Modifié le 07 octobre 2019 à 12:51

"Le clitoris, c'est une fierté féminine qui s'affiche"

Le clitoris a une partie extérieure et une plus grande partie intérieure.
L'éducation sexuelle a évolué dans la manière d'aborder le plaisir féminin et le clitoris Le Journal de 7h / 1 min. / le 07 octobre 2019
Le clitoris est de plus en plus présent dans les cours d'éducation sexuelle en Suisse romande, qui ont évolué dans la manière d'aborder le plaisir féminin. "Il prend place dans la sphère publique", explique lundi la sociologue Delphine Gardey.

Pour la première fois cette année, le manuel des sciences de la nature pour les élèves romands du cycle 3 montre l'anatomie complète du clitoris. Et depuis peu, les formateurs des cours d'éducation sexuelle présentent même des clitoris en 3D.

L'organe du plaisir féminin est longtemps resté dans l'ombre. "C'est une sorte de fierté féminine qui s'affiche, comme il y a eu les fiertés gays. On a dit aux petites filles et aux jeunes femmes qu'elles n'avaient rien, qu'elles étaient dépourvues de tout organe. En fait, elles avaient beaucoup de choses à montrer pour vivre leur expérience sexuelle", indique Delphine Gardey dans La Matinale.

Cette historienne et professeure à l'Institut des Etudes genre à l'Université de Genève vient de publier "Politique du clitoris" aux éditions Textuel.

"Une forme de reconquête"

Faute d'intérêt scientifique, l'anatomie complète du clitoris a seulement été découverte à la fin des années 1990. Par ailleurs, selon l'Université de Genève, 50'000 études sont publiées cette année sur le pénis, contre 2500 sur l'organe du plaisir féminin.

Brandi sur des pancartes lors des manifestations féministes, le clitoris est devenu un nouveau moyen de revendication. "La répression qui a été si structurante dans nos sociétés occidentales prend fin. C'est le moment d'une forme d'expression, d'une forme de reconquête du droit au plaisir qui a existé depuis les années 70", assure Delphine Gardey.

Copie revue

"La médecine, à partir de la fin du 18e siècle, joue un rôle déterminant dans l'assignation des femmes à la sphère de la non-raison et de la passion. Les femmes sont assignées à la tâche de la reproduction, c'est la raison pour laquelle on ne va s'intéresser, d'un point de vue anatomique, qu'aux organes de la reproduction", relève l'historienne.

Une enquête en France a récemment démontré que 20% des femmes ne savent pas où se situe leur clitoris. C'est une des raisons pour lesquelles les cours d'éducation sexuelle, qui fêtent jeudi leurs 50 ans dans le canton de Vaud, ont revu leur copie.

>> L'interview de Delphine Gardey:

Le clitoris comme nouveau moyen d’action ou de revendication: interview de Delphine Gardey (vidéo)
L'invité-e d'actualité - Publié le 07 octobre 2019
 

gma

Publié le 07 octobre 2019 à 08:30 - Modifié le 07 octobre 2019 à 12:51