Banner 13 mai [Keystone]
Publié Modifié

Ouverture des premières frontières le 15 juin, 500 millions de francs pour le sport

- Le Conseil fédéral veut soutenir à hauteur de 500 millions de francs le sport touché par le Covid-19. Les ligues professionnelles de football et de hockey devraient pouvoir emprunter jusqu'à 350 millions. Le reste irait à fonds perdu au sport populaire ou d'élite.

- Pour autant que la situation sanitaire le permette, la Suisse va rouvrir ses frontières, également pour le tourisme et les loisirs, avec trois de ses voisins, l'Allemagne, la France et l'Autriche, le 15 juin. La frontière avec l'Italie reste fermée pour l'instant.

- La Suisse a enregistré 33 nouveaux cas de contamination au SRAS-CoV-2 lors des dernières 24 heures, a annoncé mercredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans son bilan quotidien. Le pays compte au total 30'413 cas confirmés en laboratoire. Selon la compilation des données fournies par les cantons mercredi soir, le total des personnes décédées se monte à 1870, dont environ 70% en Suisse romande et italienne.

- Selon le plan du Conseil fédéral, les mesures exceptionnelles entrées en vigueur en mars vont être assouplies en trois étapes et en même temps dans toute la Suisse. La première a eu lieu lundi 27 avril (réouverture des coiffeurs et autres services de soin à la personne, jardineries, magasins de bricolage), la deuxième a commencé ce lundi (écoles obligatoires, autres commerces, restaurants, installations sportives) et la troisième le 8 juin (écoles post obligatoires et supérieures, activités de loisirs).

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo

21h35

La crise relance les monnaies alternatives

La crise oblige l'Etat à intervenir massivement pour soutenir l'économie. Mais cette crise fait renaître aussi l'idée des monnaies alternatives. Le grand succès toujours cité en exemple, ce sont les chèques WIR, très présents en Suisse alémanique. A Genève, le Léman, une monnaie d'échange locale, se rêve en solution aux problèmes de financement des entreprises.

Certains souhaitent lui redonner un souffle, afin sortir des circuits monétaires traditionnels dominants. Plusieurs de ces monnaies, toutefois, à l’image du Farinet, n’ont pas tenu leurs promesses. En moins de 3 ans, ce dernier a été retiré de la circulation.

>> Voir le sujet du 19:30 :

Les monnaies locales comme le Léman ou Wir peuvent jouer un rôle important en  période de crise. [RTS]
Les monnaies locales comme le Léman ou Wir peuvent jouer un rôle important en période de crise. / 19h30 / 2 min. / le 13 mai 2020

21h15

Masque ou visière, lequel est le plus utile?

De plus en plus de personnes sont équipées de visières transparentes en plexiglas. Portée avec un masque ou sans, quelle est leur utilité réelle?

>> Voir le sujet du 19h30:

Pour lutter contre le virus, certains optent pour la visière au lieu du masque. [RTS]
Pour lutter contre le virus, certains optent pour la visière au lieu du masque. / 19h30 / 1 min. / le 13 mai 2020

21h00

Questions-réponses sur la crise sanitaire

Port ou non du masque, tests et application de traçage, transports publics, passages des frontières, remboursement des vols annulés…: les invités de notre Facebook live ont répondu aux questions des internautes.

20h25

Les compagnies aériennes peinent à rembourser les billets

Alors que le nombre de vols annulés ne diminue pas encore, des milliers de passagers sont confrontés au casse-tête du remboursement de leurs billets. Entre proposition de bons et report du vol, il faut persévérer pour obtenir un remboursement.

>> Plus de détails dans notre article: Comment surmonter le casse-tête du remboursement des billets d'avions annulés

Les compagnies sont pourtant tenues de rembourser intégralement le montant des billets lorsqu'un vol est annulé. "Rembourser avec un bon est possible, mais il ne peut jamais être imposé. Les pratiques qui visent à donner une mauvaise information et à mal renseigner le consommateur en faisant croire qu'il n'a le droit qu'à un bon s'approchent de pratiques commerciales déloyales", a indiqué au 19h30 de la RTS le juriste au Bureau européen des unions de consommateurs Steven Berger.

Attention aussi à attendre que la compagnie aérienne annule elle-même le vol, chose qu'elles font parfois moins de deux jours avant le départ. Car si le voyageur prend l'initiative et annule son départ sans avoir de billet remboursable, il perd tout droit à un remboursement, même si le vol est annulé par la suite.

>> Le sujet complet dans le 19h30:

90% des vols annulés: les compagnies aériennes sommées de rembourser par l'UE. [RTS]
90% des vols annulés: les compagnies aériennes sommées de rembourser par l'UE. / 19h30 / 1 min. / le 13 mai 2020

20h15

L'OMS estime que l'ouverture des frontières en Suisse ne pose "pas de risque"

L'Organisation mondiale de la santé ne voit "pas de risque" dans la décision de réouverture des frontières terrestres en juin entre la Suisse et trois de ses voisins, l'Allemagne, l'Autriche et la France (lire notre brève de 14h40). Selon elle, le rétablissement des liaisons aériennes prendra en revanche plus de temps.

"Vous ne prenez pas de risques additionnels en faisant bouger vos citoyens d'un pays à l'autre", a affirmé mercredi à la presse le chef du programme d'urgence au sein de l'organisation Michael Ryan. Il a relevé que les allègements sont prévus pour le moment entre pays d'un même environnement économique dans plusieurs régions.

Mais il ne faut pas que les pays qui allègent leurs dispositifs attendent que les hôpitaux "soient à nouveau surchargés" avant de réagir, a également averti Michael Ryan. Il salue aussi les actions rapides prises par certains pays depuis quelques jours dans la surveillance et le traçage des contacts.

19h55

Magasins étroitement surveillés à Genève

Depuis que l'urgence sanitaire a été déclarée à cause de la pandémie de Covid-19, le canton de Genève a contrôlé à ce jour 1378 entreprises pour vérifier le respect des mesures de protection préconisées. 40 personnes sont sur le terrain pour effectuer les contrôles. Des éléments doivent souvent être améliorés, a indiqué mercredi la directrice générale de l'office cantonal de l'inspection et des relations de travail (OCIRT) Christina Stoll.

Une attention particulière a été portée cette semaine aux centres commerciaux, aux restaurants et aux commerces non alimentaires. A ce jour, un seul hôtel a été fermé par l'OCIRT. D'autres établissements ont dû fermer temporairement une journée ou une demi-journée, le temps qu'ils prennent les mesures demandées par les inspecteurs.

Aucun mort depuis deux jours

Le service du médecin cantonal a donné mercredi les derniers chiffres sur l'évolution de l'épidémie de Covid-19 au bout du lac. Aucun nouveau décès n'est à déplorer depuis 48 heures. Seules trois nouveaux cas positifs ont été enregistrés ces dernières 24 heures, a indiqué le directeur général de la santé Adrien Bron.

186 personnes contaminées par le SRAS-CoV-2 sont encore hospitalisées aux HUG. Six d'entre elles sont aux soins intensifs. Les hospitalisations dues au Covid-19 sont très longues, a souligné Adrien Bron. Dans les EMS, on ne compte plus que 16 personnes infectées et "le climat est positif".

19h45

Pilier de l'économie suisse, l'industrie d'exportation tiendra-t-elle le choc?

La Suisse est l’un des pays au monde où le commerce extérieur contribue le plus au produit intérieur brut. Plus de la moitié de notre PIB est dû aux exportations, si l'on tient compte des biens et des services. Ces exportations reposent sur trois piliers principaux: l’industrie chimique et pharmaceutique, qui pèse de plus en plus lourd dans la balance, puis l’industrie des machines et des équipements, et enfin l’horlogerie.

