Modifié le 20 novembre 2019 à 17:03

Le F6, ce corps d'élite américain qui collecte les données depuis Genève

Les bâtiments visibles de la mission permanente des Etats-Unis auprès de l'ONU.
La Suisse sous couverture - Genève, nid d'espions (3/5) Les Documentaires de la RTS / 13 min. / le 20 novembre 2019
En abritant l'ONU et d'autres organisations phare, Genève constitue un site primordial pour le renseignement américain, comme l'a révélé Edward Snowden. Le 3e épisode de la web-série "La Suisse sous couverture" livre les détails de cette infiltration, en faisant une halte toute particulière à la mission diplomatique des Etats-Unis.

Avec les documents classés top-secret qu'il a révélés en 2013 et son récit autobiographique fraîchement publié, l'ex-employé de la CIA et de la NSA Edward Snowden a levé un peu le voile sur la surveillance américaine au coeur de la Genève internationale (voir encadré).

Une station d'écoute, un corps d'élite, des outils d'analyse numérique... la palette du renseignement américain est assez large pour réussir à toujours garder un oeil sur les ennemis et les amis de la Nation.

Quel regard porte la Confédération sur ces pratiques d'espionnage? Les demandes d'explications des conseillers nationaux Carlo Sommaruga (PS/GE) et Balthasar Glättli (Vert/ZH) sont pour l'heure restées lettre morte.

RTSinfo diffuse cette semaine la web-série "La Suisse sous couverture", consacrée aux liens entre la Confédération et le renseignement international. Découvrez les secrets bien gardés de la mission américaine à Genève en regardant le 3e épisode "Genève, nid d'espions" (ci-dessus) avec son complément d'informations (ci-dessous).

Nicolas Giannakopoulos - Directeur adjoint de l'Observatoire universitaire de la sécurité à Genève

Depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, chaque fois qu'il y avait un énorme problème en Suisse, les Américains étaient toujours là pour le régler. Naturellement tout cela ne vient pas gratuitement

Nicolas Giannakopoulos - Directeur adjoint de l'Observatoire universitaire de la sécurité à Genève

La mission américaine à Genève

Située à 600 mètres de l'ONU et du CICR, sur la commune de Pregny-Chambésy (voir carte tout en bas), la Mission américaine auprès de l'ONU et d'autres organisations internationales est un véritable village fortifié. Ceinturé d'une triple barrière de sécurité, le site comprend un bâtiment principal et une quinzaine d'annexes. Plus de 200 employés y travaillent. Ses domaines d'action officiels sont la crise des réfugiés, les droits humains, la santé, l'environnement, les lois internationales, le développement, la finance et le contrôle des armes.

Derrière ce faux mur de béton se cacherait l'une des 80 stations d'écoute américaines. Derrière ce faux mur de béton se cacherait l'une des 80 stations d'écoute américaines. [societe ecran media] Aux derniers étages de l'édifice principal, la NSA et la CIA dirigent de concert un corps d'élite : le Special Collection Service, dit F6. Cette unité, dont Edward Snowden était un sous-traitant, y gère l'une des 80 stations d'écoute américaines. Elle a à sa disposition du matériel d'interception des réseaux sans fil et GSM, des antennes, des récepteurs à spectre large, des outils d'analyse numérique, ...  Certains appareils se trouvent sur le toit, mais ils sont invisibles à l'oeil nu car cachés sous du faux béton, non loin des panneaux solaires. En totalité, il y aurait des dizaines de types d'appareils pour espionner les personnes de haut rang en transit à Genève, la délégation russe située à 1 km, voire... tout ce qui pourrait être potentiellement intéressant pour les Etats-Unis.

Duncan Campbell - journaliste d'investigation

La Suisse serait un partenaire des Etats-Unis dans le cadre de programmes de cyberguerre

Duncan Campbell - journaliste d'investigation

>> Lire: La mission américaine à Genève dotée d'"oreilles" de la NSA

Nom de code: Site C

Une fois interceptées, les communications partent vers l'Angleterre, ainsi que vers l'Allemagne, au "centre de recherches de la NSA" de Wiesbaden, selon les documents fournis par Edward Snowden. Là-bas, les données sont standardisées avant de poursuivre leur voyage pour les Etats-Unis, où elles sont d'abord triées sur le "Site C", dans le Maryland, puis analysées à Fort Meade, au siège de la NSA.

Alain Chouet, ex-agent du renseignement à la DGSE

La Suisse navigue en permanence entre les exigences contradictoires de la discrétion et d'une nécessité d'ouverture sur les domaines les plus complexes.

Alain Chouet - ex-agent du renseignement français DGSE

L'immeuble au 16, quai du Seujet

Le quai du Seujet 16 à Genève n'est pas une adresse comme les autres. Le quai du Seujet 16 à Genève n'est pas une adresse comme les autres. [societe ecran media] Depuis plusieurs années, une partie du personnel de la mission américaine réside dans les hauteurs de l'immeuble situé au 16, quai du Seujet, dans le quartier de la Jonction, non loin du lac, à Genève. Le bâtiment abrite aussi des entreprises et des instituts bancaires. Les loyers des appartements se situent entre 4500 et 7000 francs.

