Modifié

Les épisodes de canicule provoquent une hausse des hospitalisations

Tous les moyens sont bons pour échapper à la canicule, comme ces enfants à Lausanne. Mais surtout, elle peut provoquer des hospitalisations pour des raisons étonnantes. [Laurent Gillieron - Keystone]
Les canicules entraînent une hausse des hospitalisations en Suisse / La Matinale / 1 min. / le 15 août 2019
Les épisodes de canicule font augmenter les hospitalisations en Suisse, selon une étude publiée jeudi. En été 2015, ils ont ainsi provoqué 2700 entrées supplémentaires dans les services d'urgence.

Cette étude réalisée par l'Institut tropical de santé publique sur mandat de l'Office fédéral de l'environnement a été publiée dans la revue Environmental Health.

Les chercheurs ont analysé pour la première fois les effets des périodes caniculaires sur les maladies et les admissions dans les hôpitaux. S'il est trop tôt pour connaître les résultats de la canicule de cet été, celle d'il y a quatre ans a en revanche permis d'établir des constats inédits.

Maladies infectieuses principalement

On savait déjà que le taux de mortalité était en hausse durant les épisodes de fortes chaleurs. Mais l'analyse détaillée des hospitalisations pendant les trois périodes de canicule survenus entre juin et août 2015 a mis en évidence 2700 entrées supplémentaires dans les services d'urgence.

Les causes les plus fréquentes de ces admissions sont les maladies infectieuses comme des grippes ou des pneumonies. Les médecins ont dû soigner également des affections de l'appareil uro-génital ou du système digestif.

Chercheurs surpris par les résultats

Et ces résultats ont surpris la responsable de l'étude: "Ces causes sont surprenantes parce que, jusqu'ici, les études qui se sont penchées sur les décès liés à la chaleur ont constaté que ce sont les maladies cardio-vasculaires et respiratoires qui jouent le plus grand rôle", souligne l'épidémiologiste Martina Ragettli jeudi dans La Matinale. Or, remarque-t-elle, "dans notre étude, on n'observe aucune augmentation des maladies cardio-vasculaires, en tout cas pas aux urgences."

La propagation plus rapide des virus et des bactéries, lorsque les températures sont élevées, semble donc avoir une influence déterminante sur les admissions d'urgence.

br/oang avec Pierre-Etienne Joye

Publié Modifié

Plan d'action à élargir

La propagation plus rapide des virus et des bactéries lorsque les températures sont élevées semble avoir une influence déterminante sur les admissions dans les hôpitaux.

Les auteurs de l'étude recommandent aux cantons d'élargir leurs plans d'action contre la chaleur sur la base de ces résultats et, par exemple, de formuler des recommandations relatives aux maladies infectieuses et parasitaires.