Modifié

La randonnée pédestre est la cause principale des accidents en montagne

En montagne, c'est la randonnée pédestre qui provoque le plus d'accidents. [Alessandro della Bella - Keystone]
La randonnée pédestre est la cause principale des accidents en montagne / Le Journal horaire / 23 sec. / le 9 mars 2020
Les accidents en montagne ont diminué l'an dernier par rapport à 2018, tout comme les issues fatales. Les chutes lors de randonnées pédestres restent la principale cause, selon les chiffres basés sur les sauvetages réalisés.

L'an dernier, les organisations de sauvetage en montagne ont dû secourir 2909 personnes dans les Alpes suisses et dans le Jura (y compris les personnes indemnes et malades), indique le Club Alpin Suisse (CAS) dans un communiqué. Ce chiffre est en recul d’environ 10% par rapport à 2018.

Mis à part l’escalade, les sports de montagne classiques ont aussi enregistré un recul des cas de détresse. Pour les autres disciplines de montagne, l’évolution diffère selon l’activité: les cas ont augmenté pour le hors-piste (freeride), la chasse, le canyoning, la randonnée à raquettes, et le base jump, mais ils s’inscrivent en baisse pour le parapente, la via ferrata et le VTT.

Les chutes ou glissades ont été la principale cause d’accident avec 85 personnes, suivies des avalanches (21 victimes), des chutes de pierres (5 victimes) et des chutes dans une crevasse (4 victimes).

Egalement moins d'accidents mortels

Avec 177 cas, le nombre d’accidents mortels est lui aussi nettement plus bas qu’en 2018 (207). Dans les sports de montagne au sens strict (les événements survenus dans la pratique de l’alpinisme traditionnel, hors utilisation des moyens de transport), 120 personnes ont perdu la vie lors de 111 accidents, soit environ 11% de moins que l’année précédente.

Dans le détail, les randonnées en montagne ont été les plus meurtrières avec 54 cas, devant la randonnée à skis 27 (34), la haute montagne 18 (21) et escalade 4 (6). 17 personnes sont décédées pour d'autres raisons.

Nombre de sauvetages en baisse

Le nombre de sauvetages dans les Alpes suisses et dans le Jura a également reculé l'an dernier, d'environ 10%.

Si la météorologie et les conditions en montagne ont été très semblables entre 2018 et 2019, les canicules estivales ont duré moins longtemps et la sécheresse a été moins marquée l'an dernier, ce qui a influencé à la baisse les activités en montagne, explique le Club Alpin Suisse.

oang avec ats

Publié Modifié