Le suivi de la situation le 30 mars

Pandémie de coronavirus en Suisse

Publié le 30 mars 2020 à 07:53 - Modifié le 31 mars 2020 à 07:19

"Berne est en pensées avec le Tessin et n'a jamais oublié le canton"

- Selon des chiffres communiqués par les cantons (état: lundi à 22h30), 359 personnes ont désormais trouvé la mort à cause du coronavirus en Suisse, sur un total de 15'922 cas recensés. L'OFSP avait annoncé de son côté lundi matin 15'475 cas, 1201 de plus en 24 heures, et 295 morts.

- "Berne est en pensées avec le Tessin et n'a jamais oublié le canton", a assuré le conseiller fédéral Ignazio Cassis en visite à Bellinzone et qui s'exprimait pour la première fois depuis le début de la crise. Le canton a annoncé lundi le décès de 12 personnes, pour un total de 105, et le canton de Vaud 11 nouvelles victimes, 66 au total.

- Selon une étude, la pandémie va causer une chute massive de chiffre d'affaires pour le secteur du tourisme en Suisse. La perte est évaluée à 6,4 milliards de francs.

- Afin de soulager les hôpitaux français, vingt patients ont été héliportés en Suisse et répartis dans les structures de soins des différents cantons. Deux de plus sont attendus à Berne. Les hôpitaux suisses ne sont pas encore saturés et aucun tri ne doit être fait, a rassuré dimanche soir le directeur des Hôpitaux universitaires de Genève.

- Pour rappel, le Conseil fédéral n'a pas imposé de confinement général en Suisse, contrairement à plusieurs pays voisins, mais il rappelle sans cesse qu'il faut rester à la maison – en particulier si on est malade ou âgé de 65 ans ou plus. Il appelle à ne sortir que si on doit aller travailler (télétravail pas possible), aller chez le médecin ou à la pharmacie, faire les courses ou aider un proche. Les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo.

Événements clés
Afficher
Masquer

  • 22h15

    Quatre nouveaux patients français transférés en Suisse

    Un nouveau transfert de six patients atteints du Covid-19 a eu lieu lundi depuis Strasbourg vers la Suisse et l'Allemagne, a indiqué la préfète de la région française du Grand Est.

    Quatre ont été emmenés vers Berne et Saint-Gall, et les deux autres vers la ville allemande d'Offenbach, près de Francfort. Ils ont été transportés à bord de trois hélicoptères de l'armée de terre française.

    Le nombre de décès enregistrés dans les hôpitaux du Grand Est depuis le début de l'épidémie s'élevait dimanche à 816.

  • 21h10

    Retour sur les craintes dans l'agriculture

    L’épidémie de coronavirus va-t-elle entraîner une baisse de la production de fruits et légumes en Suisse ces prochains mois? En temps normal, près de 35’000 saisonniers étrangers viennent travailler dans les cultures suisses. Mais cette année, plusieurs milliers pourraient manquer à l’appel a alerté récemment l'Union suisse des paysans.

    >> Le reportage de Julien Guillaume dans le 19h30:

    Plusieurs milliers de saisonniers pourraient manquer à l'appel des agriculteurs cette année.
    19h30 - Publié le 30 mars 2020

  • 20h45

    Le rapatriement des touristes suisses se poursuit

    Des vols en provenance de Séoul, Manille et Buenos Aires sont prévus mardi, avec 460 personnes à bord. Parallèlement, quelque 160 Suisses sont en train de revenir des pays voisins de la Suisse, a précisé lundi devant la presse à Berne le responsable de la crise au DFAE Hans-Peter Lenz.

    Aux voyageurs de retour, il est recommandé d'observer leur état de santé et de se mettre en auto-quarantaine pour dix jours le cas échéant, a ajouté Daniel Koch de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

  • 20h10

    Guy Parmelin au chevet de l'économie mondiale avec le G20

    Le conseiller fédéral Guy Parmelin a participé lundi à la séance virtuelle extraordinaire des ministres du Commerce du G20 consacrée à la crise du coronavirus.

    Les participants avaient été chargés d’examiner l’impact de la pandémie de coronavirus sur le commerce international, rappelle le Département fédéral de l'économie dans un communiqué.

    Le ministre suisse de l'Economie a souligné l’importance d’un système commercial efficace et fondé sur des règles, dans la perspective de la reprise à long terme de l’économie après la crise liée au coronavirus. Dans la situation actuelle, aucun nouveau droit de douane ne doit être introduit et les conflits commerciaux actuels doivent être réglés.

  • 19h40

    Faut-il renoncer aux brevets pour les médicaments liés au Covid-19?

    Les futurs médicaments contre le coronavirus devront-ils être protégés par des brevets ou faut-il justement les en priver afin que tous les pays puissent les fabriquer et les distribuer, y compris les pays les plus pauvres?

    La question se pose après que l’un des géants américains de la pharma, Gilead, a déposé dans 70 pays le brevet du remdesivir, un antiviral prometteur. 

    Médecins sans frontières (MSF) et des dizaines d'autres ONG ont appelé lundi le laboratoire américain à en garantir l'accès du plus grand nombre s'il se révélait efficace contre la maladie. Dans une lettre ouverte au PDG de la biotech californienne Daniel O'Day, les ONG l'exhortent à "garantir la disponibilité rapide, à un prix abordable, et l'accessibilité de son traitement expérimental remdesivir pour traiter le Covid-19".

    >> L'interview de la pharmacienne Jessica Burry (MSF) dans Forum:

    Les risques des brevets sur les vaccins contre le coronavirus: interview de Jessica Burry
    Forum - Publié le 30 mars 2020

  • 18h50

    Appel d’Ignazio Cassis à la cohésion entre la Confédération et le Tessin

    Le chef du Département des affaires étrangères, qui s'exprimait pour la première fois depuis le début de la crise, a assuré le Tessin du soutien de la Confédération. "Berne est en pensées avec le Tessin et n'a jamais oublié le canton", a assuré Ignazio Cassis lors d'une conférence de presse lundi à Bellinzone. Il a affirmé que le Conseil fédéral était conscient que la pandémie ne touchait pas tous les cantons de la même manière.

    Le fait que le gouvernement ait donné son aval après coup aux mesures plus restrictives décidées par le Tessin est "un fort signal de cohésion", a souligné de son côté le président du Conseil d'Etat tessinois Christian Vitta. Le conseiller fédéral tessinois a soutenu le canton dans cette voie.

    Il y a un peu plus d'une semaine, le Tessin a ordonné la fermeture provisoire de toute l'industrie et l'a maintenue malgré une réprimande de Berne pour cette décision contraire au droit fédéral.

    >> Le récit de Nicole Della Pietra dans Forum:

    Ignazio Cassis s’exprime pour la première fois depuis le début de la crise du coronavirus en Suisse
    Forum - Publié le 30 mars 2020

    >> Lire aussi: Ignazio Cassis appelle la Confédération et le Tessin à la cohésion

  • 18h20

    Aides à l'économie: le Contrôle fédéral des finances à l'affût

    Les aides prévues par la Confédération pendant cette crise sont très demandées. Mais il s'agit de vérifier qu'elles vont aux bonnes personnes et aux bonnes entreprises. Il faut aussi éviter les doublons et les abus. C'est le travail du Contrôle fédéral des finances (CDF).

