Modifié

La réouverture des frontières n'est pas forcément un feu vert au tourisme

Une femme sur une plage à La Baule, sur la côte Atlantique en France. [Loïc Venance - AFP]
Une femme sur une plage à La Baule, sur la côte Atlantique en France. [Loïc Venance - AFP]
Le Conseil fédéral a annoncé mercredi la possible réouverture complète des frontières avec la France, l'Allemagne et l'Autriche dès le 15 juin, à condition que la situation sanitaire ne se détériore pas. Peut-on donc prévoir des vacances dans ces trois pays limitrophes dès cette date? Pas si sûr.

"Lorsqu'on parle de réouverture des frontières, cela veut dire que toute personne qui possède les autorisations nécessaires pourra passer (...) Le tourisme sera possible", a affirmé Karin Keller-Sutter devant la presse mercredi. Selon la conseillère fédérale, cette réouverture est toutefois conditionnée à l'évolution de la situation épidémiologique. Il faudra en outre respecter les règles des pays d'accueil, "ce qui est déjà le cas dans une situation normale", a-t-elle ajouté.

>> Lire: Les frontières avec l'Allemagne, la France et l'Autriche rouvertes le 15 juin

Un accord, deux interprétations

Pourra-t-on, dès lors, passer un week-end à Paris ou se rendre dans une maison en Provence dès le 15 juin? "Personnellement, je ne ferais pas de réservation" pour le moment, répond l'ambassadeur de France en Suisse Frédéric Journès, douchant quelque peu l'enthousiasme des éventuels intéressés. "Aujourd'hui, je ne veux pas vous donner une fausse nouvelle. Ce n'est pas encore décidé", précise le diplomate, interrogé par la RTS.

Cette déclaration illustre la différence d'interprétation de l'accord entre Berne et Paris. Pour la France, il s'agit d'une échéance minimale quant au maintien des contrôles; pour la Suisse, il s'agit d'une date pour une éventuelle réouverture des frontières. "Ce que je peux dire, c'est qu'on maintient le système de contrôle jusqu'au 15 juin. Ensuite, en fonction de la situation, on va voir à quel point on va pouvoir l'alléger", résume Frédéric Journès.

Pas de lien automatique entre frontières et tourisme

"Karin Keller-Sutter semble faire un lien automatique entre réouverture des frontières et tourisme. Cette vision n'est pas forcément partagée par tout le monde en Europe", explique la correspondante de la RTS à Bruxelles Isabelle Ory. Et de citer les propos d'un diplomate français qui relève qu'il peut y avoir "d'autres types de restrictions que les frontières".

Vacances en Europe. Les précisions d'Isabelle Ory, correspondante à Bruxelles. [RTS]
Vacances en Europe. Les précisions d'Isabelle Ory, correspondante à Bruxelles. / 19h30 / 1 min. / le 13 mai 2020

Durant la première phase du déconfinement entamée lundi, les déplacements à plus de 100 kilomètres de son domicile sont en effet interdits en France, à moins d'un motif impérieux professionnel ou familial, et ce jusqu'au 2 juin au moins. Si elle était prolongée, cette mesure serait une importante entrave au tourisme, car il est improbable que la France traite plus favorablement les touristes étrangers que ses propres résidents.

"On a très envie que les Suisses reviennent"

Il n'est néanmoins pas interdit de faire preuve d'un optimisme prudent. "Les Français pourront partir en vacances" en juillet et en août en dépit du Covid-19, a assuré le Premier ministre français Edouard Philippe ce jeudi à Paris, en dévoilant un plan de relance du tourisme massif. Il se pourrait donc que les Helvètes puissent eux aussi profiter des plages de la Méditerranée et des côtes bretonnes cet été. "On a très envie que les Suisses reviennent", déclare Frédéric Journès.

Avec l'Allemagne et l'Autriche, les espoirs semblent davantage fondés. Ces deux pays ont été moins durement touchés par l'épidémie et ils n'ont pas assorti leur plan de déconfinement de restrictions de mouvement aussi drastiques que celles mises en place en France. Quant aux autres pays européens, il faudra encore attendre. L'ouverture se fera graduellement en commençant par les pays limitrophes, selon le Conseil fédéral.

>> Reportage à Innsbruck, dans le Tyrol autrichien:

Dès le 15 juin les Suisses pourront se rendre en Allemagne et en Autriche, deux pays qui se préparent à accueillir les touristes. [RTS]
Dès le 15 juin les Suisses pourront se rendre en Allemagne et en Autriche, deux pays qui se préparent à accueillir les touristes. / 19h30 / 2 min. / le 14 mai 2020

Appel à soutenir le tourisme suisse

Reste que, "dans toute l'Europe, on sent l'envie de sauver la saison estivale", commente Isabelle Ory, qui souligne l'importance économique de l'industrie touristique, qui représente un dixième du PIB de l'Union européenne. Mais c'est le cas aussi en Suisse. La branche compte sur la clientèle indigène pour se refaire une santé. Et elle peut compter sur le soutien du gouvernement. "Je veux faire un appel aux Suisses et aux Suissesses de rester en Suisse pour soutenir le tourisme suisse", a lancé Karin Keller-Sutter.

>> La  branche du tourisme mise sur la clientèle suisse:

Avec les incertitudes liées à la crise, la branche du tourisme mise sur la clientèle suisse. Pub à l'appui. [RTS]
Avec les incertitudes liées à la crise, la branche du tourisme mise sur la clientèle suisse. Pub à l'appui. / 19h30 / 2 min. / le 14 mai 2020

Didier Kottelat

Publié Modifié