Une tente de triage à l'hôpital de Lugano.

Coronavirus en Suisse

Publié le 20 mars 2020 à 13:00 - Modifié le 21 mars 2020 à 06:46

Pas de confinement général en Suisse, mais les réunions de plus de 5 personnes sont interdites

- Le Conseil fédéral ne souhaite pas imposer le confinement général en Suisse, comme certains le demandaient. Lors de sa séance de vendredi, le gouvernement a toutefois décidé d'interdire tous les rassemblements de plus de cinq personnes.

- "L'heure est grave et les prochains jours seront difficiles", a déclaré le ministre de la Santé Alain Berset, précisant que tout le monde doit absolument respecter ces mesures pour qu'elles soient efficaces.

- Cette annonce intervient alors que l'épidémie de coronavirus ne fléchit pas en Suisse. L'Office fédéral de la santé publique a annoncé à la mi-journée un total de 4840 cas positifs. Selon un décompte de l'ats, la pandémie a fait 48 morts dans le pays.

- Le Conseil fédéral a par ailleurs libéré 32 milliards de plus pour soutenir les entreprises. Cette enveloppe s'ajoute aux 10 milliards déjà mis à disposition de l'économie.

- Face à l'augmentation exponentielle du nombre de cas, le monde médical tire la sonnette d'alarme et alerte sur un proche manque de matériel, notamment de masques, et de personnel pour faire face à l'épidémie.

- Dans un message officiel publié mardi et diffusé régulièrement le Conseil fédéral rappelle qu'il faut rester à la maison (en particulier si on est malade ou âgé de 65 ans ou plus). Il appelle à ne sortir que si on doit aller travailler (télétravail pas possible), aller chez le médecin ou à la pharmacie, faire les courses ou aider un proche.

Suivi assuré par RTSinfo.

Événements clés
Afficher
Masquer

  • 22h50

    Les hommages au personnel soignant continuent

    De la musique, du bruit, des sons discordants. Et puis surtout, des applaudissements, beaucoup d’applaudissements. Deux mains qui s’entrechoquent, inlassablement.

    Un son qui raisonne partout en Suisse depuis plusieurs soirs pour atteindre les couloirs des urgences, des services de réanimation…Un son qui signifie merci.

    >> A regarder, le sujet du 19h30:

    Les actions de solidarité en soutien au personnel médical
    19h30 - Publié le 20 mars 2020

  • 22h00

    La visioconférence, un système D à la place des visites à l'hôpital

    Le téléphone en visioconférence à la place des visites à l’hôpital, l’idée vient des médecins du service des soins intensifs des HUG. Face à l’épidémie de coronavirus, ce système D s’est imposé pour permettre aux familles d’avoir des nouvelles de leurs proches hospitalisés parfois dans un état critique.

    "On est complètement déboussolés dans cette situation parce qu’on a aussi besoin de parler avec les proches et les proches ont besoin de nous. Il faut être inventifs, c’est essentiel, explique Jérôme Pugin, médecin-chef des soins intensifs à Genève. Il suffit maintenant d’équiper chaque box avec un smartphone et notre personnel est ravi de pouvoir offrir ça aux familles de nos patients. Les patients ne s’en rendent pas compte, mais pour les familles c’est si important".

    >> Voir le sujet complet du 19h30:

    Les soins intensifs des hôpitaux s'organisent pour permettre le contact entre les malades et leurs proches
    19h30 - Publié le 20 mars 2020
     

  • 21h45

    Stephan Eicher se mobilise

    Tous les soignants le disent, la meilleure façon de les aider est de rester chez soi autant que possible et de limiter au maximum les contacts. L'équipe du professeur Didier Pittet multiplie ses campagnes et elle a maintenant le renfort de Stephan Eicher.

    Lui-même confiné en Carmargue, le chanteur lance un appel à rester chez soi.

    >> L'interview de Stephan Eicher dans le 19h30:

    Stephan Eicher s'engage pour faire respecter les règles de confinement afin de protéger la population
    19h30 - Publié le 20 mars 2020

  • 21h30

    Toujours pas de données nationales exhaustives sur la situation hospitalière

    Depuis le début de cette crise sanitaire d'une ampleur inédite, l'Office fédéral de la santé (OFSP) n'a jamais obtenu de chiffres complets sur la situation traversée par l'ensemble des hôpitaux du territoire suisse. Les regards se sont alors tournés vers l'armée, chargée par le Conseil fédéral de faire remonter les informations depuis le terrain.

    La RTS a appris que le canal d'information prévu connaissait des difficultés. Taux d'occupation des soins intensifs ou nombre de respirateurs artificiels disponibles, le Système d'information et d'intervention (SII) du Service sanitaire coordonné (SSC) n'a toujours pas permis d'obtenir une vision exhaustive et à jour.

    >> Plus d'informations sur les raisons de ce dysfonctionnement: Toujours pas de données nationales exhaustives sur la situation hospitalière

  • 21h15

    Des critères en cas de surcharge en soins intensifs

    L'Académie suisse des sciences médicales (ASSM) et la Société suisse de médecine intensive (SSMI) ont publié vendredi des directives communes sur les décisions en matière de tri des patients dans les unités de soins intensifs.

    Tant que des ressources suffisantes sont disponibles, tous les patients nécessitant des soins intensifs sont admis et traités selon des critères établis. Si une situation d'urgence se présente avec un grand nombre de patients gravement malades, des décisions de rationnement s'imposent, écrit l'ASSM.

    Une telle situation accroît massivement la pression sur le personnel médical. Il est donc d'autant plus important que des critères comparables soient appliqués dans toute la Suisse pour l'admission et le maintien aux soins intensifs.

    Traités selon les mêmes critères

    Les patients atteints par le Covid-​19 et les autres patients nécessitant des soins intensifs sont traités selon les mêmes critères.

    Si, en raison d’une surcharge totale des capacités, des patients ayant besoin de soins intensifs doivent être refusés, le pronostic à court terme est le facteur décisif pour le triage, souligne l'ASSM.

