Modifié le 28 juin 2010 à 11:46

Champ-Dollon: record de surpopulation battu

La justice veut faire toute la lumière sur le drame de vendredi dernier
La prison de Champ-Dollon est prise d'assaut [Keystone]
La prison de Champ-Dollon (GE) a battu un nouveau record de surpopulation jeudi en recensant 485 détenus pour une capacité fixée à 270 places. Un nouveau projet d'extension est à l'étude.

Avec un taux de remplissage moyen en 2005 de 162 %, Champ-Dollon
se démarque comme l'établissement pénitenciaire le plus surpeuplé
de Suisse. Le précédent record, datant de février 2005, s'élevait à
474 détenus.





Face à cette situation, le mois dernier, le chef du Département
des institutions Laurent Moutinot a donné mission à l'Office
pénitentiaire de plancher sur un nouveau projet visant à absorber
rapidement une partie des sureffectifs.

Eléments préfabriqués

«Nous lui avons présenté notre concept lundi», a indiqué jeudi
Constantin Franziskakis, directeur des prisons genevoises, revenant
sur une information de la «Tribune de Genève». L'idée est de
recourir à des éléments modulaires préfabriqués d'une capacité de
32 places chacun, déjà utilisés à la prison de la Croisée
(VD).





Ces pavillons offrent toutes les garanties de sécurité nécessaires
et représentent un coût par détenu relativement modeste, a relevé
M. Franziskakis. Au nombre de deux pour commencer, ils seraient
installés à proximité mais en dehors de l'enceinte de Champ-Dollon,
sur une parcelle appartenant à l'Etat.





Autre avantage, le nombre de modules pourra être augmenté ou
diminué selon les besoins. Avant de prendre corps, le projet devra
toutefois recevoir la bénédiction du Conseil d'Etat puis faire
l'objet des demandes de crédit usuelles.





ats/nr

Publié le 14 juillet 2006 à 13:25 - Modifié le 28 juin 2010 à 11:46

D'autres projets sont à l'étude

Le concept des éléments modulaires préfabriqués sur lequel planche le conseil d'Etat Laurent Moutinot vient compléter deux autres projets existants destinés à désengorger Champ-Dollon.

Le premier consiste à rénover et à agrandir le pénitencier, notamment en construisant un étage supplémentaire.

Le second à construire un établissement réservé aux détenus souffrant de troubles psychiques ou du comportement.