Malgré la météo favorable, appel à respecter les consignes des autorités. [Keystone]
Publié Modifié

Le Conseil fédéral veut 20 milliards de plus pour les entreprises

- Selon les chiffres communiqués par les cantons vendredi en fin de soirée, 608 personnes ont désormais trouvé la mort à cause du coronavirus en Suisse, sur un total de 19'706 cas recensés. L'OFSP, qui prend les chiffres recensés à 8h, annonce pour sa part 19'303 cas et 484 décès.

- Le canton de Vaud a franchi la barre des 100 décès et Genève celle des 70, alors que le Tessin en compte plus de 150.

- La demande pour l'octroi de crédits de transition Covid-19 est importante. Le Conseil fédéral a demandé au Parlement de relever à 40 milliards de francs au total le crédit d'engagement existant, soit 20 milliards de plus.

- Le Conseil fédéral prend aussi des mesures pour garantir l'approvisionnement en appareils respiratoires, tests de diagnostic, matériel de protection et autres biens médicaux importants servant à la lutte contre le coronavirus.

- Pour rappel, le Conseil fédéral n'a pas imposé de confinement général en Suisse, contrairement à plusieurs pays voisins, mais il rappelle sans cesse qu'il faut rester à la maison – en particulier si on est malade ou âgé de 65 ans ou plus. Il appelle à ne sortir que si on doit aller travailler (télétravail pas possible), aller chez le médecin ou à la pharmacie, faire les courses ou aider un proche. Les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo.

23h55

La Poste impose un quota maximal de colis aux plus gros expéditeurs

La Poste a informé jeudi ses 100 plus gros clients expéditeurs de colis - principalement des entreprises actives dans la vente en ligne - qu'elle allait introduire avec effet immédiat un quota par jour ouvrable de nombre de colis standard qu'ils pourront expédier. L'objectif de cette mesure d'urgence est de protéger ses employés et de maintenir l'approvisionnement général en colis de la Suisse, a expliqué vendredi le porte-parole de La Poste Oliver Flüeler. "Nous ne pouvons plus faire face au volume", a-t-il regretté.

Uniquement la semaine prochaine pour l'instant

Le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) a approuvé un contingentement temporaire limité, pour l'instant, à la semaine précédant Pâques, a précisé Oliver Flüeler vendredi soir. Une table ronde doit en outre être organisée avec les entreprises concernées et les autres acteurs de la logistique afin de trouver des solutions communes.

"Nos pires craintes se sont réalisées", a regretté vendredi dans un communiqué l'Association suisse de vente à distance. Elle veut trouver rapidement des solutions avec le géant jaune afin de maintenir la livraison de colis et propose notamment de suspendre le traitement et la distribution des envois de petites marchandises en provenance de l'étranger, soit environ 100'000 envois par jour. "Ces capacités devraient être libérées pour le commerce national", estime-t-elle.

>> Lire aussi notre brève publiée à 21h45

23h45

"(Not) On the Road Again”: les recommandations en musique d’André Simonazzi

Le porte-parole du Conseil fédéral a choisi l’humour pour marteler le message "Restez chez vous!" adressé aux Suisses pour les beaux jours qui s’annoncent. André Simonazzi a égrené dans un tweet des titres de chansons "légèrement modifiés", à l’appui du mot d’ordre pour ces prochains jours:

Rolling Stones: “You Can’t Always Go Where You Want”

Beatles: “Not Together”

Etc.

>> Le tweet d'André Simonazzi:

23h30

Le Tessin prolonge ses mesures anti-Covid-19 de deux semaines

Le gouvernement tessinois a prolongé vendredi de deux semaines les mesures de lutte contre le coronavirus. Particulièrement touché par la pandémie, le Tessin maintient la fermeture des industries jusqu'au 13 avril, au lieu du 29 mars comme prévu initialement.

L'"interdiction de sortir" pour les plus de 65 ans a également été prolongée de deux semaines. Il s'agit avant tout de faire en sorte que ces personnes n'aillent pas faire leurs courses. Aucune amende n'a toutefois été infligée jusqu'ici, a indiqué vendredi soir le président du gouvernement tessinois Christian Vitta lors d'une conférence de presse. Il faut dire que ces mesures avaient été jugées non conformes au droit fédéral par Berne. Le ministre suisse de la santé Alain Berset a d'ailleurs déclaré plus tôt dans l'après-midi qu'il ne comprenait pas cette mesure comme une interdiction, mais comme une "recommandation très pressante" aux aînés.

Le canton se trouve dans une phase délicate, a souligné Christian Vitta. "L'objectif suprême doit être de protéger notre santé et notre système de santé". Même si les mesures prises seront à un moment donné assouplies peu à peu, la population doit s'attendre à une "normalité limitée" durant les premiers mois après la crise, a-t-il averti.

22h55

Une brèche ouverte à La Chaux-de-Fonds pour le retour des marchés alimentaires

La Ville de La Chaux-de-Fonds a annoncé qu'elle autorisait une réouverture partielle de son marché alimentaire dès la semaine prochaine, une décision qui pourrait bouleverser les pratiques dans tout le pays, a appris la RTS vendredi. Un collectif national vient de se créer pour demander la même chose à tous les cantons suisses. Leur principale revendication: mettre fin à l'inégalité de traitement entre grands distributeurs et marchands itinérants.

Après avoir étudié en détail les ordonnances fédérales relatives au COVID-19, l'ancien fonctionnaire de l’Office fédéral de la santé publique Claude Bezençon a mis en lumière que "les étalages de denrées alimentaires sur le marché sont considérés comme des magasins d’alimentation et donc exemptés de l’interdiction de vente, tant que les règles de distanciation sociale sont respectées.

Il faut dire que les mesures spéciales de la Confédération entrées en vigueur le 17 mars laissent un certain flou: elles commencent par décréter la fermeture des "magasins et des marchés", puis précisent ensuite que cette fermeture ne s'applique pas aux "magasins d'alimentation et commerces qui proposent des denrées alimentaires (...)". Certaines communes avaient, ainsi, déjà décidé de maintenir les stands alimentaires de leurs marchés, à l'instar de St-Imier.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Alimentation: un collectif national va exiger le retour des maraîchers dans les centres-villes [RTS]
Alimentation: un collectif national va exiger le retour des maraîchers dans les centres-villes / 19h30 / 2 min. / le 3 avril 2020

22h20

Un mouvement demande une prime de risque pour le personnel en 1ère ligne

Caissiers, magasiniers, techniciennes: en quelques jours, ils ont changé de statut. Leur travail est reconnu, leur courage aussi. Ils sont devenus les héros des nouvelles campagnes publicitaires des grandes enseignes. Très médiatiques, ces remerciements ont interpellé l'humoriste Yann Marguet.

"Vu le prix que coûte une telle campagne de pub à l'échelon national, je me suis dit que s'il y avait vraiment une volonté de remercier, elle pourrait se faire différemment. Mieux vaut mettre cet argent dans une enveloppe que de montrer à tout le monde à quel point on est fier et satisfait de ses employés", a-t-il déclaré dans le 19h30 de la RTS.

>> Lire à ce sujet: L'USS demande 2000 francs de prime et une convention collective pour les caissières

Le challenge est lancé sur les réseaux sociaux et la pression s'accentue sur les grands groupes. Aldi et Lidl Suisse ont déjà annoncé des primes sous forme de bons d'achat. Pour l'instant, rien du côté de Coop et Migros.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Appel de l'humoriste Yann Marguet pour rétribuer le personnel en première ligne [RTS]
Appel de l'humoriste Yann Marguet pour rétribuer le personnel en première ligne / 19h30 / 2 min. / le 3 avril 2020

21h45

La Poste peine à distribuer tous les paquets alors que les commandes en ligne explosent

La fermeture des magasins ne vendant pas de produits de première nécessité, couplée aux messages recommandant instamment à la population de rester à la maison font exploser les livraisons à domicile. Cette situation pèse sur la Poste suisse, qui est aux limites de sa capacité.

Au centre de tri des colis de Daillens (VD), près de 200'000 paquets viennent d'être triés en un seul jour, une cadence digne d'un mois de décembre. "Il y a des tapis de course, des cabanes de jardin, des bacs à sable, des produits encombrants et lourds qui nécessitent un traitement manuel, parce qu'ils ne passent pas dans les machines", détaille Laurent Savary, chargé de communication pour la Poste dans le 19h30 de la RTS.