    >> L'interview de Michel Huissoud, directeur du CDF, dans Forum:

    Le rôle central du Contrôle des finances pendant la crise: interview de Michel Huissoud
    Forum - Publié le 30 mars 2020

  • 18h10

    Quel pilotage fédéral des besoins en lits dans chaque canton?

    La bataille contre le coronavirus se gagne aussi dans les hôpitaux. Avec cette question qui revient souvent: sommes-nous bientôt à saturation? Va-t-on devoir transférer des patients d'un canton à l'autre comme en France?

    La coordination est essentielle, mais loin d'être simple, pour surveiller en temps réel la disponibilité de chaque hôpital. Cette mission revient au Service sanitaire coordonné (SSC), placé sous la responsabilité du médecin chef de l’armée et qui doit travailler avec l’Office fédéral de la santé publique et les cantons.

    >> L'enquête de Ludovic Rocchi et Marc Renfer avec l'interview de Laurent Kurt, président de la Conférence latine des affaires sanitaires et sociales, dans Forum:

    Va-t-on devoir procéder à des transferts de patients? Interview de Laurent Kurth
    Forum - Publié le 30 mars 2020

  • 18h00

    Dénonciations en hausse dans le canton de Vaud

    La police vaudoise continue à sanctionner ceux qui ne respectent pas la limite des attroupements à cinq et le respect de la distance sociale de deux mètres. Au total, 522 amendes d'ordre ont été prononcées depuis le 17 mars.

    "La police fait preuve de pragmatisme et ne sanctionne pas les gens qui vivent sous le même toit", a précisé lundi Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de l'Etat-major cantonal de conduite (EMCC). "Mais beaucoup trop de personnes ne respectent pas les règles".

  • 17h15

    Onze décès supplémentaires dans le canton de Vaud

    Les autorités vaudoises ont fait état lundi de onze décès supplémentaires liés au Covid-19. Au total, 66 personnes ont perdu la vie dans le canton depuis le début de la pandémie.

    Vaud, qui est l'un des plus touchés de Suisse, a passé le cap des 3000 cas testés positifs (+ 232 à 3168). Le nombre d'hospitalisations en cours est stable à 388 (-2). Sur ce chiffre, 78 personnes (+2) sont placées aux soins intensifs.

    Le canton tient aussi le décompte des sorties d'hôpitaux. Désormais, 203 personnes ont pu quitter un établissement de soins, soit 16 personnes de plus que la veille.

  • 17h10

    Bus de dépistage à Berne

    Un bus stationné sur le site de la BEA, à Berne, accueille depuis lundi les premiers tests de dépistage du Covid-19. Les médecins qui ne peuvent pas tester eux-mêmes leurs patients peuvent avoir recours à cette infrastructure alternative.

    Mais comme au "drive-in" mis sur pied à Lucerne, les patients qui souhaitent passer un test sans recommandation médicale ne sont pas acceptés. Les tests sont effectués selon les critères de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

    Le bus mobile est conçu pour garantir un flux régulier de patients minimisant le risque d'infection pour les employés comme pour les patients, souligne le canton. Ce système permettra de soulager les cabinets médicaux et les hôpitaux. Il est prévu de l'étendre ailleurs dans le canton.

    >> Lire aussi: Le "drive-in" lucernois pour tester le coronavirus fait beaucoup de déçus

  • 16h40

    La police fribourgeoise verbalise

    La police fribourgeoise a déjà infligé 61 contraventions pour non-respect des mesures liées à la pandémie, a indiqué lundi le chef de la gendarmerie Jacques Meuwly. 19 d'entre elles concernaient une distanciation sociale non respectée, 22 étaient liées à des rassemblements de plus de cinq personnes par négligence et 20 à des rassemblements intentionnels, avec ici une amende de 250 francs.

    Fribourg compte 477 cas avérés de Covid-19 pour 77 hospitalisations, dont 16 personnes en soins intensifs, a indiqué lundi l'Organe cantonal de conduite.

  • 16h20

    L'USS appelle à mieux protéger les travailleurs vulnérables

    La réintroduction vendredi passé de l’obligation de travailler pour les salariés particulièrement vulnérables dans l'ordonnance Covid-19 est incompréhensible, estime lundi l'Union syndicale suisse (USS) qui demande son annulation.

    À l'origine, il était prévu que les travailleurs particulièrement vulnérables fassent leur travail à domicile ou, si cela n'était pas possible, qu'ils prennent un congé avec maintien du salaire. Cependant, quatre jours après l'entrée en vigueur du règlement, celui-ci a été modifié.

    L’USS s’étonne que le Conseil fédéral maintienne cette disposition qui mine la confiance dans les mesures prises contre la propagation du virus.

    Lors du point de presse des autorités à Berne, lundi après-midi, le responsable des maladies transmissibles à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), Daniel Koch, a indiqué que la question allait être discutée et précisée par les autorités.

    >> Voir le sujet du 19h30 sur la situation des personnes à risque:

    Les personnes à risque pourraient à nouveau devoir se rendre sur leur lieu de travail sous certaines conditions.
    19h30 - Publié le 30 mars 2020

  • 16h00

    Fermeture d'établissements à Genève: premiers délits sanctionnés

    Le Ministère public genevois annonce lundi avoir prononcé les premières ordonnances pénales sanctionnant le maintien en activité d'établissements dont la fermeture a été ordonnée par le Conseil fédéral.

    Il indique dans un communiqué qu'il a été saisi de deux dossiers par la police, qui concernaient respectivement un restaurant ayant maintenu un service sur place (en plus de la vente à l'emporter), et un salon érotique.

    Les auteurs de ces infractions ont été sanctionnés par voie d'ordonnance pénale. La violation de ces dispositions étant punie d'une peine privative de liberté jusqu'à trois ans ou d'une peine pécuniaire, les exploitants concernés ont été condamnés à des peines pécuniaires de 180 jours-amende avec sursis, assorties d'amendes immédiates de 3240 francs et 1080 francs.

    L'employée du salon érotique a en outre été condamnée à une peine pécuniaire de 120 jours-amende avec sursis, assortie d'une amende immédiate de 720 francs. Le produit de son activité illicite lui a en outre été confisqué.

  • 15h30

    L’entretien des animaux continue malgré la fermeture des zoos

    Comme d'autres établissements, les zoos de Suisse romande sont tous fermés au public en raison de la pandémie.

    A celui de Servion (VD), une dizaine de soigneurs continuent de s’occuper des animaux. Des provisions sont garanties pour les pensionnaires pendant les trois mois à venir. Les autres employés du zoo sont au chômage technique.

    Cette fermeture inattendue va occasionner un manque à gagner qui devrait atteindre entre 300'000 et 400'000 francs pour le zoo. Et si Servion doit rester clos au-delà d’avril, la situation financière va se compliquer.

