Modifié

Le procureur général Michael Lauber joue sa réélection à la tête du MPC

Michael Lauber saura mercredi s'il est reconduit à la tête du MPC. [Peter Klaunzer - Keystone]
Le procureur général Michael Lauber joue sa réélection à la tête du MPC / La Matinale / 1 min. / le 25 septembre 2019
L'Assemblée fédérale décidera mercredi matin s'il veut reconduire Michael Lauber à la tête du Ministère public de la Confédération. Le procureur général fait face à de nombreuses critiques concernant des procédures en lien avec des enquêtes sur la Fifa.

Après des mois de controverses, Michael Lauber saura mercredi s'il peut entamer un troisième mandat en tant que procureur général de la Confédération.

Le Soleurois de 53 ans se retrouve au coeur d'une polémique après plusieurs rencontres non protocolées avec le président de la FIFA Gianni Infantino, organisées dans le cadre de procédures menées contre la Fédération internationale de football. Le procureur général a d'ailleurs dû se récuser dans cette affaire (lire encadré).

Issue incertaine

Les fronts politiques divergent sur ce dossier, rendant le scrutin très incertain. Après avoir auditionné Michael Lauber ce mardi, le PS s'est prononcé, "à une faible majorité", en faveur de sa réélection.

De son côté, le groupe UDC au Parlement a déjà fait part de son préavis positif. Notons toutefois que le parti est divisé et que seule la moitié des élus étaient présents lors de cette prise de position.

De même, dans le camp PLR, on défend "à une très grande majorité" la réélection du magistrat.

>> Lire: Le groupe PLR soutient la réélection de Michael Lauber, le PDC s'abstient

Le PDC, lui, n'a pas émis de recommandation de vote, le groupe déplorant une "politisation" de l'élection du procureur général de la Confédération. Les Verts ont eux aussi opté pour la liberté de vote. Quant au PBD, il n'a pas communiqué de position officielle.

Par ailleurs, si Michael Lauber a reçu le soutien de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police, ainsi que de la Conférence des Procureurs de Suisse (CPS), il a été désavoué par la Commission judiciaire du Parlement. Celle-ci a recommandé par neuf voix contre six à l'Assemblée fédérale de ne pas accorder un troisième mandat au Soleurois.

>> Lire aussi: La commission judiciaire recommande la non-réélection de Michael Lauber

Système en question

Cette affaire a inspiré plusieurs propositions visant à changer le modèle de la justice fédérale. Le groupe UDC entend par exemple déposer une initiative parlementaire pour un "désenchevêtrement des compétences" au sein de l'Autorité de surveillance du MPC. En clair, le parti veut attribuer la supervision des affaires administratives du MPC au Département fédéral de justice (DFJP) et la surveillance judiciaire au Tribunal fédéral (TF).

Le conseiller national Christian Lüscher (PLR/GE) demande un changement de loi afin que le mandat du procureur général de la Confédération ne coïncide pas avec le début de la législature, pour éviter une "politisation" de l'élection du magistrat.

Enfin, le député Carlo Sommaruga (PS/GE) réfléchit à remettre au goût du jour son initiative exigeant un trio à la tête du MPC.

En poste depuis 2011

Michael Lauber a été élu en 2011 pour succéder à Erwin Beyeler, qui avait lui-même été éconduit par le Parlement à cinq voix près, malgré la recommandation de la Commission judiciaire.

C'était la première fois que le procureur était élu par les Chambres fédérales, cette tâche appartenant jusque-là au Conseil fédéral. Le Soleurois a ensuite été réélu pour un second mandat en 2015.

>> L'éclairage de Rouven Gueissaz dans le 19h30:

L'avenir de Michael Lauber, procureur de la Confédération, se joue ces jours à Berne. L'éclairage de Rouven Gueissaz [RTS]
L'avenir de Michael Lauber, procureur de la Confédération, se joue ces jours à Berne. L'éclairage de Rouven Gueissaz / 12h45 / 1 min. / le 18 septembre 2019

Mathieu Henderson

Publié Modifié

Trois rencontres controversées

Le 17 juin dernier, le Tribunal pénal fédéral a ordonné la récusation de Michael Lauber, de l'ancien procureur en chef Olivier Thormann et d'un troisième procureur toujours en fonction. Le TPF a ainsi partiellement admis les demandes de plusieurs prévenus dans le cadre de l'enquête menée par la justice fédérale sur la FIFA.

Cette décision repose sur des rencontres informelles entre le procureur général de la Confédération et le président de la FIFA Gianni Infantino.

Au total, Michael Lauber a participé à trois entrevues non protocolées avec le Valaisan: le 22 mars 2016 à l'hôtel Schweizerhof, à Berne, le 22 avril 2016 au restaurant Au Premier, à la gare de Zurich, et le 16 Juin 2017 à nouveau au Schweizerhof. A noter que les deux hommes disent ne pas se souvenir de ce troisième rendez-vous.