    Néanmoins, l’âge est indirectement pris en compte dans le cadre du critère "pronostic à court terme", car les personnes âgées souffrent plus souvent de comorbidités. Enfin, d'autres critères mentionnés dans la littérature comme "premier arrivé, premier servi" ou la priorité aux personnes ayant une valeur sociale élevée ne doivent pas être appliqués, selon l'ASSM.

    Choix transparents

    Lorsque des décisions de triage doivent être prises, la confiance doit être maintenue dans les circonstances les plus difficiles. C'est pourquoi il importe que des critères de rationnement objectifs et des processus équitables soient appliqués de manière transparente à tout moment, conclut l'Académie.

    Les patients dont le pronostic de sortie de l’hôpital est favorable avec une thérapie de soins intensifs, mais défavorable sans soins intensifs, ont la priorité absolue. Par ailleurs, l’âge n’est pas en soi un critère à prendre en compte. Tout comme le sexe, le lieu de résidence, la nationalité, l'appartenance religieuse, le statut social, le statut d'assuré ou un éventuel handicap chronique.

  • 21h00

    Les cliniques privées en soutien des hôpitaux publics

    Partage de personnel, prêt de matériel et mise à disposition de lits: face à l'afflux attendu de patients atteints du Covid-19, tous les cantons romands ont instauré une collaboration inédite avec les cliniques privées pour soulager les établissements publics.

    >> Plus d'informations dans l'article suivant:

    Face au Covid-19, les cliniques privées prêtes à soulager les hôpitaux publics 

  • 20h30

    Podcast: le "panic buying"

    Vous connaissez le "panic buying"? Ce besoin compulsif d’acheter des produits de première nécessité en prévision du pire? C’est ce que nous avons toutes et tous observé dans les magasins ces derniers jours. Nous avons tendance à juger les personnes qui y succombent alors que cela pourrait nous arriver à nous aussi d’agir ainsi, sous l’effet de la peur de manquer. David Sander, prof à la faculté de psychologie et des sciences de l’éducation nous aide à comprendre ce qui se joue dans nos cerveaux quand on agit ainsi. C’est l’épisode 3 de "La vie aux temps du coronavirus".

    Logo La vie aux temps du coronavirus
    RTS
    La vie aux temps du coronavirus - Publié le 19 mars 2020

  • 20h00

    Retour sur l'annonce du Conseil fédéral

    "L'aide arrive, on travaille même jour et nuit pour aider": tels sont les mots de Guy Parmelin pour montrer à l'économie que le Conseil fédéral veut à tout prix éviter les faillites et amortir les lourdes conséquences financières du coronavirus.

    >> Le détail des mesures dans le 19h30:

    Le conseil fédéral débloque 42 milliards pour atténuer les conséquences économiques
    19h30 - Publié le 20 mars 2020

    Le gouvernement a ainsi débloqué 32 milliards de francs pour tenter d'atténuer l'impact économique de la propagation du coronavirus. Cette nouvelle enveloppe s'ajoute aux 10 milliards déjà mis sur la table il y a une semaine.

    Le but de ces mesures, c'est de sauvegarder les emplois, garantir les salaires et soutenir les indépendants.

    >> Les précisions de Guy Parmelin dans Forum:

    Le Conseil fédéral annonce son paquet économique: interview de Guy Parmelin
    Forum - Publié le 20 mars 2020

    >> Lire aussi: La Confédération libère plus de 40 milliards pour soutenir l'économie

  • 19h45

    Les promeneurs soulagés de ne pas être confinés

    Une semaine auparavant, la prise de conscience semblait encore lointaine au sein de la population romande. Les réactions recueillies aujourd’hui montrent pourtant un changement dans les mentalités, en témoigne une jeune femme à Genève: "On essaie de ne pas trop se toucher, respecter les distances. On fait toujours attention lorsque l’on parle, lorsque l’on mange. Chacun de nous a un masque". A Lausanne, une passante profite du bord du lac: "Etre confiné, ça engendre des problèmes de santé mentale et physique. Sortir, tout en respectant les consignes, ça me semble être du bon sens".

    >> Voir aussi le sujet du 19h30 en Suisse romande:

    La prise de conscience des promeneurs face aux mesures annoncées par le Conseil fédéral
    19h30 - Publié le 20 mars 2020
     

  • 19h10

    Ne pas oublier les violences domestiques

    Le confinement partiel destiné à enrayer la pandémie de coronavirus augmente le risque de violences conjugales et intrafamiliales. A Genève, les prestations pour protéger les victimes sont maintenues malgré la situation sanitaire.

    En cas de crainte pour l'intégrité d'une personne ou de sa famille, il convient d'appeler la police au 117. La police peut, si besoin, prendre une mesure administrative afin d'éloigner l'auteur des violences et de maintenir les autres membres de la famille en sécurité à domicile. Selon la situation, les victimes peuvent aussi être accompagnées dans un foyer.

    Le rôle des témoins, notamment du voisinage, est essentiel.

    Informations: https://www.ge.ch/dossier/prevenir-violences-domestiques

    Téléphone (24h/24): 0840 110 110

  • 19h00

    "Le confinement était inévitable", dit Mauro Poggia

    Le conseiller d’Etat genevois Mauro Poggia s’est aussi exprimé dans Forum vendredi à propos des nouvelles mesures prises par le Conseil fédéral. Partisan d’un confinement strict, il n’a pas été entendu: "Pour moi, cette solution était inévitable car nous avons toujours une partie de la population qui n’a pas saisi la gravité de la situation. Je pense qu’en regardant les chiffres, leur évolution nous font penser que nos structures sanitaires vont être engorgées et je ne peux pas accepter que notre pays se retrouve à choisir qui a le droit de vivre ou de mourir. Je préfère avoir des mesures qui vont au-delà du nécessaire, plutôt que d’être en-deçà".