    >> Voir le sujet du 12h45:

    Dans les zoos, fermés, les animaux se portent bien. Mais l'avenir économique reste incertain.
    12h45 - Publié le 30 mars 2020

  • 15h10

    La session du Parlement ne sera pas avancée

    La session extraordinaire des Chambres fédérales consacrée à la crise du coronavirus aura bien lieu en mai, comme l'ont décidé la semaine dernière les bureaux du Conseil national et du Conseil des Etats. Des parlementaires auraient souhaité l'avancer au mois d'avril.

    Seuls douze conseillers nationaux ont soutenu une telle proposition, ont indiqué lundi les services du Parlement. Or, selon la loi sur le Parlement, il faut qu'au moins un quart des membres d'un conseil fasse la demande pour que la session extraordinaire soit organisée dans les trois semaines.

    Les bureaux du Parlement ont décidé jeudi de fixer la session extraordinaire du 4 au 8 mai. Elle aura lieu à Bernexpo. La pandémie ne permet pas aux Chambres de siéger en toute sécurité entre leurs murs.

  • 15h00

    GastroVaud lance un appel aux communes

    GastroVaud lance un appel aux communes du canton. Elle leur demande d'accueillir favorablement les demandes d'allègement de charges des locataires d'auberge et de restaurants communaux.

    De simples reports ne suffiront pas, avertit l'association. Seules des réductions significatives, voire des abandons, permettront aux locataires commerciaux d'éviter l'étouffement.

    GastroVaud a ainsi adressé lundi une lettre aux Exécutifs communaux vaudois. L'association des cafetiers-restaurateurs leur demande de trouver des solutions permettant aux auberges de surmonter cette période et de reprendre leurs activités au terme de la crise: "Il est certain qu'un locataire commercial aidé est un de moins à remplacer", écrit-elle.

  • 14h55

    Les détenteurs d'AG pourraient être dédommagés

    La Confédération déconseille l'utilisation des transports publics, qui eux-mêmes ont fortement réduit l'offre. Dans ce contexte, des discussions sont en cours pour dédommager les détenteurs d'abonnements.

    Un abonnement général (AG) en 2e classe coûte plus de 320 francs par mois. Or la plupart des détenteurs n'en profitent pas actuellement. L'AG peut être déposé pendant un mois maximum. Mais la situation extraordinaire risque de durer: d'où une certaine insécurité, qui vaut aussi pour les détenteurs d'abonnements régionaux.

    "On va trouver une solution", promet Thomas Ammann, porte-parole de l'organisation de transports publics Alliance SwissPass, interrogé par l'agence Keystone-ATS. Des discussions sont en cours entre les partenaires, en particulier la Confédération, les cantons et les entreprises de transports.

  • 14h50

    Pas de pénurie de masques

    La Suisse n’a pas prévu pour l’instant de généraliser le port du masque dans les supermarchés comme en Autriche, a indiqué Daniel Koch, de l'OFSP, en conférence dre presse. Il y a assez de masques en ce moment en Suisse, et le stock durera encore un certain temps.

    Par ailleurs, 286 personnes en Suisse sont actuellement sous respirateur artificiel. Il reste encore de la marge, même au Tessin, selon le responable.

    Concernant les données recueillies grâce aux téléphones portables par Swisscom sur les éventuels rassemblements de plus de 5 personnes, les analyses se feront une fois que l'entreprise les aura transmises. Daniel Koch a souligné qu'une seule personne à l'OFSP a accès à ces données.

    >> Partout c'est la course pour trouver des masques de protection, le sujet du 19h30:

    Partout c'est la course pour trouver des masques de protection.
    19h30 - Publié le 30 mars 2020

  • 14h45

    "Contaminations inévitables"

    Selon Daniel Koch, responsable de la crise du coronavirus pour l'OFSP, "les contaminations sont inévitables, même avec des mesures drastiques".

    "C'est la même chose pour chaque épidémie. Avec un virus comme celui-là, on ne peut pas réduire le nombre de contaminations à zéro, même si les gens se comportent correctement. Dans chaque société, en particulier dans une société libre comme la Suisse, il y aura toujours des contacts où des virus seront transmis", a expliqué le responsable lors d'un point de presse à Berne.

  • 14h40

    Afflux de demandes de crédits pour les PME

    Un tiers des 20 milliards de francs d'aide que la Confédération avance en faveur de l'économie dans la crise du coronavirus a été alloué. Les banques ont déjà accepté plus de 30'000 petits crédits. Le montant pourrait être revu à la hausse.

    Dimanche soir, quelque 6,6 milliards de francs avaient été acceptés, a indiqué lundi Eric Jakob, chef de la Direction de la promotion économique du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). Le montant moyen des crédits est de 207'000 francs. Il n'y a en revanche pas encore eu de demandes de prêts de plus de 500'000 francs.

    Ces mesures, destinées aux entreprises et aux indépendants, doivent leur permettre de couvrir leurs frais fixes pendant les mois à venir et de compléter le chômage partiel et les allocations pour perte de gain.

    Aucune solution n'a encore été trouvée pour les indépendants qui échappent aux mailles du filet, a précisé Eric Jakob. Le Seco cherche à corriger cette situation qui touche en particulier les indépendants qui n'ont pas de société ou ceux qui contribuent au revenu familial en travaillant de manière irrégulière.

    Le recours au chômage partiel augmente massivement

    Actuellement, 15,6% de la population active est concernée en Suisse, a indiqué par ailleurs le chef de la Direction de la promotion économique du Seco. Le Tessin a déposé le plus grand nombre de demandes. Près de 40% des employés sont actuellement en chômage partiel.

    La Confédération n'a pas remarqué une hausse des licenciements. Le chômage partiel permet d'éviter les licenciements abusifs, selon l'expert. Actuellement, le taux de chômage est de 2,9%.

  • 14h25

    Bientôt le pic de l'épidémie?

    Un journaliste a interrogé Daniel Koch, responsable de la division maladies transmissibles de l'OFSP, sur le pic de l'épidémie de coronavirus en Suisse. Est-il proche? "Je ne peux pas répondre, je ne sais pas. Les chiffres sont stables ces derniers jours, nous avons plus ou moins le même nombre de nouveaux cas par jour", répond le responsable.

    "Qu’est-ce que cela signifie pour atteindre le pic? C'est très difficile à prévoir, nous allons discuter de ça plusieurs fois avec les autres épidémiologues dans le pays. La progression exponentielle du nombre de cas n'est pas stoppée, mais ralentie", précise Daniel Koch.

  • 14h15

    128 cas dans l'armée

    En conférence de presse, le brigadier Raynald Droz, chef d'état-major du commandement des opérations, a indiqué que 128 cas de coronavirus ont été recensés au sein de l'Armée suisse.

    "Sur ces 128 personnes, 93 se trouvent sur deux emplacements. Cela veut dire que là nous allons devoir faire un effort principal, au niveau des mesures, des infrastructures, Lorsqu’on aura trouvé les solutions pour ces deux emplacements, nous arriverons à diminuer rapidement le nombre de personnes touchées. C'est notre responsabilité", a-t-il expliqué.

    Par ailleurs, tous les cantons ont maintenant fait appel à l'armée dans le cadre de la lutte contre l'épidémie. Plus de 300 demandes sanitaires sont arrivées sur le bureau du chef de l'armée et de tous les cantons, a relevé Raynald Droz.