>> Regarder le reportage du 19h30 vendredi:

Le centre de tri de Daillens doit faire face à une hausse de 40% des colis [RTS]
Le centre de tri de Daillens doit faire face à une hausse de 40% des colis / 19h30 / 2 min. / le 3 avril 2020

Au total, c’est à une hausse de 40% des colis que le centre doit faire face, avec parfois un tiers de personnel en moins. "Lundi à midi, on devait être 100 collaborateurs pour l’équipe de nuit. On a fini à 76 collaborateurs. C’est une gageure tous les jours de réaliser notre travail dans de bonnes conditions", explique Domingo Olaya, responsable au service technique à Daillens.

>> Ecouter l'analyse de Nicolas Rossé:

Nicolas Rossé "La Poste est à la limite de sa capacité. Les livraisons de base sont menacées." [RTS]
Nicolas Rossé "La Poste est à la limite de sa capacité. Les livraisons de base sont menacées." / 19h30 / 1 min. / le 3 avril 2020

21h25

"Le Tessin ne disparaîtra pas en votre absence"

L'impératif demeure de rester chez soi le plus possible, malgré le temps printanier de ces prochains jours. C'est le beau temps, précisément, qui préoccupe tout particulièrement les Tessinois à l'aube du week-end et à l'approche des fêtes de Pâques. Ces derniers craignent un afflux de touristes ou de propriétaires de résidences secondaires.

L'office du tourisme cantonal a réalisé un spot TV préventif - une publicité d'un genre inédit, avec ce slogan: "Le Tessin ne disparaîtra pas en votre absence. Restez a la maison!"

>> Le reportage de Sébastien Faure dans le 19h30:

Le Tessin redoute l'arrivée des touristes et une nouvelle propagation du coronavirus [RTS]
Le Tessin redoute l'arrivée des touristes et une nouvelle propagation du coronavirus / 19h30 / 1 min. / le 3 avril 2020

Le Tessin a été le premier canton touché de plein fouet par le nouveau coronavirus et c'est toujours celui où l'on meurt le plus. Il a réussi à éviter un désastre à l'Italienne, mais au prix d'un effort colossal que l'on ressent clairement sur place.

>> Les explications de Sébastien Faure dans le 19h30:

Sébastien Faure "Le Tessin, le canton où il y a eu le premier cas et où on meurt le plus." [RTS]
Sébastien Faure "Le Tessin, le canton où il y a eu le premier cas et où on meurt le plus." / 19h30 / 2 min. / le 3 avril 2020

21h20

Alain Berset persiste: "les masques ne protègent pas les personnes saines"

Interviewé dans le 19h30 de la RTS vendredi soir, le conseiller fédéral en charge du Département de l'intérieur Alain Berset est revenu sur la demande d'une partie de l'opinion publique de disposer de plus de masques de protection. "On sait qu'on a besoin de plus de matériel. Les cantons en ont beaucoup acheté, ils avaient des réserves, mais ça part assez vite. La Confédération achète maintenant tous ceux qu'elle peut", a répondu Alain Berset.

Tout en maintenant la position du Conseil fédéral, qui consiste à dire que les masques sont peu utiles pour les personnes qui ne sont pas atteintes par le Covid-19, il a néanmoins entrouvert la porte à une éventuelle modification des recommandations à plus long terme, par exemple si le confinement général devait être levé au profit d'un confinement sélectif.

>> Ecouter l'interview d'Alain Berset dans le 19h30:

Alain Berset "On a besoin de beaucoup de matériel, en particulier de masques." [RTS]
Alain Berset "On a besoin de beaucoup de matériel, en particulier de masques." / 19h30 / 3 min. / le 3 avril 2020

21h10

La librairie Payot rouvre ses ventes en ligne

L’enseigne de librairies Payot a annoncé la réouverture de ses ventes en ligne à partir de lundi 6 avril. La chaîne avait décidé le 19 mars de fermer provisoirement son site de vente par correspondance en raison de la très forte augmentation des commandes après la fermeture des magasins physiques, le 16 mars au soir.

La forte croissance du nombre de commandes avait en effet créé des difficultés à respecter les directives sanitaires pour les équipes chargée du traitement des commande. Depuis, le circuit de traitement des commandes a été simplifié et la librairie de Lausanne sécurisée, de façon à respecter les distances sanitaires.

20h55

Des détenus de Champ-Dollon protestent contre les mesures anti-Covid-19

Une quarantaine de détenus de la prison genevoise de Champ-Dollon ont refusé de réintégrer leurs cellules après la promenade de fin d'après-midi, se plaignant de leurs conditions de détention à cause des mesures liées au Covid-19, a appris la RTS vendredi.

D'après le porte-parole de l'Office cantonal de la détention Laurent Forestier, les revendications des détenus semblaient porter sur une demande de libération anticipée (faisant écho aux approches adoptées dans certains pays) ainsi que sur la possibilité de pouvoir pratiquer des sports de balle (qui ont été suspendus vu l'impossibilité de respecter les distances sanitaires prescrites, même si l'accès au sport demeure garanti).

La police, les pompiers et un appui médical ont été mobilisés mais leur intervention n'a finalement pas été nécessaire.

>> Lire: Des prisonniers de Champ-Dollon protestent contre les mesures anti-Covid-19

20h00

Chômage partiel dans les journaux fribourgeois

Les journaux fribourgeois La Liberté et La Gruyère recourent à leur tour au chômage partiel. Cette décision fait suite à la diminution brutale de leurs revenus publicitaires et aux perspectives économiques fortement assombries par l'épidémie de Covid-19. Dès le 20 avril, leurs équipes verront diminuer leur taux d'occupation, indique le groupe Saint-Paul, qui édite les deux titres.

La diminution "se verra"

"Malheureusement, la diminution de notre force de frappe, nécessaire sous l'angle économique, se verra dans nos pages, alors même que nos lecteurs n'ont jamais eu autant besoin d'une information vérifiée, hiérarchisée et mise en perspective", déplore le rédacteur en chef de La Liberté Serge Gumy, qui appelle la Confédération et le canton à débloquer une aide d'urgence en faveur des médias privés. Le quotidien, passé récemment de quatre à deux cahiers, rencontre actuellement "un afflux massif de visiteurs" sur ses plateformes digitales et une hausse des ventes d'abonnements "qui prouvent le besoin du public pour une information indépendante et de qualité".

Mais ce mouvement "ne pourra pas compenser les suspensions des abonnements d'entreprises (restaurateurs notamment) et la chute vertigineuse de nos revenus publicitaires", relève Serge Gumy. La Gruyère observe le même phénomène. D'autres médias ont recouru au chômage partiel ces dernières semaines, comme ceux de Tamedia (désormais TX-Group), les radios de l'Arc jurassien (RJB, RJF et RTN), Radio Fribourg ou encore le Quotidien jurassien.

19h45

Swisscom ne viole pas la protection des données, estime le préposé

La transmission par Swisscom de données sur la localisation des détenteurs de natels dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 ne viole pas la protection des données, estime le préposé fédéral en la matière, Adrian Lobsiger. Les infomations fournies à l'OFSP sont bien anonymisées. Sur la base des explications fournies par Swisscom, il a jugé vendredi qu'il n'y avait pas lieu d'ouvrir une "procédure formelle d'établissement des faits".

Les données sont fournies avec un décalage d'"au minimum huit heures", selon le préposé. Elles permettent à l'OFSP de vérifier si des personnes se sont rassemblées en grand nombre malgré l'interdiction des rassemblements de plus de cinq personnes dans l'espace public. Les visualisations concernent des cas où au moins 20 personnes se sont retrouvées dans un espace de 100 mètres sur 100.

Adrian Lobsiger exprime malgré tout une critique sur un certain manque de transparence du géant bleu. Les informations sur sa collaboration avec l'OFSP sont en effet rares et difficiles à trouver.

19h30

L'agriculture suisse pourra-t-elle remplir les assiettes jusqu'à la fin de l'épidémie?