    Mauro Poggia a encore précisé que dès demain "il y aura certainement des contraventions" pour les personnes qui ne respectent pas les règles imposées par le Conseil fédéral, notamment en matière de réunion. Il n’envisage toutefois pas encore la fermeture des parcs et des rives. "Si les gens sont disciplinés, l’accès au parc est indispensable pour autant que les personnes ne s’y regroupent pas.

    >> Les précisions de Forum:

    Le Conseil fédéral renonce au confinement strict: interview de Mauro Poggia
    Forum - Publié le 20 mars 2020

  • 18h45

    Deux nouveaux décès dans le canton de Vaud

    Le canton de Vaud enregistre deux nouveaux décès dus au coronavirus, ce qui porte à sept le nombre total. 140 personnes sont hospitalisées, dont 32 aux soins intensifs.

    Le nombre de personnes testées positives au virus s'élève à plus de 1200 cas. "Ce chiffre est en pente régulière. Nous avons beaucoup de cas", a dit vendredi le médecin cantonal adjoint Eric Masserey, qui ajoute que le canton "dépiste proportionnellement plus qu'ailleurs".

    Les personnes hospitalisées sont réparties dans tous les établissements du canton, dont une grande partie au CHUV à Lausanne (61) et au nouvel hôpital de Rennaz (20); 52 personnes ont pu regagner leur domicile après un séjour à l'hôpital.

  • 18h30

    Partenaires sociaux satisfaits

    Après les nouvelles annonces de soutien à l’économie national du Conseil fédéral, les différents partenaires sociaux se montrent globalement satisfaits. Interrogé dans Forum, le président de l’Union syndicale suisse, Pierre-Yves Maillard, salue notamment la réactivité du gouvernement et la rapidité d’exécution de l’administration fédérale pour trouver des solutions. L’ancien conseiller d’Etat vaudois regrette toutefois une chose: "On parle peut de la libéralisation du temps de travail dans le domaine des soins édicté par le Conseil fédéral. Cela a été fait sans consultation", regrette-t-il.

    Du côté d’Economiesuisse, la présidente Monika Rühl salue les mesures "en particulier l’extension du chômage partiel et la simplification des procédures. Mais aussi les différentes propositions faites pour assurer les liquidités des entreprise, car certaines sont dans une situation difficile et ne pourront peut-être pas survivre jusqu’au mois d’avril".

    Pour les travailleurs indépendants finalement, Thomas Birbaum, secrétaire général de l’union, "salue les décisions courageuses du Conseil fédéral pour permettre aux gens de toucher un revenu temporaire. C’est le bon état des finances de la Confédération qui permet cela", rappelle-t-il, plaidant aussi maintenant pour une administration en ligne qui soit rapide.

    >> Voir aussi les interventions complètes des invités dans Forum:

    Réactions des partenaires sociaux au paquet économique
    Forum - Publié le 20 mars 2020

    >> Voir aussi le débat de Forum avec Céline Amaudruz (UDC/GE), Johanna Gapany (PLR/FR), Charles Juillard (PDC/JU) et Adèle Thorens (Les Verts/VD):

    Le débat - Réaction des politiques aux décisions du jour
    Forum - Publié le 20 mars 2020
     

  • 18h15

    Crainte autour des crèches

    Les crèches de Suisse lancent un cri d'alarme. Elles craignent que la crise du coronavirus n'aboutisse à un démantèlement des structures actuelles, ce qui provoquera une "crise de l'accueil". La situation financière de ces institutions est aussi jugée très préoccupante.

    Pour Prisca Mattanza, la porte-parole de la Fédération suisse pour l’accueil de jour de l’enfant (Kibesuisse), "la plupart des crèches, qui sont des organisations à but non lucratif, sont ébranlées" par la crise actuelle. Des solutions devront être trouvées pour garantir les liquidités des institutions, par exemple sous la forme d'un fonds d'urgence. Prisca Mattanza appelle aussi à élargir les indemnisations pour le chômage partiel.

    La fédération s'inquiète aussi de voir apparaître des "structures d'accueil parallèles". Dans le domaine de la petite enfance en particulier, une prise en charge dans un cadre familier, avec toujours les mêmes personnes de référence, est très important.

  • 18h10

    Explosion des cas à Zurich

    le nombre de cas confirmés de coronavirus a augmenté de près de 50% entre jeudi et vendredi dans le canton de Zurich. Les autorités annoncent 773 cas soit 247 de plus que le total indiqué la veille.

    Il s'agit d'une augmentation de 47% en 24 heures. Canton le plus peuplé de Suisse, Zurich n'est toutefois pas celui qui compte le plus de cas de Covid-19 en chiffres absolus. Vaud et le Tessin en comptent davantage.

    Le nombre de décès zurichois en raison du coronavirus n'a pas évolué, précise le département de la santé. Ce dernier recense trois victimes.

  • 18h00

    Règles assouplies pour les transports publics

    Les entreprises de transports publics et de fret ferroviaire pourront faire travailler leurs collaborateurs même si les attestations d’aptitude médicale et les certificats de compétence professionnelle ne sont plus à jour. La Confédération veut faire face à un risque de pénurie due à la pandémie de coronavirus.

    Ces collaborateurs doivent pouvoir continuer à travailler à condition que leurs employeurs n’aient pas d’indices concrets d’une éventuelle restriction de l’aptitude médicale, indique vendredi l'Office fédéral des transports (OFT).

  • 17h00

    Payot.ch arrête la vente en ligne

    Le groupe de librairies Payot a annoncé qu'après la fermeture des librairies physiques lundi, c'est la vente en ligne sur le site payot.ch qui est temporairement suspendue depuis jeudi.

    Payot dit avoir fait le constat que la solution instaurée depuis la fermeture des magasins pour pouvoir continuer à traiter les commandes de plus en plus nombreuses sur payot.ch, ne "permettait pas de garantir le strict respect des règles de sécurité pour protéger notre personnel".

    La société ajoute que les fournisseurs diminuent leur activité ou la cessent temporairement, ce qui rend le réassortiment des livres impossible et que la poste est complètement engorgée.

    Toutes les commandes enregistrées au jeudi 19 mars à 18h seront encore traitées ces prochains jours.