    Le nombre total de personnes en service d'assistance a grimpé à 5600 hommes, dont l'Etat-Major, le tout fonctionnant selon le 24/7 (24 heures sur 24 et 7 jours sur 7). "Nous avons aussi des troupes engagées pour la protection des ambassades ou en appui de l'administration fédérale des douanes", a poursuivi le brigadier.

  • 14h00

    Point de presse de l'OFSP

    L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) ouvre son traditionnel point de presse sur l’évolution de la pandémie de coronavirus en Suisse.

    Plusieurs représentants des autorités vont prendre la parole et répondre aux questions des journalistes. Sont présents: Daniel Koch (OFSP), Erik Jakob (SECO), Hans-Peter Lenz (DFAE), Raynald Droz (DDPS), Susanne Kuster (DFJP) et Barbara Büschi (DFJP).

  • 13h40

    Mesures d'aide acceptées à Zurich

    Le Grand Conseil zurichois a approuvé lundi sans opposition le paquet d'aide pour soulager l'économie touchée par la crise du coronavirus.

    Le parlement a pour une fois été unanime: à gauche comme à droite, tous les députés ont accepté le plan d'aide proposé par le gouvernement. Il prévoit notamment une garantie de 425 millions de francs sur les défauts de paiement de crédits bancaires.

    La garantie du canton couvre 85% du volume de crédit de 500 millions de francs. Les autres 15% sont pris en charge par la Banque cantonale de Zurich (ZKB) et d'autres banques commerciales.

    Le plan prévoit aussi 15 millions de francs pour soutenir les indépendants.

  • 13h30

    Les recrues privées de sortie

    Alors que l’armée a été appelée en renfort face au coronavirus et ses conséquences, cette mobilisation, la première de cette ampleur depuis la Deuxième Guerre mondiale, durcit le quotidien des recrues.

    Les congés ont été supprimés et les contrats parfois rallongés, mais ces mesures sont plutôt bien accueillies.

    >> Le reportage de SRF à Thoune:

    La vie a changé dans les casernes. Les recrues sont privées de congés et voient leur contrat prolongé.
    12h45 - Publié le 30 mars 2020

  • 13h20

    Le rôle des task force cantonales

    Comment annoncer aux personnes positives au coronavirus le résultat de leur test? C'est la mission dévolue aux task force cantonales. A Genève, 2000 personnes porteuses du virus ont déjà été contactées et orientées pour être prises en charge.

    >> Le reportage du 12h45 dans les locaux du médecin cantonal genevois:

    Task force cantonale: orienter les personnes testées positives au coronavirus vers une prise en charge.
    12h45 - Publié le 30 mars 2020

  • 13h10

    Pétition pour annuler les examens de maturité ou d'apprentissage

    Pour les élèves et les apprentis qui doivent passer un examen de fin d'année, beaucoup de questions se posent. Les examens auront-ils lieu et dans quelles conditions?

    Selon la NZZ de lundi, deux étudiants bâlois ont trouvé la solution. Ils veulent que le Conseil fédéral annule purement et simplement les examens de maturité et d'apprentissage dans tout le pays. Les épreuves seraient remplacées par une évaluation sur la base de la moyenne des 5 ou 7 derniers semestres. Les élèves qui ont la moyenne sur cette période se verraient donc délivrer leur précieux diplôme.

    Les deux étudiants bâlois ont lancé une pétition qui a déjà récolté plus de 40'000 signatures. Mais le principe est loin de faire l'unanimité.

    L'Union des conseils d'étudiants (UCE) n'y est pas favorable. Elle considère que ce n'est pas à la Confédération de prendre des décisions dans ce domaine mais aux cantons, De plus, l'organisation est sceptique sur la délivrance des diplômes en fonction de la moyenne des précédents semestres.

    De son côté, la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'éducation dit travailler à une solution et étudier actuellement plusieurs scénarios, en fonction des évolutions de la situation épidémique.

     >> Les explications de Séverine Ambrus dans le 12h30 :

    Les étudiants se questionnent la possibilité de passer les examens malgré le virus.
    Martin Rütschi - Keystone
    Le 12h30 - Publié le 30 mars 2020
     

    Pour Samuel Rohrbach, président du Syndicat des enseignants romands (SER), interrogé dans le 12h30, cette pétition, à laquelle il est opposé, est utopiste.

    Le SER propose de maintenir les examens, mais sous une forme adaptée (examens oraux par Skype, seulement la matière qui a été vue avant l'arrêt des cours). Il ne se fait pas de souci quant à d'éventuelles tricheries et prône la confiance.

    >> L’interview complète de Samuel Rohrbach dans le 12h30 :

    Samuel Rohrbach, président du syndicat des enseignants romands.
    Laurent Gilliéron - Keystone
    Le 12h30 - Publié le 30 mars 2020
     

  • 12h55

    Les chiffres de l'OFSP

    L'Office fédéral de la santé publique a annoncé ses nouveaux chiffres: 1201 personnes contaminées de plus en 24 heures pour 15'475 cas et 295 morts.

    Les chiffres récoltés auprès des cantons font eux état à la mi-journée de 315 morts et 15'242 cas.

    Par rapport à leur taille, les cantons du Tessin, de Vaud, de Bâle-Ville et de Genève restent les plus touchés. Le taux d'incidence sur 100'000 personnes personnes est de 551,3 au Tessin, de 418,6 dans le canton de Vaud, de 372,2 à Bâle-Ville et de 367,4 à Genève.

    Sur 1445 personnes hospitalisées, 59% d'entre elles sont des hommes et 41% des femmes. Leur âge va de 0 à 101 ans avec un âge médian de 70 ans.

    Depuis le début de l'épidémie, environ 116'700 tests ont été menés en Suisse. Près de 13% se sont révélés positifs.

  • 12h40

    Plus de 70'000 indépendants demandent une allocation

    En l'espace de cinq jours, les caisses de compensation ont enregistré plus de 70'000 demandes d'allocations pour perte de gain en lien avec le coronavirus. Cela correspond à un cinquième des travailleurs indépendants en Suisse.

    La grande majorité fait valoir la fermeture de l'entreprise en raison des mesures prises par le Conseil fédéral, a communiqué lundi la Conférence des caisses cantonales de compensation.

    Seuls les indépendants directement touchés par l’arrêt des activités ordonné le 16 mars par le Conseil fédéral ont droit à la nouvelle allocation coronavirus. En bénéficient également les personnes en quarantaine sur ordonnance d’un médecin ou dont la prise en charge des enfants de moins de 12 ans par un tiers n’est plus assurée.

    Le Conseil fédéral a décidé le 20 mars d'accorder ces allocations. Trois jours plus tard, le formulaire de demande était en ligne. Le premier jour, les demandes ont été si nombreuses que le serveur informatique a flanché après trois heures. Depuis, plusieurs autres canaux ont été mis à disposition.

