Modifié

La mairie d'Annemasse s'insurge contre l'UDC

Le texte de l'UDC s'en prend "à la racaille d'Annemasse".
Le texte de l'UDC s'en prend "à la racaille d'Annemasse".
Selon une information de la TSR, la mairie d'Annemasse, en France voisine, va porter plainte à la suite de la diffusion lundi d'une publicité de l'UDC dans le quotidien "La Tribune de Genève". Celle-ci affirme que la "racaille d'Annemasse" profitera du futur RER franco-genevois pour venir à Genève.

"L'UDC se déchaîne par des propos racistes inacceptables", écrit
Christian Dupessey, le maire d'Annemasse, sur le site de la mairie haut-savoyarde. "Les
Annemassiens sont directement attaqués dans leur honneur et leur
vie quotidienne", dénonce-t-il. L'élu regrette qu'un grand
quotidien genevois publie de tels propos.

La mairie consulte actuellement ses services juridiques et
envisage de porter plainte, soit contre la Tribune de Genève, soit
contre l'UDC, soit contre les deux, pour diffamation, insultes ou
incitation à la haine raciale.

Publicité choc

"Le CEVA (ndlr: liaison ferroviaire
Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse)? Un nouveau moyen de transport pour
la racaille d'Annemasse! Expulsons les criminels étrangers! Ne leur
offrons pas encore un accès à Genève! Votons UDC!", dit la
publicité en page 23 de la Tribune de Genève.

La diffusion de cette publicité intervient à moins d'une semaine
des élections au Grand Conseil genevois, le dimanche 11 octobre.
Dans le camp de la droite dure, l'UDC fait face à la concurrence du
très entreprenant Mouvement Citoyens Genevois (MCG). Celui-ci s'est
de son côté illustré par une campagne d'affichage stigmatisant les
frontaliers. Les deux partis s'en prennent régulièrement aux
étrangers.

mej

Publié Modifié