Cette industrie d'exportation est touchée de plein fouet par l'épidémie de Covid-19. Après la crise de 2008, puis l'envolée du franc en 2015, elle est maintenant confrontée à un nouveau défi sans précédent, qui pourrait souligner une nouvelle fois sa résilience, mais aussi lui porter le coup de grâce.

Invités de l'émission Forum mercredi, le vice-président de Swissmem et membre du comité directeur d’économiesuisse François Gabella a analysé les perspectives d'avenir pour le secteur en compagnie du spécialiste horloger Manuel Emch et du vice-président de la Commission fédérale des banques et président de la BCN Jean-Pierre Ghelfi.

>> Regarder le débat:

Le grand débat - Exportateurs, le choc de trop? [RTS]
Le grand débat - Exportateurs, le choc de trop? / Forum / 20 min. / le 13 mai 2020

19h30

La fermeture d'Adatis menace une cinquantaine d'emplois à Martigny

L'entreprise Adatis SA, à Martigny, pourrait fermer boutique d'ici à la fin du mois d'octobre. 48 collaborateurs de l'entreprise productrice de pièces détachées pour l'automobile pourraient perdre leur emploi. "Confrontée à une crise sans précédent, la société souffre d’une sous-activité liée à la mauvaise santé du marché automobile européen et mondial depuis 3 ans", a indiqué mercredi la firme dans un communiqué. La maison mère française, en proie aux mêmes difficultés, n'a plus les moyens de soutenir sa filiale suisse comme elle l’a fait au cours des dernières années.

Les 48 collaborateurs de l'entreprise ont été avertis mercredi. En cas de fermeture définitive du site de Martigny, Adatis SA "entend notamment leur offrir la possibilité de rejoindre le site de production de sa maison mère en France".

Unia dénonce la méthode

Le syndicat Unia Valais s'est dit de son côté "très étonné" de cette annonce de suppression de postes alors qu'aucune proposition de mise au chômage technique n'a été faite au préalable. "C'est pourtant un outil très efficace lorsqu'on souhaite sauver des emplois", a avancé le syndicaliste Blaise Carron, qui juge "irréaliste" la possibilité offerte aux travailleurs de rejoindre le site français.

Pour limiter la casse, la firme pourrait également chercher activement un repreneur, ajoute-t-il. "Ils ont un peu pris le problème à l'envers", résume Blaise Carron, qui avait engagé l'an dernier un bras de fer avec l'entreprise au sujet de sa politique salariale.

19h15

Les clowns hospitaliers de Théodora ont dû ruser pour mater le Covid-19

Continuer de faire rêver les enfants hospitalisés, leur redonner le lien à l'imaginaire malgré la crise sanitaire: c'est le défi qu'a dû relever la fondation Théodora, qui égaie le séjour des enfants hospitalisés depuis plus de 25 ans.

Le 19 mars, les 75 "docteurs Rêves" que l'on compte en Suisse dans les hôpitaux se sont retrouvé privés d'accès aux enfants malades. Ils ont dû trouver d'autres moyens pour remplir leur mission.

"A l'hôpital de Lucerne, trois ou quatre de mes collègues sont allés devant les fenêtres pour une sorte de happening où ils ont pu danser, proposer de la musique. C'était quelque chose de très visuel, avec des bulles géantes, des ballons... C'était très, très fort de voir qu'autant le personnel soignant et les enfants étaient sur leur balcon ou aux fenêtres", raconte notamment le formateur de Théodora Thierry Jacquier.

>> Regarder son interview dans l'émission Forum:

Forum des idées - Théodora au temps du Covid-19 [RTS]
Forum des idées - Théodora au temps du Covid-19 / Forum / 5 min. / le 13 mai 2020

19h00

99,6% de passagers en moins à l'aéroport de Zurich en avril

Le nombre de passagers à l'aéroport de Zurich-Kloten a subi une chute vertigineuse en avril, conséquence du quasi-arrêt du trafic aérien en raison du Covid-1. Le nombre de passagers s'est effondré de 99,6% à 26'913 personnes, a annoncé mercredi l'exploitant de l'aéroport zurichois.

Les mouvements d'avions ont parallèlement reculé de 91,7% à 1921 atterrissages et décollages, avec un taux d'occupation des sièges à peine supérieur à 20%. Du côté du fret, l'aéroport zurichois a géré 12'177 tonnes, en baisse de 67,5%.

La direction s'est aventurée sur le terrain des prévisions, s'attendant en mai à un "niveau aussi bas" qu'en avril. En juin, l'aéroport table sur une reprise au niveau du trafic passagers et du nombre de mouvements d'avions.

18h50

"A risque" dès 65 ans, mais au fait, pourquoi?

65 ans: telle est la limite fixée par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour définir le groupe à risque lié à l’âge face au Covid-19. Si ce seuil a été fixé précisément à 65 ans, ce n'est pas à cause de l'âge de la retraite. Eh non, l'OFSP ne s'est pas dit que les plus de 65 ans auraient plus de temps pour partir en escapade, s'exposant ainsi au virus!

Il s'agit simplement d'un âge qui est déjà utilisé dans la sphère de la santé publique, et qui est donc connu de la population, car c'est le seuil qui est utilisé pour la grippe. Ainsi, chaque année, il est conseillé aux plus de 65 ans de se faire vacciner.

Mélange de science et d'arbitraire

Cet âge a également été fixé sur la base d'observations menées en Chine et relayées en février déjà par l’OMS. Elles montraient un risque très augmenté de complications respiratoires avec hospitalisation aux soins intensifs et risque accru de mortalité chez les patients de plus de 60 ans. Il fallait donc les sensibiliser particulièrement pour qu'ils se protègent bien, a expliqué l'OFSP à la RTS.

Sur la base de ces observations, le seuil choisi aurait tout aussi bien pu être 63 ou 68 ans. D’ailleurs, dans les autres pays, il varie entre 60 et 70 ans.

>> Regarder l'explication dans la séquence "Au-delà des chiffres" de Forum mercredi soir:

Au-delà des chiffres – Les plus de 65 ans peuvent sortir! [RTS]
Au-delà des chiffres – Les plus de 65 ans peuvent sortir! / Forum / 3 min. / le 13 mai 2020

17h40

Le journal des bistrots romands "Micro" menacé de disparition

Les responsables de l'association du journal Micro ont envisagé de fermer boutique ces dernières semaines.

C'est qu'après une suspension immédiate de l'hebdomadaire au début du semi-confinement, l'avenir n'est pas rose: les autorités recommandent en effet aux lieux publics et aux entreprises de ne plus mettre de journaux papier à disposition, que l'on parle de bistrots ou de salles d'attente.

Micro, le nouveau journal romand. [RTS]RTS
Le journal des bistrots romands "Micro" menacé de disparition / Vertigo / 6 min. / le 13 mai 2020

Basé sur un concept de partage dès le départ – faible tirage où chaque exemplaire est lu par le plus grand nombre de personnes – Micro cherche donc des solutions pour survivre à la crise.

Interrogé par Antoine Droux, Fabien Feissli, le président de l'association Micro, avoue: "Sans soutien financier d'un mécène ou d'une grande entreprise, sans nos abonnés, nous ne pourrons pas continuer éternellement".

>> Lire aussi: Le journal veveysan Le Régional dépose le bilan, victime du Covid-19

17h00

Les EMS neuchâtelois hésitent entre prudence et envie d'ouverture à l'extérieur

Les 54 EMS neuchâtelois entament leur déconfinement avec prudence. Certains ont déjà installé des parloirs pour permettre des visites. Une décision sur la poursuite de l'engagement de l'armée dans les EMS au-delà du 24 mai n'a pas été prise.

Depuis le 23 avril, beaucoup d'établissements ont organisé des espaces de rencontres sécurisées, par exemple des sortes de parloirs munis de plexiglas. L'Association neuchâteloise des établissements et maisons pour personnes âgées (ANEMPA) a été chargée de mettre sur pied un plan de protection qui devra, notamment, définir les modalités pour permettre à nouveau les visites dès le 25 mai, dans le respect strict des normes de prévention et de contrôle des infections.

