Modifié le 14 mai 2020 à 16:19

14'000 tonnes de plastique rejetées dans la nature en Suisse chaque année

La plus grande partie de la pollution au plastique provient de l'abrasion des pneus en Suisse.
Quelque 14'000 tonnes de plastique atterrissent chaque année dans la nature en Suisse, selon une étude Le 12h30 / 1 min. / le 14 mai 2020
Près de 14'000 tonnes de matières plastiques se retrouvent chaque année dans les sols et les eaux en Suisse, selon une étude publiée jeudi par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). La plus grande partie de cette pollution provient de l'abrasion des pneus de véhicules et du littering.

Compte tenu des préoccupations que l'élimination des matières plastiques suscite au Parlement et des effets potentiels sur la santé humaine et animale, l'OFEV a élaboré pour la première fois une vue d'ensemble des flux de matières plastiques.

Plus d'un million de tonnes de ces polluants sont utilisées chaque année en Suisse, soit 125 kilos par habitant (chiffres 2010). Alors que seuls 24% servent à fabriquer des objets à durée de vie longue, la majorité de ces matières sont utilisées pour des produits destinés à un usage unique.

Bouts de pneus et littering

L'OFEV estime que 780'000 tonnes de déchets plastiques sont traitées chaque année en Suisse, incinérées ou recyclées. Toutefois, 14'000 tonnes se retrouvent dans la nature.

Dans le détail, la majorité de cette pollution (8000 tonnes) provient des petites particules qui se détachent des pneus de véhicules. Le littering constitue la deuxième plus grande source d'émission, avec environ 2700 tonnes de détritus qui atterrissent à côté des poubelles.

>> Lire aussi: Mais où finissent les émissions de caoutchouc des pneus?

L'étude pointe encore trois sources principales d'émission de plastiques qui se retrouvent dans l'environnement: le secteur de l'agriculture (1000 tonnes), celui de la construction (900 tonnes) et l'élimination inappropriée de déchets plastiques avec les résidus biodégradables dans les composts (800 tonnes).

Ce sont surtout les sols qui sont touchés en Suisse: près de 80% des particules de pneus se retrouvent par exemple dans les sols, alors que le reste termine dans les cours d'eau et les lacs.

"C'est très inquiétant"

L’Office fédéral de l’environnement ce constat alarmant: "C'est (une quantité) énorme lorsqu'on pense que ces particules sont légères. C'est d'autant plus inquiétant qu'on ne les voit presque pas", réagit Karine Siegwart, vice-directrice de l’OFEV, en charge du dossier "déchets et matières premières", sur les ondes de la RTS.

Ces déchets sont-ils dangereux pour la santé? "Ce n'est pas encore très clair. On a fait des recherches sur des vers de terre, et on a observé une hausse des infections dans les intestins dues aux microplastiques. On a aussi détecté des restes dans les intestins chez des personnes", explique la responsable.

Mise en oeuvre de solutions

La réduction de ces polluants constitue un enjeu majeur pour les autorités: "Les mesures que nous sommes en train d'examiner sont en lien avec l'économie circulaire. Il faudrait premièrement éviter de produire ce genre de déchets grâce à des achats réfléchis, axés sur le long terme", estime Karine Siegwart.

Selon elle, les grands distributeurs ont un rôle à jouer: "C'est à eux de proposer des alternatives dans leur assortiment. Pas seulement avec les emballages, mais avec les produits en plastique tout court."

>> Lire aussi: Les sacs plastiques gratuits disparaîtront des rayons d'ici fin 2020 et Dans les rayons Migros, la vaisselle en plastique jetable vit ses derniers jours

L'OFEV entend par ailleurs mettre en oeuvre plusieurs interventions parlementaires, dont une motion déposée par la Commission de l'environnement du Conseil national. Celle-ci réclame des mesures pour lutter contre les atteintes à l'environnement dues aux matières plastiques.

Mathieu Henderson

>> L'interview de Karine Siegwart, vice-directrice de l’OFEV, dans le 12h30:

Karine Siegwart, le 3 décembre 2018.
Peter Schneider - Keystone
Le 12h30 - Publié le 10 mai 2020

Publié le 14 mai 2020 à 16:02 - Modifié le 14 mai 2020 à 16:19