Modifié

"C’est maintenant que les plus démunis ont besoin d’aide"

Les files devant les lieux de distribution de nourriture s’allongent [RTS]
Les files devant les lieux de distribution de nourriture s’allongent / La Matinale / 3 min. / le 23 avril 2020
Les personnes et familles dans la précarité sont en augmentation en Suisse, selon l’oeuvre d’entraide Caritas. Les associations qui distribuent gratuitement de la nourriture sont au front. Reportage.

Depuis le début de la pandémie l’épicerie de Caritas Vaud est prise d’assaut. En premier lieu par ceux qui n’ont plus du tout de salaire. En temps normal, ils vivent de petits boulots, le plus souvent au noir. Ce mardi, ils ont dû faire une demi-heure de queue pour s’approvisionner à moindre coût ou gratuitement. Le personnel de l’épicerie fait entrer les gens au compte-gouttes pour des raisons sanitaires.

La file d'attente est longue devant l'épicerie Caritas à Lausanne [Céline Fontannaz - RTS]La file d'attente est longue devant l'épicerie Caritas à Lausanne [Céline Fontannaz - RTS]Dora* fait partie des clients qui font la file devant l’épicerie. Cette sans-papiers, mère de deux enfants, travaillait dans une garderie. A la fermeture de la crèche, elle s’est retrouvée du jour au lendemain sans revenus. Difficile pour elle de préparer trois repas par jour. Elle a désormais reçu des bons alimentaires.

"Mes enfants sont petits, ils ne se rendent pas compte de la situation. La plus grande pose quand même des questions. Actuellement, j’ai deux mois de retard dans le paiement de mon loyer, mais j’espère que mon propriétaire attendra que j’aie une aide financière. Ma plus grande crainte est de perdre l’appartement car je ne sais pas où aller avec les petits."

L'espoir d’un retour rapide au travail

Son espoir est de pouvoir reprendre vite le travail dans la garderie. "J’ai besoin d’argent pour reprendre ma vie d’avant. C’est très compliqué d’être sans papiers. Il faut lutter."

Pour aider les familles à joindre les deux bouts en attendant un retour à la normale, le directeur de Caritas Vaud, Pierre-Alain Praz, a annoncé la création la semaine dernière d’un fonds commun avec le centre social protestant "pour venir en aide financièrement à ces personnes."

L'épicerie Caritas propose des produits de base 30 à 50% plus bas que les prix du marché, selon l'oeuvre d'entraide. [Céline Fontannaz - RTS]L'épicerie Caritas propose des produits de base 30 à 50% plus bas que les prix du marché, selon l'oeuvre d'entraide. [Céline Fontannaz - RTS]"Une partie de cette aide se fait sous forme de bons, qui permettent de faire des  achats gratuitement dans notre épicerie. Nous aidons également à payer des loyers pour que les gens ne se retrouvent pas à la rue."

Plus de 320 sacs de nourriture en une journée

En moins d’une semaine, le fonds a déjà distribué plus de 150'000 francs. "On s’attend à verser trois ou quatre fois plus d’ici fin juin. Nous comptons sur l'apport des fondations privées et aussi sur des montants complémentaires de la Chaîne du bonheur. C’est maintenant que les gens ont besoin d’argent."

Autre lieu de distribution, même public. Le Point d'appui géré par les Eglises catholique et protestante du canton de Vaud voit sa clientèle exploser depuis trois semaines. Les personnes obtiennent gratuitement deux sacs de nourritures par semaine. Mercredi, plus de 320 cornets ont été délivrés. L'attente est longue, il faut filtrer les bénéficiaires et les distances de sécurité sont compliquées à faire respecter.

Silvia* fait des ménages. Elle ne trouve plus de travail depuis le début de la pandémie. "J’ai deux patronnes qui continuent à me payer, les autres non. Avec ce peu d’argent, je paie le loyer et quelques factures. Je n’ai pas d’argent pour manger. Heureusement, mes patronnes m’attendent. Je vais recommencer à travailler dès lundi prochain."

Céline Fontannaz/pwa

Distribution de sacs de nourriture au Point d’appui à Lausanne. [Céline Fontannaz - RTS]Distribution de sacs de nourriture au Point d’appui à Lausanne. [Céline Fontannaz - RTS]

*Prénom fictif

Publié Modifié