Modifié le 02 juillet 2019 à 14:12

Patrons et syndicats s'entendent sur la réforme des retraites

Pierre-Yves Maillard (Union syndicale suisse), Valentin Vogt (Union patronale suisse) et Adrien Wüthrich (Travail.Suisse) présentent le compromis trouvé sur la réforme des retraites.
Patrons et syndicats lancent un compromis pour la réforme des retraites Le 12h30 / 1 min. / le 02 juillet 2019
Patrons et syndicats se sont mis d'accord sur une réforme de la prévoyance professionnelle (LPP). Le taux de conversion de la LPP devrait tomber à 6%. En contrepartie, le régime de retraite des salariés à faible revenu est amélioré.

Les discussions, commencées juste après le refus en 2017 sur projet Prévoyance 2020, ont abouti à un accord, présenté mardi, entre l'Union Patronale, l'Union syndicale suisse et Travail.Suisse. Ce compromis, qui maintiendrait globalement le montant des prestations, possède plusieurs aspects.

Taux de conversion abaissé

D'abord, le taux de conversion est baissé de 6,8% à 6%. L'argent ainsi épargné sera, littéralement, "moins converti en rente". C'était l'une des revendications des caisses de pension qui n'arrivaient plus à fournir le rendement nécessaire.

Ce point avait été combattu deux fois avec succès dans les urnes par les syndicats. Personne ne souhaitait les affronter une troisième fois et d'âpres négociations ont permis d'aboutir à plusieurs compensations pour équilibrer le projet.

Patrons et syndicats présentent un compromis pour la réforme du deuxième pilier.
12h45 - Publié le 02 juillet 2019

Plusieurs compensations prévues

Premièrement, les petits salaires seront mieux pris en compte. La déduction de coordination sera baissée, ce qui permettra aux temps partiels et aux bas revenus de toucher une meilleure rente.

Deuxièmement, les cotisations salariales, très élevées pour les seniors et très basses pour les juniors, seront lissées, ce qui rendra les travailleurs âgés "moins chers".

Troisièmement, le projet prévoit un supplément de rentes. Les futurs bénéficiaires de rentes du 2e pilier toucheront un montant fixe par personne, financé solidairement. Ce supplément de rente sera payé par le biais d’une cotisation salariale de 0,5% sur le salaire soumis à l’AVS jusqu’à concurrence d’un revenu annuel de 853'200 francs.

>> Les précisions de Loïs Siggen Lopez dans le 12h45:

Loïs Siggen Lopez " Les syndicats et les patrons présentant un projet commun, ça n'était pas arrivé depuis longtemps."
12h45 - Publié le 02 juillet 2019

Au Conseil fédéral de trancher

Mais cette hausse des cotisations fait encore débat. L'Union Suisse des Arts et Métiers, la faîtière des PME, la rejette, car elle la juge pénalisante pour l'économie suisse. Mais l'Union Patronale trouve pour sa part qu'elle a un bon rapport qualité-prix.

Il appartient maintenant au Conseil fédéral de décider de soumettre ce compromis au Parlement. Le peuple devrait avoir le dernier mot. Les partenaires sociaux espèrent toutefois que la réforme pourra être mise en œuvre d'ici 2022 au plus tard.

ts/vkiss/ats

Publié le 02 juillet 2019 à 12:58 - Modifié le 02 juillet 2019 à 14:12