Les soldats ont été actifs pendant la crise du Covid, comme ici à l'EMS Les Charmettes à Neuchâtel.  [Laurent Gillieron - Keystone]Les soldats ont été actifs pendant la crise du Covid, comme ici à l'EMS Les Charmettes à Neuchâtel. [Laurent Gillieron - Keystone]

Les questions de l'ouverture des cafétérias aux familles, du port du masque des visiteurs et des résidents, de la surveillance, de l'autorisation de balades dans le jardin, doivent notamment être éclaircies.

Près d'un tiers des 54 EMS du canton ont eu au moins un cas de maladie Covid-19 parmi leurs résidents. Actuellement, huit établissements en sont encore touchés. Il y a eu 82 décès dans le canton de Neuchâtel, dont 53 extra-hospitaliers.

16h50

La Protection civile vaudoise se désengage

La Protection civile (PCi) vaudoise va petit à petit se désengager dans la lutte face au coronavirus. Sa mission s'achèvera au plus tard le 30 juin, annonce mercredi le Conseil d'Etat.

Les quatre bataillons régionaux créés durant la crise seront dissous fin juin et la PCi vaudoise retrouvera sa structure habituelle en dix organisations et un détachement cantonal, a expliqué la conseillère d'Etat Béatrice Métraux lors d'un point presse. Elle a précisé que la PCi pourrait à nouveau être sollicitée en cas d'urgence.

Depuis 16 mars, la PCi vaudoise a effectué quelque 55'000 jours de service en situation d'urgence, un total qui devrait grimper à 85'000 jusqu'au 30 juin. Environ 540 personnes sont encore engagées chaque jour, contre plus de 1000 au plus fort de la crise.

Le coût estimé de son intervention se monte à 3,5 millions de francs, dont un million pour le canton de Vaud. Le reste est à la charge de la Confédération.

16h45

Le Conseil municipal de la Ville de Genève autorisé à siéger en mai

Après avoir mis son veto une première fois, le canton de Genève a finalement autorisé le Conseil municipal de la Ville de Genève à se réunir avant la fin de sa législature, qui s'achève le 31 mai. Seuls les objets les plus urgents seront discutés par les élus.

Le conseiller d'Etat Thierry Apothéloz a adressé mercredi à la présidente du délibératif Marie-Pierre Theubet un courrier lui informant que les séances du 19, 20, 26 et 28 mai étaient conformes aux exigences fédérales.

Une cinquantaine d'objets

Le nouvel ordre du jour du Conseil municipal est "plus ramassé". Il ne contient qu'une cinquantaine d'objets, contre environ 270 pour le précédent. Tout au long de cette affaire, le canton a invariablement souligné que pendant la crise sanitaire, seules seront autorisées les séances extraordinaires des Conseils municipaux.

A Genève, le gouvernement cantonal est l'autorité de surveillance des communes.

>> Lire: Le Parlement de la Ville de Genève ne peut pas reprendre ses séances en mai

16h40

La Ville de Bienne distribue des bons à la population

La Ville de Bienne a pris des mesures pour atténuer les effets de la crise liée au SARS-CoV-2. Elle va offrir à chaque commerce, restaurant et institution 100 masques gratuits, autoriser les commerces à disposer de davantage d'espace extérieur chaque fois que cela est possible.

Bienne accordera des bons de 50 francs pour toute révision de vélo: l'offre est limitée à 500 personnes. Seuls les commerces biennois pourront profiter de cette action.

Le Conseil municipal biennois a indiqué mercredi qu'il entend ainsi aider les commerces et les établissements de restauration à reprendre leurs activités tout en respectant les mesures de protection. Il espère contribuer à assurer la viabilité financière pour les entreprises implantées dans la ville bilingue.

L'exécutif propose aussi au Conseil de ville d'octroyer un crédit supplémentaire de 1,54 million de francs pour lancer l'action "Bienne pour Bienne". La Ville offrira un bon d'une valeur de 25 francs à toute la population biennoise.

Du mobilier pour les parcs

Le Conseil municipal a aussi décidé d'acquérir pour 160'000 francs de mobilier pour les parcs. Il veut encourager la population qui ne pourra pas passer ses vacances d'été à l'étranger à profiter des espaces verts. Il s'agit en particulier de chaises longues.

16h05

"Disdance", la Fête de la danse, se déroulera en ligne ce week-end

La Fête de la danse aura lieu à "disdance" de vendredi à dimanche à cause de la pandémie de SARS-CoV-2.

Ce nouveau concept propose différentes activités en ligne. Cours pour adultes, danse et jeux pour enfants (gratuits ou payants) seront dispensés sur les réseaux sociaux. Le tout sera couronné par une fête Zoom avec flashmob dimanche.

"DisDanse", la Fête de la Danse en ligne, du 15 au 17 mai 2020. [fetedeladanse.ch]"DisDanse", la Fête de la Danse en ligne, du 15 au 17 mai 2020. [fetedeladanse.ch]La danse à distance est la devise de cette 15e édition digitale, indiquent les organisateurs dans un communiqué. Elle prévoit un programme pour les enfants, pour ceux qui aiment expérimenter, pour ceux qui en ont assez de rester assis et pour les fêtards.

Le tout en coopération avec les lauréats des Prix suisses de danse et du projet national Out & About, qui auraient dû être en tournée durant la Fête de la Danse. Par exemple, la chorégraphe et danseuse Marion Zurbach sera présente lors d'une discussion ouverte avec son ostéopathe. Elles discuteront du sujet des pathologies de danseuse.

La flashmob de dimanche est chorégraphiée par Edouard Hue, qui a reçu le titre de Danseur exceptionnel en 2019. Elle sera dansée à trois reprises à 15h15, 16h16 et 17h17. Un tutoriel sera disponible pour apprendre la chorégraphie

La 15e édition de la Fête de la danse était prévue du 13 au 17 mai dans 30 villes et communes de toute la Suisse.

15h05

Le Conseil fédéral débloque 500 millions pour aider le sport à surmonter la crise

Le Conseil fédéral veut soutenir le sport touché par le Covid-19 avec 500 millions de francs. Les ligues professionnelles de football et de hockey devraient pouvoir emprunter jusqu'à 350 millions.

>> Plus de détails dans notre article: Un soutien fédéral à hauteur de 500 millions de francs pour le sport

Le reste irait à fonds perdu au sport populaire ou d'élite. C'est ce qu'a annoncé Viola Amherd, cheffe du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) lors de la seconde conférence de presse du Conseil fédéral de mercredi.

>> Viola Amherd lors de la conférence de presse:

130520_CP_AMHERD_V2 [RTS]
130520_CP_AMHERD_V2 / RTS Info / 8 min. / le 13 mai 2020

"Les compétitions seront possibles dès le 8 juin, mais avec très peu de spectateurs. Les gros rassemblements ne seront pas possible avant au moins fin août", a précisé Viola Amherd, répondant à une question de la presse.

>> Voir aussi l'interview de Viola Amherd dans l'émission Forum mercredi soir:

La Confédération versera 500 millions pour le sport: interview de Viola Amherd [RTS]
La Confédération versera 500 millions pour le sport: interview de Viola Amherd / Forum / 7 min. / le 13 mai 2020

15h00

Le Conseil fédéral prolonge l'aide à la culture

Le soutien alloué au secteur culturel pour faire face au Covid-19 sera prolongé jusqu'au 20 septembre. Les conséquences s'étendent au-delà de la validité actuelle fixée à fin mai. L'aide financière de 280 millions de francs n'est pour l'instant pas adaptée, précise mercredi le Conseil fédéral.