Avec la crise du Covid-19, l'agriculture pourrait prochainement peiner à recruter du personnel. Une partie de la main d'œuvre ne veut ou ne peut plus traverser la frontière pour venir travailler dans les champs helvètes. Pourtant, les cultures continuent de croître et le bétail de se développer. Certaines récoltes ont lieu maintenant et ne peuvent pas être repoussées.

Les Suisses pourront-ils remplir leurs assiettes jusqu'à la fin de la pandémie, lorsqu'on sait que l'agriculture suisse couvre environ 60% de leurs besoins? Pour en débattre, l'émission Forum de la RTS a réuni vendredi le producteur de petits fruits Benno Huber, l'éleveur de vaches allaitantes Vincent Roten, également président de l'Association valaisanne des producteurs de bétail et député PDC, le vice-directeur de l'Union suisse des paysans Francis Egger et la conseillère aux Etats verte vaudoise Adèle Thorens.

Appeler les Suisses aux champs

Côté producteurs, la grande peur de ceux qui travaillent la viande est la surproduction, qui découle du manque de débouchés sur le marché: "60% de la viande suisse est consommée hors du domicile, et en grande partie dans la restauration", illustre Vincent Roten. Ceux qui cultivent la terre, eux, s'inquiètent de la pénurie de main d'œuvre, surtout pour la phase de la récolte. "Actuellement, tout le monde a assez de monde pour mettre en place les cultures, mais on ne sait pas si on arrivera à remplir nos quotas de cueilleurs", constate Benno Huber.   

Francis Egger évoque deux plans pour remédier à ce problème. Le premier consiste à prendre en main le transport de saisonniers depuis l'étranger, par charters si besoin. Le second passe par l'appel aux champs des personnes actuellement au chômage parce que leur secteur est à l'arrêt, comme les restaurateurs ou les serveurs. "Il ne faut en aucun cas que les consommateurs se fassent du souci en matière d'approvisionnement alimentaire. Cet approvisionnement pourra être maintenant durant la crise", a rassuré de son côté Adèle Thorens, qui rappelle qu'environ un tiers de la production est gaspillée en temps normal.

>> Ecouter le débat de Forum en intégralité:

Le débat - Le covid va-t-il modifier la politique agricole? [RTS]
Le débat - Le covid va-t-il modifier la politique agricole? / Forum (vidéo) / 19 min. / le 3 avril 2020

19h05

L'expansion du Covid-19 dans les EMS inquiète de plus en plus les cantons

En accueillant des personnes très âgées et donc vulnérables, les EMS sont particulièrement exposés face à la pandémie de Covid-19. Les cas et les décès progressent rapidement, au point que certaines maisons de retraite inquiètent les cantons.

Dans le Jura bernois, un EMS a ainsi été placé en isolement complet après que 20 résidents et neuf membres du personnel ont été testés positifs. Neuchâtel, de son côté, surveille de très près trois maisons de retraite où le nombre d'infections est élevé et continue de progresser. Dans le canton, on est passé de 8 cas avérés à 22, ainsi que 63 cas suspects. En Valais, le total a bondi de 14 cas il y a 10 jours à 51 vendredi, plus 97 cas probables. Vaud, enfin, recense entre 350 et 400 cas positifs ou probables sur 6000 résidents.

En outre, tout le monde n'est pas testé dans les EMS, ce qui explique les cas "probables". En la matière, chaque canton applique sa propre politique.

>> Plus de détails dans notre article: L'évolution du Covid-19 dans les EMS inquiète de plus en plus les cantons

En matière de décès, les EMS sont particulièrement touchés également. Selon les chiffres publiés mercredi, un tiers des décès dus au nouveau coronavirus concernent des résidents de homes au Tessin. En Valais, c'est 40% des morts du Covid-19, et dans le canton de Vaud, la moitié des décès dus au virus a lieu désormais dans les EMS, l'autre à l'hôpital.

>> Ecouter le sujet dans l'émission Forum vendredi soir:

Comment éviter que les EMS en Suisse ne deviennent des foyers pour le covid? [RTS]
Comment éviter que les EMS en Suisse ne deviennent des foyers pour le covid? / Forum (vidéo) / 3 min. / le 3 avril 2020

18h30

Deux fois plus de patients que d'habitude aux soins intensifs à Genève

Vendredi, 65 personnes infectées par le Covid-19 se trouvaient aux soins intensifs à Genève. Ce chiffre représente le double de l'activité normale des soins intensifs, a indiqué le docteur Marc Niquille, chef de l'Etat-Major cantonal de conduite d'ORCA, dispositif activé en cas de catastrophe.

A ce jour, 2941 personnes ont été testées positives au nouveau coronavirus. Genève comptait 72 victimes de l'épidémie vendredi, contre 63 la veille. Certains décès qui n'ont pas lieu à l'hôpital mettent un peu plus de temps à être comptabilisés comme étant dus au Covid-19, ce qui explique parfois les sauts constatés.

Actuellement, 424 personnes contaminées sont hospitalisées. Le médecin cantonal suppléant Aglaé Tardin a souligné que chaque jour une vingtaine de personnes sortaient de l'hôpital. Dans les EMS, 110 personnes ont été diagnostiquées positives. Parmi elles, 43 ont récupéré et sont considérées comme guéries.

18h20

Le conseiller d'Etat argovien Urs Hofmann désormais traité à l'hôpital

Atteint du Covid-19 depuis quelques jours, le conseiller d'Etat Urs Hofmann (PS/AG) est désormais traité à l'hôpital. Agé de 63 ans et affaibli par le virus, le ministre argovien de justice et police a été hospitalisé vendredi. Il se trouve dans un secteur destiné aux patients du coronavirus sans complications, a précisé la Chancelière d'Etat argovienne Vincenza Trivigno.

La Chancellerie d'Etat avait annoncé mercredi que le ministre souffrait de symptômes persistants et qu'il était fiévreux. Urs Hofmann avait été testé positif au coronavirus le 24 mars dernier. Il continuait toutefois à travailler depuis chez lui et à participer aux séances du gouvernement argovien par vidéoconférence. Le ministre de la santé UDC Jean-Pierre Gallati reprend avec effet immédiat la responsabilité du département de justice et police. Les activités du gouvernement cantonal sont ainsi garanties, indique la Chancellerie d'Etat argovienne.

Porte-parole aussi hospitalisé

Le gouvernement argovien compte un autre membre testé positif il y a une semaine, le grand argentier PDC Markus Dieth. Le commandant de la police argovienne Michel Leupold ainsi que le chef de la taskforce contre le coronavirus ont également été testés positifs.

Testé lui aussi positif il y a quelques jours, le porte-parole de l'exécutif Peter Buri a pour sa part également été hospitalisé. Il a subi une rechute.

17h55

Les données publiées par Google montrent que les habitudes ont changé en Suisse

A la demande du gouvernement américain, Google a publié vendredi des statistiques issues des données de localisation de ses utilisateurs (anonymisées) dans 131 pays, dont la Suisse. Ces données doivent aider les pouvoirs publics à évaluer l'efficacité des mesures de distanciation sociale contre le Covid-19.

>> Lire notre article à ce sujet: Pour lutter contre l'épidémie, Google publie des données de géolocalisation

La firme se base sur l'historique des positions des utilisateurs de ses services, activé par défaut, mais qui peut être supprimé ou interrompu via les paramètres du compte.

46% de personnes en moins au travail

En Suisse, l'activité a diminué partout, à l'exception des zones résidentielles. Les mouvements dans les restaurants, les centres commerciaux ou les musées ont diminué de 81%. Les magasins et les pharmacies encore ouverts sont 51% moins fréquentés. Il y avait 41% de personnes en moins sur les rives et dans les parcs, 68 % de personnes en moins dans les transports publics et 46% de personnes en moins au travail.

D'autre part, 15% de personnes en plus sont restées à la maison, un chiffre encore faible, mais qui peut s'expliquer par les intervalles de temps analysés: la période du 3 janvier au 6 février a été comparée avec celle du 16 février au 29 mars. Or, en Suisse, la recommandation du Conseil fédéral de rester à la maison ne remonte qu'au 16 mars.

