Modifié le 22 octobre 2019 à 09:27

Verts et Vert'libéraux ont mobilisé les non-votants et pris des voix PS et PLR

Les Verts et les Vert'libéraux ont puisé dans l'électorat socialiste et PLR.
Les Verts et les Vert'libéraux ont puisé dans l'électorat socialiste et PLR. [Anthony Anex - Keystone]
Le sondage à la sortie des urnes réalisé par Sotomo pour la SSR confirme les mouvements d'électeurs que laissaient deviner les résultats des élections fédérales. Outre les sympathisants socialistes et PLR, les Verts et Vert'libéraux ont su séduire les abstentionnistes.

Le recul du PS et la progression des Verts semblaient indiquer dimanche un glissement des votants de l'un à l'autre. Publié lundi, le sondage à la sortie des urnes confirme cette hypothèse. Par rapport à 2015, les socialistes ont perdu 6% de leur électorat au profit du parti écologiste suisse. Ces convertis constituent 8% du vote vert.

Un mouvement similaire s'est opéré chez les électeurs de droite. Les transferts de voix entre libéraux-radicaux et Vert'libéraux (PVL) ont coûté 4% de leur voix au PLR.

Plus marginalement, les Verts ont conquis quelques électeurs de droite, principalement à l'UDC et au PVL, alors que ce dernier a pris des voix au PS. Enfin, le PBD a perdu des votants au profit de tous les grands partis.

Nouveaux votants écologistes, démobilisation ailleurs

Les abstentionnistes anciens et nouveaux ont aussi pesé dans la balance. Les formations écologistes sont parvenues à mobiliser ceux qui n'avaient pas voté en 2015. Ces nouveaux votants ont constitué plus du quart des partisans des Verts et des Vert'libéraux.

Tous les autres grands partis ont perdu des plumes en raison des nouveaux abstentionnistes, qui avaient pris part au scrutin en 2015, mais y ont renoncé cette année. L'UDC, le PS mais surtout le PBD ont connu d'importantes démobilisations de leurs troupes.

tyf/vtom

Publié le 21 octobre 2019 à 17:34 - Modifié le 22 octobre 2019 à 09:27

Méthodologie

Le sondage a été réalisé 18 au 21 octobre 2019, en ligne sur les sites de la SSR et à la sortie des urnes. La marge d'erreur est de 1,1%. Les gains et les pertes indiqués sont le solde entre électeurs gagnés et perdus. Les pourcentages sont calculés sur la base du nombre d'électeur du parti concerné.