Les grandes manifestations de plus de 1000 personnes restent interdites jusqu'à fin août. De nombreuses institutions culturelles ne pourront pas reprendre leur activité avant le 8 juin. L'ordonnance a donc été prolongée.

Les fonds destinés jusqu'à présent au financement de prêts sans intérêt aux entreprises culturelles seront consacrés à l'indemnisation des pertes financières. Les demandes de soutien reçues à l'heure actuelle totalisent 234 millions de francs.

14h40

Frontières: France, Allemagne et Autriche dès le 15 juin, Italie plus tard

Les frontières de la Suisse avec la France, l'Allemagne et l'Autriche rouvriront le 15 juin. La conseillère fédérale Karin Keller Sutter l'a annoncé mercredi à l'issue de la séance du Conseil fédéral. L'évolution positive de la pandémie de Covid-19 le permet.

Cette décision a été prise en commun avec les ministres de l'Intérieur des trois pays concernés, a déclaré Karin Keller-Sutter. La France, l'Allemagne et l'Autriche sont actuellement en période de déconfinement et présentent une situation similaire à la Suisse au niveau épidémiologique. Le Conseil fédéral précisera les détails de cette réouverture le 27 mai.

>> Les précisions de l'émission Forum mercredi soir:

Suisse, Allemagne, France et Autriche: ouverture des frontières dès les 15 juin [RTS]
Suisse, Allemagne, France et Autriche: ouverture des frontières dès les 15 juin / Forum / 3 min. / le 13 mai 2020

Il sera donc possible de se rendre en Allemagne, en Autriche et en France, y compris pour le tourisme et les loisirs, mais en suivant les règles mises en place par les gouvernement des différents pays visités. "Avec la France, le défi est plus ...exigeant", a affirmé avec un demi-sourire Karin Keller-Sutter, expliquant qu'elle négociait avec Christophe Castaner, le ministre français de l'Intérieur.

L'Italie pas pour tout de suite

Concernant l'Italie, le Département fédéral de justice et police (DFJP) est en contact avec Rome, a ajouté la ministre. La situation y est différente comparée à celle des trois autres pays voisins de la Suisse. La circulation à l'intérieur du pays y est encore restreint. Il est encore difficile de dire quand ses frontières ouvriront.

>> Les précisions du 19h30:

Réouverture des frontières avec l'Allemagne, la France et l'Autriche au 15 juin. [RTS]
Réouverture des frontières avec l'Allemagne, la France et l'Autriche au 15 juin. / 19h30 / 2 min. / le 13 mai 2020

Karin Keller-Sutter a aussi demandé aux Suissesses et aux Suisses de "soutenir le tissu économique en Suisse" et de profiter des vacances pour faire du tourisme dans notre pays.

>> Regarder la conférence de presse de Karin Keller-Sutter mercredi: 

1300520_CP_KKS_V2 [RTS]
1300520_CP_KKS_V2 / RTS Info / 3 min. / le 13 mai 2020

Interdiction du tourisme d'achat pas encore levée

Quant au tourisme d'achat, "il n'est toujours pas possible" à l'heure actuelle, a précisé la cheffe du DFJP: "La situation s'est apaisée au point de vue épidémiologique, il n'y a pas d'afflux trop important dans les magasins, la population est prudente, et nous voulons que cela continue aux frontières", explique-t-elle.

C'est pour cela que les choses doivent se passer graduellement jusqu'au 15 juin: "D'abord les pays limitrophes, puis ceux de Schengen".

>> Voir aussi le débat entre Laurent Wehrli (PLR/VD) et Kevin Grangier (UDC/VD) sur la réouverture des frontières:

Ouverture des frontières dès le 15 juin: débat entre Laurent Wehrli et Kevin Grangier [RTS]
Ouverture des frontières dès le 15 juin: débat entre Laurent Wehrli et Kevin Grangier / Forum / 7 min. / le 13 mai 2020

14h35

Le Conseil fédéral lance la phase de test de l'appli de traçage

L'application de traçage de contact Covid-19 entrera prochainement dans la phase de test. Cette dernière sera réglée par une ordonnance. Sa validité est limitée au 30 juin, a décidé mercredi le Conseil fédéral.

L'ordonnance est basée sur la loi sur la protection des données. Elle règle l'organisation, l'exploitation et l'utilisation de l'application ainsi que le traitement des données durant la phase de test, précise le gouvernement.

L'application devrait être testée dès la semaine prochaine par des collaborateurs des écoles polytechniques fédérales de Lausanne et de Zurich, des militaires et des employés des hôpitaux, de la Confédération et des administrations cantonales. Elle sera également mise à la disposition d'autres personnes et organisations afin d'identifier les éventuels défauts techniques et autres problèmes d'utilisation.

Le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence estime que la phase de test prévue est conforme à la législation sur la protection des données. Le Parlement a demandé lors de la session extraordinaire une base légale avant d'introduire l'application auprès du grand public. Le Conseil fédéral entend la proposer le 20 mai.

Pas d'enregistrement

L'application suisse DP-3T doit permettre de retracer les personnes étant entrées en contact avec une personne testée positive au virus et de les avertir du risque auquel elles ont été exposées. Le système de traçage de proximité dans son ensemble se base sur des méthodes cryptographiques et un traitement des données fortement décentralisé.

Dans la mesure du possible, il ne contient aucune donnée permettant d'identifier les personnes. Les données de localisation ne sont pas du tout enregistrées, assure le gouvernement. Et celles-ci seront supprimées après 21 jours.

Seuls le médecin traitant ainsi que le centre cantonal retraçant les contacts, qui existe déjà, connaissent l'identité de la personne infectée. Eux seuls peuvent habiliter une personne infectée à signaler l'infection au système de manière anonyme en lui transmettant un code d'autorisation.

14h20

La Suisse participe financièrement à l'effort mondial

Le Conseil fédéral a décidé mercredi de verser 175 millions de francs afin de soutenir l'aide humanitaire et encourager le développement de thérapies, dans le cadre de l'effort mondial pour lutter contre la pandémie.

Cette enveloppe fait partie d'un budget de 400 millions déjà approuvé par le gouvernement fin avril. Un prêt sans intérêts de 200 millions a été octroyé au Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Les actions du Fonds fiduciaire d'assistance et de riposte aux catastrophes du FMI seront quant à elles soutenues à hauteur de 25 millions de francs.

Les 175 millions restants iront à l'aide humanitaire, à l'innovation et à la santé. Quelque 60 millions sont destinés à soutenir le développement et la fourniture de produits de diagnostic, de thérapies et de vaccins contre le virus.

14h15

Les blocs opératoires de l'HFR restent fermés à Riaz et Tavel

L'Hôpital fribourgeois (HFR) prolonge la fermeture des blocs opératoires à Riaz et à Tavel (Tafers) jusqu'à nouvel avis. Cette solution "permet de garantir la qualité des soins, tout en offrant davantage de flexibilité", a indiqué mercredi l'établissement.

"Cette mesure, initialement mise en place à la mi-mars, permet de centraliser le personnel spécialisé (anesthésie, soins intensifs, urgences)" sur le site cantonal de Fribourg de l'HFR, en soutien des équipes sur place, a précisé l'établissement. De plus, ce dernier dispose ainsi de lits de médecine interne supplémentaires en cas de besoin.

14h10

Dernières infos scientifiques sur le front du Covid-19

Traçage des symptômes de la maladie Covid-19 et intelligence artificielle, rôle potentiellement protecteur de la vitamine D, fatigue engendrée par les réunions en télétravail...

L'émission CQFD a fait le point mardi matin sur les dernières nouvelles scientifiques liées à la crise du Covid-19 avec Christian Lovis, professeur au Service des sciences de l'information médicale aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).

