Modifié

De plus en plus de Suisses se déclarent sans confession

Intérieur de l'Abbaye baroque de Saint-Gall. [Thibaut Kahlbacher - RTS]
De plus en plus de Suisses se déclarent sans confession religieuse / La Matinale / 1 min. / le 6 décembre 2019
Pour la première fois, l’Office fédéral de la statistique présente le paysage religieux de la Suisse depuis 1850. Il montre que les sans-confessions sont de plus en plus nombreux. Et le mouvement s’accélère.

En 1970 encore, la Suisse se divisait grosso modo entre deux confessions: d'un coté les protestants et de l'autre les catholiques. Ceux qui se déclaraient sans religion ne formait alors que 1,2% de la population. Aujourd'hui, ce groupe constitue plus d'un quart de la population. Les sans-confessions dépassent même les protestants. Vingt-quatre pour cent de réformés, en 2017, c'est deux fois moins qu'il y a cinquante ans.

Un chiffre en dit long. Rien qu'en Ville de Genève, on ne dénombre plus que 7% de réformés. "Les grandes villes suisses qui ont marqué le paysage protestant (Bâle, Zurich, Genève) se soustraient plus fortement à l'influence des institutions religieuses. Les personnes qui disent ne pas appartenir à des communautés religieuses habitent généralement dans des villes. Elles viennent souvent de familles protestantes", explique Irene Becci, professeure à la faculté de théologie et de sciences des religions à l'Université de Lausanne.

Les catholique aussi font les frais de la sécularisation. Mais dans des proportions moindres. Aujourd'hui plus d'un tiers de la population (35,9%) se déclare catholique. Ils forment encore le groupe religieux le plus important de Suisse.

Et cette confession est encore majoritaire dans les cantons historiquement catholiques. Selon Irene Becci, "dans le catholicisme, il y a une variété assez importante en termes d'ethnicité, de langues, de migrations, ce qui permet une absorption des nouveaux venus. Les catholiques sont souvent issus des dernières migrations, comme les Sud-Américains. Mais aussi de celles des années 50-60, commes les Italiens, les Portugais ou les Espagnols."

Ce qui n'est pas le cas dans les régions protestantes: Genève, Neuchâtel et Bâle-Ville sont aujourd'hui des cantons qui comptent une majorité d'habitants sans confession.

>> Protestants en voie de disparition? Débat dans Forum entre Caroline Costa, pasteure genevoise, coordinatrice du LAB, Jacques-André Haury, médecin, ancien député Vert’libéral, et Michel Kocher, journaliste RTS religion:

Le grand débat - Protestants: en voie de disparition? [RTS]
Le grand débat - Protestants: en voie de disparition? / Forum (vidéo) / 17 min. / le 6 décembre 2019

Céline Fontannaz/pw

Publié Modifié