    >> Les précisions du 12h30:

    Les indépendants contraints de cesser leurs activités craignent de se retrouver sans revenu.
    RTS
    Le 12h30 - Publié le 30 mars 2020

  • 12h30

    90% des Suisses appliquent les consignes de l'OFSP

    Les Suisses prennent les directives de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) pour contrer la propagation du coronavirus au sérieux. Ainsi, 92% des sondés disent avoir connaissance de la campagne de la Confédération, selon les résultats d'une enquête réalisée par les instituts DemoScope et sotomo sur mandat de l'OFSP.

    Le contenu de la campagne est mieux intégré que la campagne elle-même: ils sont 98% à dire qu'ils connaissent la règle de "se laver les mains soigneusement".

    Les autres règles, comme de "ne pas se serrer la main", "tousser et éternuer dans un mouchoir ou dans le creux du coude", "garder ses distances" ou "rester à la maison en cas de fièvre ou de toux" sont tout aussi connues, avec un taux de 95%.

    Le fait qu'il faut s'annoncer par téléphone avant d'aller aux urgences ou chez le médecin est un peu moins suivi avec un taux de 90%.

    Le fait que le contenu de la campagne de prévention soit mieux connu que la campagne elle-même montre clairement que les messages sont diffusés activement dans la société.

    >> Lire aussi: Les Suisses estiment connaître et suivre les mesures de l'OFSP à la lettre

  • 12h25

    11 nouveaux décès dans le canton de Vaud

    Le canton de Vaud déplore onze décès supplémentaires liés au Covid-19. Au total, 66 personnes ont perdu la vie depuis le début de la pandémie.

    Le canton de Vaud, qui est l'un des plus touchés de Suisse, a passé le cap des 3000 cas testés positifs (+ 232, à 3168). Le nombre d'hospitalisations en cours est stable à 388 (-2). Sur ce chiffre, 78 personnes (+2) sont placées aux soins intensifs.

    Le canton tient aussi le décompte des sorties d'hôpitaux. Désormais, 203 personnes ont pu quitter un établissement de soins, soit 16 personnes de plus que la veille.

  • 12h20

    Conférence de presse annoncée à 14h

    L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé un point de presse ce lundi à 14h à Berne sur l’état de la situation. Y participeront des représentants de l'OFSP, du DFAE, du DFJP, du DDPS et du Seco.

    >> La conférence de presse est à suivre sur cette page et sur RTS Deux.

  • 12h10

    Perte de 6,4 milliards pour le tourisme

    La pandémie va causer une chute massive de chiffre d'affaires pour le secteur du tourisme en Suisse. La perte devrait atteindre 6,4 milliards de francs en 2020, soit un recul de 18%, selon une étude réalisée par la haute école HES-SO Valais et relayée lundi par le Blick.

    Le secteur de l'hôtellerie à lui tout seul pourrait égarer 2 milliards de francs entre mars et mai, alors qu'il génère des volumes de 10,2 milliards par an.

    Le centre-ville de Lucerne est vidé de ses touristes habituels.
    Le centre-ville de Lucerne est vidé de ses touristes habituels. [Urs Flueeler - Keystone]

    Les auteurs de l'étude ont sondé près de 2000 acteurs du tourisme en Suisse, parmi lesquels des hôtels, des restaurants, des sociétés de remontées mécaniques ou de la parahôtellerie.

    Le canton du Tessin ainsi que les villes comme Zurich, Bâle ou Genève vont pâtir très fortement de la dégringolade du tourisme d'affaires et de congrès, dont les chiffres d'affaires devraient plonger de 90% en avril.

    Les risques de faillite concernent tout particulièrement l'hôtellerie et la restauration, qui pèsent ensemble 28,4 milliards de francs par année et emploient 250'000 personnes.

  • 11h55

    Le Bol d'Or est annulé

    Prévu les 13 et le 14 juin prochain,  le Bol d'Or a été annulé. Conscient que "l'heure n'est pas à la navigation, et encore moins à la fête", le comité d'organisation donne rendez-vous aux passionnés de la voile pour l'édition 2021 qui se déroulera du 11 au 13 juin.

    Le comité d’organisation et la Société Nautique de Genève ont par ailleurs annoncé qu'ils allaient marquer leur soutien aux Hôpitaux universitaires de Genève par un don solidaire au Fonds spécial Covid-19 récemment créé.

    >> L'interview de Rodolphe Gauthier, président du Bol d'Or:

    Entretien avec Rodolphe Gauthier, président Comité d'organisation du Bol d'Or Mirabaud
    RTS
    Le 12h30 - Publié le 30 mars 2020

  • 11h40

    Isolement et ennui pour les aînés

    Les aînés sont les premiers à mourir du virus. Ainsi, pour les protéger, plus personne ne leur rend visite, y compris les proches.

    Les soins à domicile sont souvent leur dernier lien avec le monde extérieur et ces visites sont très importantes, pour sortir de l'ennui et de la solitude.

    >> Le reportage en Valais dans Mise au Point:

    Nos aînés se retrouvent parfois très isolés, et très déroutés après l'arrêt des visites à domicile.
    19h30 - Publié le 29 mars 2020

  • 11h20

    La collecte peut reprendre à Bienne

    La Ville de Bienne va pouvoir reprendre la collecte des matériaux recyclables comme le papier, le verre et le métal. La municipalité a engagé des chauffeurs supplémentaires pour ses véhicules de ramassage d'ordures ménagères.

    Tant qu'il est possible de recruter suffisamment de personnel, les matériaux recyclables seront collectés, a annoncé la Ville. C'est grâce aux bons contacts de la cité bilingue avec des entreprises privées que des chauffeurs ont pu être recrutés.

    Le 20 mars, les autorités municipales avaient annoncé devoir suspendre provisoirement la collecte du papier, du verre et du métal à cause du manque de chauffeurs.

  • 11h10

    Pétition pour autoriser la vente de graines

    Le Conseil fédéral a interdit la vente de graines et de plantons en magasin, ceux-ci ne relevant pas de l'alimentation. Une absurdité pour près de 20'000 personnes, signataires d'une pétition pour que Berne considère ces semences comme des produits de première nécessité.

    Le député vert neuchâtelois Laurent Debrot est l'auteur de cette pétition envoyée à Simonetta Sommaruga. "Choqué", il dénonce un grand gaspillage sur les ondes de la RTS.

    "Les graines ne sont pas considérées comme un bien de première nécessité alors qu'on vend des tomates qui viennent d'Espagne et toutes sortes de produits pas importants. Il y a aussi tout ce problème de production, puisque les plantons, les fleurs coupées et les plantes en pot ne peuvent pas être vendus dans les magasins et sont en train d'être détruits jour après jour", explique-t-il.

    >> Lire également: La colère gronde contre l'interdiction de la vente de graines en magasin

  • 10h55

    Polymanga reporté en août

    Le festival de la pop culture et du manga Polymanga est repoussé au mois d'août. La manifestation attire chaque année quelque 40'000 personnes au 2m2c de Montreux durant le week-end de Pâques.

    Polymanga 2020 "se téléporte" du 7 au 10 août, pendant les vacances d'été, ont annoncé les organisateurs. Les abonnements restent valables, les billets journaliers peuvent être échangés. Un remboursement est possible d'ici au 10 avril.