17h35

Les proches du personnel soignant font de leur mieux pour les soutenir

Derrière chaque infirmière ou médecin, chaque employé de supermarché ou chaque facteur, il y a des familles, souvent inquiètes par les risques de contamination encourus. Pour autant, ces proches font ce qu'ils peuvent pour apporter un soutien logistique et moral dans le quotidien mouvementé de ces travailleurs en première ligne de la crise.

"On ne peut pas s'empêcher de penser que son épouse est en contact journalier avec des patients qui ont été testés positifs au Covid. On a peur de devenir des vecteurs pour notre entourage", confie un enseignant valaisan qui s'occupe de ses deux enfants pendant que sa femme travaille aux urgences de l'hôpital de Sion. "Je suis inquiet par la charge de travail qu'elle subit tous les jours à l'hôpital. On a surtout la crainte qu'il y ait un épuisement".

"Ils vont au boulot avec la boule au ventre", confie pour sa part le conjoint de la gérante d'un grand magasin de Martigny.

>> Regarder le reportage du 12h45 en Valais:

L'inquiétude des familles des professionnels qui sont au front. [RTS]
L'inquiétude des familles des professionnels qui sont au front. / 12h45 / 1 min. / le 3 avril 2020

17h25

Les Offices de l’emploi submergés par les demandes de chômage partiel

En Suisse, 1,17 million de travailleurs sont désormais au chômage partiel, comme l’annonçait mercredi le ministre de l’Economie Guy Parmelin mercredi, soit un cinquième de la population active.

Les demandes de réduction d’horaire de travail explosent auprès des Offices cantonaux de l’emploi, qui se trouvent submergés par cette vague inattendue.

>> Le reportage du 12h45:

Les offices cantonaux de l'emploi sont submergés de demandes de chômage partiel. [RTS]
Les offices cantonaux de l'emploi sont submergés de demandes de chômage partiel. / 12h45 / 1 min. / le 3 avril 2020

17h05

Le Conseil fédéral n'a pas encore décidé si et comment il soutiendra Swiss

Le Conseil fédéral n'a pas encore arrêté sa position concernant une éventuelle aide publique à la compagnie aérienne Swiss. Il prendra une décision lors d'une prochaine session, a indiqué vendredi le ministre des Finances Ueli Maurer.

"La situation est compliquée pour Swiss", a admis le conseiller fédéral lors d'une conférence de presse. La Suisse doit notamment se coordonner avec l'Allemagne, le transporteur helvétique appartenant au groupe allemand Lufthansa. Ueli Maurer a précisé que le Conseil fédéral allait décider "lors d'une prochaine séance si et dans quelle mesure le secteur aéronautique doit être soutenu ou s'il doit garantir des prêts" pour les entreprises de ce domaine.

Il faudrait 200 milliards pour le secteur aérien entier

Mi-mars, Swiss avait indiqué faire face à des pertes massives de recettes en raison de l'impact du coronavirus sur le secteur du transport aérien. Le transporteur a réduit de plus de 80% la fréquence de ses vols au fur et à mesure de la propagation du Covid-19. Plus des deux tiers de la flotte a été retirée du service et beaucoup employés sont au chômage partiel.

Depuis l'expansion de l'épidémie hors de Chine, l'ensemble du secteur aérien est dans la tourmente. L'Association internationale du transport aérien (IATA) a récemment estimé que les compagnies aériennes avaient besoin d'une aide d'urgence qui pourrait aller jusqu'à 200 milliards de dollars.

16h30

Genève annonce sa "fermeté" avant un week-end ensoleillé

Les autorités genevoises, qui entendent faire respecter à la lettre les mesures sanitaires de lutte contre l'épidémie de Covid-19, voient arriver le week-end avec une certaine appréhension, surtout que la fin de semaine s'annonce ensoleillée. Vendredi, elles ont mis en garde la population. Toute violation sera "fermement" sanctionnée.

Grâce au renfort de sapeurs-pompiers volontaires, de Samaritains et de gardes de l'environnement, un déploiement très important de personnels en uniforme sera visible sur l'ensemble du canton, avec des rôles bien définis pour chacun des acteurs, écrit dans un communiqué le département de la sécurité, de l'emploi et de la santé.

16h10

Vaud franchit la barre des 100 décès

Le canton de Vaud a franchi la barre des 100 décès liés au Covid-19. Selon les dernières données publiées vendredi, 107 personnes sont mortes du virus, soit 15 de plus que la veille. Bonne nouvelle en revanche, le nombre d'hospitalisations diminue.

Vaud est le deuxième canton à atteindre les 100 décès après le Tessin. Parmi les 107 victimes enregistrées en terre vaudoise, 94 d'entre elles avaient 75 ans ou plus.

15h30

Intense travail de diplomatie "derrière les rideaux", assure Ignazio Cassis

Le coronavirus ne connaît pas de frontière et la Suisse coopère étroitement avec ses voisins pour gérer au mieux la crise, a indiqué le ministre des Affaires étrangère Ignazio Cassis. Un travail diplomatique intense a lieu "derrière les rideaux".

L'élément le plus visible de cette coopération sont les vols de rapatriment. Depuis le début de la crise et jusqu'à vendredi midi, 16 vols spéciaux suisses ont rapatriés plus de 3700 personnes, dont 2100 Suisses, a précisé devant la presse Ignazio Cassis. Les 1600 restantes viennent des pays voisins. Des Suisses ont eux aussi pu profiter de vols de rapatriment de pays voisins.

Cinq vols prévus d'ici dimanche

Cinq autres vols sont prévu d'ici à dimanche. Le Département des affaires étrangères doit négocier des autorisation diplomatique pour ces vols avec les pays concernés. De nombreux Suisses sont rentrés par leur propres moyens, a rappelé le chef de la diplomatie suisse en les remerciant.

Malgré les efforts, tous les voyageurs suisses ne peuvent pas ou ne veulent pas être rapatriés. Les demandes de protection consulaire devraient ainsi fortement augmenter auprès des 170 représentations de la Suisse à l’étranger, selon le DFAE.

>> L'intervention d'Ignazio Cassis:

CP du 03.04.2020 - Intervention d'Ignazio Cassis [RTS]
CP du 03.04.2020 - Intervention d'Ignazio Cassis / RTS Info / 11 min. / le 3 avril 2020

15h00

"Nous ne sommes pas en train de gravir un sommet"

Selon les chiffres communiqués par les cantons vendredi à midi, 551 personnes ont désormais trouvé la mort à cause du coronavirus en Suisse, sur un total de 19'068 cas recensés. L'OFSP, qui prend les chiffres recensés à 8h, annonce pour sa part 19'303 cas et 484 décès.

"Pour que la situation soit maîtrisée, il faut que ces chiffres arrêtent d’augmenter, nous n’avons pas encore atteint le sommet, ni pour les infections, ni pour les hospitalisations. Mais il faut aussi clairement qu’ensuite un signal de détente et de redescente se fasse et nous avons dans ce cadre-là comme principal point d’accroche pour observer cette situation les hospitalisations qui sont de plus en plus précisément récoltées", a expliqué vendredi le conseiller fédéral Alain Berset en conférence de presse.

"Nous devons continuer"

"Nous sommes toujours dans cette situation où nous devons poursuivre sur la même ligne, respecter les règles d’hygiène et de distance, dans la mesure du possible travailler à la maison, éviter des rassemblements. Nous devons pouvoir tenir bon, comme société, tous ensemble et ce alors que les beaux jours arrivent et que nous allons aussi vers la période de Pâques. Maintenant plus que jamais nous devons continuer ce travail de longue haleine", poursuit le ministre de la Santé.

"Tout le monde a envie que cette situation évolue, que nous puissions en sortir. C’est absolument compréhensible, mais il faut le dire: aujourd’hui, tous les chiffres que nous avons continuent d’augmenter. Nous ne sommes pas en train de gravir un sommet. Ça n’est pas comme à la montagne, quand on a atteint le sommet de la montagne et que c’est fini. Nous avons à maîtriser une situation épidémique complexe", conclut Alain Berset.

14h35

Mesures pour garantir l'approvisionnement en biens médicaux

L'approvisionnement en appareils respiratoires, tests de diagnostic, matériel de protection et autres biens médicaux importants servant à la lutte contre le coronavirus doit être garanti. Le Conseil fédéral a pris vendredi une série de mesures en ce sens.

