Modifié

Table ronde de Guy Parmelin sur les répercussions économiques

Guy Parmelin a convoqué aujourd'hui une table ronde pour parler des répercussions du coronavirus sur l'économie suisse. [RTS]
Guy Parmelin a convoqué aujourd'hui une table ronde pour parler des répercussions du coronavirus sur l'économie suisse. / 19h30 / 1 min. / le 5 mars 2020
Les partenaires sociaux, certaines associations économiques et les cantons ont participé jeudi à la table ronde convoquée à Berne par le ministre de l'économie Guy Parmelin. Les répercussions du coronavirus sur l'économie suisse ont été au cœur des discussions.

Aucune mesure n'a été décidée, a précisé le conseiller fédéral à la presse à l'issue de la rencontre. Il s'agissait d'abord de faire le point sur la situation et l'exercice "très constructif" sera répété chaque mois ces prochains temps.

Les problèmes posés par le coronavirus sont très différents selon les secteurs et les autorités recevront ces derniers séparément. Mais un consensus s'est dégagé entre les participants de la table ronde sur la volonté de sortir ensemble de la crise et préserver les emplois, s'est félicité Guy Parmelin: "L'économie saine s'est relevée de toutes les crises précédentes", a-t-il rappelé.

>> Lire: Mesures renforcées contre le Covid-19 et nouveaux événements annulés

Pas de tabou

Pour le coronavirus, "aucune mesure n'est taboue". Personne ne pouvant dire comment la crise va évaluer, les responsables planchent sur des solutions à court, moyen et long termes.

Les entreprises peuvent déjà recourir à l'instrument du chômage partiel qui a fait ses preuves par le passé. Sa durée pourrait être allongée de 12 à 18 mois. Mais selon le ministre UDC, il est encore trop tôt pour y songer.

Selon lui, l'idée d'un plan conjoncturel a été qualifiée par la plupart des participants de "pas la meilleure mesure à prendre". Le conseiller fédéral s'est aussi montré sceptique sur les chances de mise sur pied d'un fonds de compensation évoqué par certains parlementaires.

Verser les salaires

Interrogé en marge de la réunion, le président de l'Union syndicale suisse Pierre-Yves Maillard estime qu'il faut d'abord garantir les salaires. Si les employeurs font défaut, l'Etat doit trouver des moyens pour le faire.

L'USS propose plusieurs pistes: permettre des autorisations rapides et non bureaucratique de chômage partiel, ramener à un jour le délai d'attente, élargir le cercle des bénéficiaires aux contrats atypiques par exemple ou donner des garanties afin que les entreprises puissent obtenir des prêts bancaires. La Banque nationale devrait aussi être proactive contre la surévaluation du franc.

"Le bon moment pour faire le point"

Interrogée dans l'émission Forum, la directrice d'Economiesuisse Monika Rühl salue l'organisation de cette table ronde, même si elle n'a pas abouti à des décisions concrètes. "C'était le bon moment pour faire ensemble le point de la situation, échanger des informations", dit-elle. "L'idée n'était pas - lors de cette première rencontre - d'arrêter déjà des décisions fermes sur certaines mesures."

La responsable de la faîtière des entreprises souligne que ses membres "prennent très au sérieux cette situation". Leur souci premier, assure-t-elle, "est de protéger la santé de leurs collaborateurs. C'est pour cela que beaucoup d'entreprises ont pris des mesures qui vont au-delà des recommandations de l'OFSP".

Mais les entreprises doivent aussi faire face, notamment, à une baisse des commandes. Face à cette situation, elle soutient fermement le recours au chômage partiel. C'est la seule mesure valable, dit-elle, "dans le sens que c'est un instrument que nous connaissons, qui a fait ses preuves, qui agit d'une manière ciblée et rapide (..) On en a beaucoup parlé et tout le monde est d'accord pour dire que c'est une mesure à prendre".

>> L'interview de Monika Rühl dans Forum:

L'idée d'un fonds de compensation face au coronavirus germe au Parlement: interview de Monika Rühl [RTS]
L'idée d'un fonds de compensation face au coronavirus germe au Parlement: interview de Monika Rühl / Forum (vidéo) / 8 min. / le 5 mars 2020

>> Regarder La conférence de presse d'Alain Berset sur les mesures contre le coronavirus

La conférence de presse d'Alain Berset sur les mesures contre le coronavirus [RTS]
La conférence de presse d'Alain Berset sur les mesures contre le coronavirus / L'actu en vidéo / 5 min. / le 28 février 2020

ats/sjaq

Publié Modifié

Des autocaristes quasiment à l'arrêt

Les conséquences de l'épidémie de Covid-19 se font sentir dans de nombreux secteurs de l'économie en Suisse, y compris dans ceux qui n'avaient jamais connu un coup de frein si brutal dans leurs activités: les autocaristes.

C'est le cas notamment de la société Genève Limousine, qui possède une flotte de quinze cars et quinze minibus et dont de nombreux chauffeurs sont désormais au chômage technique. Pour son patron Philippe Menoud, la situation est sans précédent.

>> Regarder le reportage de Pascal Jeannerat dans le 19h30:

Coronavirus: inquiétudes dans des secteurs jamais autant touchés : les autocaristes. [RTS]
Coronavirus: inquiétudes dans des secteurs jamais autant touchés : les autocaristes. / 19h30 / 1 min. / le 5 mars 2020