Modifié

Entre satisfaction et critiques, les réactions au plan du Conseil fédéral

Un magasin de fleurs à Lausanne fermé pour cause de coronavirus. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Un magasin de fleurs à Lausanne fermé pour cause de coronavirus. [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Les organisations patronales se félicitent de l'intention du Conseil fédéral de revenir progressivement à la normale, mais regrettent qu'il n'aille pas plus vite. Les syndicats se déclarent eux globalement satisfaits. Même son de cloche du côté des partis politiques, à l'exception de l'UDC.

L'usam, la faîtière des PME, critique la décision du Conseil fédéral de repousser l'ouverture des commerces de détail au 11 mai seulement. Il se félicite en revanche de la solution proposée pour les indépendants.

De son côté, economiesuisse considère aussi la décision du Conseil fédéral comme un signal positif pour l’économie et la société. Les entreprises estiment cependant que son plan de retour à la normale est trop timide.

"Nous regrettons que cette sortie de crise esquissée par le Conseil fédéral prenne autant de temps", explique Monika Rühl, présidente du directoire. Pour economiesuisse, il est incompréhensible que le Conseil fédéral soit si hésitant en rouvrant le commerce de détail seulement à partir du 11 mai.

GastroSuisse "très déçu"

GastroSuisse ne comprend pas que le Conseil fédéral ne donne aucune perspective au secteur de la restauration. "Nous avons toujours souligné qu'il appartenait au Conseil fédéral de déterminer le moment de la réouverture", déclare le président de GastroSuisse, Casimir Platzer. "Mais en ne disant rien, il nous laisse complètement dans le noir et sans perspective", critique-t-il.

>> Ecouter l'interview de Casimir Platzer, président de GastroSuisse:

Casimir Platzer, président de GastroSuisse. [Lukas Lehmann - Keystone]Lukas Lehmann - Keystone
Restaurateurs et hôteliers: les grands perdants du déconfinement? / Forum / 5 min. / le 16 avril 2020

L'Union suisse des paysans réagit de manière mitigée à l'annonce de Berne. Elle salue le fait que les indépendants qui n'étaient touchés qu'indirectement par la crise aient également droit à des indemnités pour perte de gain.

Si l'Union suisse des paysans se réjouit aussi du fait que la vente de plantes soit à nouveau possible dès le 27 avril, elle ne comprend pas pourquoi la réouverture hebdomadaire des marchés doit attendre jusqu'au 11 mai.

Syndicats soulagés

L'Union syndicale suisse (USS) a salué les mesures annoncées jeudi par le Conseil fédéral. La faîtière syndicale se réjouit notamment de l'amélioration de la situation pour les indépendants et d'une meilleure protection des salariés à risques.

Avec cette nouvelle protection des indépendants, le filet de sécurité sociale touche de plus en plus de personnes et les protège des besoins existentiels, se réjouit l'USS dans une prise de position.

La faîtière reçoit également positivement les clarifications apportées à la situation des employés à risque. "Ils ont le droit de ne faire que du télétravail, relève-t-elle. Ils ne peuvent retourner travailler dans l'entreprise que sur une base volontaire". L'employeur est également tenu d'adapter le travail aux conditions de santé.

Partis positifs, à l'exception de l'UDC

Les partis politiques suisses saluent pour la plupart les mesures de déconfinement progressif annoncées par le Conseil fédéral jeudi, à l'exception de l'UDC, qui se dit "consterné" par la stratégie de déconfinement présentée jeudi. Il craint notamment les lourdes conséquences des mesures exceptionnelles pour l'économie, qui se chiffrent à plusieurs centaines de millions de francs par jour.

"Au lieu de renforcer le dispositif de tests, de se procurer suffisamment de masques de protection et de poursuivre la traçabilité des infections grâce à des applications de traçage, le gouvernement alourdit par sa mollesse les dommages causés à l'économie", dénonce l'UDC.

Le sort des indépendants suscite l'approbation

A l'autre extrémité du spectre politique, le PS se réjouit pour sa part de l'assouplissement des mesures présenté par le Conseil fédéral, mais souligne qu'il faudra rester très disciplinés les deux prochaines semaines. Le parti à la rose se dit aussi très heureux de voir qu'une décision a été prise pour les petits indépendants et les salariés à risque.

L'assouplissement étape par étape permet à la société et à l’économie de se "projeter dans l'avenir", estime le PDC, qui rappelle qu'un assouplissement rapide est essentiel pour les PME et les indépendants, à condition de respecter les règles d'hygiène et de distance.

Pour les Verts, l'ouverture par étapes est raisonnable, estime le président du groupe parlementaire Balthasar Glättli sur Twitter. "Il ne faut pas mettre en jeu ce que nous avons atteint par la discipline".

Il s'agit de rouvrir le plus vite possible les écoles du premier degré, estime le Zurichois. Rester à la maison est une surcharge aussi bien pour les enfants que pour les parents. L'égalité des chances, qui doit être garantie par l'école, est mise à mal dans les conditions actuelles.

"Stratégie claire" saluée

Le PLR se dit soulagé de voir "enfin une stratégie de sortie claire". Il salue en particulier le fait que les hôpitaux et les cabinets médicaux seront à nouveau accessibles aux patients non-urgents, et que les écoles obligatoires reprendront bientôt les cours.

Les Vert’libéraux se disent eux aussi soulagés de l'évolution positive de la situation et saluent l'assouplissement progressif des mesures sanitaires, mais souhaite la mise en place d'un système de "filtre d'exemption de crédit" pour que certaines entreprises n'aient pas besoin de rembourser les prêts spéciaux de la Confédération.

>> Le débat des politiques dans Forum:

Interview de Fabien Fivaz,de Marie-France Roth-Pasquier et de Michaël Buffat.  [RTS - RTS]RTS - RTS
Réactions politiques suite aux annonces du jour / Forum / 11 min. / le 16 avril 2020

nr avec l'ats

Publié Modifié