  • 17h00

    La RTS adapte ses programmes

    La RTS adapte ses programmes à la situation exceptionnelle causée par l'épidémie de coronavirus. Elle a repensé sa grille dans le but de préserver ses équipes et d'offrir le plus d'émissions de service public possibles. Les programmes seront modifiés dès lundi, a fait savoir vendredi la RTS.

    Couleurs locales, à 19h00, est une des émissions à faire les frais de la crise liée au Covid-19. Le journal d'informations régionales est remplacé par un nouveau rendez-vous baptisé "AntiVirus". Le talk sera animé par Alexis Favre, et ponctuellement par Catherine Sommer ou Darius Rochebin. L'émission donnera la parole aux Romands.

    Côté informations, le téléjournal de 12h45 ne durera plus que 15 minutes. En revanche, l'édition du 19h30 se maintient dans un format inchangé. Les magazines Mise au point et TTC s'arrêtent à l'issue de leurs prochaines éditions, respectivement dimanche 22 mars et lundi 23 mars. Géopolitis et Pardonnez-moi seront en rediffusion.

    RTS Découverte lancera dès jeudi prochain une émission éducative quotidienne du lundi au vendredi de 15h00 à 16h00 sur RTS2 pour les enfants et ados intitulée "Y'a pas encore?" pour réviser le programme scolaire ailleurs que sur les bancs d'école. Et propose toujours ses dossiers pédagogiques sur RTSDécouverte.ch

  • 16h45

    Témoignage d'un soldat mobilisé

    Patrick M.* est soldat de milice. Mardi soir, comme beaucoup d’autres, il a été mobilisé par l’armée suisse. Il a dû faire son paquetage et se rendre dans une caserne de Suisse romande où il est actuellement en attente d’action de soutien aux hôpitaux civils.

    Arrivé à la caserne, le milicien a dû répondre à un questionnaire de santé et​ une prise de température a été effectuée. En revanche, pas de test de dépistage automatique du Covid-19 pour l’ensemble des soldats mobilisés: "L’armée a uniquement testé les gens qui avaient des symptômes grippaux et les a mis à l’écart", explique Patrick M., précisant que ceux qui estimaient être en forme et qui n’avaient pas été en contact avec le virus étaient considérés comme aptes par l’armée.

    A la caserne, on essaie de marcher au pas: "L’encadrement est bien. Ils font ce qu’ils peuvent. On est régulièrement rappelé à l’ordre pour respecter une distance interpersonnelle. Les dortoirs ont été espacés de même que les places à la cantine. Il n’empêche, nous sommes quand même entre 12 et 14 par chambre et je ne suis pas convaincu que la règle des deux mètres soit toujours respectée", avoue le soldat, qui explique par ailleurs que son bataillon nettoie les locaux deux fois par jour.

    Et ce qui ne convainc par non plus Patrick M., c’est la mobilisation d’une armée de milice en temps de pandémie: "Pour moi, c’est une aberration. On ramène des gens qui ont traîné on ne sait pas où dans un même endroit, alors qu’il y a des mesures de confinement pour le civil. On a été informé que des bataillons déjà engagés au Tessin et en Suisse alémanique ont été infectés. Certains sont même décimés à 50% à cause du virus".

    Selon les informations du milicien, masques et désinfectant sont toujours aux abonnés absents. "On doit simplement se laver les mains régulièrement", précise Patrick M. S’il n’a pas peur de tomber malade, le soldat craint surtout le fait de venir gonfler les rangs des personnes infectées. Et en attendant leur déploiement dans un hôpital civil, Patrick M. et le reste de son bataillon font de l’instruction pour se préparer au mieux.

    *Nom d'emprunt

  • 16h30

    Deux nouveaux cas à Genève

    Deux nouveaux décès ont été annoncés à Genève, ce qui porte à sept le nombre de victimes dans le canton. Avec 197 personnes testées positives, le nombre total de diagnostics positifs passe à 873. Des jeunes sont aussi hospitalisés.

    Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) comptent 22 patients aux soins intensifs, don 21 sous respirateur artificiel. L'épidémie est dans une phase ascendante, a fait savoir Adrien Bron, directeur général de la direction de la santé. Le canton dispose de suffisamment de respirateurs artificiels.

    Les ressources du canton sont désormais fédérées pour assurer la prise en charge des patients qui doivent être hospitalisés. Les HUG centralisent les malades du coronavirus. Lorsque ses capacités d'admission seront dépassées, les cliniques privées prendront le relais. Elles participent déjà activement à la prise en charge ambulatoire et au dépistage, avec le Réseau d’urgence genevois.

    Aux HUG comme dans les cliniques privées, le programme opératoire va être fortement réduit. Toute intervention qui ne peut pas être repoussée de plus de trois mois sans risque vital ou fonctionnel sera effectuée dans le cadre de la collaboration entre les HUG et les cliniques. Les autres seront repoussées à plus tard.

  • 16h10

    Le Jura se prépare

    Même si le canton du Jura a été jusqu'à présent relativement épargné par les effets du coronavirus, l'Hôpital du Jura (H-JU) se prépare à accueillir des cas lourds nécessitant des soins spécialisés. Pour l'instant, l'établissement affirme avoir la situation sous contrôle.

    Les prestations chirurgicales non essentielles ont été reportées pour libérer des forces de travail et des locaux. Certains soignants ont été réaffectés et formés pour épauler les services qui sont soumis à une forte pression comme les urgences et les soins intensifs, a annoncé vendredi l'H-JU.

    Au niveau de l'infrastructure, des tentes ont été montées devant le bâtiment et des cloisons étanches ont été dressées dans les locaux pour séparer les zones propres des zones infectées. Du personnel extérieur a aussi été engagé pour renforcer les effectifs.

  • 15h45

    Ueli Maurer: la Confédération peut assumer

    Prenant la parole après ses deux collègues du Conseil fédéral, le ministre des Finances Ueli Maurer a assuré que la Confédération est à même de mettre à disposition 42 milliards de francs, car "nous avons un budget très sain, nous avons remboursé les dettes et mis un frein aux dépenses".

