Publié le 04 novembre 2019 à 10:52

Former les jeunes migrants de manière précoce peut économiser des millions

Un cours de formation à destination de réfugiés reconnus et de personnes admises à titre temporaire.
Former les jeunes migrants de manière précoce permet d'économiser des millions Le Journal horaire / 24 sec. / le 04 novembre 2019
L'encouragement précoce des adolescents et des jeunes adultes arrivés tardivement en Suisse profite aussi à la société et à l’économie. Selon une nouvelle étude, investir dans l’accès précoce à la formation permettrait d’économiser des dizaines de millions de francs par an.

"Il faut intégrer au système de formation public l’accès précoce à la formation axée sur le marché du travail également pour les jeunes migrants, indépendamment de leur statut et jusqu’à l’âge de 30 ans idéalement", ont indiqué lundi plusieurs fondations en se basant sur une étude du Forum suisse pour l'étude des migrations et de la population de l'Université de Neuchâtel et du B,S,S. Volkswirtschaftliche Beratung à Bâle.

Selon le rapport, huit jeunes qui ont participé aux offres de formation de base sur dix, ont trouvé une place de préapprentissage, ont rejoint une passerelle, ont intégré un gymnase, ou ont poursuivi un cours de langue ou un programme d’occupation. Une grande partie des participants ont reçu une décision d’asile favorable ou une admission provisoire pendant le cours.

Un investissement rentable en 3 à 8 ans

"L’encouragement précoce leur a ainsi fait gagner un temps précieux pour leur formation et leur intégration", peut-on lire dans le communiqué. Les économies, notamment dans le domaine de l’aide sociale, sont supérieures aux coûts liés à une mesure d’intégration précoce.

L’investissement est rentable après trois à huit ans, selon le taux de protection et la durée de la procédure d’asile, ont ajouté les fondations Volkart Stiftung, CMS, Paul Schiller, Ernst Göhner, et Stiftung Mercator Schweiz. Selon le nombre de jeunes requérants d'asile, l'encouragement précoce permettrait d'économiser entre 140 millions de francs (en 2016 par exemple) et 43 millions (en 2018) par an.

ats/ebz

Publié le 04 novembre 2019 à 10:52