Modifié

Le Covid-19 fait moins peur mais l'économie inquiète de plus en plus

Les Suisses jugent la situation sanitaire meilleure et ont moins peur de tomber malade du Covid-19. Ils sont en revanche de plus en plus inquiets pour l'économie, révèle le troisième sondage de l'institut Sotomo pour le compte de la SSR, publié jeudi.

C'est une tendance qui s'est inversée depuis le premier sondage réalisé à la mi-mars: les inquiétudes liées à la situation sanitaire ont laissé place à celles concernant l'économie.

Actuellement, 57% des sondés jugent la situation économique comme "mauvaise" ou "très mauvaise", contre 28% le 22 mars dernier.

En ce qui concerne les hôpitaux, 77% des personnes estiment que leur situation est bonne, soit une hausse de 47% de points de pourcentage par rapport au premier sondage.

Crainte d'une crise économique

L'enquête a aussi sondé les opinions sur les conséquences futures de la pandémie. La crise économique ressort comme la principale inquiétude (48%), suivie de la perte de la liberté individuelle à long terme (22%). Cette dernière est considérée comme un souci mineur pour 23% des personnes.

Par ailleurs, 12% estiment que la pandémie aura surtout des conséquences négatives sur les relations internationales et 9% qu'elle engendrera des conflits sociaux. Enfin, 6% prévoient un effondrement du système de santé.

Finances et pertes d'emplois

Questionnés sur leurs inquiétudes quant à leur situation personnelle, les sondés sont toujours un tiers à craindre des pertes financières: ce sont les 35-64 ans qui se disent les plus soucieux pour leurs finances (42%), suivis des jeunes entre 15 et 34 ans (34%) et des retraités (12%).

La peur de perdre son emploi s'est légèrement renforcée depuis la mi-mars. Elle affiche une hausse de 4 points de pourcentage, à 19%.

Mais, avant les aspects financiers, c'est la restriction des libertés individuelles qui préoccupe le plus les Suisses, avec un bond de 39% à 57% depuis le premier sondage.

De même, la peur de la solitude et de l'isolement est passée de 26% à 32%. En revanche, celle de la maladie du Covid-19 a chuté de 17 points de pourcentage, à 34%.

Grandes différences entre les salariés

De grandes différences existent entre les salariés suivant leur domaine d'activité. Sans surprise, l'art et la culture, tout comme le sport et le bien-être, ainsi que le tourisme, la restauration et l'hôtellerie ressortent comme particulièrement précaires.

Entre 27% et 39% des personnes actives dans ces secteurs estiment en effet que leur poste n'est pas garanti.

Indépendants en difficulté

Du côté des travailleurs indépendants, le constat n'est guère plus rassurant: pour 23% d'entre eux, la pandémie n'a apporté que du négatif dans les activités professionnelles. La situation est particulièrement compliquée en Suisse romande, où 26% des indépendants se retrouvent dans cette catégorie, contre 22% côté alémanique et 13% au Tessin.

Par ailleurs, un total de 40% indique avoir enregistré une baisse des commandes ou des mandats: 64% au sud des Alpes, 44% en Suisse romande et 37% outre-Sarine. Seuls 7% des sondés bénéficient de la crise et profitent d'une hausse de commandes ou de mandats.

Mais la pandémie n'a visiblement pas affecté tout monde: 28% d'indépendants indiquent n'avoir vu aucun changement, ni dans un sens ni dans l'autre.

>> Lire aussi: La stratégie de déconfinement du Conseil fédéral fait une majorité de mécontents

Mathieu Henderson

Publié Modifié

Méthode

Le sondage a été réalisé par l'institut Sotomo pour le compte de la SSR du 2 au 6 mai 2020. Au total, 32'485 personnes dans toutes les régions du pays ont participé à l'enquête en ligne. La marge d'erreur est de +/- 1,1 point de pourcentage.