Modifié

Un convoi de chlore sur 4 ne répond pas aux normes sécuritaires maximales

Produit en France, le chlore est transporté en Valais par rail le long des rives du Léman. [Keystone]
Un convoi de chlore sur 4 ne répond pas aux normes sécuritaires maximales / Le Journal horaire / 33 sec. / le 15 septembre 2019
Un convoi de chlore sur quatre échappe aux normes sécuritaires les plus élevées, selon une enquête du Matin Dimanche. L'OFEV confirme que seuls 75% des convois devraient être dotés des plus hautes normes sécuritaires à fin 2019, alors qu'un taux de 100% était promis.

Ce taux de 100% était promis dans la dernière déclaration de l'industrie chimique, des CFF, de l'association des chargeurs et des autorités suisses. "La proportion d'importations de chlore effectués avec les wagons les plus sûrs est inférieure aux attentes. Un certain délai sera nécessaire", confirme l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) au Matin Dimanche.

"Le gain de sécurité résultant de l'utilisation des wagons-citernes actuellement les plus sûrs est relativement faible par rapport à d'autres mesures", rassure Daniel Bonomi, suppléant du chef de section "prévention des accidents majeurs" de l'OFEV, qui maintient toutefois son objectif d'équiper les wagons des derniers développements techniques.

Colère des élus lémaniques

Environ 25'000 tonnes de chlore transitent chaque année par la région lémanique, selon des chiffres datant de 2017. Et la situation provoque la colère des élus lémaniques.

Le conseiller national Hugues Hiltpold (PLR/GE) va interpeller le Conseil fédéral lundi, tandis que Lisa Mazzone (Verts/GE) a déjà déposé une interpellation.

Sécurité renforcée

L'OFEV avait pourtant détaillé début septembre les différentes mesures prises pour sécuriser l'acheminement du chlore à l'avenir et ainsi répondre aux préoccupations de la population quant au transport de substances chimiques. Il s'agit notamment du recours à des trains spéciaux circulant à vitesse réduite et de l'utilisation de wagons-citernes plus sûrs.

En 2017, le Conseil des Etats avait chargé le Conseil fédéral de présenter les mesures pour réduire les risques liés au transport de fret dangereux. Cette évaluation avait conclu que le transport de marchandises dangereuses par le rail ne présente pas de risque accru pour la population.

>> Lire aussi: En cas d'accident, un wagon de chlore menacerait 20'000 personnes. Etes-vous dans une zone à risque?

jvia avec ats

Publié Modifié