Publié

Dynamiser l'éolien pour sortir des énergies fossiles, le pari de l'Autriche

Éoliennes bloquées [RTS]
Éoliennes bloquées / Mise au point / 13 min. / le 26 janvier 2020
Tout comme la Suisse, l'Autriche a des objectifs climatiques précis à l'horizon 2030. Mais à l'inverse de la Suisse, elle a choisi de mettre un coup d'accélérateur dans le secteur de l'énergie éolienne.

Dans dix ans, nos voisins autrichiens seront parvenus sortir leur production d’électricité des énergies fossiles: 100% du courant proviendra de sources renouvelables. Les éoliennes sont une partie importante de l’effort autrichien pour sortir des énergies fossiles.

A l’est du pays, près des frontières de la Slovaquie et de la Hongrie, et à deux pas de l’agglomération viennoise et ses deux millions d’habitants, les éoliennes se dressent par bouquets entiers. L'Autriche en compte 1400, qui produisent déjà 11% du courant à l'échelle nationale, et une bonne partie de l’électricité de la capitale.

37 éoliennes en Suisse

Mise au Point a enquêté dans la ville de Bruck an der Leitha, où les citoyens profitent de ce nouveau paradigme énergétique. Un exemple à suivre pour la Suisse? Le territoire helvétique n'accueille pour l'instant que 37 éoliennes, et des dizaines de projets sont en attente - notamment dans l'Arc jurassien - depuis parfois plus d'une décennie, comme celui du col du Mollendruz (VD).

>> Lire aussi: Sur une trentaine de projets éoliens en Suisse, "un seul va de l'avant"

Doris Leuthard en faveur d'un développement fort

L'ex-conseillère fédérale Doris Leuthard était l'invité de Mise au point dimanche. L'ancienne cheffe du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) a réagi au blocage des projets éoliens en Suisse.

"Les éoliennes, combinées avec le photovoltaïque, seraient une source d’énergie géniale. Mais je sais que la résistance est grande, surtout en Suisse alémanique", affirme l'Argovienne.

Si l'on n’arrive pas à construire des éoliennes en Suisse, l’alternative serait d’importer de l’électricité ou du gaz, explique l'ex-patronne du DETEC. "Mais le gaz, c'est une énergie fossile, je n’aimerais donc pas aller dans cette direction. Cela signifie qu’il faut continuer à informer la population que les éoliennes seraient extrêmement utiles, surtout en hiver."

Serge Enderlin/François Roulet/kkub

Publié