Modifié

Gros éboulement aux Dents-du-Midi

Les éboulements (ici au Gothard) sont de plus en plus fréquents [Keystone]
Les éboulements (ici au Gothard) sont de plus en plus fréquents [Keystone]
Un impressionnant éboulement s'est produit dimanche matin (hier) aux Dents-du-Midi, au-dessus de Val-d'Illiez (VS). Près d'un million de m3 de rochers se sont détachés du massif montagneux.

Aucune habitation n'a été menacée, souligne le géologue
cantonal, qui a inspecté la zone en hélicoptère. L'effondrement
s'est produit dimanche vers 05h00. Une partie de la Haute-Cime
s'est décrochée, à une altitude de 2800-3000 mètres.

Protection naturelle

L'énorme masse a été presque entièrement absorbée par une
cuvette naturelle qui a fait office de digue, a expliqué lundi à
l'AP le géologue cantonal Jean-Daniel Rouiller, confirmant une
information du "Nouvelliste". Seuls quelques blocs ont roulé un peu
plus loin.

Le géologue souligne qu'il s'agit d'un phénomène d'altitude et
qu'il n'y a pas de risque pour les habitations. Un chemin pédestre
et une route ont cependant été fermés par mesure de sécurité. Des
panneaux ont été posés pour rendre attentif les promeneurs.

Instabilité encore de mise

Une inspection en hélicoptère a permis de constater qu'une
certaine instabilité subsiste, même si on ne voyait plus de rochers
dévaler la montagne lundi. "Le gros est tombé, mais il reste encore
une masse de 20% qui pourrait partir", selon Jean-Daniel
Rouiller.

Aucune opération particulière n'est prévue. La paroi restera
cependant sous la surveillance des responsables locaux. Pour les
spécialistes, il s'agit d'un phénomène naturel, mais les conditions
météorologiques particulières de ces derniers mois, avec un mois
d'août maussade et des températures inhabituellement élevées cet
automne, ont pu jouer un rôle amplificateur.

Cette situation a pu faciliter le réchauffement de couches
habituellement gelées. Cela favorise la poursuite de l'érosion,
selon le géologue cantonal Jean-Daniel Rouiller.

ap/cab

Publié Modifié

Phénomène de plus en plus fréquent

Les chutes de pierres semblent être de plus en plus fréquentes en Suisse. Le 14 juillet 2006, 500'000 à 700'000 mètres cubes de pierres s'étaient écrasés sur le glacier en contrebas de l'Eiger sur la commune de Grindelwald (BE).

En juin, des roches avaient aussi déboulé sur l'autoroute du Gothard à Gurtnellen (UR), tuant 2 automobilistes.

Durant l'été de la canicule de 2003: un éboulement s'était produit au Cervin et un pan de rocher avait détruit une galerie de la route du Grand-St-Bernard, près de Sembrancher (VS).

L'instabilité de la roche provient du réchauffement climatique. Le sol de montagne, souvent gelé en profondeur (le permafrost ou pergélisol), même en été, subit ce réchauffement et le dégel accentue la friabilité de la masse rocheuse.

Principaux éboulement au Valais

1965 : un morceau du glacier de l'Allalin tombe sur le chantier du barrage de Mattmark, tuant 88 personnes.

1991 : deux éboulements bloquent une partie de la vallée de Zermatt. 30 mio de mètres cubes de roche se détachent du versant, détruisant 33 bâtiments.

2000 : un éboulement dû à de très fortes pluies détruit une partie du village de Gondo et fait 16 morts, le 14 octobre.

2003 : un affaissement éventre une galerie du Grand-Saint-Bernard, peu avant Sembrancher.

2005 : environ 1500 m3 de terre et de rochers se détachent d'une paroi à Leytron.
(Source: "Le Nouvelliste")