Les cantons devront notamment communiquer l'état de leurs stocks de biens médicaux importants. Il s’agit par exemple des appareils respiratoires, des tests de diagnostic, des masques chirurgicaux, des vêtements de protection ou des médicaments contenant certaines substances actives. La mesure permettra d'identifier et de combler à temps les goulots d'étranglement en matière d'approvisionnement.

>> Ecouter le sujet dans Forum vendredi:

La Confédération a décidé de reprendre en main l'approvisionnement de matériel médical [RTS]
La Confédération a décidé de reprendre en main l'approvisionnement de matériel médical / Forum (vidéo) / 2 min. / le 3 avril 2020

Médicaments sans autorisation

Pour garantir un accès rapide aux nouvelles thérapies prometteuses et aux dispositifs médicaux, le gouvernement a aussi décidé d’exceptions à la loi sur les produits thérapeutiques. En attendant une décision de Swissmedic, les médicaments, fabriqués avec différentes substances, notamment de l'hydroxychloroquine, et destinés à traiter les patients atteints du Covid-19, peuvent être mis sur le marché sans autorisation.

Les pharmaciens d'hôpitaux peuvent de leur côté importer des médicaments non autorisés contenant les mêmes substances. L'importation doit être annoncée à Swissmedic dans les dix jours suivant la réception de la marchandise. Des dérogations sont également prévues pour les dispositifs médicaux et les équipements de protection individuelle.

>> La réaction du médecin cantonal neuchâtelois Claude-François Robert dans Forum:

L'approvisionnement médical sera pris en main par la Confédération: réaction de Claude-François Robert [RTS]
L'approvisionnement médical sera pris en main par la Confédération: réaction de Claude-François Robert / Forum (vidéo) / 3 min. / le 3 avril 2020

14h30

Le Conseil fédéral veut 20 milliards de plus pour le cautionnement

La demande pour l'octroi de crédits de transition Covid-19 est importante. Le Conseil fédéral demande donc au Parlement de relever à 40 milliards de francs au total le crédit d'engagement existant, soit 20 milliards de plus. Les crédits de transition répondent à un besoin considérable. Les premiers jours ont montré que leur octroi rapide et non bureaucratique par les banques et PostFinance fonctionne bien.

Au 2 avril 2020, 76’034 conventions de crédit ont été conclues pour un montant total estimé à 14,3 milliards de francs. Le volume de cautionnements de 20 milliards de francs déjà garantis par la Confédération devrait être dépassé ces prochains jours.

Le Conseil fédéral demande à la Délégation des finances, qui se réunit le 7 avril, de reconnaître le caractère urgent d'une tranche de 10 milliards de ce crédit.

>> Regarder le 19h30 revenir sur ces nouvelles mesures du Conseil fédéral pour soutenir l'économie:

Le Conseil fédéral demande 20 milliards supplémentaires pour l'économie [RTS]
Le Conseil fédéral demande 20 milliards supplémentaires pour l'économie / 19h30 / 2 min. / le 3 avril 2020

Pas d'abus

De l'avis du Conseil fédéral, il n'y aura pas d'abus, même si la procédure non bureaucratique mise en place pour l'octroi des fonds fait courir un certain risque à cet égard. Pour lutter contre ce risque, les départements compétents sont appelés à mettre en oeuvre rapidement un plan de contrôle.

Le registre central des organisations de cautionnement vérifiera que toutes les conventions de crédit Covid-19 respectent des conditions de base et que les entreprises concernées n'ont pas déposé plusieurs demandes de crédit. Les crédits sollicités à tort ou à plusieurs reprises seront ainsi annulés rapidement.

>> Le sujet de l'émission Forum vendredi soir:

Le crédit prévu pour les PME augmente de 20 à 40 milliards [RTS]
Le crédit prévu pour les PME augmente de 20 à 40 milliards / Forum (vidéo) / 2 min. / le 3 avril 2020

>> Ecouter le débat entre Yves Nidegger et Fabio Regazzi sur ce sujet:

Le crédit pour les PME passe de 20 à 40 milliards: débat entre Fabio Regazzi et Yves Nidegger [RTS]
Le crédit pour les PME passe de 20 à 40 milliards: débat entre Fabio Regazzi et Yves Nidegger / Forum (vidéo) / 6 min. / le 3 avril 2020

14h00

Anne Lévy nouvelle directrice de l'OFSP

Anne Lévy est la nouvelle directrice de l'Office fédéral de la santé publique. Elle a été nommée vendredi par le Conseil fédéral. Elle succédera à Pascal Strupler le 1er octobre.

La quadragénaire est à la tête des Cliniques psychiatriques universitaires de Bâle depuis mi-2015. Elle a dirigé durant six ans le service de protection de la santé au Département de la santé de Bâle-Ville.

>> La conférence de presse du Conseil fédéral:

Conférence de presse du Conseil fédéral du 3 avril 2020 [RTS]
Conférence de presse du Conseil fédéral du 3 avril 2020 / Conférences de presse de la Confédération / 99 min. / le 3 avril 2020

Après des études en sciences politiques à l’Université de Lausanne, Anne Lévy a notamment travaillé comme spécialiste Drogues à la Ville de Berne puis à l’Office fédéral de la santé publique, où elle a dirigé durant cinq ans la section Alcool et tabac.

Pascal Strupler a annoncé son départ en octobre dernier. Le Valaisan de 60 ans était en poste depuis 2010 et souhaite se "consacrer à de nouveaux défis professionnels".

>> Lire aussi: Anne Lévy nommée à la tête de l'Office fédéral de la santé publique

13h50

Mepha Suisse donne de l'hydroxychloroquine aux hôpitaux

L'entreprise pharmaceutique Mepha Suisse a fait don de 90'000 comprimés d'hydroxychloroquine aux hôpitaux suisses, ce qui permettra d'administrer 9000 traitements chez les patients gravement malades du Covid-19, annonce-t-elle vendredi.

La filiale de Teva, le numéro un mondial sur le marché des génériques, rappelle cependant qu'il n'existe pas de médicament développé spécifiquement pour traiter le coronavirus et qu'il n'y a pas à ce jour d'études cliniques de grande envergure ayant examiné l'effet de l'hydroxychloroquine sur le Covid-19.

>> Lire également: La chloroquine, le traitement contre le coronavirus qui fait débat

Jusqu'ici, des études menées par des scientifiques français sur un petit nombre de patients ont suggéré un effet possible du principe actif de l'hydroxychloroquine sur la maladie virale. "Mais des études randomisées de grande envergure font encore défaut", met en exergue le communiqué.

Le mois dernier, Sandoz, la filiale de Novartis spécialisée dans les génériques, avait également annoncé un don de ce médicament au niveau global.

13h30

Google publie des données de géolocalisation

Google a commencé vendredi de publier des analyses de géolocalisations dans 131 pays, qui permettent de vérifier si les mesures de confinement entrées en vigueur un peu partout en mars pour enrayer la propagation du coronavirus sont observées ou non.

>> Lire également: Pour lutter contre l'épidémie, Google publie des données de géolocalisation

Téléchargeables sur un site dédié pour plus de 131 pays, dont la Suisse, ces rapports doivent révéler, sous forme de graphiques, les "tendances générales des mouvements de personnes au fil du temps et par zone géographique, dans différentes catégories de lieux" (commerces d'alimentation, pharmacies, parcs, stations de transport en commun, etc...).

>> Le rapport (PDF) sur la Suisse

>> Ecouter le sujet du 12h30:

Google va mettre à disposition ses données de localisation pour aider les pouvoirs publics sur la gestion de crise du Covid-19 (image d'illustration). [Hakan Nural - AFP]Hakan Nural - AFP
Google analyse les déplacements à travers le monde afin de lutter contre le virus / Le 12h30 / 3 min. / le 3 avril 2020

13h25

Les crèches, enjeu délicat pour les cantons

Les crèches et les maisons d'accueil de la petite enfance souffrent aussi de la crise du Covid-19. La plupart des structures sont à l'arrêt faute d'enfants. Dans les quelques structures restées ouvertes, ont regroupe les enfants dont les parents exercent une activité considérée comme vitale, personnel soignant, sécuritaire ou employés de la filière alimentaire.

