Modifié

Don d'organes: trois quarts des Suisses pour le consentement présumé

En Suisse tous les 5 jours un patient décède faute d’avoir pu être transplanté à temps. [Gaëtan Bally - Keystone]
Don d'organes: trois quarts des Suisses pour le consentement présumé / Le Journal horaire / 17 sec. / le 30 septembre 2019
Trois Suisses sur quatre (76%) sont favorables à un nouveau système de dons d'organes, passant du consentement explicite au consentement présumé. La même majorité de personnes seraient aussi prêtes à donner leurs organes après leur mort.

La population semble prête à changer de système, a indiqué Swisstransplant, le mandataire de l'étude de gfs.bern, dans un communiqué lundi. "Nous sommes ravis de cette preuve de grande solidarité et d'ouverture des électeurs suisses en matière de don d'organes", a relevé Pierre-Yves Maillard, président du conseil de fondation de Swisstransplant.

Les résultats montrent ainsi que l'initiative "Pour sauver des vies en favorisant le don d'organes" pourrait rencontrer une forte adhésion populaire. Cette initiative, déposée au printemps, propose de passer au consentement présumé. Le Conseil fédéral vient de soumettre un contre-projet indirect. Il approuve l'initiative mais ajoute dans son texte le droit des proches à se prononcer en cas d'absence d'opposition documentée.

>> Voir aussi le débat de Forum sur le consentement présumé:

Le débat - Vers un consentement présumé en matière de don d’organes? [RTS]
Le débat - Vers un consentement présumé en matière de don d’organes? / Forum (vidéo) / 18 min. / le 10 septembre 2019

Pour rappel, Swisstransplant a lancé en octobre 2018 un Registre national du don d'organes. Il est ainsi possible de dire "oui" ou "non" au don d'organes sur une plateforme en ligne.

ats/jfe

Publié Modifié