Modifié

Une Genevoise radicalisée sous le coup d'un retrait de nationalité

Une Suissesse soupçonnée de djihadisme pourrait être déchue de sa nationalité [RTS]
Une Suissesse soupçonnée de djihadisme pourrait être déchue de sa nationalité / Forum (vidéo) / 2 min. / le 22 octobre 2019
Une procédure de déchéance de nationalité a été déclenchée mardi contre une femme genevoise soupçonnée de djihadisme, a appris la RTS. C'est la deuxième fois seulement qu'une telle pratique se produit en Suisse.

Les autorités fédérales veulent retirer la nationalité d'une femme romande d'origine tunisienne qui serait actuellement détenue dans un camp avec ses enfants dans le nord de la Syrie. C'est le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) qui a lancé cette procédure, annoncée dans la Feuille fédérale.

Selon la notification du SEM, deux articles de la législation sur la nationalité sont mis en avant. Ceux-ci prévoient le retrait si "la conduite [du double national] porte gravement atteinte aux intérêts de la Suisse", notamment "si la personne commet un crime grave dans le cadre d'activités terroristes".

Partie en Syrie en 2016

La personne concernée, née à Genève et aujourd’hui âgée de 30 ans, possède les nationalités suisse, française et tunisienne. Elle a fait l'objet de plusieurs articles de presse. Selon le témoignage de ses proches, elle se serait radicalisée et aurait quitté Genève en enlevant ses deux enfants, nés de deux pères différents. En 2016, elle aurait pris la direction de la Syrie pour rejoindre le califat du groupe terroriste Etat islamique.

Elle aurait eu un nouvel enfant sur place. Ses activités précises en Syrie restent cependant floues. Au début de cette année, les forces kurdes l'auraient arrêtée lors de la prise de Baghouz, l'un des derniers bastions de Daech. En Suisse, les deux pères se démènent depuis des années pour récupérer leurs enfants.

Pour cette femme genevoise, il s'agit aujourd'hui uniquement de l'ouverture d'une procédure. Le retrait n'est pas encore prononcé. La principale intéressée a encore un mois pour s'opposer.

Marc Menichini/gma

Publié Modifié

Pas une première

Ce n'est pas la première fois que les autorités suisses déclenchent une procédure de déchéance de nationalité. Le mois dernier, le SEM annonçait le retrait effectif de la nationalité d'un Suisse d'origine turque, âgé de 35 ans, condamné pour propagande et recrutement de terroristes en Suisse.