Modifié

La distanciation physique restera la norme pour longtemps en Suisse

Les distances physiques à respecter resteront la norme pendant un bon moment. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
La distanciation physique restera la norme pour longtemps en Suisse / La Matinale / 1 min. / le 17 avril 2020
Malgré le déconfinement par étapes présenté jeudi par le Conseil fédéral, la distanciation physique entre les personnes restera la règle. En plus des mesures d'hygiène, garder ses distances est devenu la norme en quelques semaines seulement.

Le conseiller fédéral Alain Berset, en charge de la Santé, a été très clair en conférence de presse: "s'embrasser ou se serrer la main, des attitudes dont nous avions pourtant l'habitude, ne pourront pas reprendre tout de suite comme avant."

>> Lire: "Rien ne garantit que ce ne soit pas un faux départ", admet Alain Berset

Les choses ont changé et cette distanciation physique semble bien acceptée désormais, car des solutions ont accompagné les recommandations.

"Adhésion" à la nouvelle norme

"Je pense qu'il y a un phénomène d'adhésion à la norme", explique le psychothérapeute lausannois Nicolas Leuba vendredi dans La Matinale. "Je crois qu'on s'habitue, qu'on s'adapte, et qu'on trouve d'autres manières de réguler les relations, de se sentir en lien. Et lorsqu'on y arrive, le respect de cette distanciation est plus simple".

Un nouveau langage suggéré

L'être humain utilise des mécanismes psychosociaux. Et pour Fabrizio Butera, professeur de psychologie sociale à l'Université de Lausanne, nous avons adopté ce nouveau langage car il nous a été suggéré.

"Cette idée qu'on nous a créée ensemble est très importante parce que cela nous donne l'impression qu'on l'a fait de façon autonome", explique-t-il. "Si on a l'impression que notre comportement est déterminé par notre volonté, les nouvelles normes que l'on a mises en place vont durer dans le temps".

Mais beaucoup de questions se poseront dans le futur, lors d'un retour à ce que nous considérons comme la "normale".

Difficulté particulière pour les seniors

En l'état, les interdictions de rassemblement de plus de cinq personnes demeurent, tout comme l’injonction faite aux personnes de plus de 65 ans de limiter au maximum leurs déplacements.

Et pour ces seniors, il va falloir trouver des solutions. "On ne peut pas oublier cette population, juste lui dire de rester confinée", souligne le PLR vaudois Laurent Wehrli, membre du conseil de fondation de Pro Senectute Suisse. "On doit aussi se soucier d'elle, y compris dans sa santé psychique et dans sa santé sociale, si je peux le dire ainsi".

>> L'interview de Laurent Wehrli dans La Matinale:

Laurent Wehrli, conseiller national PLR vaudois et syndic de Montreux. [Gaëtan Bally - Keystone]Gaëtan Bally - Keystone
Solutions à trouver pour les seniors: interview de Laurent Wehrli / La Matinale / 49 sec. / le 17 avril 2020

Natacha Van Cutsem/oang

Publié Modifié