Modifié le 11 juillet 2019 à 21:35

Les agriculteurs suisses appelés à faire face aux défis climatiques

Une agriculture suisse plus durable
Une agriculture suisse plus durable 19h30 / 2 min. / le 11 juillet 2019
L’agriculture suisse est victime, mais aussi responsable du changement climatique. Pour l'Union suisse des paysans, le secteur doit relever ce double défi avec des mesures qui doivent être prises sans tarder.

"Le plus tôt sera le mieux", a lancé le président de l’Union suisse des paysans (USP) Markus Ritter devant la presse réunie jeudi dans une ferme de la campagne bernoise.

Dans cette exploitation modèle, l’impact de l’agriculture sur le changement climatique a été pris très au sérieux, avec des mesures de réduction du CO2 comme la création de biogaz, une durée de vie plus longue des vaches laitières ou la récupération de la chaleur issue du refroidissement du lait.

Poursuivre la réduction des émissions

Pour l’Union suisse des paysans, de nombreuses exploitations qui ne l'ont pas déjà fait devront suivre ce genre d’exemple. Et cela, même si l’agriculture suisse a déjà réduit ses émissions de gaz carbonique de 11,4% depuis 1990.

Mais, parallèlement à une meilleure protection du climat, l’agriculture suisse va aussi devoir de plus en plus gérer les effets du changement climatique. C'est le deuxième volet du défi à relever, alors que le changement climatique touche déjà fortement les agriculteurs: périodes de sécheresse, grêle, gel ou encore pression d’insectes ravageurs provoquent des pertes de rendements et des coûts de production plus élevés.

Mieux se protéger contre les éléments naturels

L’heure est maintenant à l’innovation, avec par exemple la sélection d’espèces végétales plus robustes ou l’introduction de nouvelles techniques d’irrigation, a expliqué le président de l'USP. Ce dernier voudrait aussi que davantage d’agriculteurs prennent une assurance contre la sècheresse. Des discussions quant à des réductions de primes dans ce domaine sont en cours avec la Confédération.

Pour Markus Ritter, la situation est grave face au changement climatique. Et il faut agir maintenant, a-t-il insisté.

Marc Menichini/oang

Publié le 11 juillet 2019 à 15:01 - Modifié le 11 juillet 2019 à 21:35