des fluctuations, notamment le week-end.



A ce jour, 364'321 tests ont été effectués pour le SARS-CoV-2, dont 10% étaient positifs. Plusieurs tests positifs ou négatifs sont possibles chez la même personne.

Par rapport à la taille de leur population, les cantons de Genève (1043,1 cas pour 100'000 habitants), du Tessin (926,6), de Vaud (691,6), de Bâle-Ville (580,7) et du Valais (550,4) sont les plus touchés.