    Le grand argentier a ajouté que cet excédent de recettes, qui a parfois été critiqué, fait que la Confédération peut apporter son aide rapidement et sans complication.

    Ueli Maurer a encore précisé que la place financière suisse était saine et forte, car toutes les mesures concernant les banques too big to fail avaient été mises en oeuvre.

    >> La déclaration d'Ueli Maurer devant la presse:

    CORONA_MAURER
    L'actu en vidéo - Publié le 20 mars 2020

    Concrètement, a expliqué le Zurichois, les entreprises qui sont confrontées à des problèmes de liquidités pourront s'adresser directement auprès de leur banque. Celle-ci pourra immédiatement autoriser un crédit de jusqu'à 500'000 francs. La Confédération se porte caution. Aucun examen sera nécessaire de la part de la banque.

    Pour les crédits de plus de 500'000 francs, le cautionnement est assuré à hauteur de 15% par la banque et de 85% par la Confédération. Les banques sont d'accord, a assuré le ministre des finances. Et d'ajouter que les intérêts seront très bas.

    L'ordonnance doit encore être avalisée. Elle sera présentée mercredi prochain.

  • 15h35

    Les chantiers ne doivent pas fermer

    Les chantiers ne doivent pas être obligatoirement fermés. Si les recommandations de l'OFSP et du SECO sont suivies, le travail peut continuer, a indiqué Guy Parmelin.

    Les syndicats demandent depuis plusieurs jours que les travailleurs du bâtiment soient aussi protégés de l'épidémie. Mais pour le chef de l'Economie, il n'y a pas lieu d'empêcher le travail sur les chantiers. Il revient à la SUVA de contrôler que les nouvelles normes en matière de santé sont respectées.

    Il revient ensuite aux cantons d'intervenir si les prescriptions ne sont pas suivies, a complété le ministre de la santé Alain Berset.

  • 15h25

    Le Conseil fédéral libère 32 milliards pour les entreprises

    Le Conseil fédéral a aussi annoncé avoir libéré 32 milliards de plus pour soutenir les entreprises. Cette enveloppe s'ajoute aux 10 milliards déjà mis à disposition de l'économie.

    "Une partie de notre économie se trouve dans un état d'exception. Nous sommes tous concernés de manière directe ou indirecte", a déclaré le ministre de l'Economie Guy Parmelin devant la presse, précisant que "notre économie fonctionne aujourd'hui à 80% de sa capacité".

    "Avec ces fonds, le Conseil fédéral souhaite éviter au maximum les cas insurmontables et veut accorder un soutien aux entreprises pour qu'elles puissent accorder des salaires à leurs employés", a ajouté l'élu vaudois. Il s'agit aussi d'éviter les licenciements, notamment des apprentis.

    >> La déclaration de Guy Parmelin devant la presse:

    CORONA_PARMELIN
    L'actu en vidéo - Publié le 20 mars 2020

    La première mesure annoncée par le gouvernement vise à faciliter l'accès aux crédits bancaires pour toutes les entreprises qui étaient saines avant de connaître des difficultés. Le Conseil fédéral va demander aux Chambres fédérales un crédit d’engagement urgent.

    Les entreprises frappées par la crise auront la possibilité de différer provisoirement et sans intérêt le versement des contributions aux assurances sociales (AVS, AI, APG, AC). Ces mesures s’appliquent également aux indépendants dont le chiffre d’affaires a chuté.

    Le droit à l’indemnité en cas de réduction de travail sera étendu. Le chômage partiel pourra désormais être octroyé aux temporaires. La perte de travail sera également comptabilisée pour les personnes qui sont en apprentissage. Le délai de carence pour pouvoir bénéficier du chômage partiel est supprimé.

    Les parents qui doivent interrompre leur activité professionnelle pour s’occuper de leurs enfants peuvent prétendre à une indemnisation. Il en va de même en cas d’interruption de l’activité professionnelle en raison d’une mise en quarantaine ordonnée par un médecin.

  • 15h15

    Pas de confinement en Suisse, mais les réunions de plus de 5 personnes sont interdites

    Le Conseil fédéral n'a pas imposé de confinement général aux Suisses. Durant sa séance de vendredi, il a toutefois décidé de durcir les mesures: les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits dans tout le pays, que ce soit dans la rue, dans les parcs ou sur les places publiques. La distance sociale d'au moins deux mètres doit être respectée pour les groupes de moins de cinq personnes.

    Les polices peuvent infliger des amendes de 100 francs par personne concernée en cas de non respect des règles.

    "La Suisse est un pays où l'épidémie se prolonge rapidement. C'est pourquoi nous avons pris de nouvelles mesures drastiques", a déclaré le ministre de la Santé Alain Berset devant la presse, insistant toujours sur le fait qu'il faut tout faire pour protéger les personnes les plus vulnérables et pour éviter que les soins intensifs soient débordés.

    >> La déclaration d'Alain Berset devant la presse:

    CORONA_BERSET(2)
    L'actu en vidéo - Publié le 20 mars 2020

    "L'heure est grave et les prochains jours seront difficiles", a ajouté le Fribourgeois, en assurant que les mesures ne fonctionneront que si elles trouvent l'adhésion de tout le monde en Suisse. "Chaque personne a un rôle à jouer, tout le monde est concerné", a-t-il encore déclaré. Et de s'adresser aussi aux plus jeunes, qui ont parfois l'impression que cette question ne les concerne pas.

    Alain Berset a précisé que le Conseil fédéral avait évoqué la question du confinement complet et qu'il en avait conclu que les décisions prises actuellement en Suisse étaient proches de celles des pays voisins. Et d'ajouter que le pays a besoin d'une industrie et de chantiers qui continuent de fonctionner, de commerces qui accueillent des clients et de pharmacies qui fournissent des médicaments.