>> Ecouter le sujet de l'émission CQFD:

Il y a chaque jour des nouveautés à propos du coronavirus.
VadimVasenin
Depositphotos [VadimVasenin - Depositphotos]VadimVasenin - Depositphotos
Sur le front du Covid-19 / CQFD / 12 min. / le 13 mai 2020

14h05

Bières locales livrées à domicile dans le canton de Vaud

Dans le canton de Vaud, il suffit désormais de quelques clics pour commander et se faire livrer des bières brassées dans la région.

Un nouveau site internet, baptisé E-chope, offre ainsi une vitrine inespérée pour les brasseurs vaudois qui sont frappés de plein fouet par les mesures de confinement et les annulations des festivals.

>> Le reportage de Jessica Renaud dans le 12h45:

commander ses bière artisanales en ligne [RTS]
commander ses bières artisanales en ligne / 12h45 / 2 min. / le 13 mai 2020

14h00

L'impact du masque de protection sur les relations sociales

En Suisse, le port du masque n'est pas obligatoire mais il est conseillé dans les transports publics ou les supermarchés.

Force est de constater que de plus en plus de personnes choisissent d'en porter régulièrement un pour se prémunir.

Toutefois cette pratique risque d'avoir un impact sur nos relations.

>> Ecouter l'avis du sociologue et anthropologue David Le Breton:

David Le Breton. [France 2]France 2
David Le Breton, sociologue et professeur à l’université de Strasbourg, évoque le port du masque / Le 12h30 / 7 min. / le 13 mai 2020

Professeur à l'Université de Strasbourg, David Le Breton est l'auteur de l'ouvrage "Des visages, Essai d'anthropologie" (éditions Métailié) ainsi que de "Marcher la vie. Un art tranquille du bonheur", qui sera publié le 28 mai chez le même éditeur.

13h55

Haute tension entre partenaires sociaux à Neuchâtel

Neuf associations patronales ont envoyé une lettre à UNIA Neuchâtel. Dans ce courrier révélé par la radio régionale RTN, elles dénoncent les méthodes du syndicat depuis le début de la crise sanitaire, en estimant qu'il a créé un climat de défiance entre les partenaires.

Habituellement partenaire, Unia s'est transformés en adversaire, disent notamment ces associations: il y a là, selon elles, une "rupture de confiance".

>> Les explications de Deborah Sohlbank:

Drapeau du syndicat Unia. [Ennio Leanza. - Keystone]Ennio Leanza. - Keystone
Climat tendu entre les patrons et le syndicat Unia à Neuchâtel / Le 12h30 / 1 min. / le 13 mai 2020

13h50

Directives compliquées pour les théâtres et salles de spectacle

Comment appliquer les mesures de distanciation physique sur scène et dans le public? On en sait désormais un peu plus sur les conditions dans lesquelles les théâtres et salles de spectacles vont pouvoir rouvrir leurs portes, puisque la branche a édicté des directives destinées à protéger les collaborateurs et le public du coronavirus.

On ne connaît pour l'instant que la première partie, celle destinée au personnel. Mais ces 54 pages, publiées il y a quelques jours en allemand uniquement, énoncent des directives extrêmement strictes et détaillées. Normalement, la reprise est fixée au 8 juin.

>> Synthèse des mesures par Sylvie Lambelet:

Si une distance de 2 mètres ne peut être respectée entre des danseurs, elle ne doit pas durer plus de 5 minutes. [Joel Carrett - EPA/Keystone]Joel Carrett - EPA/Keystone
Les théâtres et salles de spectacles rouvriront sous des directives strictes / Le 12h30 / 2 min. / le 13 mai 2020

13h05

Loyers commerciaux: pression sur l'exécutif valaisan

Le Gouvernement valaisan est pressé de faire un geste pour les propriétaires et les locataires. Deux associations reviennent à la charge et demandent que l'Etat du Valais assume une partie des loyers commerciaux, comme c'est déjà le cas à Genève, Fribourg, Neuchâtel et dans le canton de Vaud. Elles plaident pour un partage des efforts avant qu'il ne soit trop tard.

>> Interview de Paul-André Roux, président de l'Association des Propriétaires du Valais Romand:

Paul-André Roux. [www.paul-andre-roux.ch]www.paul-andre-roux.ch
Les propriétaires et locataires réclament une aide financière du gouvernement valaisan / Le 12h30 / 1 min. / le 13 mai 2020

Le Conseil d'Etat valaisan n'a pas encore pris de décision à ce sujet. Contacté par la RTS, il dit suivre les décisions au niveau fédéral, attendues au mois de juin.

12h55

Le coût des tests du coronavirus en question

Les citoyens sont appelés à se faire tester pour le SARS-CoV-2 s'ils ressentent des symptômes similaires à ceux de la grippe. C'est l'une des clefs du déconfinement et l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) diffuse ce message régulièrement.

Mais ces tests sont chers en Suisse: 180 francs en moyenne, sans compter le prix de la consultation médicale. Cette somme est remboursée par l'assurance obligatoire, mais seulement une fois que la franchise est atteinte.

"Ce qui n'est pas du tout clair, c'est qui les paie", précise le conseiller national Baptiste Hurni (PS/NE) dans le 12h30. "Un certain nombre doivent être payés par le truchement de l'assurance maladie, mais les cantons doivent en payer un certain nombre. Cela manque totalement de clarté", poursuit celui qui est aussi président de la Fédération suisse des patients.

"L'énorme risque, c'est que des gens renoncent à se faire tester alors qu'on entre dans la phase où le plus important est de pouvoir suivre l'épidémie et justement de pouvoir tester beaucoup de gens".

>> Ecouter l'interview de Baptiste Hurni:

Le conseiller national socialiste neuchâtelois Baptiste Hurni. [Gaëtan Bally - Keystone]Gaëtan Bally - Keystone
Certains Suisses renoncent au dépistage du Covid-19 à cause du prix du test: interview de Baptiste Hurni / Le 12h30 / 4 min. / le 13 mai 2020

12h50

Une trentaine de cas supplémentaires en Suisse

Trente-trois nouveaux cas de SARS-CoV-2 ont été enregistrés en 24 heures, a annoncé mercredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). La Suisse compte au total 30'413 cas confirmés en laboratoire.

C'est le troisième jour consécutif que l'OFSP annonce moins de 50 nouveaux cas et la barre de 100 nouveaux cas n'a plus été franchie depuis dimanche 3 mai. A l'heure actuelle, 1564 personnes sont décédées en lien avec un Covid-19 confirmé, soit trois décès de plus que mardi. Cela correspond à une incidence de 18 décès pour 100'000 personnes.

A ce jour, 3862 hospitalisations en lien avec un Covid-19 confirmé en laboratoire ont été déclarées.

Par rapport à la taille de leur population, les cantons de Genève, Tessin, Vaud, Bâle-Ville et du Valais restent les plus touchés. Un pourcent du canton de Genève a contracté le virus. C'est le seul canton à avoir dépassé ce seuil.

Plus de 322'084 tests ont été effectués pour le SARS-CoV-2, virus de la maladie Covid-19, dont 11% étaient positifs (plusieurs tests positifs ou négatifs sont possibles chez la même personne).

12h25

Bénéfices de la BNS pour éponger la dette fédérale?

La commission de l'économie du Conseil national estime que les bénéfices de la Banque nationale suisse (BNS) devraient servir à éponger la dette fédérale liée au coronavirus. Elle a déposé une motion en ce sens, votée par 15 voix contre 10.

Si le Parlement suit, le Conseil fédéral devra utiliser tous les bénéfices que la Confédération reçoit de la BNS pour réduire l’endettement lié à la crise du coronavirus, annoncent mercredi les services du Parlement. Une minorité issue des rangs de la gauche et des Vert'libéraux rejette le texte.

L'argent issu des intérêts négatifs de la BNS devrait par ailleurs être affecté exclusivement à l'AVS. Estimant que la situation financière de l'assurance sera fortement impactée par la crise actuelle, la commission a déposé par 14 voix contre 10 une initiative parlementaire en ce sens.

