Modifié le 04 novembre 2019 à 20:32

Il est toujours difficile de concilier famille et travail en Suisse

Maternité et carrière ne font pas bon ménage, selon une enquête de l'Office fédéral de la statistique.
Maternité et carrière ne font pas bon ménage, selon une enquête de l'Office fédéral de la statistique. 19h30 / 2 min. / le 04 novembre 2019
Près d'un tiers des femmes ayant un diplôme universitaire n'ont pas d'enfants. La plupart d'entre elles craignent que la maternité n'ait des conséquences négatives sur leur carrière, révèle une enquête de l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Trois quarts des femmes avec un diplôme du degré tertiaire associent la venue d’un enfant à des répercussions négatives sur leur carrière professionnelle, contre 62% de celles ayant un niveau de formation moins élevé. Chez les hommes, ces proportions sont nettement moins importantes. Elles atteignent 37% pour ceux qui ont suivi la voie académique et 30% pour les autres.

Fonder une famille reste néanmoins un objectif pour la plupart des Suisses. Environ six personnes sur dix entre 20 et 29 ans souhaitent avoir deux enfants. Mais ce désir ne correspond pas toujours à la réalité. Chez les 50 à 59 ans, la part des parents de deux enfants est d'environ 40%. Un quart n'en ont pas et et moins d'un sixième en ont un seul.

Grands-parents sollicités

Plus de deux tiers des ménages ayant des enfants de moins de 13 ans recourent à un accueil extrafamilial pour leurs enfants. Ils sollicitent le plus souvent leur entourage, notamment les grands-parents. Le mode de garde diffère toutefois selon les régions. En Suisse romande, près de la moitié des familles sollicitent une crèche ou une structure d'accueil parascolaire.

En Suisse alémanique et au Tessin, la prise en charge est plus souvent confiée à des proches. Le taux atteint 43% outre-Sarine et 48% outre-Gothard.

Même si on observe une légère tendance à une répartition plus équitable des tâches domestiques, c'est toujours, en grande partie, l'affaire des femmes. Y compris quand les enfants sont malades: ce sont elles qui restent le plus souvent à la maison.

>> L'interview de Sylvan Berrut, co-responsable de l’enquête "Familles et générations", dans le 12h30:

La famille suisse reste finalement très traditionnelle et 90% des couples qui ont des enfants en commun sont mariés.
halfpoint - Depositphotos
Le 12h30 - Publié le 04 novembre 2019

Mariage toujours répandu

Plus de trois quarts des femmes et des hommes de 18 à 80 ans sont en couple. La grande majorité habite avec son ou sa partenaire. Le mariage est toujours très répandu: plus de 90% des couples ayant des enfants en commun sont en effet mariés.

La manière dont les couples se rencontrent a changé avec le développement d’Internet. Si la majorité des couples font toujours connaissance dans leur cercle d’amis, à l’école, au travail ou lors d’une sortie, un cinquième des couples qui se sont formés au cours des cinq dernières années se sont rencontrés via Internet.

A noter enfin que l'image des familles homoparentales évolue. De plus en plus de gens pensent qu'un enfant peut aussi être heureux s'il est élevé par un couple de même sexe.

>> Interview de Gilles Crettenand, coordinateur du Programme MenCare en Suisse romande, dans Forum:

Les hommes peu impliqués dans les tâches domestiques et familiales: interview de Gilles Crettenand
Forum - Publié le 04 novembre 2019

ats/lan

Publié le 04 novembre 2019 à 12:54 - Modifié le 04 novembre 2019 à 20:32

Enquête réalisée tous les 5 ans

L'enquête sur les familles et les générations est réalisée tous les cinq ans depuis 2013.

Cette deuxième étude, effectuée en 2018, a porté sur 16'815 personnes âgées de 15 à 79 et vivant dans des ménages privés.