    Les organisateurs espèrent que les amateurs de manga, de Cosplay et de jeux vidéo les suivront dans cette "aventure estivale". "Cela fait un an que nous travaillons d’arrache-pied pour développer le concept". "Nous ne voulons pas baisser les bras", ajoutent-ils.

    >> Lire également: Les festivals Polymanga et BDMania reportent leur édition 2020

  • 10h50

    La galère des déménagements

    Les quelque 50'000 déménagements prévus au 31 mars restent finalement autorisés, malgré les craintes liées au coronavirus. Le Conseil fédéral l'a confirmé vendredi.

    Mais seulement à condition que les règles d'hygiène soient respectées. Un défi qui n'est pas simple à relever quand on est dans les cartons...

    >> Le reportage de La Matinale:

    Avril est traditionnellement la saison forte des déménagements en Suisse.
    Urs Jaudas - Keystone
    La Matinale - Publié le 30 mars 2020

  • 10h40

    Douze décès supplémentaires au Tessin

    Le canton du Tessin déplore 12 décès supplémentaires liés au Covid-19 au cours des dernières 24 heures, pour 125 nouvelles personnes testées positives.

    Au total, 1962 personnes ont été testées positives dans le canton et 105 personnes ont perdu la vie jusqu'à lundi matin.

  • 10h30

    La frontière de Morgins (VS) toujours fermée

    La police cantonale valaisanne indique dans un communiqué que la frontière de Morgins restera fermée à la circulation jusqu'à nouvel avis de l’Administration fédérale des douanes.

    Il n'est plus possible de passer par le poste-frontière depuis le 17 mars, sauf pour les frontaliers travaillant en Suisse. Ces derniers peuvent emprunter le passage entre 5h00 et 9h00 et de 16h00 à 19h00.

    "Ces créneaux horaires ont notamment pour but de permettre au personnel sanitaire habitant sur France de poursuivre ses activités dans les hôpitaux de la région et de Suisse romande. En-dehors de ces horaires et pour tout autre usage, la frontière à Morgins est clairement fermée à toute circulation", précise la police.

  • 10h15

    Immersion à l'hôpital de Nyon

    Pour mieux comprendre la crise actuelle que vivent les hôpitaux romands, Mise au Point se trouve en immersion à l'hôpital de Nyon.

    Dans ce deuxième épisode, on constate que la vague est arrivée, que l'hôpital est presque saturé et que les premiers décès sont à déplorer. Mais le personnel s'accroche et fait face à la situation avec beaucoup de mérite.

    >> Le reportage de Mise au Point:

    Immersion à l'Hôpital de Nyon, déjà proche de la saturation.
    19h30 - Publié le 29 mars 2020

    >> Revoir le 1er épisode sur les préparatifs à l'arrivée du virus:

    À l’hôpital de Nyon : 1er épisode
    Mise au Point - Publié le 22 mars 2020

  • 10h00

    Une fermeture des sites touristiques jurassiens n'est pas exclue

    Dans le Jura, la fréquentation actuelle de nombreux sites touristiques et le trafic de loisirs sur les routes du canton interpellent le Gouvernement. De nombreux promeneurs ont notamment été vus à l'étang de la Gruère ou au bord du Doubs ce week-end.

    Malgré les appels des autorités fédérales et cantonales à limiter leurs déplacements au strict nécessaire en raison de la pandémie, de nombreuses personnes conservent en effet leurs habitudes, quitte à se concentrer sur des lieux très fréquentés, ou en prenant le risque d’un accident qui peut surcharger le système de santé.

    La ministre jurassienne de l'Intérieur Nathalie Barthoulot a confié à la RTS qu'elle n’excluait pas la possibilité de fermer temporairement certains sites. La question sera discutée au sein du Gouvernement.

    >> L'interview de Nathalie Barthoulot dans La Matinale:

    La forêt qui borde l'étang de la Gruère, près de Saignelégier, dans le Jura.
    Martin Ruetschi - Keystone
    La Matinale - Publié le 30 mars 2020

  • 09h50

    ABB revoit ses objectifs, les tarifs du pétrole chutent

    ABB a renoncé à émettre des objectifs pour l'année en cours, en raison de la pandémie de coronavirus et de la chute des prix du pétrole. Le groupe d'ingénierie dispose cependant de suffisamment de liquidités pour pouvoir surmonter cette situation difficile.

    Début février, l'entreprise zurichoise avait indiqué s'attendre cette année à un chiffre d'affaires stable ou un peu plus élevé qu'en 2019, ainsi qu'à une légère amélioration des marges, surtout au deuxième semestre.

    "Les conditions cadres économiques se sont encore détériorées en raison de la pandémie et de la baisse des prix du pétrole", a précisé ABB lundi.

    Les tarifs de l'or noir se sont effondrés ce lundi sur les marchés asiatiques. Le prix du brut West Texas Intermediate (WTI), référence aux Etats-Unis, a perdu 5,3% à 20 dollars le baril, tandis que celui du baril de Brent de la mer du Nord était de 23 dollars, en baisse de 6,5%, des niveaux jamais vus depuis 2003.

  • 09h40

    "Tout le système aérien s'est effondré"

    Dans un contexte inédit où trois milliards d'êtres humains sont confinés entre des frontières bloquées, le trafic aérien se résume aux vols de rapatriement et aux livraisons de matériel médical. Aujourd'hui, c'est plus de 90% du trafic commercial qui est interrompu.

    "Tout le système aérien s'est complètement effondré depuis mi-mars", explique lundi dans La Matinale Michel Polacco, journaliste et spécialiste de l’aéronautique. "On observe un arrêt total des vols civils à certains endroits, notamment en Europe, alors qu'entre 5000 et 10'000 avions volent chaque jour en temps normal."

    Effet domino sur des millions d'employés

    Le risque de faillite est aujourd'hui réel pour des dizaines de compagnies aériennes. Et l'effet domino est encore à craindre. "Si Airbus et Boeing voient leurs livraisons s'effondrer, des milliers de sous-traitants seront impactés, soit des millions d'emplois", illustre Michel Polacco.

    Pour 2020, le secteur prévoit une perte de 252 milliards de dollars. Près de la moitié des compagnies sont à risque. Pour faire face au choc, la première réponse des gouvernements a été d'assouplir les réglementations en vigueur dans "un système qui s'est fortement libéralisé", poursuit le journaliste. Mais le spectre de soutien aux compagnies aériennes est large: liquidités, baisse des charges aéroportuaires et délais de paiement occupent l'esprit des Etats bien décidés à sauver une économie clé.

    >> L'interview de Michel Polacco dans La Matinale:

    Vers un arrêt de tous les vols commerciaux dans la semaine? Interview de Michel Polacco (vidéo)
    L'invité-e d'actualité - Publié le 30 mars 2020

    >> Lire aussi: EasyJet cloue au sol toute sa flotte jusqu'à nouvel avis

  • 09h30

    Des centres ambulatoires en Valais

    Le canton du Valais va progressivement ouvrir cinq centres d'investigation ambulatoires, une première en Suisse romande, pour protéger les médecins généralistes et leurs patients.