12h00

ROVéo, un robot fribourgeois pour tuer le coronavirus

Mis au point par une entreprise fribourgeoise, un robot va patrouiller dans les locaux des entreprises pour tuer le coronavirus présent sur les poignées de portes, les distributeurs, les bureaux et autres surfaces contaminées.

Baptisé ROVéo, il est truffé de capteurs et surtout de rayons UV pour faire disparaître les virus.

>> Les explications de Thomas Estier, directeur de l'entreprise Rovenso, dans CQFD:

Le robot ROVéo en pleine "décontamination" d'une cafétéria.
Image fournie par Thomas Estier de Rovenso
ROVENSO SA [ROVENSO SA]ROVENSO SA
ROVéo, un robot pour tuer le coronavirus / CQFD / 9 min. / le 13 mai 2020

11h20

Le bras de fer sur les loyers commerciaux continue

Le Parlement peine à s'entendre sur un coup de pouce aux commerçants qui n'arrivent pas à s'acquitter de leur loyer commercial à cause du Covid-19. La commission de l'économie du Conseil national mise sur une autre solution que les sénateurs.

Par 13 voix contre 10 et 2 abstentions, elle a déposé une motion, ont indiqué mercredi les services du Parlement. Elle prévoit notamment que les exploitants d'établissements fermés par le Conseil fédéral en raison de la crise ne devraient à leur bailleur que 40% du loyer pour la période pendant laquelle ils doivent rester fermés si leur loyer ne dépasse pas les 20'000 francs par mois.

Les deux Chambres ont achevé mercredi dernier leur session extraordinaire sans arriver à s'entendre sur une solution commune alors que leurs deux commissions de l'économie préconisaient une intervention fédérale.

Le Conseil fédéral, lui, s'est toujours opposé à une intervention fédérale sur le sujet. Il préférerait laisser locataires et bailleurs s'entendre entre eux.

L'émission On en parle a traité de cette question mercredi matin avec César Montalto, président de la section vaudoise de l'Asloca.

>> Ecouter l'émission On En Parle sur les loyers commerciaux:

Depuis le début du confinement, la question de la charge des loyers commerciaux est au cœur des débats. [Urs Flueeler - Keystone]Urs Flueeler - Keystone
Covid-19: la question des loyers commerciaux / On en parle / 11 min. / le 13 mai 2020

11h10

L'Entraide Protestante Suisse étend son aide d’urgence

L'impact du confinement sera sans doute plus important que ce que l'on imagine aujourd'hui d'ici quelques semaines ou mois, en particulier dans les pays du Sud, estime l'Entraide Protestante Suisse (EPER) dans un communiqué mercredi.

L'ONG a décidé en conséquence d'étendre son aide d'urgence en augmentant la somme allouée à ses projets à deux millions de francs.

Depuis un mois, cette organisation a déjà aidé plusieurs milliers de personnes touchées de plein fouet par la pandémie. Elle offre par exemple une aide alimentaire aux personnes migrantes, réfugiées et sans papiers de Suisse romande, des consultations par téléphone et des vidéos d'information.

En Haïti et au Bangladesh, l'EPER mène des campagnes de prévention et de sensibilisation auprès de la population.

10h50

Pas de Francomanias cette année à Bulle

L'édition 2020 des Francomanias de Bulle, prévue du 26 au 29 août, ne pourra pas avoir lieu. Les organisateurs du festival ont annoncé mercredi cette annulation en raison des mesures liées à la lutte contre la propagation du Covid-19. La manifestation avait attiré quelque 16'000 festivaliers l'an dernier.

"Les nombreuses incertitudes liées au virus Covid-19 ont rendu cette issue inéluctable, la sécurité et la santé des personnes étant primordiales", écrivent mercredi les organisateurs du festival de musique alors que le Conseil fédéral a interdit les manifestations de plus de 1000 personnes jusqu'à fin août.

La prochaine édition aura lieu du 25 au 28 août 2021 au cœur de la Ville de Bulle.

10h00

Lutter contre l'élevage intensif pour prévenir de nouveaux virus

Les maladies transmissibles entre humains et animaux représentent à l’échelle mondiale 60% des maladies infectieuses. Un peu partout, y compris en Suisse, des chercheurs et des médecins estiment que pour mieux les prévenir, il faut combattre l'élevage intensif qui jouerait un rôle majeur dans l’apparition de nouveaux virus.

>> Les explications de Pauline Rappaz:

Les élevages intensifs favoriseraient la transmission des virus. [Aleksandr Kondratuk - Sputnik/AFP]Aleksandr Kondratuk - Sputnik/AFP
Lutter contre l'élevage intensif pour prévenir de nouveaux virus / La Matinale / 1 min. / le 13 mai 2020

09h40

Des masques hygiéniques en forme de filtres à café

Inventés par l'Allemande Amalie Auguste Melitta Bentz au tout début du siècle dernier, les filtres à café jetables mondialement connus trouvent aujourd'hui une nouvelle application.

Il y a quelques semaines, alors que toute l'Europe manquait cruellement de masques de protection produits en Chine, l'entreprise Melitta a constaté que l'ergonomie et la taille de ses filtres jetables – fabriqués dans un textile à triple couche de microfibres fondues-soufflées et filées-soufflées, la même technique que pour les masques médicaux – étaient parfaites pour recouvrir à la fois le menton, la bouche et le nez.

Il a donc suffi de libérer une ligne de production et, en quelques jours, l'entreprise s'est mise à produire localement des millions de masques en forme de filtres à café.

>> Voir le sujet de Benjamin Luis dans La Matinale:

La vie des autres (vidéo) - Amalie Auguste Melitta Bentz, inventrice du filtre à café [RTS]
La vie des autres (vidéo) - Amalie Auguste Melitta Bentz, inventrice du filtre à café / La vie des autres / 2 min. / le 13 mai 2020

09h30

Lyria a repris partiellement ses liaisons TGV avec la France

La société TGV Lyria annonce mardi dans un communiqué qu'elle a repris ses voyages vers Paris au départ de Genève et de Bâle, en déployant un nouveau dispositif de protection sanitaire.

Depuis lundi, un aller-retour quotidien est assuré entre Genève et Paris (deux liaisons par jour dès le 18 mai) ainsi qu'entre Bâle et Paris. Ces cadences devraient être renforcées dans un second temps sur tout le réseau Lyria.

Mesures sanitaires

Afin de protéger les voyageurs et le personnel de bord, la société a mis en œuvre des mesures sanitaires.

La capacité des trains est ainsi actuellement limitée à 50%, afin de favoriser la distanciation physique. Tous les passagers doivent porter un masque, y compris les enfants à partir de 11 ans. Le service de restauration à bord n’est pas assuré.

Par ailleurs, toute personne circulant sur le territoire français doit se munir d’une attestation de déplacement dérogatoire et des documents d’identité nécessaires pour des contrôles de douane aux frontières.

L’entreprise franco-suisse dit se tenir prête à augmenter son plan de transport en juin et pendant l’été, en fonction de l’évolution des directives gouvernementales.

09h10

"Ne laisser personne sur le bord du chemin"

Les images de distribution de nourriture aux plus démunis à Genève ont marqué l'opinion publique ces derniers jours. Voir la pauvreté au grand jour est une première pour certains, elle est pourtant une réalité: "Il suffit de regarder les statistiques ou de s'engager dans des associations pour avoir connaissance de ce phénomène en Suisse", explique le conseiller national valaisan Matthias Reynard.

En cette période de pandémie, le socialiste craint surtout une fracture sociale et souligne aussi le rôle de l'Etat pour limiter ce phénomène: "On se rappelle que l'Etat est important pour assurer la survie économique du pays, mais aussi pour ne laisser personne sur le bord du chemin. C'est une question de cohésion sociale. Il faut éviter que cette crise amène une augmentation des inégalités".

