Modifié le 20 mars 2020 à 21:04

La Confédération libère plus de 40 milliards pour soutenir l'économie

Le conseil fédéral débloque 42 milliards pour atténuer les conséquences économiques
Le Conseil fédéral débloque 42 milliards pour atténuer les conséquences économiques 19h30 / 2 min. / le 20 mars 2020
Le Conseil fédéral a pris vendredi de nouvelles mesures pour parer à la crise du coronavirus. Sur le plan sanitaire, il a interdit tout rassemblement de plus de cinq personnes et pour l'économie, il a libéré 32 milliards de francs supplémentaires pour le monde du travail.

Visages graves, les conseillers fédéraux Alain Berset, Guy Parmelin et Ueli Maurer sont venus détailler les nouvelles mesures prises par le collège gouvernemental face au coronavirus.

"La Suisse est un pays où l'épidémie se prolonge rapidement. C'est pourquoi nous avons pris de nouvelles mesures drastiques", a déclaré le ministre de la Santé Alain Berset.

>> Lire aussi: Pas de confinement général en Suisse, mais les réunions de plus de 5 personnes sont interdites

Les mesures pour protéger la population

- Pas de confinement général du pays, mais interdiction de tout rassemblement de plus de cinq personnes.

- Les polices peuvent infliger des amendes de 100 francs par personne concernée en cas de non respect des règles en vigueur.

- Les industries et les chantiers continuent de fonctionner, tout comme les commerces d'alimentation et les pharmacies, ainsi que les transports publics.

- Un appel à la responsabilité de chacun a été lancé par Alain Berset:  "Chaque personne a un rôle à jouer, tout le monde est concerné.". Et de s'adresser aussi aux plus jeunes, qui ont parfois l'impression que cette question ne les concerne pas.

>> La déclaration d'Alain Berset devant la presse:

CORONA_BERSET(2)
L'actu en vidéo - Publié le 20 mars 2020

Les mesures pour l'économie

- Le ministre de l'Economie Guy Parmelin a annoncé une nouvelle enveloppe de 32 milliards pour le monde économique, qui s'ajoute aux 10 milliards déjà mis sur la table il y a une semaine.

- Le nouveau paquet prévoit 20 milliards pour que les entreprises qui rencontrent des problèmes de liquidités obtiennent des crédits bancaires transitoires. Le Conseil fédéral va demander aux Chambres fédérales un crédit d’engagement urgent.

- Les entreprises frappées par la crise auront la possibilité de différer provisoirement et sans intérêt le versement des contributions aux assurances sociales (AVS, AI, APG, AC). Ces mesures s’appliquent également aux indépendants dont le chiffre d’affaires a chuté.

- Des facilités sont prévues pour les entreprises dans le domaine fiscal notamment pour la TVA, certains droits de douane, des impôts spéciaux à la consommation. Cela vaut jusqu'au 31 décembre 2020. Aucun intérêt moratoire ne sera perçu. Poursuites et faillites sont suspendues jusqu'au 4 avril.

- Le droit à l’indemnité en cas de réduction de travail sera étendu. Le chômage partiel pourra désormais être octroyé aux temporaires. La perte de travail sera également comptabilisée pour les personnes qui sont en apprentissage. Le délai de carence pour pouvoir bénéficier du chômage partiel est supprimé.

- Les parents qui doivent interrompre leur activité professionnelle pour s’occuper de leurs enfants peuvent prétendre à une indemnisation. Il en va de même en cas d’interruption de l’activité professionnelle en raison d’une mise en quarantaine ordonnée par un médecin.

- Les entreprises qui sont confrontées à des problèmes de liquidités pourront s'adresser directement auprès de leur banque. Celle-ci pourra immédiatement autoriser un crédit de jusqu'à 500'000 francs. La Confédération se porte caution. Aucun examen sera nécessaire de la part de la banque.

- Pour les crédits de plus de 500'000 francs, le cautionnement est assuré à hauteur de 15% par la banque et de 85% par la Confédération. Les intérêts seront "très bas", selon le conseiller fédéral en charge des Finances Ueli Maurer. Ces taux seront discutés et communiqués ces prochains jours. L'ordonnance doit encore être avalisée. Elle sera présentée mercredi prochain.

- Guy Parmelin a aussi annoncé qu'une somme de 270 millions a été allouée au domaine de la culture, pour soutenir les artistes et organisations en difficulté.

- Concernant le sport, le Conseil fédéral prévoit un montant de 100 millions, à savoir 50 millions pour les organisations sportives et 50 millions pour éviter les problèmes de liquidités.

- Enfin dans le domaine du tourisme, la Confédération renforce son soutien. Elle renonce à un remboursement total d'un prêt accordé à la Société suisse de crédit hôtelier (SCH). Cette dernière disposera ainsi de 5,5 millions de francs supplémentaires.