    Ces "super" cabinets médicaux doivent limiter les risques liés au coronavirus dans les cabinets privés et décharger les urgences hospitalières.

    Dans ces centres, situés dans les principales villes valaisannes, les médecins de famille pourront envoyer leurs patients touchés par le Covid-19, ceux qui méritent une prise en charge. Ainsi, pas de contact dans les cabinets privés entre patients ordinaires et malades du coronavirus.

    >> Lire également: En Valais, des centres ambulatoires ouvrent pour protéger les généralistes

  • 09h25

    Macolin a fermé ses portes

    L'Office fédéral du sport a annoncé dimanche avoir fermé son centre de sport de Macolin, près de Bienne, vendredi. L'OFSPO avait jusqu'ici laissé avec l'appui de Swiss Olympic une possibilité d'entraînement pour les athlètes de l'élite, mais avec des restrictions strictes. Les athlètes suisses auraient pu ainsi se préparer en vue des prochaines compétitions, dont les dates de reprise ne sont toujours pas connues.

    Mais l'OFSPO s'était gardé une marge de manoeuvre si la situation de la pandémie devait changer. C'est désormais le cas en Suisse avec une aggravation du nombre de personnes contaminées.

    >> La réaction de la jeune perchiste Angelica Moser, championne du monde et d'Europe juniors, dans La Matinale:

    Angelica Moser a réussi une très belle performance.
    Alastair Grant - Keystone
    La Matinale - Publié le 30 mars 2020

  • 09h15

    Tensions entre urgence sanitaire et sauvetage de l'économie

    Combien de temps est-ce que cela va durer? Une question qui est dans toutes les têtes. Alors que la Suisse entame sa troisième semaine de blocage, de plus en plus de voix s'élèvent pour connaître la stratégie de sortie de crise du Conseil fédéral. La pression des acteurs économiques pour un retour à normale de l'activité augmente.

    De leur côté, le gouvernement et les experts de l'administration fédérale préparent plutôt l'opinion publique à une prolongation des mesures exceptionnelle. La crise ne sera pas terminée à la mi-mai, a averti ce week-end le conseiller fédéral Alain Berset. Son collègue chef des Finances Ueli Maurer est lui aussi prêt à travailler sur la longueur, laissant entendre dimanche dans une interview que l'aide à l'économie déjà débloquée ne suffira pas.

    L'appel à la discipline et à la patience des autorités est bousculé par les demandes toujours plus insistantes d'un retour rapide à la normale. Alors que le pic de l'épidémie n'est pas encore en vue, un cadre du premier parti du pays, l'UDC Thomas Aeschi, demande que les jeunes retournent au travail et que les lieux publics puissent rouvrir à mi-avril déjà. La faîtière Economiesuisse montre elle aussi des signes d'impatience en réclamant une normalisation dès le 19 avril.

    Entre gouvernement et entrepreneurs, l'agenda ne colle pas. Et plus les jours passeront, plus les tensions entre urgence sanitaire et sauvetage de l'économie deviendront plus fortes.

    >> Les précisions de La Matinale:

    Ueli Maurer, Guy Parmelin et Alain Berset devant la presse vendredi.
    Peter Klaunzer - Keystone
    La Matinale - Publié le 30 mars 2020

  • 09h05

    Un avion rempli de matériel médical attendu à Genève

    Un avion rempli de masques et de matériel médical devrait atterrir à Genève en début de semaine prochaine. Cette cargaison en provenance de Shanghai permettra de soulager les besoins des hôpitaux romands: treize structures des cantons latins ont déjà passé commande pour plus de 10 millions de francs.

    A la tête de cette opération se trouvent des acteurs privés: la Chambre de commerce Suisse-Chine et la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève.

    Pour son directeur Vincent Subilia, interrogé dans La Matinale, il s'agit d'une opération "citoyenne et militante".

    >> Le point sur cette opération dans La Matinale:

    Des masques de protection.
    Imaginechina - AFP
    La Matinale - Publié le 30 mars 2020

  • 8h50

    "Malgré la crise, l'accouchement reste un événement extraordinaire"

    Dans les hôpitaux, tous les services doivent se réorganiser, y compris ceux qui n'ont pas de lien direct avec le coronavirus. Mais entre consultations reportées et suivis par téléphone, un rendez-vous n'attend pas: la naissance d'un enfant. 

    "Malgré cette crise sanitaire sans précédent, l'événement reste extraordinaire", se réjouit lundi dans La Matinale Jérôme Mathis, chef du service gynéco-obstétrique au Centre hospitalier de Bienne. "Les patientes vivent bien l'accouchement. Mais il peut être difficile pour elles de ne pas pouvoir recevoir de visites, et de ne pas pouvoir présenter leur bébé à la famille tout de suite."

    Aucun cas chez une femme enceinte à Bienne

    Dans ces conditions, s'adapter est le maître-mot des sages-femmes et chefs de clinique. "Tout cela est très nouveau et nous avons entièrement revu notre organisation ces deux dernières semaines, mais tout se passe bien." A Bienne, aucun cas de coronavirus n'a été détecté chez une femme enceinte pour le moment.

    Le médecin-chef se veut rassurant à ce sujet. "La femme enceinte ne fait pas partie des groupes à risque", affirme-t-il, se basant sur les observations menées sur les grossesses en Chine, foyer de la pandémie. Pour le moment, aucune preuve formelle de gravité pour la mère ou l'enfant n'existe en cas d'infection au coronavirus.

    >> L'interview de Jérôme Mathis dans La Matinale:

    Jérôme Mathis, chef du service gynéco-obstétrique du Centre hospitalier de Bienne (vidéo)
    L'invité-e de La Matinale - Publié le 30 mars 2020

  • 08h40

    BDMania à Belfaux reporté d'un an

    La 15e édition de BDMania à Belfaux (FR), qui devait se tenir cet automne, est reportée d'un an, la pandémie empêchant une préparation sereine. Le festival se déroulera finalement du 5 au 7 novembre 2021.

    >> Lire également: Les festivals Polymanga et BDMania reportent leur édition 2020

  • 08h30

    Faut-il modifier la loi sur l'assurance chômage?

    Toute l'économie est touchée par cette crise sans précédent, même si le Conseil fédéral a délié les cordons de la bourse pour affronter les semaines à venir. Mais certains, comme les petits patrons et les indépendants, reçoivent peu, voire pas du tout, d'aide fédérale, alors qu'ils sont durement frappés par la crise.

    Les premiers concernés sont les dirigeants des PME, qui n'ont normalement pas droit au chômage partiel. Vu l'étendue de la crise, le Conseil fédéral leur a débloqué un forfait de 3300 francs par mois. C'est insuffisant et injuste, estime Marco Taddei, membre de la direction de l'Union patronale suisse.

    Les associations patronales demandent ainsi au Conseil fédéral d'accorder le même chômage partiel aux petits patrons qu'à leurs employés. Certaines appellent ainsi à modifier la loi sur l’assurance-chômage, une idée qui trouve des soutiens à gauche et à droite. La question sera sans doute soumise au Parlement.

