Grand Format

Nouvelle vague au Palais fédéral

Introduction

La semaine prochaine, un tout nouveau Parlement se mettra au travail à Berne. Les dernières élections fédérales ont bousculé le paysage politique. Une nouvelle vague d’élus débarquent, tandis que d’autres qui doivent plier bagages.

Chapitre 01

Un Parlement renouvelé

Comment organise-t-on sa vie quand on vient d'être élu à Berne? A l'inverse, comment gère-t-on une réélection ratée? Comment vit-on sa première découverte du Palais fédéral en tant qu'élu? Et les lobbys, sont-ils déstabilisés par ce nouveau Parlement? Nous vous proposons quatre reportages pour faire vivre la rentrée parlementaire, pour vous montrer l'envers du décor...

>> Les explications de Rouven Gueissaz:

Série nouvelle vague
19h30 - Publié le 25 novembre 2019

Chapitre 02

Les nouveaux venus à Berne

Les élections fédérales à peine terminées, c'est déjà l'heure de se rendre à Berne pour les 246 parlementaires élus. Parmi eux, il y a pas moins de 79 nouveaux venus sous la Coupole fédérale.

Pour ces "petits nouveaux", hormis les quelques rares femmes et hommes qui pratiquent déjà la politique de manière professionnelle, la vie est bouleversée du jour au lendemain.

Défi logistique posé par la garde des enfants, cours d'allemand express, appréhension face aux nouvelles fonctions, ...: il s'agit de réorganiser sa vie en quelques semaines seulement.

>> Reportage avec Marie-France Roth Pasquier (PDC/FR) et Valentine Python (Verts/VD):

Nouvelle vague. Episode 1: Marie-France Roth-Pasquier et Valentine Python doivent réaoganiser leur vie.
19h30 - Publié le 25 novembre 2019

Les chiffres

Vague verte et vague féministe obligent, les nouvelles têtes sont nombreuses dans les travées du Parlement. Un tiers du Parlement est renouvelé, soit davantage que la moyenne des six dernières élections.

>> Nombre de nouveaux élus au Parlement (1999-2019)

Ce renouvellement se matérialise notamment dans l'âge moyen des élus fédéraux - 49 ans au Conseil national (-1), 54 ans au Conseil des Etats (-1) -, et surtout dans la forte progression du nombre de femmes dans les travées du Parlement.

>> Evolution du nombre de femmes au Parlement (1971-2019)

Chapitre 03

Les parlementaires poussés vers la sortie

Il y a ceux qui débarquent dans la Berne fédérale et ceux qui la quittent. Pour certains, le départ est volontaire. L'exil est en revanche contraint pour ceux qui, eux, briguaient un nouveau mandat.

Poussés vers la sortie par les électeurs, comment ces parlementaires gèrent-ils ce moment difficile? Comment occupent-ils ces dizaines de jours désormais libres dans leur agenda?

>> Reportage avec Roger Golay (MCG/GE) et Manfred Bühler (UDC/BE):

Les conseillers nationaux non réélus doivent repenser leur avenir après leur défaite aux dernières élections fédérales.
19h30 - Publié le 26 novembre 2019

Les chiffres

Cette année, 198 parlementaires sortants briguaient un nouveau mandat. Trente conseillers nationaux et trois sénateurs sortants ont été désavoués dans les urnes. Il faut remonter à 1999 pour retrouver une telle hécatombe.

>> Nombre de parlementaires sortants non réélus

Chapitre 04

L'accueil des "petits nouveaux"

Il est rare de voir autant de nouveaux parlementaires sous la Coupole fédérale. Au Conseil national, plus d'un tiers des nouveaux élus ne siégeaient pas à Berne lors de la précédente législature. Aux Etats, la mue est encore plus nette. La Chambre haute accueillera 22 nouvelles têtes, soit un taux de renouvellement historique de près de 50%.

>> Reportage lors de la journée d'accueil des nouveaux élus au Palais fédéral:

Les nouveaux élus à Berne apprennent le métier et sont accueillis par leurs aînés.
19h30 - Publié le 28 novembre 2019

Les chiffres

Part des nouveaux élus au National

Part des nouveaux élus aux Etats

L'esprit spécial du Conseil des Etats

Pour les nouveaux élus, il s'agit d'intégrer les codes du Parlement. La tâche est particulièrement ardue pour les sénateurs. La Chambre des cantons est en effet régie par une multitude de règles non écrites, explique le PDC valaisan Jean-René Fournier, qui quitte le Conseil des Etats après trois mandats.

Jean-René Fournier: "Au Conseil des Etats, il y a les règles écrites et il y a des règles non écrites"
L'actu en vidéo - Publié le 26 novembre 2019

>> La question de la représentativité du Parlement: les précisions dans le 19h30 de Florian Evéquoz:

La question de la représentativité du parlement: les précisions de Florian Evéquoz
19h30 - Publié le 28 novembre 2019

Chapitre 05

Les lobbyistes privés d'accès au Parlement

Quel est le point commun entre Migros, la faîtière des assureurs maladie Santésuisse, la Loterie romande, les ONG Amnesty International et Caritas, l'association environnementale Initiative des Alpes, le Touring Club Suisse et la Fédération des hommes gays et bi Pinkcross?

Apparemment, il n'y en a aucun... et pourtant ! Ces lobbys - comme d'autres - bénéficiaient tous d'un accès permanent au Palais fédéral et l'ont perdu à la suite des élections fédérales, soit parce que l'élu qui leur accordait ce privilège n'a pas brigué de nouveau mandat, soit parce qu'il n'a pas été réélu.

Comment les lobbys vivent-ils cette perte? Est-ce vraiment grave pour eux? Vont-ils draguer les nouveaux élus? Les entreprises parlent peu volontiers de ces questions. La directrice de Santésuisse Verena Nold, elle, ne se battra pas pour récupérer son sésame. Quant à Alain Bovard, d'Amnesty International, il a d'ores et déjà retrouvé un badge.

Avec le changement de parlementaires, certains accès pour les lobbys changent de main.
19h30 - Publié le 27 novembre 2019

Les chiffres

L'article 69 de la Loi sur le Parlement autorise tout parlementaire à donner à deux personnes un badge d'accès "aux parties non publiques" du Palais fédéral. Le nom et la fonction de ces deux personnes sont inscrites dans un registre accessible au public et régulièrement mis à jour.

Toutefois, tous les élus ne font pas usage pas de ce droit. Le dernier décompte en date, établi le 17 octobre, faisait état de 294 badges distribués par les conseillers nationaux et 60 badges distribués par les conseillers aux Etats. Sur ces quelque 350 bénéficiaires, 115 ont perdu leur accès à la suite des élections.

La plupart d'entre eux devraient toutefois retrouver un badge, selon Lobbywatch. "Un lobbyiste qui fait son travail correctement a un réseau", estime Thomas Angeli, coprésident de cette plateforme qui surveille les liens d'intérêt des élus. Certains lobbys sont-ils prêts à payer? "Il y a des rumeurs, mais on ne peut rien prouver", ajoute-t-il.

Reste que toutes les cartes d'accès ne sont pas octroyées à des groupes d'intérêt, bien au contraire. Nombre de parlementaires attribuent un badge à des membres de leur famille, à des proches ou à des collaborateurs personnels.

>> La chronique politique de Stéphane Deleury sur cette question:

La chronique politique - Des badges qui se perdent
La chronique politique - Publié le 05 novembre 2019

Crédits

  • Réalisation web

    Didier Kottelat

  • Reportages TV

    David Berger, Pierre Nebel, Rouven Gueissaz