    "Nous ne faisons pas de la politique spectacle. Ce qui compte ce ne sont pas les quinze secondes de l'annonce. Ce qui compte ce sera l'adhésion de la population aux mesures", a encore affirmé Alain Berset. "Ce n'est pas le confinement qui nous protège, mais notre comportement", a-t-il conclu.

  • 15h10

    Sept nouveaux morts au Tessin, 22 au total

    Le Tessin a enregistré sept nouveaux décès dus au coronavirus. Vendredi à la mi-journée, 834 personnes avaient été testées positives au Covid-19. Au total, 22 personnes ont perdu la vie dans le canton depuis le 5 mars.

    Jeudi matin, le nombre de personnes positives étaient encore de 638, a indiqué l'état-major cantonal de conduite lors d'une conférence de presse. Au cours des 24 dernières heures, 196 personnes ont ainsi été infectées par le coronavirus.

    Selon un décompte de Keystone-ATS, le coronavirus a déjà fait au moins 47 victimes en Suisse. Il s'agit principalement de personnes âgées ou souffrant déjà d'autres maladies.

  • 14h00

    Encore beaucoup de gens hors de chez eux

    Les écoles sont fermées, le monde du travail tourne au ralenti, mais il est difficile dans de telles conditions de rester confinés chez soi pour respecter les recommandations du Conseil fédéral. A Lausanne et à Genève, plusieurs irréductibles profitent de la petite marge de tolérance laissée par les autorités pour continuer de prendre du bon temps en plein air.

    A Uri, ce sont les personnes âgées de plus de 65 ans qui n'ont désormais plus le droit de quitter leur domicile. L'état-major de crise cantonal a pris cette décision parce que les seniors ne respectent pas les règles en vigueur.

    Les personnes âgées continuent à aller faire des achats et à se balader. Avec ces mesures, les autorités espèrent les tenir à l'écart des commerces et d'autres institutions.

    >> Voir le sujet du 12h45 consacré à Uri:

    Le canton d'Uri a décidé le confinement des plus de 65 ans depuis hier soir.
    12h45 - Publié le 20 mars 2020

  • 13h30

    Deuxième tour des municipales maintenu à Genève

    Le Conseil d'Etat genevois a confirmé, vendredi, le maintien du second tour des élections municipales, le 5 avril. Le gouvernement va privilégier le vote par correspondance et l'élargir jusqu'à dimanche midi. Il ne sera en revanche pas possible de se rendre dans les locaux de vote, dimanche, car ils seront fermés.

    Des mesures ont aussi été prises pour garantir la sécurité des personnes qui participeront au dépouillement du scrutin. Le processus sera notamment étalé dans le temps.

    Les partis politiques ont été consultés à propos du maintien du second tour des élections municipales. La majorité a soutenu cette décision, estimant que le citoyen a déjà pu se former une opinion lors du premier tour. D'autres, comme l'UDC, le MCG et SolidaritéS s'y sont opposés. SolidaritéS a annoncé un recours devant la Chambre constitutionnelle pour demander l'annulation du scrutin.

    En revanche, les votations cantonales du 17 mai n'auront pas lieu et sont reportées, a fait savoir le Conseil d'Etat genevois.

  • 13h15

    4840 cas désormais recensés en Suisse

    L'épidémie de coronavirus continue sa rapide propagation en Suisse. A la mi-journée vendredi, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) totalisait 4840 cas positifs. C'est environ 1000 de plus que la veille.

    Ce nombre comprend 4176 cas confirmés et 664 cas encore en cours d’analyse après un premier résultat positif. A l'heure actuelle, 43 personnes sont décédées en Suisse des suites de la maladie, selon les chiffres de l'OFSP.

    Tous les cantons suisses et le Liechtenstein sont désormais concernés. Les plus touchés sont le Tessin, avec 230,9 cas pour 100'000 habitants, Vaud (147,5) et Bâle-Ville (145,3).

    L'âge des cas testés positifs va de 0 à 100 ans, avec un âge médian de 51 ans. Au total, 49% des cas sont des hommes et 51% des femmes, mais les premiers sont plus souvent malades à partir de 60 ans. Les adultes sont également nettement plus touchés que les enfants.

  • 10h00

    Le Conseil fédéral s'exprimera cet après-midi

    Le Conseil fédéral se réunit comme à son habitude vendredi matin. Il s'exprimera dans l'après-midi lors d'une conférence de presse qui sera retransmise en direct sur les différents vecteurs de la RTS.

    L'heure précise n'est pas encore communiquée, mais le service de presse de la Confédération indique qu'elle n'aura pas lieu avant 15h au plus tôt.

  • 09h50

    Les hôpitaux neuchâtelois montent en puissance

    Le dispositif du Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNe) monte en puissance afin d'absorber le pic épidémique. Un nombre important de lits a été ouvert dans les unités Covid-19 et les capacités en matière de ventilation mécanique ont été renforcées.

    Des mesures ont été prises pour augmenter le taux d’activité du personnel, engager des collaborateurs et opérer des transferts internes. "Les contacts noués avec les partenaires privés du canton permettront de renforcer le dispositif au besoin", a indiqué vendredi RHNe.

    Le centre opératoire protégé à Pourtalès (Neuchâtel) et la zone spécifique au 6e étage à la Chaux-de-Fonds sont maintenus et renforcés pour séparer les flux ambulatoires. Deux zones supplémentaires de tri avancé seront ouvertes dès que le besoin sera effectif dans le hall du site de La Chaux-de-Fonds et dans une tente installée devant le site de Pourtalès. "Ce dispositif permettra de fluidifier le tri et l’orientation des patients", a ajouté RHNe.

  • 09h45

    Entraide des jeunesses campagnardes vaudoises

    La Fédération vaudoise des jeunesses campagnardes (FVJC) se mobilise pour faire face au coronavirus. Des actions sont mises en place dans une septantaine de villages du canton.

    Différentes aides à la population sont proposées dans chaque localité: courses alimentaires ou à la pharmacie, gardes d'enfants, promenades d'animaux, réceptions de colis à la poste ou transports à la déchetterie. Ces actions sont listées et régulièrement mises à jour sur le site internet de la FVJC.

