Publié mardi à 16:26

Début de la récolte des signatures contre la nouvelle loi sur la chasse

Aucune loi en Suisse interdit ou limite la consommation d'alcool quand on pratique la chasse.
Vers un référendum sur la nouvelle loi sur la chasse Le Journal horaire / 21 sec. / mardi à 10:00
La loi sur la chasse est ratée et inacceptable aux yeux des organisations de protection de l'environnement et des animaux. Elles ont officiellement lancé mardi le référendum contre cette loi adoptée en septembre par le Parlement.

La réforme est un échec et extrêmement inquiétante. Elle anéantit la protection des espèces menacées au lieu de la renforcer, critiquent mardi Pro Natura, le WWF Suisse, BirdLife Suisse, le Groupe Loup Suisse et zoosuisse qui demandent un retour à la case départ.

Ces organisations rappellent que les animaux protégés pourront être tués simplement parce qu'ils existent. Si le loup, le castor, le lynx ou le héron cendré dérangent les paysans, les chasseurs, les pisciculteurs ou les politiciens, ils pourront être abattus sans avoir provoqué de dégâts. Aucune mesure préventive ne doit être prise préalablement, souligne Urs Leugger-Eggimann, secrétaire central de Pro Natura.

Le Parlement a aussi raté l'opportunité de protéger enfin le lièvre brun ou la bécasse des bois. La loi prévoit aussi l'élaboration d'une liste des animaux régulables par la chasse. Le Conseil fédéral pourra la modifier à loisir, sans passer par le Parlement. La protection des animaux n'est plus assurée.

Différents régimes

La révision prévoit un transfert de compétences de la Confédération aux cantons en matière de protection des espèces. Chaque canton sera libre d'interpréter à sa façon la protection.

Il y a donc un risque réel de réactions irrationnelles et de voir apparaître une grande variété de régimes, rappelle David Gerke, président du Groupe Loup Suisse. Par ailleurs, si la chasse est du ressort des cantons, la protection des espèces est clairement l'affaire de la Confédération comme le stipule la Constitution fédérale, selon les organisattons.

Retour à la loi actuelle

La loi actuelle jouit d'un large soutien de la part des chasseurs, des agriculteurs, des gardes-faune, des protecteurs de l'environnement et de la population en général. Selon eux, elle est un compromis intelligent. Elle permet à la fois des tirs individuels ciblés et des régulations de populations.

Les organisations ont jusqu'au 16 janvier 2020 pour récolter 50'000 signatures et sont convaincues d'y parvenir.

ats/gma

Publié mardi à 16:26