Modifié

La Poste suspend les envois de lettres et colis vers la Chine

Le trafic postal international est fortement perturbé en raison du coronavirus. [Gaetan Bally - Keystone ]
La Poste suspend les envois de lettres et colis vers la Chine / Le 12h30 / 1 min. / le 12 février 2020
La Poste n'accepte plus de lettres ni de colis à destination de la Chine. L'entreprise ne peut plus garantir les livraisons à cause de la suppression de nombreux vols en raison du coronavirus.

En raison du coronavirus, de nombreuses compagnies aériennes ont fortement réduit, voire interrompu leurs vols vers ce pays, ce qui a des répercussions sur le trafic postal international, explique le géant jaune jeudi dans un communiqué.

La Poste ne peut actuellement exploiter qu'environ un tiers des capacités requises pour les envois vers la Chine. En conséquence, dès maintenant et jusqu’à nouvel ordre, elle n’accepte plus de lettres et de colis à envoyer en Chine dans ses filiales et ses filiales en partenariat.

Délais et retards

Les lettres et les colis qui doivent impérativement être envoyés en Chine peuvent être déposés par les clients avec le mode d’expédition "Urgent". Néanmoins, La Poste n'est actuellement plus en mesure de garantir les délais de distribution.

La poste chinoise est responsable du transport des envois de la Chine vers la Suisse. La Poste ne peut donc pas exclure d’éventuels retards pour l’importation d’envois de Chine en Suisse en raison des possibilités de transport très limitées.

ats/ani

Publié Modifié

Impact limité sur l'économie suisse

Selon les chercheurs du centre de recherches zurichois KOF, l'impact du coronavirus sur l'économie suisse devrait atteindre moins de 0,1% du produit intérieur brut. Il ne s’attend pas à des dégâts importants pour l’industrie et les services. En fait, il faut surtout s’attendre à des retards dans l’acheminement des exportations, à cause des restrictions de voyage, puisqu'environ 8% des produits exportés suisses vont vers la Chine.

D’après le KOF, les deux secteurs les plus touchés seront l’horlogerie et le tourisme. Les hôtels vont ressentir durement l’absence des voyageurs en provenance de Chine et de Hong Kong. Ces voyageurs, c’est 7% des nuitées réservées par des touristes étrangers.