Modifié lundi à 15:24

Pas encore de pénurie de masques, mais une situation à "flux tendu"

Les masques sont réservés au personnel soignant. Il s'agit d'une politique de gestion de la rareté.
Les masques sont réservés au personnel soignant. Il s'agit d'une politique de gestion de la rareté. 19h30 / 2 min. / dimanche à 19:30
Pour le personnel soignant, ces objets sont vitaux. Masques, mais aussi gants, blouses et gels hydroalcooliques: tous ces équipements de protection sont particulièrement demandés en cette période de crise sanitaire.

"Il est clair que dans cette situation particulière, on en consomme beaucoup plus que d'habitude", explique Ricardo Avvenenti, directeur de la centrale d'achats du CHUV et des HUG.

Aux Hôpitaux universitaires de Genève, ce sont 25'000 masques qui sont utilisés quotidiennement par les soignants, les patients et les visiteurs. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le responsable des achats doit gérer les stocks à flux tendu: "On doit recevoir des masques la semaine prochaine, puis une nouvelle commande qui a été passée hier de huit millions d'unités. Ils arriveront début avril", précise Ricardo Avvenenti dans le 19h30.

Souci aussi pour les cliniques privées

La pénurie de masques qui guette la Suisse est un souci quotidien, comme en témoigne Gianni Minghelli, directeur du centre médical de la Clinique de la Source à Lausanne: "C'est une préoccupation journalière, mais pour l'instant on a les stocks pour faire face. Il faudra voir au plus fort de la vague, mais pour le moment nous sommes assurés de la provenance des masques."

En coulisses, la Confédération s'active pour trouver des solutions rapidement: "Nous faisons tout pour acheter des matériaux qui sont limités en Suisse, mais aussi pour produire dans le pays si c'est possible", dit Daniel Koch, chef de la division des maladies transmissibles de l'OFSP.

Solutions alternatives

Des solutions alternatives sont imaginées, voire même déjà mises en pratique. Des entreprises ont ainsi été sollicitées pour produire du matériel de protection. Par exemple, un parfumeur genevois fabrique depuis quelques jours du gel hydroalcoolique.

De leur côté, les hôpitaux universitaires réfléchissent à la possibilité de stériliser et de réutiliser les masques usagés.

>> Voir aussi les explications de notre journaliste Tristan Dessert dans le 19h30:

Tristan Dessert revient sur la potentielle pénurie de masques en Suisse.
19h30 - Publié dimanche à 19:30
 

jfe

Publié dimanche à 20:48 - Modifié lundi à 15:24