Modifié le 01 juillet 2019 à 09:43

Campagne pour le consentement mutuel avant tout acte sexuel

Amnesty International lance une campagne de sensibilisation sur le consentement mutuel lors d'un rapport sexuel.
Campagne pour le consentement mutuel avant tout acte sexuel Le Journal horaire / 1 min. / le 01 juillet 2019
"D'abord oui, ensuite oh ouiii": voilà le slogan de la nouvelle campagne lancée lundi par Amnesty International Suisse. Son but: rappeler aux jeunes que tout acte sexuel requiert un consentement mutuel.

Cette campagne est aussi l'occasion pour l'ONG de souligner combien la problématique est toujours - et plus que jamais - d'actualité.

En Suisse, une femme sur cinq a déjà été victime de violences sexuelles au moins une fois dans sa vie, selon la dernière enquête mandatée par Amnesty International. Et 12% d'entre elles ont subi des rapports sexuels contre leur gré.

>> Lire: Une femme sur cinq a déjà subi des violences sexuelles en Suisse

Ces chiffres ont poussé l'ONG à lancer une campagne de sensibilisation. Des clips seront notamment diffusés sur les réseaux sociaux et dans les festivals de cinéma open air et de musique.

Révision de la loi

Par ailleurs, Amnesty International demande une révision de la loi actuelle pour que le viol soit clairement défini sur la base de l'absence d'un consentement, ce qui est déjà le cas dans une dizaine de pays européens.

Des réformes en ce sens pourraient cependant voir le jour prochainement en Suisse. Plusieurs propositions ont récemment été faites à ce sujet sous la Coupole fédérale. Le Conseil national a accepté une motion de Laurence Fehlmann Rielle (PS/GE) pour élargir dans le Code pénal la notion de viol et y intégrer la dimension de contrainte. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

Pour la conseillère nationale socialiste genevoise, "la Suisse est en retard par rapport à d'autres pays européens. On doit être en phase avec notre temps et reconnaître les droits de chacun et chacune".

>> Ecouter le sujet du 12h30 au moment du dépôt de la motion

Le viol est le seul fait d'un homme contre une femme, selon la définition du code pénal suisse. (Image prétexte)
Dominick Reuter - AFP
Le 12h30 - Publié le 27 décembre 2017

Adrien Krause/lan

Publié le 01 juillet 2019 à 09:06 - Modifié le 01 juillet 2019 à 09:43