    Cette aide, gratuite, est effectuée "par des jeunes responsables et conscients des mesures sanitaires de sécurité à respecter", précise vendredi la FVJC dans un communiqué.

  • 09h30

    Guy Parmelin négocie avec l'UE la livraison de matériel de protection

    Guy Parmelin a annoncé vendredi une percée dans la livraison de matériel de protection pour la Suisse. La présidente de la Commission européenne avait déclaré dimanche que l'UE allait bloquer l'exportation de ce matériel en raison de la pandémie de coronavirus.

    Après plusieurs contacts avec le commissaire européen au commerce Phil Hogan, Bruxelles a donné pour instruction aux pays membres de l'Union européenne de ne plus bloquer les exportations de matériel de protection vers la Suisse et les autres pays de l'Association européenne de libre échange (AELE), a écrit vendredi le ministre de l'économie sur Twitter.

    Le conseiller fédéral a remercié la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga et celle de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

    Dans un message publié dimanche sur Twitter, cette dernière avait annoncé que les masques et les autres produits nécessaires à la lutte contre la pandémie ne pourraient être exportés vers des pays tiers qu'avec l'autorisation expresse du gouvernement concerné.

  • 09h20

    Approvisionnement alimentaire assuré si les Suisses savent raison garder

    Produits dévalisés dans les magasins ou indisponibles sur les plateformes en ligne: devra-t-on encadrer voire rationner la vente de certains aliments? L'Office fédéral de l'approvisionnement économique se veut rassurant mais les consommateurs devront aussi se montrer raisonnables.

    >> Lire: Approvisionnement alimentaire assuré si les Suisses savent raison garder

    >> Ecouter le reportage dans La Matinale:

    Si certains étals de supermarchés sont vides, ce n'est que momentanément...
    Urs Füeler - Keystone
    La Matinale - Publié le 20 mars 2020

  • 09h00

    "Il y a des inégalités face au télétravail"

    Isabel Boni-Le Goff a travaillé sur la relation familles-télétravail. Elle est l’une des responsables du Centre d’études genre de l’UNIL et enseigne aussi à UNIGE. En confinement en France, elle répondait au micro de La Matinale par Skype.

    La situation que nous vivons actuellement est inédite, car durant le télétravail des parents, les enfants sont aussi à la maison toute la journée et pour une période assez longue: "Il faut veiller à organiser à la fois le temps et l’espace, autant que possible. Bien sûr, il y a des inégalités et des disparités sociales: tout le monde n’a pas le même espace à la maison pour spécialiser des lieux, des bureaux, des coins où l’on peut travailler…" ou jouer!

    "Contractualiser les règles de vie"

    Selon cette sociologue, qui fut vingt ans businesswoman, il est extrêmement important de se ménager des moments dans la journée: "Il faut aussi veiller à la répartition du travail entre les parents, quand on est dans des familles avec deux parents, pour être sûrs que de manière formelle, chacun sait quand il a le droit d’être tranquille".

    Isabel Boni-Le Goff propose de "contractualiser" les règles de vie pour toute la famille durant cette période de confinement, dans un espace réduit, "afin de trouver un équilibre".

    Il est bon de s’installer dans des routines: "Cela va faire baisser l’anxiété face à la dimension anxiogène de cette crise sanitaire qui s’importe dans la vie familiale".

    >> Voir son interview complète:

    L'invitée de La Matinale (vidéo) - Isabel Boni-Le Goff, sociologue du Centre en Etudes Genre (Unil)
    L'invité-e de La Matinale - Publié le 20 mars 2020

  • 08h40

    Le difficile combat de certaines PME pour obtenir le chômage partiel

    Il y a une semaine, le Conseil fédéral annonçait une réponse rapide et sans bureaucratie en matière de chômage partiel dans les entreprises, face à l'évolution de la pandémie de Covid-19. Mais dans les faits, la situation est très différente.

    >> Lire le témoignage d'un chef d'entreprise: Le difficile combat de certaines PME pour obtenir le chômage partiel

    >> Ecouter aussi son intervention dans La Matinale:

    Synova fabrique des machines de haute technologie - laser notamment - pour l'industrie.
    Synova/YouTube
    La Matinale - Publié le 20 mars 2020

  • 08h25

    Un 4e décès en Valais

    Le Valais a enregistré un quatrième décès dû au coronavirus. Il s'agit d'une personne âgée de 84 ans. Ce décès porte à 40 le nombre de personnes qui ont succombé au virus en Suisse, selon un décompte de Keystone-ATS.

    "Toutes les victimes en Valais faisaient partie de groupes à risque", indique l'Etat sur la page dédiée au COVID-19 de son site internet. Le canton compte actuellement 232 cas confirmés d'infection au coronavirus.

    Afin d'éviter une surcharge des hôpitaux publics, le Valais a prévu au besoin de faire appel à des établissements et institutions sanitaires privés et à leur personnel. Le premier cas d'infection au coronavirus a été détecté en Valais le 28 février 2020.

  • 08h15

    Les magasins d'alimentation s'organisent

    Faire ses courses en cette période de coronavirus n'est pas simple. Pour que les clients prennent le moins de risques possibles, les magasins prennent des mesures. La filière du commerce de détail entend suivre à la lettre les dernières recommandations de l'Office fédéral de la santé publique. Concrètement, il ne doit pas y avoir plus d'une personne pour 10m2 dans les magasins encore ouverts. Comment les grands surfaces s'organisent-elles?

    >> Ecouter le reportage dans La Matinale:

    Covid-19: les grands magasins d'alimentation en Suisse se sont munis de plaques de plexiglas.
    Marcel Bieri - Keystone
    La Matinale - Publié le 20 mars 2020

  • 08h00

    Le Covid-19 peut survivre plusieurs heures en dehors du corps humain

    Le nouveau coronavirus peut survivre pendant plusieurs heures en dehors du corps humain, sur des surfaces diverses ou même dans l'air, d'après une étude publiée mardi.