Mais le manque à gagner menace l'existence de certaines crèches. Le Conseil fédéral pourrait annoncer des mesures fédérales dans l’après-midi. Mais certains cantons et communes ne les ont pas attendues pour passer à l'action, sous différentes formes.

Fribourg, le Valais et le Jura ont décidé de maintenir leurs subventions, et recommandent à leurs communes de faire pareil, à l’instar de Lausanne ou Zurich. Fribourg a même prévu un paquet financier supplémentaire, co-financé par les employeurs, pour permettre à toutes ces structures de rester à flot.

Mais dans la plus grande partie du pays, les frais de garde continuent d'être facturés normalement aux parents qui placent leurs enfants. Et cette question embarrasse parfois les autorités

>> Écoutez le développement dans le 12h30 :

Un enfant se lave les mains dans une crèche. [Burger / Phanie - AFP]Burger / Phanie - AFP
Les crèches et les maisons d'accueil de la petite enfance souffrent du coronavirus / Le 12h30 / 2 min. / le 3 avril 2020

13h15

La Suisse approche des 20'000 cas enregistrés

Vendredi matin, la Suisse enregistrait 19'303 cas testés positifs au coronavirus, soit une augmentation de 1036 par rapport à la veille, selon le site de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

L'office annonce en outre que 484 personnes sont décédées des suites de la maladie Covid-19, avec 52 nouveaux décès notifiés en 24 heures. La Suisse a désormais l'une des incidences les plus élevées (225 cas pour 100'000 habitants) en Europe, précise vendredi l'OFSP dans son rapport.

Les chiffres du jour se basent sur les déclarations que l'OFSP a reçues jusqu'à vendredi matin. C'est pourquoi ils peuvent diverger de ceux communiqués par les cantons. Selon les chiffres communiqués par les cantons vendredi à midi, 551 personnes ont trouvé la mort à cause du coronavirus en Suisse, sur un total de 19'068 cas recensés.

>> Plus de détails: Le coronavirus en chiffres et en cartes

L'âge des cas confirmés en laboratoire va de 0 à 102 ans, avec un âge médian de 83 ans (50% des cas sont plus jeunes et 50% plus âgés que cet âge). Au total, 48% des cas sont des hommes, 52% des femmes.

Par rapport à leur taille, les cantons du Tessin, de Vaud, de Genève et de Bâle-Ville restent les plus marqués par l'épidémie.

12h45

Les cantons prennent des mesures avant le week-end ensoleillé

Le soleil et les températures douces prévues ce week-end inquiètent les autorités cantonales, qui craignent qu’elles ne provoquent des rassemblements, alors que le pic de la pandémie n'est pas encore atteint.

Plusieurs cantons ont pris des mesures très concrètes, dont Lucerne, où tous les quais qui longent la rade du lac des Quatre-Cantons, d'ordinaire noires de monde, seront fermés dès demain. Une mesure qui existe déjà au Tessin depuis plus de deux semaines, aux abords des lacs de Locarno et de Lugano.

En Suisse romande, les autorités recommandent de ne pas sortir mais les bords de lac Léman restent largement accessibles. Dans le canton de Vaud, des patrouilles de police sont prévues, qui ont pour consigne de privilégier la prévention, notamment auprès des jeunes.

>> La réaction du vice-président de Médecin Fribourg, le Dr. Philippe Otten :

La ville de Lucerne a bloqué l'accès aux quais.  [Urs Flueeler  - Keystone ]Urs Flueeler - Keystone
Nouvelles mesures des autorités pour freiner la propagation du virus, l’interview de Philippe Otten / Le 12h30 / 4 min. / le 3 avril 2020

12h30

La Chaîne du Bonheur a collecté plus de 13 millions de francs

La collecte de la Chaîne du Bonheur dans le cadre de la pandémie en Suisse approche des 14 millions de francs, a indiqué vendredi la fondation, en affichant un total de 13'787’615 francs.

Pour l’aide immédiate, la Chaîne du Bonheur aide plusieurs organisations suisses, en particulier Caritas Suisse et la Croix-Rouge suisse, mais aussi les associations régionales de l’Œuvre suisse d’entraide ouvrière OSEO et les organisations cantonales et intercantonales de Pro Senectute.

La collecte se poursuit. Les dons peuvent être versés immédiatement en ligne sur www.bonheur.ch ou par e-banking sur le compte postal 10-15000-6 avec la mention "Coronavirus".

12h00

Les assureurs ont des réserves "suffisantes"

Les assureurs maladie disposent de réserves "suffisantes" pour garantir le financement des coûts subis par les hôpitaux, les médecins et les patients durant la crise du coronavirus. Ils ont des fonds suffisants pour couvrir les dépenses de trois à quatre mois.

Début 2019, les assureurs maladie disposaient d'un peu plus de huit milliards de francs de réserves, précise vendredi santésuisse, l'une de leurs faîtières dans un communiqué. Ils disposent pour la plupart de réserves supérieures à ce qui est exigé par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

L'ampleur des coûts supplémentaires liés au coronavirus n'est pas encore connue. Ce sont les assureurs maladie qui supporteront une grande partie de la charge financière. La gestion de la crise dans les prochaines semaines révélera si leurs réserves sont suffisantes, souligne santésuisse.

11h50

Les enseignants demandent un cadre adéquat

Le syndicat des enseignants romands (SER) salue les décisions de la Conférence des directeurs cantonaux de l'instruction publique concernant l'année scolaire. Mais un cadre adéquat est nécessaire pour l'enseignement à distance.

>> Lire également: L'année scolaire est intégralement validée et ne sera pas prolongée

Pour le SER, certains points essentiels pour garantir la qualité de l’enseignement à distance et l’égalité pour tous les élèves méritent encore une plus grande coordination entre les cantons. Il demande ainsi de définir un cadre horaire journalier et/ou hebdomadaire adapté à l'âge des élèves. Il faut tenir compte d’une différence évidente entre exigences scolaires demandées à l’école et celles attendues pour un travail à la maison.

Le nombre d’heures d’activité doit être restreint afin de permettre aux familles de concilier à la maison les activités professionnelles, le suivi du travail scolaire effectué et la vie familiale. Les parents doivent être informés des normes conseillées concernant le temps de présence devant les écrans.

11h30

Assouplissement des conditions d'accueil dans les crèches

Les cantons du Jura et du Valais ont décidé d'élargir le cercle des parents qui peuvent bénéficier des structures d'accueil extrafamilial. Mais la priorité est de maintenir les places pour les enfants de professionnels engagés dans la lutte contre le Covid-19

Des offres d'accueil étaient jusqu'à présent garanties aux parents assumant des tâches indispensables dans la lutte contre le Covid-19, notamment au niveau sanitaire et sécuritaire. Mais ces deux cantons romands ont annoncé vendredi avoir appelé les structures d'accueil à faire preuve de plus de souplesse.

Dans le canton du Jura, des parents travaillant notamment dans les banques, La Poste ou l'armée peuvent désormais faire une demande.

Dans le canton du Valais, le Service de la jeunesse a demandé aux structures d'accueil et aux réseaux de parents d'accueil à la journée de faire preuve de souplesse et de pragmatisme pour les situations où l'un des deux parents n'entre pas dans les critères de profession prioritaire mais doit obligatoirement se rendre à son travail.

11h00

Le Parti suisse du travail veut taxer les plus riches

Le Parti suisse du travail (PST-POP) propose une "taxe corona de solidarité" pour venir en aide aux petites entreprises et aux travailleurs indépendants.

Une pétition a été lancée pour "un prélèvement unique de 2% (...) sur toutes les fortunes de 3 millions de francs suisses et plus" pour redistribuer les fonds aux personnes dans le besoin, indique le parti dans un communiqué.

Selon le PST-POP, les millionnaires "doivent désormais contribuer au bien commun et à la relance de l'économie". Les recettes de la taxe pourraient s'élever à environ 17,5 milliards de francs.

10h30

La Poste veut des quotas de colis pour les gros clients

La Poste veut attribuer des quotas de colis aux 100 plus importants expéditeurs, car elle craint d'être submergée par l'augmentation du trafic des paquets. Le secteur de la vente à distance est alarmé par la situation et veut trouver des solutions avec La Poste.

