Modifié le 13 août 2019 à 19:58

L'UDC fait un lien entre la violence contre les femmes et l'immigration

Le féminisme vu par l'UDC: débat entre Céline Amaudruz et Géraldine Savary
Le féminisme vu par l'UDC: débat entre Céline Amaudruz et Géraldine Savary Forum / 12 min. / le 13 août 2019
A l'occasion de sa rentrée politique mardi, l'UDC a remis en lumière sa thématique de la criminalité étrangère. Mais le parti cible particulièrement, cette fois, la violence contre les femmes.

L'UDC a publié un papier de position intitulé "L'immigration démesurée", dans lequel elle estime que la Suisse n'est plus un pays sûr. La Suisse compte aujourd'hui parmi les Etats à criminalité élevée, assure-t-elle, estimant qu'il faut absolument éviter que le pays devienne un "eldorado des criminels de tous bords".

Les "individus non-intégrés" montrés du doigt

Mais depuis la grève des femmes de juin dernier, le parti insiste désormais en particulier sur la violence faite aux femmes. Crimes sexuels, violences domestiques ou harcèlement de rue auraient une seule cause: les "individus non-intégrés", un  terme utilisé dans la plupart des cas comme synonyme d’étrangers ou de migrants.

Pour l'UDC, la violence et la criminalité, en Suisse, sont dans une large mesure importées. Statistiques de la Confédération à l'appui, elle précise que 60% des personnes accusées de viols en 2018 étaient des étrangers.

Pas normal "d'avoir peur en sortant"

Mais si les violences contre les femmes sont une thématique récente pour l'UDC, "c'est nouveau aussi d'avoir une augmentation de cette violence, que l'on doive avoir peur en sortant", relève son président Albert Rösti dans le 12h30. "C'est un phénomène que je n'ai pas connu quand j'étais étudiant."

Les sondages annoncent le parti en recul lors des élections d'octobre prochain. Est-ce pour cela qu'il ressort ce thème de la lutte contre la criminalité étrangère qui a fait son succès? "J'ai toujours dit qu'on ne changeait pas de thème selon les sondages", rétorque Albert Rösti. "On s'est toujours battus pour la sécurité en Suisse (...) Et l'une des choses primordiales pour un Etat est de garantir la sécurité des personnes. On va le défendre aujourd'hui, mais aussi après les élections."

Appel à plus de sévérité

Et pour lutter contre cette criminalité, l'UDC exige des peines plus sévères, des expulsions systématiques en réclamant une application fidèle de l'initiative pour le renvoi des criminels étrangers, et un rétablissement des contrôles aux frontières. Elle ne veut pas, en revanche, de mesures d'intégration supplémentaires, estimant que l'Etat en fait déjà assez.

Marie Giovanola/oang

Publié le 13 août 2019 à 14:31 - Modifié le 13 août 2019 à 19:58