Modifié le 22 octobre 2019 à 18:11

La Suisse la plus à gauche mais la moins socialiste

La vague verte a eu un impact sur la distribution des forces entre la gauche et la droite au Conseil national. Il faut remonter aux élections fédérales de 2003 pour retrouver une Chambre basse dotée d'une si forte présence de la gauche.

Avec la percée verte de dimanche dernier, la majorité des communes suisses ont voté plus à gauche que lors des élections fédérales de 2015. Dans tout l'Arc lémanique, le vote de la population s'est ainsi déplacé vers la gauche.

Cette tendance n'a fait basculer la majorité que dans une vingtaine de communes sur les plus de 2200 que compte la Suisse, mais a légèrement rééquilibré les forces politiques dans de nombreuses régions.

Notre carte permet de constater cette évolution. Passez votre souris ou votre doigt sur les communes pour connaître la variation des voix obtenues par les différentes tendances politiques. La taille des flèches indiquent l'ampleur du mouvement.

Le meilleur résultat de gauche, mais le pire pour les socialistes

Avec 69 sièges sur 200, le bloc de gauche (PS, Verts et petits partis de gauche) retrouve en 2019, et après 12 ans de recul, son niveau record de 2003, lorsqu'il avait conquis un nombre identique de mandats. Différence de taille, à l'époque seuls 14 Verts avaient été élus, contre 28 aujourd'hui.

Ce report des bulletins a fait fondre la représentation socialiste, qui avec ses 39 élus n'a paradoxalement jamais été aussi faible. Le pire résultat des socialistes en termes de sièges était de 41 élus lors des élections de 1991, 1987 et 1919. Le PLR, lui aussi concurrencé par une formation écologiste, se retrouve dans une situation similaire et fait également face à son plus bas historique avec 29 élus.

Des partis moins à droite qu'en 2015

En plus de la croissance des sièges obtenus par la gauche, c'est la position de toute la Chambre basse qui semble légèrement s'éloigner de la droite entre 2019 en 2015.

Selon une comparaison des profils Smartvote, à travers tous les partis, la position des moyennes des élus de 2019 s'est déplacée vers la gauche de l'échiquier, comparé à 2015. Ce mouvement se constate en particulier parmi les parlementaires PDC et PLR, dont les réponses au questionnaire les placent plus au centre que lors de la législature qui se termine.

Cette évolution s'explique par l'arrivée de nouveaux élus, mais aussi par de nouvelles réponses des parlementaires réélus, en particulier sur le thème environnemental.

Marc Renfer

Carte: Angelo Zehr, SRF Data

Publié le 22 octobre 2019 à 18:11 - Modifié le 22 octobre 2019 à 18:11