Modifié le 28 juin 2010 à 11:51

Séisme politique dans le canton de Berne

Prodi ou Berlusconi? Swisscom, Serono et CPE
Philippe Perrenoud, Andreas Rickenbacher et Bernhard Pulver savourent leur victoire [Keystone]
Grosse surprise aux élections cantonales bernoises: le Conseil exécutif bascule à gauche grâce à la percée du socialiste Philippe Perrenoud et de l'écologiste Bernhard Pulver. Le PRD et l'UDC perdent chacun un siège.

L'exécutif bernois se compose désormais de trois PS, d'un Vert,
de deux UDC et d'un PRD. C'est le vote de l'agglomération bernoise
qui a fait pencher la balance à gauche. Socialistes et Verts ont
confirmé la percée observée lors de précédents scrutins à
Neuchâtel, Genève et Lausanne.

La conseillère d'Etat socialiste Barbara Egger-Jenzer est
arrivée en tête avec 97'444 voix, devançant les deux autres
sortants, les UDC Urs Gasche et Werner Luginbühl. La victoire de la
gauche est parachevée par l'écologiste Bernhard Pulver, qui
totalise 85'299 suffrages. Le seul radical élu, Hans-Jürg Käser,
arrive en sixième position. Il se place entre les deux socialistes
Andreas Rickenbacher (cinquième) et Philippe Perrenoud
(septième).

Perrenoud pour le Jura bernois

Ce dernier reprend le siège du Jura bernois laissé vacant par
Mario Annoni (PRD). Le socialiste n'a certes pas réalisé le
meilleur score dans la région francophone mais il a terminé devant
la candidate de l'UDC dans le Jura bernois et dans la partie
alémanique. Mme Vaucher occupe le 10e rang avec 75'244 voix. Marc
Früh de l'Union démocratique fédérale (UDF) termine 14e et
l'autonomiste Maxime Zuber 16e.





Le maire de Moutier remporte toutefois une victoire retentissante
en obtenant le meilleur résultat des quatre francophones dans le
Jura bernois. «C'est un résultat historique», s'est réjoui M.
Zuber. Il a relevé que c'était la première fois qu'un candidat
autonomiste devançait un anti-séparatiste.

Revers de l'UDC

La formule magique en vigueur depuis 1990: 3 UDC, 2 PRD et 2 PS
a donc volé en éclats après 16 ans. La perte d'un siège pour l'UDC
constitue une énorme surprise pour un parti qui entendait ravir la
majorité absolue au gouvernement. La perspective d'une hégémonie de
l'UDC avait suscité des inquiétudes au sein même du parti.





L'alliance rose-verte a expliqué que la stratégie de la droite,
qu'elle a qualifiée d'arrogante, n'a visiblement pas été appréciée
par les électeurs bernois. Dans les rangs de la droite, c'était la
consternation. UDC et PRD ont expliqué leur défaite par un coup de
poker trop audacieux.





«Nous avons parié trop gros en visant quatre mandats», a déclaré
le président de la section cantonale de l'UDC Hermann Weyeneth, un
avis partagé par son collègue radical, Johannes Matyassy. Hermann
Weyeneth dit redouter qu'avec la nouvelle majorité, le fossé entre
la ville et la campagne va se creuser.





La gauche n'avait plus été majoritaire au gouvernement depuis la
législature 1986-1990. En pleine tourmente des caisses noires, des
fonds illégaux avaient été versés aux pro-bernois du Jura bernois
lors des plébiscites, le Parti radical (PRD) avait été éjecté du
gouvernement.

Une seule femme

Les quatre candidats de l'alliance rose-verte ont pu profiter du
retrait de trois conseillers d'Etat bourgeois, les radicaux Mario
Annoni et Dora Andres, et l'UDC Elisabeth Zölch pour renverser la
majorité. Le socialiste Samuel Bhend ne se briguait pas non plus un
nouveau mandat. Le gouvernement sorti dimanche des urnes ne
comptera plus qu'une femme contre trois auparavant.





ats/dk/ps

Publié le 16 avril 2006 à 16:23 - Modifié le 28 juin 2010 à 11:51

Résultats définitifs (les 7 premiers sont élus)

1. Barbara Egger-Jenzer (PS): 97'444 voix

2. Urs Gasche (UDC): 94'917

3. Werner Luginbuehl (UDC): 91'568

4. Bernhard Pulver (Vert/libre): 85'299

5. Andreas Rickenbacher (PS): 84'745

6. Hans-Juerg Kaeser (PRD): 80'793

7. Philippe Perrenoud (PS): 79'251

8. Eva Desarzens (PRD): 77'803

9. Monique Jametti Greiner (UDC): 75'824

10. Annelise Vaucher (UDC): 75'244

11. Marianne Streiff-Feller (PEV): 25'314

12. Heinz Daetwyler (PEV): 24'903

13. Konrad Haedener (PDC): 18'142

14. Marc Frueh (UDF): 11'253

15. Roland Schoeni (DS): 6684

16. Maxime Zuber (Liste romande): 5980

17. Christof Ochsner (GAGU): 202

18. Kilian Ochsner (GAGU): 164

19. Matthias Zurbruegg (GAGU): 154

Majorité absolue: 66'835.

Grand Conseil: majorité de droite

L'UDC et le PRD ont aussi enregistré un revers au Grand Conseil où ils ont perdu la majorité absolue. Ils ne détiennent plus que 73 sièges sur les 160.

Mais avec le soutien de petites formations, la droite dispose encore d'une majorité qui peut toutefois fluctuer selon les affaires à traiter.

Une comparaison avec 2002 est difficile en raison du passage de 200 à 160 du nombre de députés: UDC 47 sièges (- 20), PS 42 (- 16), PRD 26 (- 10), Verts 19 (+ 4), Parti évangélique populaire 13 (+ 2), Union démocratique fédérale 6 (+ 2), Démocrates Suisses 1 (- 2), PDC 1 (- 1), Parti autonomiste 3 (+ 1), Entente 1 (+ 1) et Parti de la Liberté 1 (+ 1).

Dans le Jura bernois, le Parti socialiste autonome est devenu la principale force politique. Il compte 3 députés sur les 12 que la région envoie au Grand Conseil. Les Verts font leur entrée au sein de la députation francophone.