Modifié le 22 mars 2020 à 22:44

Des critères ont été établis en cas de surcharge des soins intensifs

Coronavirus: la bataille des soins intensifs.
Coronovirus: la bataille des soins intensifs. 19h30 / 2 min. / le 22 mars 2020
L'Académie suisse des sciences médicales et la Société suisse de médecine intensive ont publié des directives communes sur les décisions en matière de tri des patients en cas de surcharge dans les unités de soins intensifs, comme cela risque de se produire avec l'épidémie de coronavirus.

Tant que des ressources suffisantes sont disponibles, tous les patients nécessitant des soins intensifs sont admis et traités, indiquent ces directives. Néanmoins, en cas de surcharge des services de soins intensifs, les médecins seront appelés à faire des choix douloureux. Les professionnels de la santé sont guidés par des principes de base éthiques comme la volonté du patient, l'équité et la bienfaisance.

"Ce sont des décisions difficiles, explique dans Forum Thierry Fumeaux, président de la Société suisse de médecine intensive. C'est pour ça que ce sont des professionnels qui doivent la prendre. C'est une décision qui doit être partagée et analysée en équipe pour que le poids psychologique soit le moins important possible et pour qu'il y ait le moins de subjectivité possible".

Ces critères s'appliquent tout autant aux patients atteints par le Covid-​19 qu'aux autres patients nécessitant des soins intensifs.

L'âge n'est pas un critère en soi

Les patients dont le pronostic de sortie de l’hôpital est favorable avec une thérapie de soins intensifs, mais défavorable sans soins intensifs, ont la priorité absolue. Par ailleurs, l’âge n’est pas en soi un critère à prendre en compte. Tout comme le sexe, le lieu de résidence, la nationalité, l'appartenance religieuse, le statut social, le statut d'assuré ou un éventuel handicap chronique.

Néanmoins, l’âge est indirectement pris en compte dans le cadre du critère "pronostic à court terme", car les personnes âgées souffrent plus souvent de comorbidités.

Thierry Fumaux précise que ces critères s'appliquent aussi aux patients qui seront déjà aux soins intensifs: "Si un patient est aux soins intensifs depuis X jours avec un état qui ne s'améliore pas, on pourrait être amené à interrompre le traitement."

Un débat de société

L'Académie suisse des sciences médicales rappelle que des critères comme "premier arrivé, premier servi" ou la priorité aux personnes ayant une valeur sociale élevée ne doivent pas être appliqués.

Pour Thierry Fumaux, la publication de ces critères est primordiale afin de susciter un débat dans la société "On doit être collectivement prêt à vivre des situations difficiles dans lesquelles des choix qui pourraient paraître arbitraires ou injustes seront imposés."

>> Ecouter aussi le sujet de Forum et la réaction de la conseillère d'Etat vaudoise Rebecca Ruiz dans Forum

Les hôpitaux se préparent à devoir faire des choix face à un afflux de patients (vidéo)
Forum - Publié le 22 mars 2020

asch avec ats

Publié le 22 mars 2020 à 22:24 - Modifié le 22 mars 2020 à 22:44