Modifié le 10 décembre 2019 à 21:58

L'ancien cheminot Vincent Ducrot remplace Andreas Meyer à la tête des CFF

Vincent Ducrot, un Romand à la tête des CFF. Une première
Vincent Ducrot, un Romand à la tête des CFF. Une première 19h30 / 2 min. / le 10 décembre 2019
Le Fribourgeois Vincent Ducrot sera le prochain directeur général des CFF. Ancien cheminot et ingénieur de l'EPFL, l'actuel directeur des Transports publics fribourgeois (TPF) succédera à Andreas Meyer au printemps prochain.

"Je suis très heureux et très fier de pouvoir diriger une compagnie incroyable. C'est un moment fort pour moi", a déclaré le futur patron des CFF devant les médias. Il a affirmé qu'il serait très orienté vers la clientèle, les collaborateurs et l'innovation.

Vincent Ducrot a rappelé plusieurs fois qu'il était un cheminot dans l'âme et dans le coeur. Il a aussi beaucoup insisté sur un retour aux valeurs de base des CFF: "La qualité, la sécurité, la ponctualité et la propreté sont prioritaires pour moi", a-t-il dit.

Répondant à des journalistes, celui qui sera le premier Romand à la tête des CFF depuis près de 50 ans a assuré "ne pas craindre la pression mais la respecter" et y être habitué. Vincent Ducrot dit en outre bien connaître le système, tant des transports que du service public. Il a plusieurs fois exprimé sa volonté de résoudre en priorité notamment le problème des retards des trains.

Plus de 32'000 collaborateurs

Vincent Ducrot, âgé de 57 ans, est tout sauf un inconnu dans le monde des transports. Avant de devenir le patron des TPF en juillet 2011, il occupait depuis 1999 le poste de directeur Grandes lignes (Passenger Traffic) aux CFF.

Il va désormais prendre la tête de la plus grande entreprise de transports en Suisse, avec actuellement environ 32'300 collaborateurs.

"Le CEO est une parmi de nombreuses personnes qui font fonctionner l'entreprise (...) Mais ce sont les gens de la base qui font sa musique et je mettrai donc toute mon énergie à les écouter", a encore déclaré Vincent Ducrot. "Mais je suis aussi quelqu'un d'impatient et j'aime amener des idées et faire bouger les choses", a-t-il aussi ajouté. "Je suis fan d'innovation et j'amènerai des surprises", a-t-il aussi averti.

>> L'interview de Vincent Ducrot dans Forum:

Le Fribourgeois Vincent Ducrot deviendra le nouveau patron des CFF: son interview
Forum - Publié le 10 décembre 2019

Un homme d'expérience

De son côté, la présidente du conseil d'administration des CFF Monika Ribar a défendu le choix de Vincent Ducrot. La bonne personne, avec l'expérience qu'il faut, au bon endroit et au bon moment, a-t-elle dit en substance. Il "connaît le chemin de fer intégré à fond et dispose d'un très bon réseau dans le domaine des transports publics, dans le monde politique et auprès des partenaires sociaux".

"En ces temps de forte croissance du trafic et de chantiers en nombre, l'enjeu pour les CFF est de stabiliser et d'améliorer l'activité de base, mais aussi d'aborder les développements à venir avec soin. Vincent Ducrot est la personne idéale pour relever les défis à venir", a-t-elle insisté.

Monika Ribar a aussi expliqué qu'il y avait eu beaucoup de candidatures internes et externes au départ, dont des femmes, pour finalement arriver à une ultime "liste courte" de quatre personnes, sans donner plus de détails.

Ingénieur de l'EPFL

Ingénieur électricien diplômé de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, Vincent Ducrot est entré aux CFF en 1993. Responsable de la conduite de nombreux projets, il a notamment été la cheville ouvrière du concept de transport public dans le cadre de l'exposition nationale Expo.02 (1700 trains supplémentaires pour les quelque 3,5 millions de visiteurs).

Au sein de l'ancienne régie fédérale, l'homme venant du sud du canton de Fribourg a également représenté les CFF dans le comité de pilotage du RER fribourgeois. Une tâche annonciatrice de son futur travail, dans laquelle son investissement personnel s'est traduit par un essor sans précédent des TPF.

Sous sa houlette, ces derniers ont vu le nombre de passagers transportés croître de 25,7 millions en 2011 à 32,4 millions l'an passé. Le point d'orgue de son action est arrivé il y a quelques mois à peine, avec la mise en fonction du centre d'exploitation et de maintenance de Givisiez.

>> La réaction de Jacqueline de Quattro (PLR/VD) dans Forum:

Un Romand à la tête des CFF: interview de Jacqueline de Quattro
Forum - Publié le 10 décembre 2019

pym/boi avec ats

Publié le 10 décembre 2019 à 10:35 - Modifié le 10 décembre 2019 à 21:58

Les syndicats et le Conseil fédéral satisfaits

La ministre des Transports Simonetta Sommaruga salue le choix d'un Romand à la tête des CFF. Avec le Fribourgeois, les CFF misent sur une personnalité qui connaît bien la Suisse et le monde du rail. Il est également conscient de l'importance du service public et du partenariat social.

La nomination de Vincent Ducrot à la tête des CFF est aussi accueillie comme une bonne nouvelle par Olivier Français, président de la commission des transports du Conseil des Etats. Un choix qui devrait plaire aux cheminots et aux syndicats, estime-t-il.

Pour le Syndicat du personnel des transports, la nomination de Vincent Ducrot "va dans la bonne direction". Le SEV souligne qu'"en nommant un cheminot comme CEO, le conseil d’administration envoie un signal positif aux employés. Le SEV connaît Vincent Ducrot depuis des années puisqu’une CCT (convention collective) unit le SEV et les TPF. Les relations sont marquées d’un respect mutuel.

Fierté fribourgeoise

Le gouvernement fribourgeois a "un oeil qui rit et un oeil qui pleure" à l'annonce de la nomination de Vincent Ducrot à la tête de la direction générale des CFF.

Contacté par l'ats, le conseiller d'Etat et président du conseil d'administration des TPF Georges Godel a fait part de son sentiment partagé. "L'honneur et la fierté d'avoir un Fribourgeois à la tête des CFF" d'abord, même si le grand argentier cantonal précise que Vincent Ducrot "travaillera pour toute la Suisse".

L'oeil qui pleure, c'est pour le labeur accompli par Vincent Ducrot à la tête des TPF depuis 2011. "On a eu de la chance de l'avoir", lâche Georges Godel, qui le décrit comme "un visionnaire ne cherchant jamais à se mettre en avant". "Un homme-solutions, ayant toujours des idées et sachant toujours s'entourer", résume-t-il.