>> Voir l'interview complète de Matthias Reynard (PS/VS) dans La Matinale:

Mathias Reynard, conseiller national socialiste valaisan (vidéo) [RTS]
Mathias Reynard, conseiller national socialiste valaisan (vidéo) / L'invité-e de La Matinale / 10 min. / le 13 mai 2020

Concernant la campagne pour la présidence du Parti socialiste suisse, à laquelle il est candidat, Matthias Reynard précise dans La Matinale qu'elle est en pause: "Nous nous sommes mis d'accord avec tous les prétendants pour ne pas faire campagne jusque au 10 août".

08h55

Appel à rouvrir les frontières pour relancer l'économie

Les milieux économiques appellent à rouvrir rapidement les frontières pour assurer la reprise.

Dans un canton comme Genève, avec 90'000 travailleurs frontaliers (25% des postes du canton), cette main-d'œuvre est absolument indispensable pour faire tourner les activités. Les entreprises ne peuvent pas se permettre que leurs employés restent bloqués aux douanes par les contrôles.

>> Interview de Blaise Matthey (Fédération des entreprises romandes):

Blaise Matthey, directeur de la Fédération des Entreprises Romandes à Genève. [RTS]RTS
Appel à rouvrir les frontières: interview de Blaise Matthey (FER) / La Matinale / 1 min. / le 13 mai 2020

La barrière incongrue entre Kreuzlingen et Constance

Depuis la mi-mars et la fermeture des frontières, la ville allemande de Constance et sa voisine suisse de Kreuzlingen sont séparées par une barrière infranchissable. Les maires des deux communes appellent leurs pays respectifs à un assouplissement du bouclage des frontières. Il y va des rapports de bon voisinage, mais aussi de la survie de cultures maraîchères et de pas mal de poissons rouges.

>> Le sujet d'Alain Arnaud dans La Matinale:

La frontière helvético-allemande entre Kreuzlingen et Constance est bouclée. [Ennio Leanza - Keystone]Ennio Leanza - Keystone
Appel à lever les barrières entre Kreuzlingen et Constance / La Matinale / 1 min. / le 13 mai 2020

08h40

Ministres de la Santé et assureurs croisent le fer dans les médias

Le bras de fer par médias interposés se poursuit entre les ministres de la Santé et les assureurs à propos des coûts engendrés par la pandémie.

Rebecca Ruiz et Mauro Poggia estiment mercredi que les assureurs doivent aussi contribuer à l'effort collectif. "Si les réserves ne sont pas utilisées en temps de pandémie, à quoi servent-elles?", questionne la ministre vaudoise dans 24 Heures.

Elle revient sur les propos tenus mardi dans les journaux romands de Tamedia par le directeur de Curafutura, l'une des faîtières des assureurs. Pius Zängerle assénait qu'il n'était pas question que les réserves des caisses maladie servent à combler le manque à gagner des hôpitaux. La faîtière avait déjà explicité sa position dans un communiqué diffusé le 21 avril après que des ministres de la Santé alémaniques avaient évoqué cette possibilité.

Rembourser tous les tests de dépistage

Dans la Tribune de Genève, Mauro Poggia plaide quant à lui pour que les assureurs remboursent tous les tests de dépistage, sans franchise ni participation. Actuellement, seuls ceux réalisés en cas de symptômes importants sont remboursés, rappelle-t-il. Et d'ajouter qu'il est capital de ne pas dissuader les gens de se faire tester.

Interrogés sur le fait que les assureurs disent vouloir garder leurs réserves pour une seconde vague, les deux ministres relèvent que ces derniers ont des réserves de près de 5 milliards de francs, soit bien plus que ce que leur impose la loi. Quant à la critique d'impréparation adressée par le président de Curafutura, les deux ministres lémaniques la balaient.

08h30

"La peur? Un sentiment normal" en cette période

Durant des semaines, le monde s'est arrêté et s'est cloîtré. Terminée la "vie normale", le train-train quotidien pendant près de deux mois. Mais depuis lundi et les nouvelles mesures de déconfinement, la population se retrouve dans une situation ambivalente: nos souhaits les plus chers – retourner au restaurant, sur une terrasse, jardiner – peuvent à nouveau se réaliser, alors que planent toujours un certain nombre d'incertitudes et la crainte d'être contaminé par le virus.

"Ce qui manque aujourd'hui, c'est un sentiment de sécurité, des repères clairs. Avec le confinement, nous avions des règles qui étaient claires. Alors qu'avec le déconfinement, nous avons une sorte de liberté obscure qui nous demande beaucoup de prises de décision. Mais c'est normal d'avoir peur, c'est une émotion primaire qui nous protège", explique la psychologue Audrey Platania.

>> Son interview complète dans La Matinale:

La peur du retour à la normale: interview d'Audrey Platania (vidéo) [RTS]
La peur du retour à la normale: interview d'Audrey Platania (vidéo) / L'invité-e d'actualité / 8 min. / le 13 mai 2020

08h20

Les entreprises n'ont demandé qu'un tiers des crédits "Covid-19"

La Confédération a garanti 40 milliards de francs de prêts aux entreprises suisses mises en difficulté par la pandémie de coronavirus. C'est une importante partie de son plan d'urgence destiné à venir en aide à l'économie, mais les sociétés sont nettement moins nombreuses que prévu à solliciter cette aide.

A moins d'une 2e vague de contaminations, la manne restera donc largement sous-utilisée.

>> Les explications de Muriel Ballaman dans La Matinale:

Une employée au travail à Zurich. [Alessandro Della Bella - Keystone]Alessandro Della Bella - Keystone
Les entreprises n'ont demandé qu'un tiers des crédits "Covid-19" / La Matinale / 1 min. / le 13 mai 2020

>> La réaction du conseiller national PLR genevois Christian Lüscher:

Christian Lüscher, conseiller national (PLR/GE). [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Milliards de garantie de la Confédération: interview de Christian Lüscher / La Matinale / 58 sec. / le 13 mai 2020

07h55

Le mystère de la charge virale du nouveau coronavirus

Apparemment, la quantité de virus n'est en lien ni avec la gravité du Covid-19 ni avec la contagiosité de la personne atteinte. C'est l'un des mystères liés à la quantité de virus portée par les malades atteints du nouveau coronavirus. C'est ce qu'on appelle la charge virale.

En général, pour les autres maladies comme la grippe, plus on a de charge virale et plus on est malade. Mais avec ce nouveau coronavirus, des patients très malades et des patients totalement asymptomatiques ont fréquemment des charges virales similaires.

>> Interview de Pauline Vetter, médecin au laboratoire de virologie des HUG:

Le mystère de la charge virale du coronavirus (vidéo) [RTS]
Le mystère de la charge virale du coronavirus (vidéo) / L'éclairage d'actualité / 3 min. / le 13 mai 2020

07h40

Les bouchons sont de retour aux frontières suisses

Les frontaliers ont dû prendre leur mal en patience pour entrer en Suisse en début de semaine. Les bouchons étaient de retour dès lundi, alors que reprenait l'activité économique en Suisse. Mais mardi, l'assouplissement de certaines mesures de restriction ont commencé à porter leurs fruits.

>> Le reportage de Raphaël Leroy à la douane de Soral (GE):

La fréquentation des douanes genevoises est en forte hausse depuis lundi. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Bouchons aux frontières: reportage de Raphaël Leroy à la douane de Soral (GE) / La Matinale / 1 min. / le 13 mai 2020

Les temps d'attente aux douanes sont dus notamment aux contrôles effectués auprès des travailleurs frontaliers. Et même si elles ne sont plus systématiques, ces vérifications restent en vigueur de manière plus ou moins soutenue.

Un problème qu'admet Mauro Poggia, ministre genevois en charge de la Santé et de l'Emploi.