    Ouvrir le chômage aux indépendants

    Autre cas de figure problématique, les petits indépendants, les gens qui travaillent seuls. Une profession qui va des graphistes aux ostéopathes en passant par les taxis. Pour l’heure, le Conseil fédéral ne les aide que s’ils sont malades, s’ils doivent garder des enfants,ou si la loi les a forcés à fermer boutique. Mais de nombreux autres sont touchés indirectement.

    Pour les aider, l'idée d’étendre l’assurance-chômage aux travailleurs en raison individuelle refait surface. C’est une vieille revendication de la gauche, mais aussi de l’UDC. Sa section vaudoise propose d'ouvrir dès maintenant le chômage aux indépendants à condition qu'ils se mettent à cotiser pour au moins cinq ans.

    Ouvrir le chômage aux indépendants, la question s'est posée plusieurs fois ces dernières années, lors des réformes de l'assurance-chômage. Et à chaque fois, le Conseil fédéral et la majorité du Parlement s'y sont opposés, car ce serait trop complexe à mettre en oeuvre et surtout trop hasardeux.

    Plutôt qu'élargir le filet, une partie de la droite préconise des aides exceptionnelles. Certaines associations économiques demandent le versement temporaire d’allocations pour perte de gain. C'est pour l'heure plus probable que les autorités aillent dans cette direction plutôt que vers une profonde extension de l'assurance-chômage.

    >> L'éclairage de La Matinale:

    La complexité du système d'allocations chômage.
    herreneck - Fotolia
    La Matinale - Publié le 30 mars 2020

  • 08h15

    Une taxe imposée aux géants du web?

    Le virus fait mal à l'économie locale et notamment dans le Jura, où les commerçants réagissent, deux semaines après que le canton a annoncé la fermeture de tous les commerces non essentiels.

    Aujourd'hui, les commerçants tirent la langue et ils demandent un soutien financier important des autorités.

    Thomas Schaffter, président de l'association du commerce jurassien, avance ainsi l'idée d'une taxe à prélever auprès des géants du commerce en ligne, dont le chiffre d’affaires explose depuis le début de la crise.

    >> L'interview de Thomas Schaffter dans La Matinale:

    Thomas Schaffter.
    Gaël Klein
    La Matinale - Publié le 30 mars 2020

  • 08h00

    Les entreprises tessinoises restent fermées

    Les chantier et les industries vont rester fermés dès lundi au Tessin, le canton le plus touché par la pandémie.

    Pour tenter de freiner sa progression, le canton italophone avait décidé d'aller plus loin que les mesures fédérales en fermant chantiers et industries en début de semaine dernière. Une mesure tout d'abord jugée illégale par le gouvernement.

    La situation est toutefois rentrée dans l'ordre. Grâce à une nouvelle ordonnance adoptée vendredi par le Conseil fédéral, le Tessin a pu déposer une demande pour légaliser ses mesures. Elle a été acceptée samedi, a annoncé le porte-parole du gouvernement André Simonazzi.

    L’autorisation entre en vigueur avec effet rétroactif au 20 mars et court jusqu’au 5 avril. Le Tessin a annoncé dans la foulée prolonger jusqu'à cette date ses restrictions économiques.

  • 07h45

    Inquiétude pour les sans-abri

    A Genève, les associations et la ville se mobilisent pour trouver une solution d'hébergement aux sans-abri. Les logements normalement dédiés ne respectent pas toujours les distances de sécurité et des salles de gymnastique de plusieurs écoles ont été réquisitionnées.

    >> Les précisions du 19h30:

    A Genève les associations et la ville se mobilisent pour trouver une solution d'hébergement aux sans-abris.
    19h30 - Publié le 29 mars 2020

    >> Lire aussi: Face au coronavirus, la situation des sans domicile fixe inquiète

  • 07h30

    Les parlementaires doivent-ils se réunir?

    Les Chambres fédérales se réuniront en session extraordinaires du 4 au 9 mai prochain à Berne, une assemblée consacrée entièrement à la crise du coronavirus et qui se tiendra dans les halles d'exposition de la capitale fédérale afin de respecter les mesures d'éloignement entre les personnes.

    Mais cette reprise des séances du Parlement ne plaît pas à tout le monde: l'UDC, premier parti du pays, n'en veut pas. Les parlementaires fédéraux doivent-ils intervenir dans la gestion de la crise? Ou au contraire faire confiance au Conseil fédéral et montrer l'exemple en évitant de se réunir?

    Deux conseillers nationaux vaudois en ont débattu dimanche soir. Le président du groupe socialiste aux chambres Roger Nordmann et le vice-président du groupe UDC Michael Buffat.

    >> Ecouter le débat dans Forum dimanche soir:

    Roger Nordmann et Michaël Buffat.
    Gaetan Bally - Keystone
    Forum - Publié le 29 mars 2020

  • 07h15

    "On ne sera pas à saturation jeudi" aux HUG

    Le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés a encore augmenté dimanche à Genève, passant de 340 à 365. Mais le nombre de personnes aux soins intensifs, lui, est resté stable ce week-end aux HUG, avec 59 personnes intubées.

    "La situation est sous contrôle. Nous aménageons tout ce que nous pouvons pour être dans l'anticipation par rapport à ce qui arrive", a témoigné le directeur des Hôpitaux universitaires de Genève Bertrand Levrat dans l'émission Forum de la RTS dimanche.

    Selon lui, 50 personnes environ sont prises en charge tous les jours par l'établissement. Mais les 15 jours à venir seront difficiles, prévient-il, invitant la population à ne pas relâcher ses efforts.

    Augmentation des capacités aux soins intensifs

    "On ne sera pas à saturation jeudi prochain", répond clairement le directeur des HUG, en réaction à une étude de l'EPFZ publiée vendredi et qui prédisait un manque de lits aux soins intensifs dès ce jeudi 2 avril.

    "Elle ne tient pas compte des efforts entrepris par les hôpitaux pour augmenter la capacité hospitalière", estime Bertrand Levrat. "On mène une course contre la montre pour agrandir le nombre de places en fonction des besoins", poursuit-il, citant la transformation progressive du bloc opératoire en soins intensifs. "C'est un effort collectif pour anticiper et avoir toujours, on l'espère, de l'avance".

    >> Ecouter l'interview du directeur des HUG dans Forum dimanche soir:

    Bertrand Levrat, directeur des HUG.
    Salvatore Di Nolfi - Keystone
    Forum - Publié le 29 mars 2020

  • 07h00

    300 décès

    L'épidémie de Covid-19 connaît une progression toujours soutenue en Suisse, avec 300 décès et plus de 14'897 cas, selon le total des chiffres communiqués dimanche en fin de soirée par les cantons.

  • 06h45

    Les faits marquants de dimanche

    Le nombre de nouvelles contaminations semble s'être stabilisé depuis une semaine en Suisse, avec environ 1000 nouveaux cas par jour.

    Vingt patients français sont désormais pris en charge par les unités de soins intensifs de plusieurs hôpitaux suisses après leur transfert par hélicoptère tout au long du week end.

    >> Le suivi des événements de dimanche: Pas de saturation prévue aux HUG dès jeudi prochain, rassure son directeur

  • 06h30

    Le dossier Covid-19 de RTSinfo

    Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.