Modifié

Vols suspects de la CIA: nouveaux cas suisses

Un avion de type Gulfstream de la CIA aurait atterri 3 fois à Genève.
Un avion de type Gulfstream de la CIA aurait atterri 3 fois à Genève.
L'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) a confirmé les informations d'Amnesty International selon lesquelles des avions suspects de la CIA ont atterri 6 fois en Suisse et non pas seulement 4.

Les deux atterrissages supplémentaires concernent un appareil de
type Gulfstream immatriculé N85VM déjà connu des autorités suisses.
Il a atterri le 16 septembre 2001 à Genève-Cointrin et le 12
février 2001 à Zurich, a précisé mercredi à l'AP Anton Kohler,
porte-parole de l'OFAC.

Il n'avait jusqu'ici été question officiellement que d'un seul
atterrissage de l'avion, à Genève. Quatre autres atterrissages à
Cointrin étaient déjà connus. Amnesty International a révélé les
deux atterrissages dans un rapport publié dans la nuit de mardi à
mercredi.

L'organisation de défense des droits humains prétend que le
Gulfstream IV N85VM qui s'est posé deux fois à Genève et une fois à
Zurich est l'avion qui a servi à transférer l'imam Abou Omar
d'Allemagne en Egypte, après son enlèvement à Milan.

Ingénieux système

Selon l'ONG de défense des droits humains, la CIA a développé un
ingénieux système pour transférer des personnes dans des lieux
inconnus en violation du droit international, notamment "en
manipulant des arrangements commerciaux".

Pour ne pas avoir à déclarer ses vols aux autorités, elle se
serait servie d'opérateurs privés d'avions plutôt que d'appareils
officiels ou militaires. Dans certains cas, les aéronefs circulent
sous couvert de sociétés bidon qui n'existent que sur le papier,
comme Premier Executive Transport, affirme Amnesty.

Ces pratiques secrètes font qu'"il est impossible de savoir
combien de personnes ont été arrêtées ou enlevées, transférées
par-delà les frontières, détenues en secret ou torturées dans (le
cadre de) la 'guerre contre le terrorisme'". L'ONG précise que
"l'information en provenance des gouvernements eux-mêmes indique
que le nombre est probablement d'une centaine".

Un millier de vols à la loupe

Intitulé "Etats-Unis - Sous le radar: vols secrets pour la
torture et 'disparition'", le rapport d'Amnesty International (AI)
analyse plus de 1000 mouvements d'avions de la CIA entre 2001 et
2005. Il montre que les appareils de l'Agence centrale de
renseignements américaine (CIA) ont régulièrement utilisé l'espace
aérien européen.

AI a notamment obtenu des enregistrements de vols pour six avions
affrétés par la CIA, de septembre 2001 à septembre 2005, auprès de
l'Administration fédérale de l'aviation des Etats-Unis.

Ces informations permettent d'établir qu'un Boeing 737 de l'Agence
vu fréquemment sur des bases militaires américaines, notamment en
Afghanistan, a atterri deux fois à Genève. Un Gulfstream V qui a
effectué 114 vols vers le centre de détention américain à
Guantanamo aurait lui atterri trois fois au bout du lac. Baptisé
"l'express de Guantanamo", cet appareil aurait également été
utilisé pour la "restitution" par la CIA de deux prisonniers de la
Suède à l'Egypte.

agences/jfb

Publié Modifié

Témoignages concordants

Amnesty International (AI) fait aussi état dans son rapport de plusieurs témoignages d'ex-prisonniers. Selon l'ONG, leurs dires sont cohérents et plausibles quand ils sont mis en regard avec des informations factuelles, comme celles sur les vols secrets.

Les éléments que donnent trois Yéménites détenus 18 mois dans des centres dont ils ignorent l'emplacement - durée des vols, conditions climatiques, horaires de prières qui leur ont été donnés - laissent soupçonner qu'ils ont séjourné entre autres en Turquie, en Roumanie, en Bulgarie ou en Albanie.

Cela recoupe l'enquête du Suisse Dick Marty, rapporteur du Conseil de l'Europe chargé d'enquêter sur les prisons secrètes du continent, relève Amnesty.