>> L'interview de Mauro Poggia:

Mauro Poggia, ministre genevois de la Sécurité, de l’Emploi et de la Santé. [RTS]RTS
Appel à rouvrir les frontières: interview de Mauro Poggia / La Matinale / 1 min. / le 13 mai 2020

07h35

Le bitcoin, nouvelle valeur refuge en temps de crise?

La crise du Covid-19 a fortement ébranlé les marchés financiers, et les cryptomonnaies n'ont pas été épargnées. Mais après une chute spectaculaire, le bitcoin tutoie à nouveau les sommets. A tel point que ses défenseurs le comparent à l'or et le présentent même désormais comme une valeur refuge en période de crise. Mais elle devra encore prouver sa résistance.

>> Les explications de Pascal Wassmer:

Les cryptomonnaies n’ont pas été épargnées par la crise liée au coronavirus. [Benoît Tessier - Reuters]Benoît Tessier - Reuters
Le bitcoin, nouvelle valeur refuge en temps de crise? / La Matinale / 1 min. / le 13 mai 2020

07h25

Inquiétudes pour la formation professionnelle

Au cours des cinq prochaines années, entre 5000 et 20'000 contrats d'apprentissage en moins seront signés, selon une étude des universités de Berne et Zurich relayée mercredi par les journaux de CH-Media. L'impact de la crise dans la formation professionnelle ne sera surmonté qu'en 2025.

Cité dans l'article, Stefan Wolter, coauteur de l'étude et professeur à l'Université de Berne, souligne que les cantons devront fournir des efforts importants pour faire face à la situation.

"Les élèves qui ont des difficultés scolaires risquent de se retrouver bloqués pendant plusieurs années dans des situations intermédiaires", avertit le scientifique. Alors que lors de la récente crise financière, effectuer une année de transition suffisait, cela ne sera plus possible avec la crise du coronavirus, ajoute le professeur d'économie.

07h15

Frontières avec l'Allemagne, la France et l'Autriche bientôt rouvertes au tourisme

La Suisse va rouvrir, si possible dans les prochaines semaines, ses frontières avec la France, l'Allemagne et l'Autriche, y compris pour le tourisme. La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a conclu ces derniers jours des accords avec ses homologues de Paris, Berlin et Vienne. Il devrait ainsi être possible de partir en vacances dans ces trois pays, a indiqué mardi soir le porte-parole du Département fédéral de justice et police (DFJP) Philipp Schwander.

>> Ecouter le sujet de la Matinale:

Les frontières avec l'Allemagne, la France et l'Autriche pourraient rouvrir aux touristes en juin [Jörg Carstensen - Keystone]Jörg Carstensen - Keystone
Tourisme possible dès juin avec la France, l'Allemagne et l'Autriche / La Matinale / 1 min. / le 13 mai 2020

La cheffe du DFJP et ses homologues français Christophe Castaner, allemand Horst Seehofer et autrichien Karl Nehammer ont souhaité un retour à la normale aussi rapide que possible, à condition que les développements positifs des derniers jours se poursuivent dans leurs pays.

Philipp Schwander n'a toutefois pas pu donner de date précise. La mi-juin semble une possibilité. En revanche, une réouverture des frontières avec l'Italie n'est pas prévue dans l'immédiat.

>> Ecouter le sujet du 12h30: "L'Union européenne présente sa stratégie pour la réouverture des frontières":

Des policiers fédéraux allemands à la frontière avec l'Autriche. [Matthias Schrader - AP Photo/ Keystone]Matthias Schrader - AP Photo/ Keystone
L’Union européenne présente sa stratégie pour la réouverture des frontières / Le 12h30 / 1 min. / le 13 mai 2020

07h00

Les petits boulots étudiants touchés de plein fouet

Les retombées de l'épidémie de Covid-19 touchent aussi les étudiants, car près de 60% des petits boulots ont disparu. Les services sociaux des universités croulent sous les demandes d'assistance financière. Depuis le 16 mars, les demandes d’aide ont plus que doublé. 900 à Genève, 110 à Lausanne, 80 à Neuchâtel…

"On a évidemment mis de côté un certain nombre de projets et on a également allégé passablement le processus d’aide pour que les conseillers sociaux soient à même de répondre le plus rapidement possible à la demande", explique le chef du service des affaires sociales de l'Université de Lausanne dans le 19h30 de la RTS.

Ces soutiens extraordinaires aux étudiants sont toutefois valables pour trois mois et ne sont pas renouvelables. Dès lors, certains tentent de s’en sortir grâce à des petits jobs non déclarés. Un étudiant a par exemple monté un atelier de réparation de vélos dans son galetas.

>> Regarder le reportage du 19h30 mardi:

Privés de petits jobs, des étudiants sombrent dans la précarité [RTS]
Privés de petits jobs, des étudiants sombrent dans la précarité / 19h30 / 2 min. / le 12 mai 2020

06h45

Un vaste plan d'économies menace le personnel de Genève Aéroport

L'aéroport de Genève prépare un vaste plan d'économies pour faire face à la crise du Covid-19, selon une information du bureau genevois de la RTS. Des licenciements ne sont pas à exclure, dès 2021.

La présidence et la direction générale de Cointrin ont annoncé lundi matin à leur personnel des mesures qui pourraient être prises dès l'an prochain, et totalement inédites à l'aéroport de Genève, habitué à d'importants bénéfices chaque année.

>> En lire plus: Un vaste plan d'économies menace le personnel de Genève Aéroport

>> Voir les explications de Raphaël Leroy dans Forum:

L'aéroport de Genève prend de vastes mesures d'économies [RTS]
L'aéroport de Genève prend de vastes mesures d'économies / Forum / 2 min. / le 12 mai 2020

>> Voir aussi l'interview du directeur André Schneider:

Les mesures économiques de l'aéroport de Genève: interview d'André Schneider [RTS]
Les mesures économiques de l'aéroport de Genève: interview d'André Schneider / Forum / 5 min. / le 12 mai 2020

06h30

Ouvrir ou rester fermé, les doutes des restaurateurs

Les patrons et les clients ont fêté lundi la réouverture des cafés et restaurants. Mais beaucoup sont restés fermés faute de place suffisante pour respecter les normes sanitaires: "Auparavant, je pouvais accueillir 34 personnes; actuellement, avec les contraintes que j'ai, peut-être huit", a témoigné le patron d'un restaurant des environs de l'Uni-Mail, à Genève, dans le 19h30 de la RTS. En outre, des travaux dans la rue l'empêchent d'ouvrir sa terrasse.

Une incertitude demeure également quant aux conditions d'accès au chômage partiel. Selon une directive de GastroSuisse publiée il y a quelques jours, un établissement pourra continuer de bénéficier des mesures spéciales de chômage partiel s'il n'ouvre que partiellement, voire même s'il reste fermé. Mais pour cela, il faudra prouver qu'une ouverture entraîne une perte d'exploitation, un risque de licenciement, un risque de fermeture définitive, ou encore que la mise en place des mesures sanitaires est impossible.

>> Les précisions du 19h30:

Les restaurateurs partagés entre l'envie de rouvrir et la crainte de perdre le droit à des indemnités [RTS]
Les restaurateurs partagés entre l'envie de rouvrir et la crainte de perdre le droit à des indemnités / 19h30 / 2 min. / le 12 mai 2020

06h15

Retour sur la journée de mardi

Alors que la Suisse ne comptait que 36 cas positifs au coronavirus mardi, elle envisage de rouvrir ses frontières pour le tourisme et les loisirs avec trois de ses voisins, l'Allemagne, la France et l'Autriche, aux alentours de la mi-juin, mais le Département fédéral de justice et police ne donne pas encore de date précise.

>> Retour sur la journée de mardi: Le tourisme de et vers la France, l'Allemagne et l'Autriche pourrait être possible dès le mois de juin

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus