Publié

La pénurie d'anesthésiants se fait de plus en plus sentir en Suisse

Une entreprise pharmaceutique d'Interlaken réagit à la pénurie de produits anesthésiants [RTS]
Une entreprise pharmaceutique d'Interlaken réagit à la pénurie de produits anesthésiants / 19h30 / 1 min. / le 6 avril 2020
La pénurie de produits anesthésiants inquiète les départements de soins intensifs en Suisse. Une petite entreprise pharmaceutique bernoise tente de répondre à l'urgente demande.

A Interlaken, l'entreprise pharmaceutique Bichsel a décidé de doubler les cadences et la production pour tenter de répondre au défi du coronavirus. Les ouvriers sont au travail depuis 5h du matin et la seconde équipe finira vers 23h.

Désormais, sur la chaîne de production, l'essentiel concerne la pandémie: des solutions de perfusion, des désinfectants mais surtout le fameux Midazolam, un anesthésiant très recherché en ce moment aux soins intensifs. Pour Marc Baumann, le patron de Bichsel, le problème est de "trouver la matière première pour mener à bien cette fabrication complexe".

Il aimerait bien pouvoir livrer plus de Midazolam, mais n'arrive pour l'heure pas à satisfaire la très grande demande. Notamment en provenance des Hôpitaux Universitaires de Genève.

L'armée en renfort

Pour arriver à doubler les cadences, de nouveaux employés ont fait leur apparition dans les laboratoires: des soldats d'un bataillon de logistique sanitaire envoyés en appui par l'armée: "Chaque année, dans les cours de répétition, on appuie la pharmacie de l'armée dans une production ordinaire", explique le major Paolo Cortelezzi. "Mais un scénario comme celui-là, on l'a seulement entraîné, jamais fait".

Sur ce front-là militaires et civils avancent côte à côte. Leur guerre contre la pénurie d'anesthésiants est loin d'être gagnée, mais leurs efforts contribuent aussi à sauver des vies.

>> Regarder: "Tous les services des soins intensifs dans le monde sont à la recherche des mêmes anesthésiants ou de curare"

Delphine Gianora: "Tous les services des soins intensifs dans le monde sont à la recherche des mêmes anesthésiants ou curare." [RTS]
Delphine Gianora: "Tous les services des soins intensifs dans le monde sont à la recherche des mêmes anesthésiants ou curare." / 19h30 / 1 min. / le 6 avril 2020

Sujet télévisé: Sébastien Faure

Adaptation web: Stéphanie Jaquet

Publié