"Les pires craintes se sont réalisées", a regretté vendredi dans un communiqué l'Association suisse de vente à distance (ASVAD). Sans mesures, la distribution des colis risque de s'effondrer.

L'ASVAD veut trouver rapidement des solutions avec le géant jaune afin de maintenir la livraison de colis. Elle propose plusieurs mesures en ce sens. Elle veut notamment suspendre les envois de petites marchandises en provenance de l'étranger. Cela représente plus de 100'000 envois chaque jour. L'ASVAD estime que ces capacités devraient être libérées pour le commerce national.

10h10

"En aidant la France, la Suisse a fait plus que sa part"

Si la Suisse ne fait pas partie de l’Union européenne, elle ne s’en est pas pour autant trouvée isolée durant la crise en cours. Malgré quelques couacs de départ, la collaboration a été excellente avec ses voisins, relève l’ambassadeur de France en Suisse Frédéric Journès dans La Matinale.

>> Lire également: "En aidant la France, la Suisse a fait plus que sa part" estime l'ambassadeur français

"On a appris à mieux travailler ensemble", relève le diplomate aguerri, qui a notamment travaillé à New York, Athènes ou Kaboul. Il concède des débuts difficiles: "on gérait des urgences où tout le monde était très nerveux et avait des réflexes nationaux".

Mais dès que l’on pose les enjeux et que le dialogue s’engage, le choses s’arrangent, explique-t-il. Et de prendre pour exemple un "problème sur des affaires de points de frontières" il y a quinze jours. "Dès qu’on a engagé le dialogue avec le directeur des douanes suisses, on s’est retrouvés entre collègues de confiance, et on est arrivé à quelque chose de vraiment très bien."

>> L'interview de Frédéric Journès:

Frédéric Journès, l’ambassadeur de France en Suisse (vidéo) [RTS]
Frédéric Journès, l’ambassadeur de France en Suisse (vidéo) / La Matinale / 10 min. / le 3 avril 2020

10h00

Le Tour de Suisse annulé

Le Tour de Suisse ne sera pas disputé cette année. Les organisateurs de la boucle helvétique ont pris cette décision en raison de la pandémie de coronavirus.

La 84e édition du Tour de Suisse aurait dû débuter le dimanche 7 juin par un contre-la-montre individuel à Frauenfeld. La course du World Tour aurait dû se terminer une semaine plus tard par l'étape-reine à Andermatt avec le franchissement des cols de la Furka, du Grimsel et du Susten.

>> Lire également: Tour de Suisse

09h45

Les poursuites devraient reprendre le 20 avril

Si l'ensemble des activités économiques a peu de chances de reprendre le 20 avril, les poursuites, elles, ne seront plus suspendues à partir de cette date. Des mesures de transition sont néanmoins envisagées pour les entreprises, mais pas pour les particuliers.

Le Conseil fédéral ne veut pas suspendre les poursuites plus longtemps, car les autorités ont peur que les gens délaissent leurs factures.

>> Lire également: Covid-19 ou non, les poursuites devraient reprendre dès le 20 avril

9h30

"Les HES ne doivent pas brader leurs diplômes"

À l'instar des écoles obligatoires et des universités, les Hautes écoles spécialisées doivent elles aussi s'adapter au confinement. Rectrice de la HES-SO, Luciana Vaccaro tire vendredi un bilan positif de cette adaptation.

Depuis le 23 mars, environ 900 cours ont été mis en ligne, avec 16'000 utilisateurs quotidiens en moyenne. Pour le moment, les retours sont positifs, mais avec des filières très diverses, la difficulté d'adapter les cours en ligne varie énormément, c’est très inégal, souligne-t-elle.

Sur les 21'000 élèves de la HES-SO, environ 30% étudient dans le domaine de la santé (18,5%) ou du travail social (12%). Dans ces domaines, l'établissement réfléchit aussi à un dispositif pour tenir compte des compétences que les étudiants auraient développées durant la crise. Cela devra être pris au cas par cas, selon les disciplines.

Des décisions doivent être prises dans la journée de vendredi avec le Comité directeur de la HES-SO, notamment sur le maintien des examens ou encore la validation des stages. "Bien évidemment, les examens doivent être maintenus", estime Luciana Vaccaro. Il faut de la flexibilité, de la solidarité, mais pas au détriment de la qualité. Il est hors de question que la qualité du diplôme final soit entamée par le coronavirus. Notre mission est de transmettre des compétences, pas uniquement des diplômes".

>> L'interview complète de Luciana Vaccaro dans La Matinale:

Luciana Vaccaro. [Thierry Parrel - HES-SO]Thierry Parrel - HES-SO
La validation des cours et des examens à la HES-SO: interview de Luciana Vaccaro / La Matinale / 7 min. / le 3 avril 2020

09h00

Les hommes plus durement touchés

Si le coronavirus semble contaminer à peu près à part égale les femmes et les hommes, l'infection ferait plus de dégâts chez le sexe masculin.

En Suisse, les hommes représentent 48% des cas confirmés, mais 61% des personnes hospitalisées et 64% des décès.

Quelques pistes peuvent expliquer ces différences. Il est notamment possible que le système immunitaire féminin soit plus fort. C'est ce que suggèrent certaines études, notamment sur la réponse aux vaccins.

Mais cela pourrait aussi être lié à des questions de mode de vie, comme la consommation de tabac ou l'hygiène alimentaire.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Un patient atteint du coronavirus à l'Hôpital cantonal du Tessin le 11 mars 2020.
Ti-Press/Alessandro Crinari
KEYSTONE [Ti-Press/Alessandro Crinari - Keystone]Ti-Press/Alessandro Crinari - Keystone
Le Covid-19 toucherait plus durement les les hommes que les femmes / La Matinale / 59 sec. / le 3 avril 2020

08h40

Ostéopathes dans le flou

Les ostéopathes, chiropraticiens et physiothérapeuthes, qui dispensent des thérapies manuelles, sont dans l'embarras. Ils peuvent recevoir des patients en consultation, mais que des cas considérés comme urgents, d'après une ordonnance de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

C'est la notion même d'urgence qui embarrasse ces thérapeutes, à quoi s'ajoute le manque de fournitures de protection. Plusieurs professionnels vivent la situation entre flou et colère.

"Nous sommes censés prendre en charge les urgences, mais nous n’avons plus accès au matériel de protection comme les masques ou les gants", se désole une ostéopathe sur les ondes de la RTS.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Les ostéopathes non-diplômés ne pourraient plus pratiquer. [Michèle Constantini - PHOTOALTO/AFP]Michèle Constantini - PHOTOALTO/AFP
Ostéopathes, chiropraticiens ou physiothérapeuthes sont dans l'embarras / La Matinale / 1 min. / le 3 avril 2020

08h20

Grogne à Lucerne contre les mesures des CFF

La demande en transport public a chuté jusqu'à 90%, selon les CFF. Conséquence: les entreprises de transport ont dû supprimer certains horaires. En Suisse centrale, la ligne reliant Lucerne à Zurich est touchée: au lieu d'une cadence à la demi-heure, les usagers doivent se contenter désormais d'un train par heure.

Romeo Degiacomi, porte-parole de l'Association des transports lucernois, juge la situation "inacceptable". "Avec la suppression de cette ligne, les correspondances sont beaucoup plus longues, on doit attendre parfois 40 à 50 minutes en gare de Lucerne jusqu'à l'arrivée du prochain train", explique-t-il dans La Matinale.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Une rame des CFF (image d'illustration). [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
La réduction des horaires des CFF suscite la grogne à Lucerne / La Matinale / 1 min. / le 3 avril 2020

08h10

"La reconnaissance des patients"

Le coronavirus a bouleversé les hôpitaux, mais aussi l'ensemble du monde médical, à commencer par les médecins généralistes. Depuis la crise, les consultations courantes s'annulent.

Dans un cabinet lausannois, Daniel Widmer a vu son activité réduite de moitié. Désormais, la majorité des consultations se fait par téléphone.

"Il y a beaucoup plus d'appels de gens anxieux qui veulent savoir quoi faire. Nous appelons nous aussi des patients en fragilité pour savoir comment ça se passe à domicile", explique-t-il dans La Matinale.

