Modifié

Berne ne veut pas interdire totalement la publicité pour le tabac

L'initiative demande que la Confédération interdise pour les produits du tabac toute forme de publicité qui atteint les enfants et les jeunes. [Gaetan Bally - Keystone]
Berne ne veut pas interdire totalement la publicité pour le tabac / Le Journal horaire / 1 min. / le 6 décembre 2019
Le Conseil fédéral a recommandé vendredi le rejet de l’initiative populaire "Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac". Il souhaite protéger les jeunes, mais estime que le texte va trop loin et ne veut pas de contre-projet.

L'initiative demande que la Confédération interdise pour les produits du tabac toute forme de publicité qui atteint les enfants et les jeunes. Cela équivaudrait à une interdiction totale, estime le Conseil fédéral.

Le gouvernement rejette une "interdiction globale", mais se dit favorable à des mesures limitatives pour mieux protéger les jeunes des dangers liés au tabac. En 2016, le Parlement avait renvoyé au Conseil fédéral un premier projet de loi, principalement en raison des mesures d'interdiction prévues en matière de publicité. Il débat depuis d'une nouvelle mouture.

Pas de pub sur Internet

Lors de la dernière session, le Conseil des Etats a tenu compte de l'initiative déposée à la Chancellerie juste avant les débats. Les sénateurs sont même allés au-delà du projet du Conseil fédéral en interdisant la publicité pour le tabac dans les journaux, les revues et sur Internet. Des propositions qui ont été saluées par le gouvernement.

L'exécutif s'engagera, dans la suite du débat parlementaire, à renforcer la protection de la jeunesse, notamment en interdisant la publicité pour le tabac au cinéma et sur les affiches. Des mesures qui devraient permettre de répondre largement aux attentes des initiants et qui rendent superflu un contre-projet indirect.

Texte maintenu

L'initiative est portée par une trentaine d'organisations issues de la santé ou de la prévention, comme Addiction Suisse ou la Ligue pulmonaire. Elles se disent "déçues", mais ont indiqué vendredi qu'elles allaient maintenir leur texte, malgré la recommandation du Conseil fédéral, pour faire pression dans le cadre des travaux parlementaires.

Plus d'un fumeur sur deux (57%) a commencé à fumer alors qu'il était mineur, selon la Fédération suisse des médecins, qui soutient l'interdiction totale de la publicité. Si les enfants et les jeunes ne commencent pas avant l'âge de 18 ans, ils ne fumeront probablement jamais de leur vie.

ats/gma

Publié Modifié