>> La déclaration de Guy Parmelin devant la presse:

Guy Parmelin lors d'une conférence de presse sur le coronavirus.
L'actu en vidéo - Publié le 20 mars 2020

La Confédération peut assumer

Prenant la parole après ses deux collègues du Conseil fédéral, le ministre des Finances Ueli Maurer a assuré que la Confédération est à même de mettre à disposition 42 milliards de francs, car "nous avons un budget très sain, nous avons remboursé les dettes et mis un frein aux dépenses".

Le grand argentier a ajouté que cet excédent de recettes, qui a parfois été critiqué, fait que la Confédération peut apporter son aide rapidement et sans complication.

Ueli Maurer a encore précisé que la place financière suisse était saine et forte, car toutes les mesures concernant les banques too big to fail avaient été mises en oeuvre.

>> La déclaration d'Ueli Maurer devant la presse:

CORONA_MAURER
L'actu en vidéo - Publié le 20 mars 2020

boi/fme avec ats

Publié le 20 mars 2020 à 17:53 - Modifié le 20 mars 2020 à 21:04

Des mesures saluées par les partis...

Aussi bien les syndicats que le patronat et les partis saluent le plan économique présenté par le Conseil fédéral. Ces mesures, tant attendues, offrent un soutien nécessaire et urgent aux personnes travaillant dans la culture, aux indépendants, aux personnes employées à temps partiel et aux PME. Certains estiment qu'il en faudra encore davantage.

Les mesures du gouvernement correspondent aux exigences déjà formulées par le PS, écrit le parti. Si nécessaire, le PS attend du Conseil fédéral qu’il étende encore l’aide économique apportée, et qu’il la rende disponible rapidement et sans bureaucratie superflue.

Pour le PLR, les mesures économiques apportent à leur tour des réponses longtemps attendues, notamment pour les milliers de PME et d’indépendants qui doivent actuellement résoudre des problèmes existentiels. Le PLR rappelle qu’il a en grande partie revendiqué ces mesures dans une lettre envoyée il y a deux jours au Conseil fédéral.

Pour le PDC, il est capital de fournir de l'aide de manière pragmatique et non-bureaucratique. A moyen et long terme, le parti estime qu'il faudra encore d'autres mesures afin de rattraper les conséquences structurelles de la crise actuelle.

...les syndicats et le monde économique

Le syndicat syndicom salue notamment le soutien financier aux indépendants sous la forme d’une indemnité journalière, sur le modèle du régime des allocations pour perte de gain. Toutefois, les syndicats doivent être impliqués comme partenaires sociaux dans la mise en œuvre de ces décisions. De cette manière, une application uniforme des mesures en faveur de la protection de la santé sur le lieu de travail peut être assurée.

Les décisions du Conseil fédéral répondent à des revendications importantes de l’Union syndicale suisse (USS), écrit celle-ci, comme les mesures de facilitation du chômage partiel et introduction d’une garantie des salaires pour les parents qui doivent rester chez eux pour s’occuper de leurs enfants.

Travail.Suisse soutient le Conseil fédéral dans ses mesures, qualifiées d'incisives, pour endiguer le coronavirus. Les mesures parallèles pour enrayer la chute économique et garantir les emplois sont également très importantes. Le paquet est un signal important pour les travailleurs et travailleuses. Il faudra toutefois encore davantage "pour que la promesse ne reste pas seulement de belles paroles".

Pour Unia, les nouvelles mesures du gouvernement sont un pas dans la bonne direction pour atténuer à court terme les conséquences économiques et sociales de la crise. Toutefois, le problème du manque d'application des mesures de protection dans les entreprises demeure, déplore le syndicat.

Economiesuisse soutient également le paquet de mesures, car la situation est devenue dramatique pour de nombreuses entreprises. C'est la bonne réponse aux défis que pose la pandémie du coronavirus. La décision du Conseil fédéral de ne pas décréter le confinement généralisé est aussi importante que les mesures de soutien. La Suisse a besoin d’un tissu économique performant. C’est à cette condition qu’un retour à la normale sera possible à bref délai une fois la crise terminée et qu’il sera possible de garantir les emplois et les salaires des employés.

Pour l'Union patronale suisse, le paquet permet l'injection de liquidités dans les secteurs les plus touchés. Ce "parapluie" substantiel protège l'économie helvétique de dommages plus graves encore. Il s'agira de garantir un accès rapide et simple aux mesures d'aide.

En adoptant ces mesures concrètes, le Conseil fédéral met en œuvre le principe "PME d'abord", comme l'Union suisse des arts et métiers (usam) le demandait, observe celle-ci. Grâce à ces fonds, les PME, et en particulier les micro-entreprises, peuvent obtenir rapidement les liquidités qui leur sont actuellement indispensables.