Le titre donné aux locataires américains est souvent une couverture: attaché à la promotion économique, délégué à la coopération, etc. Lorsqu'Edward Snowden habite dans son quatre pièces avec vue sur Rhône, entre 2007 et 2009, il est officiellement un membre de la mission diplomatique, et non un employé de la CIA. Il aurait été placé sous "couverture profonde" (deep cover, l'Etat hôte n'est pas informé). Le whistblower apparaît sous deux adresses, l'une sur les bords du Rhône, l'autre, à Chambésy, est celle de la mission permanente de Etats-Unis à Genève. Le whistblower apparaît sous deux adresses, l'une sur les bords du Rhône, l'autre, à Chambésy, est celle de la mission permanente de Etats-Unis à Genève. [ - ]

>> Lire: L'adresse genevoise de la taupe des renseignements américains

Les salons de l'ONU

L'Organisation des Nations unies regroupe 193 pays et autant d'intérêts divergeants. De quoi faire germer les plus audacieuses stratégies de surveillance. Ainsi, des "salons de discussions piégés" ont été découverts au siège subsidiaire de Genève en 2004, 2006 et 2007. Ces systèmes d'écoute sophistiqués sont difficiles à localiser.

Voici le procédé découvert en 2006 (source: L'Hebdo, 2009): des câbles longent une paroi pour s'enfoncer dans un caisson décoratif de 20 centimètres de profondeur où se trouve un système caché dans du bois et connecté à un système similaire placé dans une salle adjacente, caché lui par une banquette. L'appareil, qui transmet les données en temps réel par saccades (burst system), peut atteindre un rayon de 150m. La batterie produit très rarement de l'activité électrique. "Qui a posé ça, comment? Ce n’est certainement pas les Nations unies", fait remarquer l'ex-agent du renseignement Jacques Baud.

>> Revoir l'archive RTS sur la découverte du premier mouchard:

Genève: un scandale de mise sur écoute éclate au sein de l'ONU
19h30 - Publié le 16 décembre 2004

La mise sur écoute existe "depuis le premier jour de l'ONU", selon le Danois Michael Moller, ex-directeur général de l'Office des Nations unies.

Rien n'est secret, même à l'ONU
Pardonnez-moi - Publié le 21 septembre 2015

Et les autres pays?

Même si l'arsenal de surveillance américain ne semble pas pouvoir être concurrencé, d'autres pays pratiquent une surveillance particulièrement active à Genève: la mission britannique, la mission chinoise et la mission russe.

Jacques Baud, ex-membre du renseignement suisse

J’ai rencontré des ONG dans lesquelles je pense il n’y a aucun humanitaire. Tous sont des agents de renseignement

Jacques Baud - ex-agent du renseignement suisse

Dans un récent rapport, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) qualifie d’"agressives" les activités d’espionnage de la Russie en Suisse. Un diplomate russe sur quatre à Genève serait un espion, selon une évaluation confidentielle de Berne, divulguée par la presse il y a un an. Une information récemment confirmée par Sergueï Jirnov, un ex-officier traitant du KGB, selon qui plusieurs dizaines d’espions russes sont actuellement infiltrés en Suisse. Scotland Yard a d'ailleurs révélé que les deux principaux suspects de l'affaire Skripal se seraient livrés à des activités d'espionnage à Genève, un mois avant la tentative d'intoxication sur l'ex-agent double britanico-russe.

A noter que les quatre grandes puissances ont leurs ambassades à Berne. Mais ça, c'est une autre histoire...

>> Lire: Des dizaines d'espions russes infiltrés en Suisse, selon un ex-agent du KGB, Washington sanctionne à nouveau la Russie pour l'affaire Skripal et Un diplomate russe sur quatre basé en Suisse serait un espion

>> Retrouver tous les épisodes: "La Suisse sous couverture", la web-série qui décrypte les activités d'espionnage sur sol helvétique

Caroline Briner

Remerciements: Mehdi Atmani

Publié le 05 novembre 2019 à 18:24 - Modifié le 20 novembre 2019 à 17:03

Les recettes de l'espionnage, selon l'ex-agent Alain Chouet

1) avoir une fausse identité, ou du moins une couverture. "Les Affaires étrangères fournissent à leurs officiers de renseignement une couverture diplomatique, un passeport diplomatique, la protection diplomatique"

2) passer pour le crétin de service. "Une fois que l’on a bien ancré cette image, on peut mener ses petites affaires tranquillement"

3) chasser en meute. "L'espion n'est jamais un loup solitaire"

La Genève internationale en quelques chiffres

Genève accueille des organisations et des conférences internationales depuis la création de la Croix-Rouge en 1863.

° 40 organisations et secrétariats internationaux
- ONU (Organisation des nations unies), ses agences et ses programmes (Unicef, OMS, OIT, Giec, HCR, ITU, Unesco, Conseil des droits de l'homme, ...). Le siège de l'ONU est à New York mais les sièges des agences sont à Genève
- CICR (comité international de la Croix-Rouge): siège
- OMC (Organisation mondiale du commerce): siège
- ITC (Centre du commerce international): siège
- WEF (Forum économique mondial): siège
- Cern (Conseil européen pour la recherche nucléaire): siège
- IAEA (Agence internationale de l'Energie atomique): bureau
- Banque mondiale : bureau

° 179 États représentés

° 750 ONG

° 34'000 fonctionnaires

° 4400 visites de hauts représentants par an

° 207'000 délégués pour des conférences par an

° Et des grandes banques et entreprises de la Finance

La mission permanente des Etats-Unis à Genève