    Les auteurs de cette étude financée par le gouvernement américain ont trouvé que le virus responsable de l'épidémie de Covid-19 avait un niveau de viabilité à l'air libre comparable à celui du coronavirus provoquant le SRAS, le syndrome respiratoire aigu sévère.

    Leurs expériences ont montré que le nouveau coronavirus était détectable jusqu'à deux à trois jours sur des surfaces en plastique ou en acier inoxydable, et jusqu'à 24 heures sur du carton.

    >> En lire plus: Le Covid-19 peut survivre plusieurs heures en dehors du corps humain

    >> Ecouter aussi le sujet de Lucia Sillig dans La Matinale:

    Selon une étude, le coronavirus est détectable jusqu'à deux à trois jours sur des surfaces en plastique ou en acier inoxydable, et jusqu'à 24 heures sur du carton.
    Carolyn Kaster - Keystone/ap photo
    Le Journal horaire - Publié le 20 mars 2020

  • 07h40

    "Le manque de matériel, c'est une catastrophe"

    "Le manque de matériel, notamment de masques, c'est une catastrophe! On est tous dans la même problématique, on nous promet qu'il y a des réserves de guerre, mais personne n'en voit la couleur. Nous on peut tenir encore une semaine en temps de crise, avec notre matériel, mais pas vraiment au-delà", alerte Dimitri Djordjèvic.

    Interrogé vendredi matin dans La Matinale, le directeur de la clinique de La Source souligne toutefois que "nos autorités font le maximum. Les livraisons sont en cours, mais les camions sont bloqués aux douanes. C'est très compliqué pour tout le monde. Dans certains secteurs il y a trop de monde, alors que dans d'autres, comme les soins intensifs, on a plutôt une pénurie de personnel et on aura besoin de bras et de cerveaux."

    "Il n'est plus temps de parler de clivage entre hôpitaux public et cliniques privées. On travaille tous à une cause, celle de combattre cette pandémie et de passer le pic, on réglera les comptes administratifs après", précise-t-il.

    "La vague va inévitablement arriver chez nous. Nous avons donc dû transformer notre unité de soins intensifs, car c'est les soins intensifs qui sont le gros défi pour les patients fragiles et les patients âgés. Nous allons donc confiner une aile de la clinique pour pouvoir accueillir jusqu'à une dizaine de patients en soins intensifs à La Source", détaille-t-il encore.

    >> Ecouter l'interview complète de Dimitri Djordjèvic:

    Dimitri Djordjèvic, directeur de la clinique privée de La Source à Lausanne
    Fondation La Source - lasource.ch
    La Matinale - Publié le 20 mars 2020

  • 07h30

    Implenia limite le travail sur les chantiers

    Implenia prend des mesures afin de "protéger ses collaborateurs et préserver les intérêts de ses clients et partenaires". Suite aux injonctions des autorités, le groupe de construction zurichois limite le travail sur ses chantiers et en ferme certains.

    En raison des "mesures de grande envergure" prises à l'échelle européenne pour endiguer la propagation du coronavirus, le fonctionnement des chantiers est soumis à des restrictions en Suisse, en Allemagne et en Autriche,  écrit vendredi Implenia. En France, tous sont suspendus pour une première période de 15 jours dès la fin de cette semaine.

    Dans le canton de Genève, tous les chantiers sont à l'arrêt sur ordre des autorités, alors qu'au Tessin, certains sont fermés en raison des difficultés rencontrées par des sous-traitants, ainsi que l'accès limité des travailleurs frontaliers. Dans les autres cantons en revanche, l'activité se poursuit.

  • 07h20

    Vers l'annulation des Mondiaux de hockey en Suisse

    C'est l'une des dernières compétitions sportives dont le report ou l'annulation n'a pas encore été annoncée. Les championnats du monde de hockey sur glace doivent avoir lieu en Suisse dès le 8 mai. Mais la décision d’annuler ces mondiaux semble imminente et inéluctable.

    >> Ecouter le sujet dans La Matinale:

    L'instant sport.
    RTS
    Instant Sport - Publié le 20 mars 2020

  • 07h15

    Le boom de la vente des paniers de légumes

    Alors que les sites de commande en ligne de la Migros ou de la Coop sont pris d’assaut, d’autres circuits de livraison s’organisent sur les réseaux sociaux. C'est le cas notamment de plusieurs maraîchers qui organisent des livraisons de paniers de légumes et fruits frais.

    >> En savoir plus: Le boom de la vente des paniers de légumes

    >> Ecouter aussi le reportage dans La Matinale:

    Un panier de légumes pour deux personnes, vendu 22 francs, sur le site internet du marché cuendet, à Bremblens (VD).
    Marché Cuendet
    La Matinale - Publié le 20 mars 2020

    >> Et voir le reportage du 12h45:

    Coronavirus : les maraîchers se mettent à la vente directe.
    12h45 - Publié le 20 mars 2020

  • 07h05

    Vaud aurait franchi la barre des 1000 cas

    A l'heure du bilan jeudi soir, le canton de Vaud aurait dépassé la barre des 1000 personnes testées positives, annonce 24 Heures.

    Selon le porte-parole de la police cantonale vaudoise Jean-Christophe Sauterel, relayé par le quotidien, 126 personnes sont hospitalisées, dont 34 en soins intensifs.

  • 06h55

    Le dossier

    Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

    >> Le dossier de RTSinfo:

  • 06h45

    Le message du conseil fédéral

    Pour commencer la journée, un rappel du message de recommandation du Conseil fédéral: "restez à la maison, en particulier si vous êtes malade ou âgé de 65 ans ou plus. Sortez uniquement si vous devez aller au travail et ne pouvez pas travailler à domicile; sauf si vous devez aller chez le médecin ou à la pharmacie, sauf si vous devez faire les courses ou aider quelqu'un. Le Conseil fédéral et la Suisse comptent sur vous!"

    >> Retrouver aussi le suivi de la journée de jeudi: Malgré des consignes strictes, la Suisse frôle les 4000 cas de coronavirus