Le généraliste avoue être lui aussi "anxieux" et vivre des nuits "un peu moins bonnes". "Ce qui me frappe le plus, c'est la reconnaissance des patients. La première chose qu'ils demandent c'est 'comment vous allez docteur?' alors que c'est moi qui leur téléphone pour prendre des nouvelles."

>> Le témoignage d'un médecin généraliste dans La Matinale:

L'inquiétude des généralistes face au virus. [Gaëtan Bally - Keystone]Gaëtan Bally - Keystone
Le témoignage d'un médecin généraliste dans l'émission 15 minutes / La Matinale / 1 min. / le 3 avril 2020

07h55

Publicités pour escortes interdites

Les sites internet ne font plus la pub des relations sexuelles tarifées. Cette mesure a été prise sous la pression de plusieurs polices cantonales, a appris la RTS. L’objectif est d’éviter que les rencontres entre prostituées et clients contribuent à la propagation du coronavirus.

>> Lire également: Les sites internet ne font plus la pub des relations sexuelles tarifées

Les sites internet qui mettent d’habitude en avant les petites annonces des prostituées n’ont pas eu le choix: la prostitution étant désormais interdite, ils se rendent coupables s’ils en font la promotion.

L’enquête de la RTS démontre toutefois qu’une prostitution clandestine s’est mise en place. Plusieurs prostituées continuent ainsi de travailler malgré l’interdiction prononcée.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Interdiction de prostitution liée au coronavirus: des associations craignent une augmentation de la prostitution clandestine. [RTS]
Interdiction de prostitution liée au coronavirus: des associations craignent une augmentation de la prostitution clandestine. / 19h30 / 2 min. / le 2 avril 2020

07h40

Volontaires pour combattre le Covid-19

Face au coronavirus, les cantons et les établissements hospitaliers ont lancé des campagnes de recrutement pour renforcer leurs équipes médicales. Ces appels semblent avoir été entendus puisque des milliers de personnes se sont portées volontaires en Suisse romande, selon des données obtenues par la RTS.

>> Lire également: Des milliers de volontaires en Suisse romande pour appuyer les hôpitaux

Des lettres ont été envoyées aux médecins indépendants ainsi qu'aux jeunes retraités du système de santé. Des appels ont également été lancés auprès d'étudiants en médecine et en soins infirmiers arrivant au terme de leur formation.

Ces sollicitations ne sont pas restées lettre morte: l’InselSpital de Berne a par exemple reçu 1200 propositions, les HUG environ 800 et l'HFR près de 380. A Neuchâtel, plus de 200 personnes se sont mises à disposition.

>> Ecouter l'éclairage de La Matinale:

Des membres du personnel soignant à l'hôpital de Sion. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
La solidarité des professionnels de la santé en Suisse romande / La Matinale / 4 min. / le 3 avril 2020

07h30

Novartis va tester un médicament

Novartis prépare une étude clinique sur son Jakavi (ruxolitinib) sur des patients présentant un choc cytokinique lié au Covid-19. Ce type de surréaction immunitaire peut résulter d'une infection par le coronavirus et est susceptible de contribuer à la détresse respiratoire des patients, précise un communiqué diffusé dans la nuit de jeudi à vendredi.

Après Roche et son Actemra (tocilizumab), c'est ainsi au tour de Novartis de tenter de réorienter un traitement existant pour atténuer les complications potentielles du Covid-19.

Le programme de recherche prévoit de comparer l'administration du Jakavi en complément des standards thérapeutiques actuels, par rapport à ces seuls standards chez des patients présentant une pneumonie sévère induite par une infection par le SARS-Cov-2.

07h20

Règles funéraires assouplies dans le canton de Vaud

Le Canton de Vaud met en place un dispositif spécial concernant les décès et les pompes funèbres. Le Conseil d'Etat a adopté mercredi un arrêt dans ce sens. Le but: garantir aux proches la possibilité d'accompagner la personne décédée, tout en respectant les mesures sanitaires contre le coronavirus.

Concrètement, les autorités assouplissent certaines dispositions. Les pompes funèbres pourront par exemple utiliser des véhicules qui ne sont pas spécialement prévus pour transporter des personnes décedées. Le transports de plusieurs corps à la fois sera aussi autorisé à titre exceptionnel.

Enfin, si l'évolution de la situation l'exige, les autorités pourraient ouvrir d'une morgue cantonale. Elles pourraient aussi limiter voire interdire les rituels d'inhumations et les services funèbres.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

En Suisse romande, seul Vaud et Genève disposent d’une réglementation sur la surveillance des pompes funèbres.. [Olivier Maire - Keystone]Olivier Maire - Keystone
Règles funéraires assouplies dans le canton de Vaud / La Matinale / 1 min. / le 3 avril 2020

07h10

La task force scientifique présentée

La task force scientifique mise sur pied par la Confédération a été officiellement présentée jeudi. Neuf groupes d'experts sont appelés à soutenir Berne dans la gestion du coronavirus.

Les différentes cellules auront pour tâche de conseiller les autorités politiques. Elles examineront plusieurs questions concrètes, comme une éventuelle augmentation des tests ou l'usage de masques au sein de la population.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Matthias Egger dirige la task force scientifique. [Peter Klaunzer - Keystone]Peter Klaunzer - Keystone
La task force scientifique de la Confédération officiellement présentée / La Matinale / 1 min. / le 3 avril 2020

6h55

Du matériel nécessaire pour les salles de soins intensifs

La lutte contre le coronavirus se déroule dans les hôpitaux, mais également au coeur du tissu industriel suisse. Plusieurs entreprises produisent du matériel essentiel pour soigner les patients.

Ainsi, l'usine Busch de Chevenez (JU) est spécialisée dans la fabrication de pompes pour assurer la stérilité des salles de soins intensifs. Et la demande a explosé: ses pompes ont équipé le fameux hôpital chinois de Wuhan, construit en dix jours. Aujourd'hui, elle en fabrique pour la Suisse et pour Paris.

A quelques kilomètres de là, une autre usine Busch - spécialisée dans les pièces pour l'aéronautique ou l'horlogerie - se concentre désormais sur les lamelles qui équipent les aspirateurs à virus.

>> Voir le sujet de Serge Mérillat dans le 19h30:

Une entreprise jurassienne fabrique des pompes pour assurer la stérilité des salles de soins intensifs. [RTS]
Une entreprise jurassienne fabrique des pompes pour assurer la stérilité des salles de soins intensifs. / 19h30 / 1 min. / le 2 avril 2020

6h50

Etude sur les tests de sérologie aux HUG

C'est l'une des clés pour les décisions politiques concernant le déconfinement: les tests de sérologie permettent de dire si quelqu'un a été infecté par le coronavirus et est donc très probablement immunisé. Les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) ont débuté une étude pour évaluer le taux d'immunité de la population genevoise.

>> Le reportage de Cynthia Gani dans le 19h30:

Évaluer le taux d'immunité de la population genevoise grâce à des tests de sérologie. Étude aux HUG. [RTS]
Évaluer le taux d'immunité de la population genevoise grâce à des tests de sérologie. Étude aux HUG. / 19h30 / 2 min. / le 2 avril 2020

6h45

Les faits marquants de jeudi

Selon les chiffres communiqués par les cantons jeudi en début de soirée, 525 personnes ont désormais trouvé la mort à cause du coronavirus en Suisse, sur un total de 18'552 cas recensés.

Durant sa désormais traditionnelle conférence de presse, l'OFSP a rappelé jeudi l'importance de respecter scrupuleusement les consignes d'hygiène et de distanciation sociale, et encore plus alors que le beau temps s'est installé sur le pays et qu'il incite la population à sortir. La présence de la police sera renforcée de manière notable ces prochains jours, a précisé de son côté le président de la conférence des chefs de police cantonaux.

L'année scolaire en cours sera validée et reconnue par tous les cantons, malgré la fermeture des écoles en raison de la pandémie du Covid-19. L'année scolaire ne sera pas prolongée, et les calendriers de chaque canton restent en vigueur.

>> Retour sur le suivi de jeudi: Le respect des règles est vital "même quand il fait grand beau"

6h30

Le dossier Covid-19

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus